Messaoud O. Boulkheir prochainement installé officiellement à la tête du Conseil économique et social et environnemental

Messaoud O. Boulkheir prochainement installé officiellement à la tête du conseil économique et social

Sahara Médias - Selon des sources de Sahara Medias les autorités mauritaniennes se préparent à organiser une cérémonie pour l’installation à la tête du conseil économique et social de Messaoud O. Boulkheir, pour la première fois depuis sa nomination à ce poste en 2014.

Ould Boulkheir avait été reconduit pour un deuxième mandat les derniers jours du pouvoir de l’ancien président Mohamed O. Abdel Aziz. Tout au long du pouvoir de l’ancien président, O. Boulkheir n’a jamais été installé officiellement dans ses fonctions, exigeant que le conseil dispose d’un siège propre à lui.

Nos sources précisent que cette cérémonie aura lieu demain mardi au palais des congrès, au centre de Nouakchott en présence du président de la république Mohamed O. Cheikh Ghazouani et certains membres du gouvernement.

Le conseil économique été social avait été présidé pour la première fois par Ahmed O. Sidi limogé quelques mois après sa nomination par O. Abdel Aziz après le coup d’état de 2008, et désigné à sa place Mohamed O. Heïmer qui a achevé son mandat en 2014, sans jamais avoir été officiellement installé pendant son mandat.

En 2014 Messaoud O. Boulkheir a été nommé à la tête du conseil économique et social quelques mois seulement après avoir perdu la présidence de l’assemblée nationale.

Son mandat a été renouvelé aux derniers jours du pouvoir de l’ancien président O. Abdel Aziz.

Le conseil économique et social, troisième institution constitutionnelle en vertu de l’article 95 de la constitution mauritanienne, est une instance consultative ayant des missions et des prérogatives limitées.

A la demande du président de la république, le conseil peut émettre un avis ou mener une étude à propos d’une question qui touche à la vie économique et sociale de la nation, à l’exception des lois financières.

Le conseil peut également prendre l’initiative d’examiner des questions économiques et sociales et mener pour cela les études nécessaires, les statistiques ou les enquêtes, et émettre à la fin des résultats des avis ou des propositions de réforme qu’il estime à même de consolider la croissance sociale de la nation.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)