Mon05272019

Last update04:14:09 PM GMT

Back Dossier

Dossier

Mauritanie : des dizaines de médecins protestent pour demander leur recrutement

Mauritanie : des dizaines de médecins protestent pour demander leur recrutementSaharamédias - Des dizaines de médecins mauritaniens, récemment diplômés, ont observé un sit-in devant les locaux du ministère de la santé pour demander leur recrutement.

Dans une déclaration à Sahara Medias le responsable à la communication du mouvement des médecins non recrutés, Moctar O. Mohamed Lemine, a dit qu’ils sollicitent, depuis un an, leur recrutement lors de sit-in répétés, « mais nous nous sommes aperçus une absence d’intérêt de la part du ministère ».

Il a menacé d’escalade si les doléances des 100 médecins généralistes et les 10 médecins spécialistes au chômage n’étaient pas satisfaites.

Pour rappel le dernier recrutement de médecins effectué par le ministère de la santé remonte à mai 2018.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

Mauritanie : des médecins manifestent pour exiger l’application d’un accord conclu avec le gouvernement

Mauritanie : des médecins manifestent pour exiger l’application d’un accord conclu avec le gouvernementSaharamédias - La coordination générale des syndicats mauritaniens de la santé a organisé lundi un sit-in devant le pavillon des urgences du centre hospitalier de Nouakchott, pour exiger l’application de l’accord signé avec le gouvernement le 13 mars dernier.

Le protocole en question prévoit une augmentation des salaires, le recrutement de tous les médecins, l’octroi de terrains et l’augmentation de l’âge de la retraite.

Dans une déclaration à Sahara Medias, Cheikh El Weli O. Ahmed, président du syndicat national de la santé publique, a dit que ce sit-in est destiné à protester contre le non-respect par le gouvernement de ses engagements contenus dans le protocole d’accord signé avec les médecins en mars 2019.

Il a encore dit que les travailleurs du secteur de la santé vivent dans des conditions déplorables, avant d’ajouter que la qualité des prestations médicales est tributaire de l’intérêt porté aux cadres de la santé.

Lors de leur sit-in, les manifestants ont formulé un certain nombre de doléances dont notamment une augmentation de salaires, le paiement des arriérés des indemnités d’éloignement et de risque, le nivellement des indemnités de risque, la révision du système des corps et le recrutement de milliers d’infirmiers et de sages-femmes au chômage.

La crise entre les médecins et le gouvernement a repris fin avril dernier après qu’il est apparu que l’accord conclu entre les deux parties n’a pas été respecté par les autorités concernées.

Pour les médecins le gouvernement fait obstruction à l’application de l’accord conclu comme par exemple la différentiation entre le public et le privé, l’augmentation des coûts des services de santé, des dispositions qui ne sont pas incluses dans l’accord selon les médecins.

Ce sit-in intervient deux semaines après celui organisé par les médecins devant le ministère de la santé au cours duquel ils avaient menacé d’entreprendre une grève générale si le gouvernement ne satisfaisait pas leurs doléances.

A par ailleurs époque, l’année dernière, les médecins avaient entamé un mouvement de grève qui a duré deux mois, avant de le suspendre et entamer des négociations avec le gouvernement.

Celles-ci ont permis de parvenir à un accord prévoyant une augmentation des salaires, un accord que les médecins aujourd’hui accusent le gouvernement d’ignorer.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

 

Mauritanie/Sénégal : Saisie de médicaments frauduleux à Khataly d'une valeur de 50 millions

Mauritanie/Sénégal : Saisie de médicaments frauduleux à Khataly d'une valeur de 50 millionsDakaractu - Les éléments de la brigade de gendarmerie de Dahra ont réussi un coup de maître. En effet, le jeudi 11 avril aux environs de 11h, les pandores ont réussi à mettre la main sur un important lot de médicaments composés de vitamine, d'aphrodisiaque... d'une valeur de 50.777.040 FCfa.

Le modus operandi a vite porté ses fruits. Après avoir reçu un appel téléphonique leur faisant savoir la présence d'un camion de marque Mercedes immatriculé DL 9026 C avec à son bord des médicaments frauduleux en provenance de la République islamique de Mauritanie, les hommes de l'adjudant Babacar Sarr se sont rendus à Khataly (30km de Touba) pour attendre ledit véhicule.

Selon nos sources, dès que le chauffeur a aperçu les limiers, il a appuyé sur l'accélérateur pour s'échapper. Il s'en est suivi une courte poursuite qui n'a duré que le temps d'une rose, le véhicule ayant heurté un poteau électrique. Le convoyeur et le chauffeur ont pris la clé des champs.

Ce n'est qu'après quelques heures que le premier cité s'est présenté lui même à la brigade de gendarmerie, mais le chauffeur est activement recherché par les limiers. Les médicaments dissimulés dans des cartons ont été remis à la brigade des douanes de Linguère.

Source : Dakar Actu (Sénégal)

 

Nouvelles manifestations contre les conditions de santé à Aleg

Nouvelles manifestations contre les conditions de santé à AlegLes manifestations de protestation dénonçant les conditions de santé ont repris pour la troisième semaine consécutive, jeudi 4 avril courant, dans la ville d’Aleg.

Les manifestants ont brandi des slogans revendiquant l’amélioration des conditions de santé et la sanction des responsables des décès enregistrés au service de chirurgie de l’hôpital régional d’Aleg.

Les malades en attente d’être opérés sont habités par la peur d’être victimes d’erreurs médicales, qui peuvent causer leur mort, ont clamé les manifestants.

La programmation des opérations chirurgicales à l’hôpital régional de la ville a chuté ces dernières semaines, après l’annonce de décès au niveau de cette structure hospitalière, qui n’admet plus que les cas d’urgence et qui évacue la majorité des autres cas non alarmants vers les hôpitaux de Nouakchott et de Boutilimit.

Traduit de l’Arabe par Cridem
Source : Alakhbar (Mauritanie)

 

Les industries pharmaceutiques tunisiennes à la conquête du marché mauritanien

Les industries pharmaceutiques tunisiennes à la conquête du marché mauritanien Un “Forum d’affaires dans le secteur des industries pharmaceutiques, parapharmaceutiques et équipements médicaux” se tient les 25 et 26 mars 2019 à Nouakchott, la capitale de la Mauritanie, à l’initiative du CEPEX (Centre de promotion des exportations) en collaboration avec l’ambassade de Tunisie à Nouakchott et la CNIP (Chambre nationale des industries pharmaceutiques).

L’objectif de ce forum, auquel prendront part une vingtaine d’entreprises tunisiennes, est de prospecter les opportunités qu’offre le marché mauritanien dans ce secteur et d’initier des contacts d’affaires avec les professionnels (importateurs / distributeurs) et les différents intervenants mauritaniens, lit-on sur le site électronique du CEPEX.

Le programme de cette manifestation comportera un forum, des rencontres professionnelles (B to B), des séances de networking et des visites institutionnelles ainsi que l’organisation de réunions avec les organismes et les structures dans le domaine de la santé en Mauritanie.

Cet événement sera une occasion pour les hommes d’affaires tunisiens et mauritaniens, opérant dans les secteurs de la production pharmaceutique et parapharmaceutique et des équipements médicaux, de nouer des relations leur permettant de promouvoir les échanges commerciaux entre les deux pays et d’échanger les expériences et le savoir-faire en la matière.

Source : Webmanagercenter

 

Mauritanie : depuis 2010 aucun cas de poliomyélite n’a été enregistré dans le pays (ministre de la santé)

Mauritanie : depuis 2010 aucun cas de poliomyélite n’a été enregistré dans le pays (ministre de la santé)Les Mauritanies - Le ministre de la santé, Boubacar Kane, a fait savoir que depuis 9 ans (2010/2019) la Mauritanie n’a connu aucun cas de poliomyélite. Une maladie contre laquelle le gouvernement s’est battu corps et âme pour l’éradiquer.

Les autorités ont ciblé quelques 744834 enfants mauritaniens de 0 à 5 ans pour la campagne de vaccination de 2018. S’exprimant, jeudi 21 mars en marge du point de presse, le responsable a laissé entendre que c’est grâce à la collaboration avec l’OMS et l’UNICEF que la Mauritanie a pu vaincre cette épidémie qui a fait des ravages chez les enfants.

Passant en revue, les réalisations du secteur de la santé, le professeur a souligné que son département a fait des progrès notoires sur la période allant de 2009 à 2019.

Ainsi, souligne-t-il en matières d’infrastructures hospitalières et de prestations médicales, de nombreuses réalisations ont été faites.

« 300 points et centres de santé offrent désormais des services de qualité, notamment en termes de soins prénataux et postnataux », a-t-il précisé.

Et d’ajouter que « le nombre de scanners est passé de 1 en 2009 à 18 en 2019, précisant que ce nombre sera augmenté dans un proche avenir ».

Concernant l’hémodialyse, Boubacar Kane a assuré que « toutes les wilayas du pays sont aujourd’hui dotées d’unités ».

« L’assurance maladie couvre actuellement l’ensemble des citoyens qui le désirent alors qu’elle était limitée auparavant aux seuls fonctionnaires et auxiliaires de l’État », s’est-il glorifié.

À noter que le secteur de la santé a affiché bonne mine durant ces cinq dernières années. Selon les statistiques officielles, le taux de couverture sanitaire est passé de 73% à 82% sur la période 2011/2015.

Ibrahima Junior Dia
Source : Les Mauritanies

 

 

Tunisie : la campagne "Balance ton hôpital" dénonce le délabrement du système de santé

Tunisie : la campagne Francetvinfo - Décès de 12 nouveau-nés en quatre jours dans une grande maternité de Tunis, des suites d'une infection contractée à l'hôpital.

Sur les réseaux sociaux, le hashtag #balancetonhopital amplifie la colère des Tunisiens contre le délabrement de leur système de santé. "Toilettes insalubres, salles d’attente inondées, rats dans les couloirs, ascenseurs en panne… Quelques jours seulement après son lancement, la campagne numérique 'Balance ton hôpital' sévit sur les réseaux sociaux.

Plusieurs dizaines de messages et de clichés ont été postés sur une page Facebook où de nombreux médecins, internes, externes et étudiants en médecine ont publié leurs témoignages, dénonçant de nombreuses défaillances dans les hôpitaux, notamment ceux de la capitale", écrit Jeune Afrique.

Après la mort des nourrissons, le pouvoir tunisien a réagi. Le ministre de la Santé en poste Abderraouf Chérif a dû démissionner. "Tout le secteur de la santé est dans un état d'urgence ! (...) Il y a des problèmes dans ce secteur ! Les professionnels ont lancé vingt mille fois des cris d'alarme !", a reconnu sa remplaçante Mme Ben Cheikh. "Ça suffit", a-t-elle martelé ajoutant que tout le monde devait "être mis devant ses responsabilités".

Sous le hashtag "Balance ton hôpital", les réseaux sociaux multiplient les photos d’hôpitaux délabrés, d’hygiène douteuse, de conditions de travail déplorables. "Des professionnels et des cadres médicaux ont lancé à maintes reprises des cris d’alarme pour dénoncer la situation catastrophique des établissements hospitaliers publics, mais rien de concret n’a vraiment été fait", explique le Huffingtonpost Maghreb.

Les images et les témoignages réunis sous ce hashtag peuvent mieux expliquer la mort des nourrissons qui auraient été victimes d’une infection nosocomiale.

Plus largement, ces témoignages décrivent un système de santé touché par la situation budgétaire du pays obligé de réduire ses dépenses publiques, alors que les hôpitaux publics affichent une dette de plus de 100 millions d'euros. Une situation aggravée par l'exode des jeunes médecins vers l'Europe ou les pays du Golfe.

"Ce qui s’est passé était attendu", déplore Souhail Alouini, médecin et député, président de la Commission de la santé et des affaires sociales de l’Assemblée des représentants du peuple, cité par Le Monde. "Cette catastrophe est le produit d’un vrai problème de gouvernance du secteur de la santé publique en Tunisie", ajoute-t-il.

Pierre Magnan
Source : Francetvinfo