Sat12152018

Last update02:09:42 PM GMT

Back Politique

Politique

Foot: Confusion autour de la réattribution des CAN 2019, 2021, 2023

  • PDF

media

 

La Fédération ivoirienne de football a saisi ce 13 décembre 2018 le Tribunal arbitral du sport (TAS) contre l’attribution au Cameroun de l’organisation d’une Coupe d’Afrique des nations 2021 pourtant promise à la Côte d’Ivoire. Ce bras de fer engagé devant le TAS n’est que le dernier épisode d’un dossier complexe concernant la réattribution des CAN 2019, 2021 et 2023.

Le 30 novembre 2018, en retirant l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations 2019 au Cameroun, la Confédération africaine de football (CAF) a-t-elle ouvert la boîte de Pandore ?

Deux semaines après cette décision attendue mais néanmoins lourdes de conséquences, une seule chose est certaine : les Camerounais étaient loin d’être prêts à organiser la phase finale de la CAN 2019, prévue du 15 juin au 13 juillet. Les premiers concernés commencent à l’admettre. Mais, pour le reste, le dossier ne cesse de se complexifier.

Organisation de la CAN 2019 : qui est candidat ?

C’est ce 14 décembre à minuit que l’appel à candidature pour remplacer le Cameroun s’achève. L’Afrique du Sud et l’Egypte ont officiellement déposé leurs dossiers, ou tout du moins une lettre d'intention. C’est une bonne nouvelle pour la CAF car ces deux pays disposent des infrastructures et des moyens nécessaires pour abriter la première CAN à 24 équipes de l’histoire dans des conditions décentes. Ce n’est en revanche pas une surprise : ces derniers mois, Sud-Africains et Égyptiens ont manifesté de manière informelle leur souhait d’organiser la CAN 2019 en cas de défaillance camerounaise. Le président de la CAF lui-même avait cité ces deux pays comme des recours possibles.

La surprise est plutôt venue du Maroc, accusé par la presse camerounaise de faire du lobbying depuis 2017 pour récupérer l’organisation du tournoi. Le ministre de la Jeunesse et des Sports du Royaume a assuré que son pays ne se présenterait pas. Une annonce qui semble avoir surpris au sein de la fédération marocaine de football, assurent des médias locaux. L'hypothèse d'une CAF sollicitant l'aide marocaine pour abriter la CAN 2019 est-elle d'actualité ?

Pas de Maroc pour le moment, en tout cas, et des doutes au sujet d’autres candidatures pour la CAN 2019. La fédération congolaise a certes envoyé une lettre d’intention mais sans l’aval (indispensable) du gouvernement de Brazzaville. Une source bien introduite à la CAF assure par ailleurs que le Kenya, l’Ouganda et la Tanzanie ont sérieusement songé à proposer une coorganisation.

CAN 2021 : la Fédération ivoirienne contre-attaque

Le deuxième versant de l’affaire concerne la CAN 2021 et c’est celui qui semble poser le plus de problèmes. Au vu des immenses investissements consentis par le Cameroun, la CAF a décidé de lui confier une édition promise à la Côte d’Ivoire. Si les Camerounais semblent s’être résolus à organiser le tournoi dans deux ans et demi, la fédération ivoirienne (FIF) refuse, elle, en contrepartie d’accueillir la CAN 2023 et veut conserver la CAN 2021.

La FIF a donc contre-attaqué ce 13 décembre 2018 en saisissant le Tribunal arbitral du sport (TAS), l’instance suprême en matière de litiges sportifs. Ce ne sont pas les autorités politiques mais footballistiques de Côte d’Ivoire qui ont décidé d’entamer un bras-de-fer avec la CAF. Ces dernières n’ont pas apprécié d’avoir été mises devant le fait accompli et d’avoir été sévèrement critiquées. Elles réfutent l’argument selon lequel leur pays ne sera pas prêt pour accueillir la phase finale en juin-juillet 2021.

CAN 2021 et 2023 : cacophonie au sujet des pays-hôtes

La confusion au sujet de ce « glissement » d’un pays-hôte à l’autre est monté d’un cran lorsque Musa Bility, un des membres du « gouvernement » (le Comité exécutif) de la CAF, a assuré que jamais le Comité exécutif (ComEx) n’avait jamais décidé de confier la CAN 2021 au Cameroun et la CAN 2023 à la Côte d’Ivoire, lors de sa réunion à Accra. « On a pris la décision pour le Cameroun à six mois de la compétition, on ne peut pas décider deux ans avant pour la Côte d’Ivoire, a affirmé le Libérien au micro de la Radio télévision ivoirienne (RTI). Notre position aujourd’hui est très claire : le pays-hôte pour 2021, c’est la Côte d’Ivoire et la Guinée pour 2023. Tout autre chose qui a été dite n’implique pas le Comité exécutif. Il n’a jamais décidé d’arracher la CAN à la Côte d’Ivoire ». Des propos que Musa Bility a confirmé à rfi.fr avoir tenu.

Ahmad, le patron de la CAF, et son 2e vice-président, Constant Omari, ont pourtant été très clairs à ce sujet, au micro de RFI. Ils se sont montrés en revanche très évasifs sur le sort de la Guinée. Le Congolais notamment a indiqué que le dossier guinéen pour la CAN 2023 était introuvable et que les Guinéens n'avaient aucune garantie d'avoir la CAN 2025. Cette édition 2023, il est vrai, avait été attribuée à la surprise générale par la précédente direction de la CAF. Elle n’avait fait l’objet d’aucun appel à candidatures, contrairement aux CAN 2019 et 2021, confiées au Cameroun et à la Côte d’Ivoire en septembre 2014. Des décisions qui font aujourd’hui l’objet de remises en cause aux multiples conséquences…

Source : RFI

 

 

L’Égypte officiellement candidate à l’organisation de la CAN 2019

  • PDF

Le 13 décembre, l'Égypte a officialisé sa candidature pour accueillir la Coupe d'Afrique des nations 2019, dont l'organisation a été retirée au Cameroun le 30 novembre et pour laquelle le Maroc a renoncé à postuler.

« La fédération égyptienne de football (EFA) a fait acte de candidature officiel pour accueillir la CAN 2019, qui est prévue en juin et devait être organisée par le Cameroun qui n’était pas prêt à l’accueillir », écrit l’EFA dans un communiqué posté sur Twitter et Facebook.

Le pays des « Pharaons » s’était dit « prêt » à se lancer le 12 décembre, après que le Maroc a créé la surprise en annonçant qu’il ne serait pas candidat.

Le royaume, candidat à l’organisation du Mondial 2026 (finalement attribué au trio USA/Mexique/Canada), était souvent cité comme étant un postulant sérieux. L’Égypte, qui a déjà organisé quatre fois la CAN – la dernière en 2006 – lui avait laissé la priorité.

L’organisation de la CAN 2019 a été retirée au Cameroun le 30 novembre par la Confédération africaine de football (CAF) pour cause de retards dans les travaux d’infrastructures et en raison d’une situation fragile sur le plan sécuritaire.

Les autres potentiels candidats ont jusqu’au 14 décembre pour déposer leur dossier auprès de la CAF. Une short-list doit être révélée le 25 décembre, avant la décision finale, qui sera rendue le 9 janvier. La CAN, prévue du 15 juin au 13 juillet, verra pour la première fois s’affronter 24 équipes.

Source : Jeneafrique.com

 

Super D1 : ACS Ksar-Nouakchott King’s interrompu et décalé

  • PDF

Super D1 : ACS Ksar-Nouakchott King’s interrompu et décaléA un quart d’heure de la fin de la rencontre alors que Nouakchott King’s menait 2 buts à 0 face à l’ACS Ksar, l’arbitre a décidé d’arrêter le match, en raison de la « faible luminosité » et de le décaler à mardi. Conformément aux Lois du Jeu et directives pour arbitres, le directeur de partie est autorisé à arrêter le match s’il est d’avis que l’éclairage est inadéquat.

Ce match en retard de la huitième journée avait été reporté en raison du déplacement à Abidjan des King’s dans le cadre de la Coupe de la Confédération. Ce mardi,au Stade Cheikha Boidiya, les 22 protagonistes disputeront les 15 minutes restantes, conformément au règlement.

Les Kings se sont réveillés de la belle manière, ce lundi10 décembre 2018.L’artificier maison Sidi Touda avait ouvert le score à la 42 mn sur penalty provoqué par Madou Seck. L’ex international Amar Djiby Samb corse à la 57 l’addition sur coup franc.

Source : RIM Sport (Mauritanie)

 

La CAF veut d’une CAN 2021 au Cameroun et 2023 en Côte d’Ivoire

  • PDF

mediaLa Confédération africaine de football (CAF) a décidé que la Coupe d’Afrique des nations 2021 aurait lieu au Cameroun, dessaisi de l’organisation de la CAN 2019. L'édition 2023, quant à elle, se tiendrait en Côte d’Ivoire, a indiqué le président de la CAF, Ahmad, sur Afrique Média TV, ce 3 décembre 2018. Le Malgache n’a en revanche pas évoqué le sort de la Guinée, censée abriter la CAN 2023.

La Coupe d’Afrique des nations 2021 aura-t-elle lieu en Côte d’Ivoire, comme cela avait été décidé en 2014 ? Quatre jours après avoir retiré la CAN 2019 au Cameroun, la Confédération africaine de football (CAF) a confirmé son intention de retirer la CAN 2021 aux Ivoiriens pour la donner aux Camerounais, puis de confier la CAN 2023 aux autorités ivoiriennes… sans évoquer le sort de la Guinée. Les Guinéens avaient été en effet choisis comme hôtes de l’édition 2023, à la surprise générale, il y a quatre ans.

Ce 3 décembre 2018, au micro de la chaîne de télévision Afrique Média TV, le président de la CAF, Ahmad, a justifié ce choix. « Nous avons pris cette décision de décaler, car nous avons vu que la Côte d’Ivoire aussi n’est pas prête pour 2021, a assuré le Malgache. Pour faire les choses de manières plus humaines, décalons toutes les CAN et donnons plus de chances et plus de temps au Cameroun pour qu’il réalise les infrastructures. On va les accompagner de près pour éviter que ça n’aille pas. En 2021, les Camerounais seront prêts. Et en 2023, on organisera la CAN en Côte d’Ivoire. C’est la décision prise par le Comité exécutif » de la CAF, le 30 novembre 2018 à Accra.

La CAF espère ainsi calmer la colère des Camerounais, dessaisis de l’organisation de la CAN 2019, suite à des retards rédhibitoires aux yeux des dirigeants de la Confédération. Mais les Ivoiriens l’entendront-ils de cette oreille ? « Nous avons mobilisé 300 millions d’euros, soit 200 milliards de francs CFA, pour réaliser les infrastructures sportives ainsi que les infrastructures d’hébergements de l’ensemble des sportifs qui viendront pour la CAN 2021 en Côte d’Ivoire, a rappelé le ministre ivoirien des Sports, Paulin Danho, au micro de Nadia Sweeny, et ce avant la diffusion de l’interview d’Ahmad. Nous avons été retenus pour 2021. Donc, nous devons être prêts pour 2021. Après, si nous sommes dans une situation où il faut négocier des glissements ou des choses comme ça, ça interviendra à l’issue d’une conférence, de rencontres… Mais ce que je peux dire, c’est que nous avons été désignés en 2014 pour la CAN 2021. Nous avons un chronogramme. Nous avons mobilisé des ressources. Nous travaillons en toute sérénité ».

La CAF cherche actuellement un pays hôte pour la phase finale de la CAN 2019 qui aura lieu du 15 juin au 13 juillet. Les CAN 2013, 2015 et 2017 avaient également changé de pays hôte.

Source : RFI

 

CAN 2019 : Sondée par la CAF, l'Afrique du Sud répond

  • PDF

CAN 2019 : Sondée par la CAF, l'Afrique du Sud répond Sollicitée par la CAF pour une éventuelle organisation de la CAN 2019, la Fédération sud-africaine lui a répondu ce dimanche. Sondée par la CAF sur une éventuelle organisation de la CAN 2019, la Fédération sud-africaine de football (SAFA) a évoqué le sujet ce dimanche.

"Nous ne pouvons prendre aucune forme d'engagement envers qui que ce soit, parce que cela doit passer par le gouvernement. Le gouvernement doit nous donner une certaine orientation, a indiqué le directeur général de l'instance, Russell Paul. Et vous ne pouvez même pas demander au gouvernement (un soutien financier) quand vous devez faire face à des problèmes sociaux au sein de votre pays. Il est donc extrêmement difficile de s'attendre à ce que le gouvernement vienne nous soutenir à chaque fois."

Un discours prudent qui trouve sa source dans la politique de rigueur budgétaire menée actuellement par un gouvernement sud-africain désireux de réduire la pression exercée sur le pays par les agences de notation.

L'organisation d'une phase finale de CAN à 24 équipes, chiffrée à 10 millions de dollars par la Fédération, est-elle compatible avec cette orientation ? Rien n'est moins sûr. A fortiori après que le pays ait déjà récemment accueilli une CAN, en 2013, et un CHAN, l'année suivante.

Source : Orange (France)