Sun09222019

Last update04:23:29 PM GMT

Back Culture

Culture

Dossier

Burkina : cinq soldats tués dans une embuscade dans le nord-ouest

Cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi au cours d'une embuscade dans le nord-ouest du Burkina Faso, tout près de la frontière malienne, et un pont sur un axe stratégique du Nord a été détruit à l'explosif.

« Une patrouille militaire a été attaquée hier (jeudi) dans la nuit lors d’une embuscade menée par des individus armés aux environs de Toeni (localité située dans la province du Sourou). Cinq soldats sont décédés et un autre élément a été blessé », selon une source sécuritaire.

« La riposte a aussitôt été apportée par les éléments (loyalistes) et un renfort a été déployé en vue d’assurer un ratissage », a indiqué une deuxième source sécuritaire, qui a confirmé l’attaque sans donner de bilan.

Mi-août, quatre militaires avaient été tués sur l’axe Toéni-Loroni, dans la province du Sourou.

« Coup dur »

Egalement dans la nuit de jeudi à vendredi, le pont de Boukouma, sur la route reliant Djibo à Dori, deux des grandes villes du nord du Burkina Faso, a été détruit à l’explosif, selon des habitants joints par l’AFP.

« Le pont reliant Arbinda (entre Djibo et Dori) à Dori a été détruit partiellement. Des individus armés ont tenté de le faire sauter à l’aide d’engins explosifs », a dit sous couvert de l’anonymat un élu local, joint par l’AFP depuis Ouagadougou.

« C’est un coup dur car c’est le principal axe empruntée par les populations, les autorités et même par les FDS (Forces de défense et sécurité) lors des patrouilles. D’autres routes existent pour relier les deux localités, mais elles sont moins sûres et souvent plus longues », a-t-il souligné, rappelant que des jihadistes présumés avaient déjà tenté de détruire un pont sur la route Inata-Tièmbolo, dans le Soum (Nord).

Couper le Nord du reste du pays

Selon une source sécuritaire, après avoir récemment attaqué des convois de vivres, les jihadistes pourraient être en train de tenter de couper le Nord du reste du pays et de créer des enclaves facilitant leur contrôle de certains secteurs.

La zone autour de Djibo et Dori est particulièrement touchée par les attaques jihadistes qui ont entraîné la fuite de milliers d’habitants.

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, en visite à Bobo-Dioulasso (deuxième ville du pays, dans l’Ouest) a évoqué vendredi l’attaque de Toeni : « Il est important qu’au niveau de l’ensemble du peuple burkinabè nous soyons conscients que nous avons notre part à jouer dans cette lutte-là (contre les jihadistes) (…) Nous devons nous armer de courage et de détermination pour en arriver à bout ».

La semaine dernière, le Burkina avait accueilli un sommet extraordinaire de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) sur « la lutte contre le terrorisme ». Les Etats, qui craignent que les attaques jihadistes ne s’étendent du Mali, Burkina et Niger aux autres pays, sont convenus d’un plan d’un milliard de dollars de lutte contre le jihadisme sur cinq ans.

Source : jeuneafriquer.com

 

Situation pluviométrique: Les déficits persistent

« La première décade de Septembre a été marquée par une baisse de l’intensité des pluies par rapport à la décade passée. Elles ont été majoritairement faibles à moyennes », annonce le Bulletin Agrométéorologique Décadaire (BAD) du Service agrométéorologique de la Direction de l’aménagement agricole du ministère du Développement rural. « Cinq  jours de pluies ont été enregistrés dans la majeure partie des wilayas de la zone agropastorale  mais 40% des stations et postes suivis n’en ont enregistré aucune, sinon très faibles », relate le bulletin. La répartition spatiotemporelle reste toujours mitigée (bonne dans certains endroits et mauvaise dans d’autres).

Comparés à l’année dernière et à la même période, environ 75% des postes et stations suivis présentent une situation pluviométrique déficitaire. Les déficits les plus importants sont enregistrés dans les localités suivantes :

Hodh El Charghi : NBeikett Lahwach,- 292 mm ; Bousteilla, - 203 mm; Néma, - 149 mm ; Aouinatt Z’Bel, - 132 mm ; Amourj,- 165 mm ;

Hodh El Gharbi: Gogui Zémal, -189 mm ; Touil, - 176 mm ; Voulaniya- 125 mm;

Assaba : Tenaha, -150 mm ; Boumdeid,- 201 mm ; Hamod,- 112 mm;

Guidimakha : Harr,- 301 mm ;Diaguily,- 113 mm ; Wampou,- 112 mm ; Ghabou,- 101mm ; Gouraye,- 99 mm ;

Tagant : Moudjeria,- 105 mm ;

Brakna : Bababé, -231mm ;Niabina,- 112 mm ;

Gorgol : Monguel,- 99 mm ; Lexeiba,- 98 mm;

Trarza: Méderdra,- 146 mm.

Par rapport à la normale 1981-2010, environ 38 % des postes pluviométriques suivis présentent une situation normale à excédentaire. Les plus importants déficits sont enregistrés dans les zones suivantes :

Hodh El Charghi : Bousteilla,- 93mm ;

Hodh El Gharbi : Touil,- 105 mm ;

Guidimakha: Bouly, -263 mm ; Harr,- 197 mm ; Gouraye,- 173 mm ; Ghabou,- 144 mm; Wompou,- 140 mm;

Tagant : Moudjeria,- 95 mm;

Gorgol : Toufounde Civé,- 101 mm ; Monguel,- 107 mm.

Depuis le début de l’hivernage, les plus importants cumuls sont enregistrés dans les localités suivantes :

Hodh El Charghi: Adel Begrou, 367 mn en 18 jours ; Djigueni, 219 mn en 15 jours ; Amourj, 260 mm en 21 jours ; Bassiknou, 295 mm en 18 jours ; Timbedra, 230 mm en17 jours ; Bousteilla, 172 mm en 14 jours ; Aouinat Z’Bell, 192 mm en 11jours ; Fassala Néré, 200 mm en 20 jours ; Néma, 164 mm en 10 jours ;

Hodh El Gharbi: Medbougou, 440 mm en 20 jours ; GoguiZémal, 331 mm en 16jours ; Touil, 200 mm en 11 jours ; Koubenni, 267 mm en 15 jours ; Voulaniya, 212 mm en 18 jours ; Aïn Farba, 174 mm en 13 jours ; Aïoun, 174mm en 12 jours ;

Assaba: Kiffa, 265 mm en 13 jours ; Kankossa, 239 mm en 13 jours ; Hamod, 227 mm en 14 jours ; Barkéol, 210 mm en 8 jours ; Guérou, 194 mm en 9 jours ; Ténaha, 124 mm en 6 jours ;

Guidimakha: Sélibaby, 321 mm en 12 jours ; Ould Yengé, 302 mm en 17 jours ; Ghabou, 267 mm en 15 jours ; Gouraye, 226 mm en 17 jours ; Diaguily, 189 mm en 12 jours ; Wampou, 212 mm en 13 jours ;

Tagant: Achram Sonader, 95 mm en 8 jours ; N’Beika, 77 mm en 3 jours ;

Brakna: M’bagne, 204 mm en 8 jours ; Aleg, 161 mm en 6 jours ;Boghé, 168mm en 7 jours ; Male, 136 mm en 5 jours ;

Gorgol: Maghama, 318 mm en 16 jours ; Djadjibine, 271 mm en 16 jours ; Kaédi, 253 mm en 9 jours ;  M’Bout, 226 mm en 14 jours ;

Trarza : Tékane, 140 mn en 3 jours ; Keur Macène, 111 mm en 4 jours ; R’kiz, 86 mm en 4 jours ;

Inchiri : Benichab, 213 mm en 4 jours ; Akjoujt, 70 mm en 5 jours.

Situation phytosanitaire

« Globalement la situation est calme », note le BAD. « Aucune signalisation ni attaque d’ennemis des cultures n’a été fait cas. Malgré la situation calme observée, une attention particulière doit être apportée à la surveillance du criquet-pèlerin, au vu des pluies enregistrées ces derniers jours dans les zones grégariennes qui peuvent contribuer à l’amélioration des conditions écologiques favorables à sa reproduction et à son développement ».

 

Situation pastorale

« Suite aux bonnes pluies enregistrées, l’amélioration de la situation pastorale amorcée depuis la décade précédente, se poursuit dans la plupart des zones », renseigne le bulletin. « La végétation continue à se développer normalement même dans les zones qui avaient connu des débuts de stress hydrique ».

La situation se présente comme suit:

Hodhs: bon développement du tapis herbacé, aussi bien pour les espèces ligneuses qu’herbacées ; plus homogène dans les zones bien arrosées depuis le début de l’hivernage.

Axe Brakna-Gorgol-Trarza: bon développement de pâturages, malgré quelques poches parfois non homogènes. On note quelques zones non encore pourvues, entre le Brakna et le Trarza.

Axe Tagant-Assaba-Guidimakha: hormis la situation un peu difficile au Guidimakha, suite aux fortes pluies enregistrées la décade passée qui ont ravagé une bonne partie des pâturages, on note un bon développement dans une partie de l’Assaba (Barkéol, Kankossa) et au Tagant. Les conditions d’abreuvement dans l’ensemble se sont nettement améliorées. Le remplissage des points d’eau se poursuit avec l’apport des pluies enregistrées au cours des deux dernières décades.

Trarza: La situation sanitaire du cheptel est marquée par des entérotoxémies chez les petits ruminants et des misères physiologiques chez les bovins.

 

Cultures irriguées

Au Trarza, 508 demandes ont été enregistrées pour environ 30 000 ha déclarés. A cette décade, 187demandes ont été traitées, pour environ 12 000 ha.

Au Brakna, environ 3300ha sont déclarés pour la campagne en cours. Actuellement, 1050 ha sont emblavés. Les activités (semis direct, repiquage et préparation des pépinières) se poursuivent dans toutes les wilayas concernées (Gorgol, Brakna et Trarza) et varient suivant les localités. Le stade phénologique dominant des cultures est le semis-levée-tallage.

 

Cultures pluviales

« Les cultures poursuivent normalement leur développement dans toute la zone agropastorale », informe le bulletin. Le stade phénologique varie suivant les wilayas et se présente dans l’ensemble comme suit:

Sorgho: semis, levée, tallage; Niébé et pastèque: tallage - floraison par endroits ; petit mil: tallage.

L’indice de satisfaction des besoins en eau des cultures reste globalement satisfaisant. Il est à signaler que les différentes wilayas ont reçu une dotation en semences traditionnelles en cours de distribution au profit des agriculteurs.

 

Situation des barrages

Dans la plupart des zones, les barrages, digues et diguettes continuent à se remplir, suite aux différentes pluies enregistrées. Le taux de remplissage varie suivant les wilayas.

50-80% aux Hodhs

10-70% Brakna-Gorgol

10-70% Assaba-Tagant

Synthèse THIAM Mamadou

 

Boubacar Ould Messaoud de retour au pays

Le président de l'organisation des droits de l'homme SOS Esclaves, Boubacar Ould Messaoud est rentré au pays, ce Mercredi 18 septembre 2019, aux environs de 23 heures. L'emblématique militant des droits  de l’homme et grand anti-esclavagiste a séjourné depuis plusieurs mois à l'hôpital de Beauvais en France, où il se soignait après avoir été évacué par le Centre national de cardiologie où il a passé plusieurs semaines. Après une visite de l'ancien ministre de la santé Kane Babacar, les autorités mauritaniennes, du temps du président Mohamed Ould Abdel Aziz, ont donné des instructions pour que le traitement du président Boubacar Ould Messaoud soit pris en charge par le gouvernement mauritanien.

Ingénieur architecte de formation, Ould Messaoud a travaillé comme cadre du ministère de l'habitat, où il a été Conseiller avant d'être nommé, du temps d'Ould Taya, Directeur général de la Société de construction et de gestion immobilière (Socogim), d'où il fut relevé. Il décide alors de se consacrer aux droits de l'homme, en général, et à la lutte pour l'éradication de l'esclavage, en particulier. Pour cela, il créera en 1995 SOS Esclaves, dont feu Habib Ould Mahfoudh sera le premier Secrétaire général, et qui ne sera reconnue que dix ans après, en 2005, juste quelques mois avant la chute du président Maouiya Ould Sid'Ahmed Taya.

Boubacar Ould Messaoud n'est pas, comme le croient beaucoup, membre fondateur du mouvement pour l'émancipation des Harratines El Hor, créé le 5 mars 1978, dont il est, néanmoins, l'un des symboles, puisqu'il rejoindra le mouvement six mois après sa création, et en deviendra même le président. Il fait partie de ses cadres avec Boydiel Ould Houmeid et les autres qui seront jugés à Rosso, en 1980, dans la célèbre affaire du dossier" Boubacar Ould Messaoud et consorts" qui a suivi les manifestations contre la vente de l'esclave M'barka au marché d'Atar, en 1980, et dont les rebondissements ont motivé les militaires à prendre l'ordonnance 034/81 abolissant la pratique de l'esclavage en République Islamique de Mauritanie.

Le président Boubacar Ould Messaoud est membre du Mécanisme National de lutte contre la torture et récipiendaire de plusieurs distinctions pour son combat pour la défense et la promotion des droits de l'homme.

Source : lecalame.info (Mauritanie)

 

 

Burkina : des gendarmes tués dans une nouvelle attaque dans le Soum

Burkina : des gendarmes tués dans une nouvelle attaque dans le Soum Jeune Afrique - Au moins quatre gendarmes - six selon certaines sources - ont été tués dans une attaque dont leur détachement a été la cible lundi matin à une dizaine de kilomètres d'Inata, dans le Soum.

Au lendemain de la mort de 29 civils dans deux attaques perpétrées dans la région du Nord, l’armée burkinabè a annoncé avoir perdu au moins quatre gendarmes dans une attaque dans la province du Soum, près de la frontière avec le Mali.

Une équipe du détachement d’Inata revenant d’un ravitaillement près de Djibo (province du Soum) est tombé dans une embuscade tendue par des hommes armés non identifiés à une dizaine de kilomètres d’Inata. Plusieurs sources font état de « six gendarmes tués dans les affrontements ». « L’embuscade est confirmée, mais pas le bilan », a assuré une source sécuritaire à Jeune Afrique, qui évoque pour sa part « quatre personnes décédées ».

Recrudescence des attaques

Cette nouvelle attaque meurtrière intervient au lendemain de la mort de’au moins 29 civils, dans deux attaques perpétrées dimanche 8 septembre dans la province de Sanmatenga, dans le nord du pays. « Un camion de transport a sauté sur un engin explosif improvisé sur l’axe Barsalogho-Guendbila dans la province du Sanmatenga.

Le bilan provisoire fait état de quinze morts et de six blessés qui ont été évacués dans les centres de santé pour une prise en charge appropriée », a affirmé le porte-parole Remis Fulgance Dandjinou dans un communiqué.

Une autre attaque a été menée le même jour par des hommes armés contre un convoi de vivres destinés aux personnes déplacées interne de Kelbo, qui circulait sous escorte des forces de défense et de sécurité. « Cette attaque a entraîné le décès de quatorze civils et des dégâts matériels importants », a précisé Remis Fulgance Dandjinou.

Un sommet extraordinaire à Ouagadougou

Cette recrudescence d’attaques dans le Nord intervient à quelques jours d’un sommet extraordinaire de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), qui doit se tenir le 14 septembre prochain.

Les chefs d’État de la région doivent aborder à cette occasion les questions sécuritaires, avec l’objectif de s’entendre sur un « plan d’action prioritaire de lutte contre le terrorisme « .

Le principe en avait été décidé à l’issue du sommet de l’Uemoa à Abidjan, en juillet dernier, en vue de « mieux coordonner nos efforts et (…) prendre toutes les mesures nécessaires pour essayer de combattre le terrorisme », avait indiqué alors le président ivoirien Alassane Ouattara.

Plusieurs réunions préparatoires ont été menées, notamment à Niamey, les 26 et 27 août, où se sont notamment rencontrés les chefs d’état-major de la défense et des services de sécurité et de renseignement des pays de la Cedeao.

Par Nadoun COULIBALY - à Ouagadougou
Source : Jeune Afrique

 

Burkina Faso: le bilan s'alourdit à 24 morts dans l'attaque contre une base militaire ce lundi 19 août

Burkina Faso. Une dizaine de soldats tués dans une « attaque terroriste d’envergure » L'attaque jihadiste contre une base militaire dans le nord du Burkina Faso ce lundi 19 août a fait «24 morts et sept blessés», selon un nouveau bilan fourni ce mardi 20 août par l'état-major de l'armée burkinabè dans un communiqué, qui fait aussi état de «cinq disparus». Le précédent bilan de l'armée lundi était d'une «dizaine de militaires tués et plusieurs blessés». Cette attaque qui a frappé le détachement militaire de Koutougou, dans la province du Soum, est la plus meurtrière subie par l'armée burkinabè.

Source : RFI

 

Mauritanie: retard des pluies et grande inquiétude des éleveurs

Vidéo. Mauritanie: retard des pluies et grande inquiétude des éleveursLe360 Afrique - La Mauritanie, à l'instar de quelques pays de la sous-région ouest-africaine, connait un retard de pluies qui inquiète les éleveurs.

Traditionnellement, ceux-ci considèrent que des pluies qui arrivent au-delà de la deuxième quinzaine du mois d’août sont synonymes d’un contexte de mauvaise saison, avec des conséquences néfastes sur le bétail mais aussi sur la campagne agricole et donc sur la population qui en vit.

Salem Ahmed El Hadj, secrétaire général du Groupement National des Associations de Coopératives Pastorales en Mauritanie (GNAP), déplore l’arrivée tardive des pluies et explique que «toutes les régions sont déficitaires en ce moment et certaines n’ont reçu aucune goutte de pluie.

Dans les rares zones où il a plu, au moment de la tombée de la deuxième vague de précipitations, le tapis herbacé généré par les premières pluies a déjà disparu.

Ahmed El Hadj rappelle à cet égard une tradition mauritanienne séculaire, selon laquelle, face au manque de pâturage, le bétail mauritanien effectue un mouvement de transhumance vers le Sénégal et le Mali. Mais cette année, l’hivernage est aussi mauvais dans les pays voisins.

A cet égard, il lance un appel au gouvernement pour la mise en place "d’un plan national d’urgence destiné à prendre en charge les difficultés et des éleveurs et agriculteurs en perspective des conséquences graves de la situation de l’hivernage 2019". Il appelle également à la solidarité des partenaires extérieurs.

De son côté, Sidi ould Mohamed Lemine, directeur de l’exploitation des prévisions météorologiques, reconnait «le caractère tardif des pluies de l’hivernage 2019.

Cependant, sur un plan technique, il juge prématurée la conclusion d’un hivernage déficitaire, "dont le constat ne pourrait éventuellement établi qu’au mois d’octobre" 2019.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya

Source : Le360 Afrique (Maroc)

 

 

Pollution de l'air en Afrique de l'Ouest : une nouvelle étude inédite tire la sonnette d'alarme

Pollution de l'air en Afrique de l'Ouest : une nouvelle étude inédite tire la sonnette d'alarmeDeutsche Welle - Une nouvelle étude inédite alerte sur la pollution, dans les rues, mais aussi directement dans les habitations. Les spécialistes préconisent des mesures simples pour réduire les conséquences négatives.

C'est un problème dont tout le monde a conscience mais sur lequel de toutes nouvelles données apportent un éclairage plus précis.

L'institut météorologique de Karlsruhe en Allemagne, avec seize autres institutions européennes et africaines, vient d'étudier la pollution de l'air en Afrique de l'Ouest. Une étude qui tire la sonnette d'alarme mais donne aussi des conseils pouvant être mise en place rapidement, car il y urgence.

Aujourd'hui, que ce soit en Côte d'Ivoire, au Burkina ou encore au Bénin, nombreux sont ceux qui souffrent de problèmes respiratoires. "J'ai de l'asthme et aussi des problèmes de sinusite", raconte, par exemple, Johannes, journaliste à Cotonou.

"Il suffit que je sois exposé cinq minutes en attente à un feu rouge et que j'inspire la fumée des pots d'échappement pour que je le ressente immédiatement. Cela peut me déclencher une crise d'asthme et peut même m'empêche de respirer parce que, quand j'inhale cette fumée-là, j'ai le sentiment d'avoir avalé une drogue", raconte-t-il.

Une pollution bien réelle qui vient d'être mesurée de façon précise par des chercheurs européens et africains. Des stations de mesures ont été installées dans plusieurs villes. Résultat : partout les concentrations de particules polluantes sont au-dessus des seuils recommandés par l'OMS.

Pollution dans la cuisine

Cette pollution est visible au bord des routes, en ville. "Il y a les taxis, toutes les autres voitures, mais la pollution vient aussi de toutes les femmes qui jettent des ordures dans les égouts", raconte Estelle, étudiante à Abidjan. Mais il n'y a pas que sur les artères routières que la pollution de l'air est un problème.

"Cela nous a un peu surpris de voir à quel point les endroits où les gens cuisinent sont pollués", raconte le professeur Peter Knippertz, de l'Institut de météorologie et de recherche climatique de Karlsruhe.

En cause : les foyers de cuisson au bois qui sont souvent ouverts car il n'y a pas de système pour évacuer les fumées directement vers l'extérieur. "Puisque presque toutes les familles font à manger pour elles-mêmes tous les jours, et comme les enfants sont là aussi, c'est effrayant de voir que même les plus jeunes sont exposés à des pollutions considérables dès leur plus jeune âge", explique-t-il. Les bois qui ne sont pas secs à 100% lorsqu'ils brûlent dégagent aussi des fumées plus toxiques.

On estime d'ailleurs que près de huit millions de personnes dans le monde meurent chaque année à cause de cette pollution domestique. Dans un récent rapport, l'Organisation mondiale de la santé estimait même que plus de 50% des décès prématurés chez les enfants de moins de cinq ans sont causés par l'inhalation des particules de pollution domestique.

Moins de pluie à cause de la pollution

L'étude qui vient d'être publiée alerte aussi sur les conséquences de celle-ci sur le climat. Les chercheurs ont trouvé que les particules polluantes dans l'air changent même la composition des nuages, ce qui peut bouleverser les températures et même réduire les pluies. "Ce serait, bien sûr une très mauvaise nouvelle pour les gens, parce qu'en plus des risques pour la santé associés aux polluants, il y aurait aussi une réduction des précipitations", s'inquiète Peter Knippertz.

Des solutions possibles

Pour réduire les risques, les chercheurs estiment qu'on pourrait, au niveau local, améliorer le filtrage des gaz des voitures, inciter à faire la cuisine au gaz ou à l'électricité. Ils préconisent également de cesser le défrichage par le feu en Afrique centrale. Cette technique disperse des particules de suie qui sont transportées jusqu'en Afrique de l'Ouest par les vents de moussons.

Source : Deutsche Welle (Allemagne)

 

 

Mali : 35 morts, dont 24 enfants, le bilan de la tuerie de Sobane revu à la baisse

Un nouveau bilan a été dressé de la tuerie de dimanche dans un village dogon du cercle de Sangha, dans le centre du Mali. Initialement estimé à une centaine de décès, il s'établit cependant à 35 morts, dont 24 enfants, selon le gouvernement. Six personnes ont par ailleurs été interpellées.

Le gouvernement avait annoncé lundi un « bilan provisoire » de 95 morts et 19 disparus, à la suite d’une mission dans le village de Sobane Da, de militaires du poste de Diankabou, à 17 km, accompagnés par le maire de la commune rurale de Sangha, dont dépend ce village majoritairement chrétien. Dès lundi soir, ce bilan initial avait été remis en question par le gouverneur de la région de Mopti, qui s’était rendu sur les lieux avec une équipe de la protection civile, et avait annoncé un bilan de « 11 adultes et 24 enfants » tués, tous inhumés le jour même. Il avait alors attribué l’écart entre les deux bilans à des extrapolations de villageois à partir du nombre de membres de chaque famille, en présumant que tous avaient péri.

35 personnes tuées, dont 24 enfants

À la suite d’une mission des enquêteurs sur les lieux mardi 11 juin, le même jour que le déplacement sur place du Premier ministre Boubou Cissé, « le nombre de personnes tuées a été ramené de 95 à 35 (11 adultes et 24 enfants) », a précisé le gouvernement dans son communiqué. « Ce nombre résulte d’un décompte minutieux effectué par une équipe constituée d’éléments de la protection civile, de médecins légistes, du procureur général de Mopti », selon le texte.

Par ailleurs, six personnes « ont été interpellées suite à des contrôles de routine », dont deux par la Mission de l’ONU au Mali (Minusma), a indiqué le gouvernement, sans autre précision, affirmant par ailleurs avoir « mis en route une batterie de mesures pour poursuivre, arrêter et traduire devant les juridictions compétentes les auteurs de cet acte ignoble ».

Pour expliquer le bilan précédent de 95 morts, le gouvernement indique que le chef du village de Sobane « a témoigné que cela correspondait aux morts et disparus combinés. Il ressort des premières investigations menées sur le terrain qu’une centaine de femmes se seraient aussi réfugiées dans le village de Koundo ».

Le gouvernement exhorte les habitants « à ne pas tomber dans le piège de l’amalgame et de la vindicte », en allusion à de possibles représailles. Plusieurs habitants du village ont imputé l’attaque, qui n’a pas été revendiquée, à des Peuls venus de localités voisines et soupçonnés d’appartenir à des groupes jihadistes.

Source : jeuneafrique.com

 

Mali: vive émotion et de nombreuses questions après le massacre de Sobane

Mali: vive émotion et de nombreuses questions après le massacre de SobaneRFI Afrique - L'émotion est toujours vive dans le village de Sobane, situé dans la commune rurale de Sangha, dans le centre du Mali, où un massacre a duré plusieurs heures entre dimanche et lundi matin. Des corps ont été inhumés lundi après-midi, alors que de nombreuses autres personnes sont portées disparues. Le point sur la situation.

Dans l’après-midi de ce lundi 10 juin, dans le village de Sobane, les victimes de l’attaque meurtrière ont été inhumées. Du monde sur les lieux, notamment des élus, des parents de personnes décédées, ainsi que le gouverneur de la région de Mopti. Sidy Alassane Touré estime qu’il y a beaucoup moins que 95 morts, alors que de leur côté des élus maintiennent les premiers chiffres avancés.

Après l’enterrement, un détachement de l’armée malienne est resté sur les lieux pour renforcer la sécurité. Outre les victimes, il y a des blessés. L’un d’eux a apporté des précisions. L’attaque aurait commencé dimanche vers 17 heures, pour prendre fin lundi vers 3 heures du matin.

« Personne n'a été épargné »

Les assaillants étaient nombreux, plusieurs dizaines. Certains à pied, d’autres à moto. À leur arrivée sur place, les autochtones ont pris peur et se sont réfugiés dans des cases. Alors, les assaillants ont fait usage d’armes (certaines étaient automatiques), avant de mettre le feu à de nombreuses cases avec à l’intérieur des civils. De nombreux autres habitants du village, qui abrite environ 300 personnes, sont toujours portés disparus.

D'après un rescapé, Amadou Togo, cité par l'AFP, il y avait là « une cinquantaine d'hommes lourdement armés. Ils ont d'abord encerclé le hameau avant de lancer l'assaut », raconte cet habitant qui décrit des scènes d'horreur. Plusieurs personnes ont été « égorgées et éventrées », raconte-t-il, « des greniers et du bétail brûlés », poursuit ce rescapé. « Personne n'a été épargné : femmes, enfants et vieilles personnes », conclut cette source.

"Je condamne avec la plus grande fermeté cet acte lâche et barbare que rien ne saurait justifier. " #IBK pic.twitter.com/Tcz9la9Gg4
Presidence Mali (@PresidenceMali) June 10, 2019

Qui sont les tueurs?

Le massacre n’a pas encore été revendiqué. Plusieurs pistes, peu claires, se dégagent.

En condamnant cette attaque, le gouvernement pointe du doigt des « terroristes », sans indiquer à quel groupe il fait allusion. C'est en tout cas le terme employé dans un communiqué diffusé hier. D'après ce document, les auteurs de ce massacre seraient « des hommes armés, soupçonnés d'être des terroristes, qui ont lancé un assaut meurtrier contre ce paisible village ».

Cette option terroriste, certains observateurs l'envisagent également, vu le contexte socio-culturel et la situation géographique. Sobane est un village majoritairement catholique. « L'attaquer peut inaugurer un cycle », indique l'éditorialiste Adam Thiam. Pour lui, l'hypothèse selon laquelle ce village pourrait être la cible d'islamistes venant notamment du Burkina est tout à fait possible.

Autre piste envisagée par certains observateurs : celle d'une vengeance post-Ogossagou. Du nom de cette localité du centre du pays, où fin mars dernier, une attaque d'une grande ampleur contre des habitants à majorité peule, avait fait près de 160 morts... Tous les regards s'étaient alors portés sur une milice d'autodéfense, celle de l'association de chasseurs dogons Dan Nan Ambassagou. Sur le coup, l'État avait même promis de démanteler cette milice.

Or, Sobane « fournit l'essentiel des troupes de la milice dogon Dan Nan Ambassagou », relève le journaliste Adam Thiam.

Pour ce dernier, les deux pistes « ne s’excluent pas. La piste de la vengeance Ogossagou est soutenue par le fait que Sobane relève de l’une des communes qui fournissent le plus de troupes à la milice dogon Dan Nan Ambassagou. Il est très exposé parce qu’il est situé dans la plaine, contrairement à l’habitat dogon qui est dans le contrefort des rochers.

Et la piste de l’État islamique s’appuie sur le fait que Sobane est majoritairement catholique. L’attaquer peut inaugurer un cycle. Nous sommes dans le bassin non musulman du plateau Dogon, avec une majorité de chrétiens et d’animistes.

Il serait naïf de croire que cela n’est pas possible au Mali où Daesh a déjà pris pied avec les ex-Mujao Abou Walid Sahraoui et Abdel Hakim, implantés seulement à quelques centaines de kilomètres du plateau Dogon. »

Dans tous les cas, une question se pose : celle de l'efficacité de la réponse sécuritaire. « C'est un échec : qu'est-ce qui a été mis en place pour prévenir de ce genre d'attaque fréquente ? », interroge l'analyste Ibrahim Maïga.

Des corps calcinés, des maisons incendiées, des animaux abattus... Hama Kassogué, l'enseignant du village, n'en revient pas. Il était chez lui, à une quinzaine de kilomètres de Sobane quand l'attaque a eu lieu dimanche soir...

Le déroulé de l'attaque à Sobane.

■ Des élus interpellent l’État


Face à la situation, plusieurs élus du Centre sont inquiets. Ils demandent qu’on évite les amalgames, et à l’État de prendre ses responsabilités.

La situation sécuritaire se dégrade dans le centre du Mali, et quand il s’agit de nommer les auteurs des atrocités commises dans le hameau de Sobane, plusieurs élus sont prudents, comme le député de la localité de Bandiagara, situé dans le centre. « Je ne peux pas exactement affirmer qui a fait cela », dit Bokari Sangara.

Pour lui comme pour d’autres, les problèmes de terres, d’accès à l’eau, aux pâturages entre populations dogons et peules sont connus, mais ces deux communautés ne sont pas des ennemis. « Il n’y a réellement pas de problèmes peuls-dogons. Il faut faire attention à l’amalgame qui est en train de se poser sur le terrain », poursuit Bokari Sangara.

Mais entre les Dogons et les Peuls, il y a les jihadistes, et on retrouve des jihadistes peuls et des jihadistes dogons, des bandes armées qui écument la région, et cela pose problème. C’est pourquoi le député élu de Bandiagara demande à l’État malien de renforcer sur place sa présence. Et pour bien faire savoir qu’ils ne sont pas contents, des députés vont convoquer, avant la fin de cette semaine, des membres du gouvernement malien.

■ Réactions

« Le seuil de l’intolérable est atteint. » Mahamat Saleh Annadif, le chef de la mission ONU au Mali (Minusma), parle d'« un acte de barbarie inqualifiable ». Joint au siège des Nations unies à New York, il dénonce par ailleurs le communiqué de la milice dogon Dan Nan Ambassagou qui déclare considérer « cette attaque comme une déclaration de guerre », « déclare la lutte ouverte » et se dit résolue « à verser son sang ».

« Je viens de faire un communiqué et dans ce communiqué, j’ai mis en garde cette milice. Je lui ai dit que nous ne tolérerons jamais cet appel à la violence. Et nous les mettons en garde. Nous sommes présents sur le terrain, nous avons déjà pris des mesures pour qu’il n’y ait pas de représailles. Mais le risque existe. Il y a des risques réels.

Il y a des risques de représailles, c’est clair. La guerre civile, c’est quoi ? La guerre civile, c’est quand des communautés s’entretuent. Il faut tout faire pour l’éviter. C’est pour cela que j’ai dit que le seuil de l’intolérable est atteint. Il faut l’arrêter. »

« Faire confiance à la résilience des communautés. » Pour l'éditorialiste Adam Thiam, auteur du rapport de 2017 « Centre du Mali : enjeux et dangers d’une crise négligée », le ton est inquiétant. Il appelle les autorités maliennes, la Minusma, la force Barkhane, la société civile et les politiciens à renforcer leur mobilisation militaire et en faveur du dialogue intercommunautaire d'urgence.

« Ce communiqué de Dan Nan Ambassagou utilise des termes très forts, très musclés. Normalement, c'est une milice dissoute par l’État. Sur le terrain, ça n’est pas le cas. Si Dan Nan Ambassagou effectivement applique le contenu de son communiqué qui est une menace, nous pouvons craindre une déflagration, un conflit généralisé et c’est ce qui pourrait amener à une guerre civile. Je pense qu’il faut faire confiance un peu à la résilience des communautés.

Les Dogons et les Peuls vivent ensemble depuis des siècles. Ils ont tissé entre eux beaucoup de compromis. Ils ont des économies qui ne sont pas concurrentielles mais complémentaires. Il y a eu beaucoup de brassages entre les deux ethnies.

Cela peut encore sauver la situation. Mais il faut que l’État également, et les partenaires qui sont sur le terrain, bougent et bougent très vite », alerte le spécialiste.

Source : RFI Afrique