Fri03222019

Last update07:47:24 PM GMT

Back Divers

Faits Divers

Mauritanie: un ex-Premier ministre candidat "indépendant" mais soutenu par le parti islamiste

Mauritanie: un ex-Premier ministre candidat Atlasinfo - Un ancien Premier ministre mauritanien pendant la transition démocratique de 2005-2007, Sidi Mohamed Ould Boubacar, a annoncé samedi sa candidature à la présidentielle de juin "en tant que candidat indépendant", tout en bénéficiant du parti islamiste Tewassoul, première formation de l'opposition.

M. Ould Boubacar, 61 ans, affrontera lors de ce scrutin, dont la date précise n'a pas encore été fixée, le "dauphin" de l'actuel président Mohamed Ould Abdel Aziz, l'ancien général Ould Ghazouani, qui a quitté vendredi son poste de ministre de la Défense après avoir officialisé début mars sa candidature.

Ancien général arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2008 puis élu en 2009 et réélu en 2014, le président Ould Abdel Aziz ne peut se représenter au terme de son second mandat qui s'achève en août.

M. Ould Boubacar affirme dans un communiqué avoir pris sa décision de se présenter aux suffrages des Mauritaniens "en tant que candidat indépendant" après "un examen approfondi de la situation du pays" et des "contacts et discussions élargies avec les divers acteurs politiques et les forces vives du pays", qu'il juge "fructueux".

Premier ministre (1992-1996) sous le président Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya, puis chef du gouvernement lors de la transition démocratique ayant suivi le putsch de 2005, M. Ould Boubacar avait reçu dès jeudi le soutien officiel du parti islamiste Tewassoul (14 députés), bête noire du régime. D'autres plus petite formation de l'opposition dite "radicale" devrait également se ranger derrière cette candidature "indépendante".

Deux formations de l'opposition, le Rassemblement pour la démocratie et l'unité (RDU) et le parti Adil, ont en revanche décidé de soutenir le candidat du pouvoir.

Le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid, déjà candidat au scrutin présidentiel de 2014 et élu député en septembre grâce à une alliance entre son mouvement non reconnu et le parti d'orientation baassiste (nationaliste arabe) Assawab, a déjà exprimé sa volonté de se présenter, tout en estimant "impossible de rivaliser avec l'Etat et son candidat". D'autres personnalités pourraient encore présenter leur candidature dans les prochaines semaines.

Malgré des semaines de pourparlers, l'opposition n'est pas parvenue à s'unir. "Nous avons décidé de laisser à chaque parti la liberté de choisir son candidat, tout en continuant à coordonner nos positions, surtout en cas de second tour", a expliqué Mohamed Ould Moloud, président de la coalition électorale de l'opposition démocratique (CEOD) qui regroupe la plupart des partis de l'opposition dite radicale.

La Mauritanie a par ailleurs décrété samedi un deuil national de trois jours après le décès d'un ancien président, le lieutenant-colonel Mahmoud Ould Ahmed Louly, qui avait dirigé le pays de juin 1979 à janvier 1980 en tant que chef d'un Comité Militaire de Salut National ayant pris le pouvoir quelques semaines plus tôt à la faveur d'un coup d'Etat entre militaires.

afp
Source : Atlasinfo (France)

 

 

Présidentielle 2019: Vers l’inévitable candidature de Ould Maouloud

Présidentielle 2019: Vers l’inévitable candidature de Ould MaouloudKassataya - Après des semaines de conciliabules infructueuses avec l’opposition, l’Union des Forces de Progrès (UFP) à travers son comité permanent, vient de soumettre la candidature de son président Mohamed Ould Maouloud comme le candidat à l’élection présidentielle de 2019.

Cette proposition qui doit être soumise au bureau exécutif ne devrait être qu’une simple formalité. L’alliance de l’opposition démocratique, à laquelle l’UFP était partie prenante, n’a pas pu fédérer une candidature unique.

Et cette alliance qui voulait constituer un bloc d’opposition contre le régime en place a implosé car le parti d’obédience islamiste Tawassoul soutient l’ancien premier ministre du dictateur Ould Taya à savoir Sidi Mohamed Ould Boubacar, tandis que le parti Adil a rejoint Mohamed Ould Ghazouani, candidat de la majorité présidentielle et dauphin du président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz.

Mohamed Ould Maouloud actuellement député à l’assemblée nationale, est considéré comme membre de l’opposition dite radicale.

Selon nos informations, l’UFP sera soutenue par le RFD d’Ahmed Ould Daddah et du CND de maître Mahfoud Ould Bettah entre autres partis.

Cette candidature du Dr Ould Maouloud attendue par beaucoup d’observateurs aurait été accélérée par une demande pressante de blogueurs et influenceurs issus de la société civile, qui voient en lui un challenger sérieux, tant il capitalise un capital sympathie considérable.



Ainsi, le blogueur Abdel Nasser Ould Beibe qui depuis des mois souhaitait la candidature de Ould Maouloud a remis le couvert durant cette journée.

Il a posté un message qui a été repris par beaucoup de blogueurs aussi bien arabophone que francophone dont voici le contenue : « sur la base de l’histoire de son militantisme; à la lumière de sa longue expérience politique, de la constance de ses positions de principe sur la question nationale ou sur les inégalités; de par son souci d’unifier l’opposition, nous souhaitons la désignation du président Mohamed Ould Mouloud comme candidat unifié de l’opposition Mauritanienne.

Résolument engagé à faire évoluer le pays dans la voie de la modernité, du progrés et de la démocratie véritable, Ould Maoloud est notre candidat.

Si vous soutenez l’idée, copiez la publication sur votre page.»




Le jeune Dahaba Djibril Diagana, militant du parti UFP lui a emboité le pas sur les réseaux sociaux. Ce dernier qui a rendu un hommage à son président Mohamed Ould Maouloud. Il dira, parlant de Ould Maouloud avant l’officialisation de sa candidature, qu’ « il y a des hommes qui forcent notre respect et considération de par leurs qualités humaines, intellectuelles et politiques.

Je rends un vibrant hommage à un compatriote mauritanien, rare de son genre, Mohamed Ould Maouloud, dont la #constance de l’engagement au service du peuple n’est plus à démontrer. »


Ce message a été très apprécié par la plupart des internautes qui ont commenté ce posting.



Un ancien étudiant de Dr Ould Maouloud à l’université de Nouakchott, Cheikhna Mohamed WAGUÉ quant à lui soutiendra dans un commentaire : "que Le Dr. Mohamed Ould Maouloud est un grand Homme. Il est très dense intellectuellement et très honnête moralement. Je l’ai eu comme professeur à l’Université de Nouakchott. Il a une profonde connaissance de la société mauritanienne dans sa complexité, et ce de la période médiévale à nos jours. C’est pourquoi, il ne tombe jamais dans certains pièges tribalo-ethnicistes. Il a un profond respect pour toutes les franges de la population mauritanienne. C’est un très bon historien. Je parle sans complaisance et en toute connaissance de cause pour l’avoir connu durant quatre années universitaires."

Le Dr Ould Maouloud aura la lourde tâche de fédérer le reste de l’opposition tout en levant des fonds pour mener à bien sa campagne.

Issue de la mouvance de gauche progressiste, l’UFP s’est illustrée dans sa lutte acharnée contre les différents pouvoirs militaires qui se sont succédé en Mauritanie.

Dr Mohamed Ould Maouloud qui avait participé à l’élection présidentielle de 2007, avait obtenu 4% des suffrages exprimés a préféré soutenir Messaoud Ould Boulkheir à l’élection présidentielle de 2009 (suite au coup d’état mené par Mohamed Ould Abdel Aziz), il a par ailleurs boycotté l’élection présidentielle de 2014.

Les candidats déclarés à cette élection présidentielle de juin 2019 sont Mohamed Ould Ghazouani, Biram Dah Abeid qui seront suivis par le Dr Mohamed Ould Maouloud et probablement par Sidi Mohamed Ould Boubacar.

Source : Kassataya (France)

 

 

Hommage à Ould Ahmed Louly, "un parfait inconnu" dans son propre pays”

Hommage à Ould Ahmed Louly, Initiatives News - Apprendre le décès de quelqu’un est toujours triste. Quand ce quelqu’un a fait partie des gens qu’on a connus à une certaine période, la tristesse en devient plus accentuée.

Ce monsieur est parti tout aussi discrètement qu’il a vécu et ce qui rend cette perte encore plus douloureuse, c’est que personne ne se souvient de lui en tant qu’homme.

Tout au plus, on se rappelle qu’il fut président de la Mauritanie pendant six mois. En dehors de ce fait, il n'y a rien dans les archives qui lui soit consacré.

Comme on dit dans le jargon de la rue, un "parfait inconnu" dans son propre pays. Et pourtant! Et pourtant, ce fut l’un des grands cadres de notre armée qui a eu à gérer des départements très importants qui ont conditionné l’existence même de celle-ci. Toujours discret, il entrait et sortait de l’état-major sans presque attirer l’attention, répondant à peine aux saluts que lui adressaient les sentinelles ou plantons.

…il avait toujours la tête baissée comme pour ne pas déranger ceux qui rectifiaient leurs positions à son approche

De son bureau, il ne sortait que très rarement et on le voyait très peu circuler dans l’enceinte. De temps en temps peut être aller visiter le service de la gestion ou aller à l’infirmerie de garnison. S’il arrivait qu’on le croisait sur cet axe là, on remarquera qu’il a toujours la tête baissée comme pour ne pas déranger ceux qui rectifiaient leurs positions à son approche.

Homme des grands espaces, il préférait passer ses jours de repos à la “Badiya”, au milieu de ses animaux, à respirer le grand air. Musulman pieux, il ne semblait pas s’intéresser à ces choses de la vie qui préoccupaient les cadres de sa génération.

…la république a dû être un véritable cachot pour Louly qui n’a jamais tenu à déranger qui que ce soit

En dépit de son statut d’officier, je ne l’ai jamais entendu crier sur un soldat ou un subordonné, chauffeur ou ordonnance. Je n’ai jamais entendu quiconque se plaindre de lui. Quand Khouna fut affecté à l’état-major, il disait qu’il se sentait en prison, tellement les grands espaces lui faisaient défaut. Cela m’amène à penser que la présidence de la république a dû être un véritable cachot pour Louly, lui qui n’a jamais tenu à déranger qui que ce soit.

Je comprends dès lors, son court séjour à la tête du pays. Ce comportement de discrétion peut expliquer une quasi absence de document relatant sa vie dans les archives. La preuve qui étaye cet état de fait est ce portrait qui semble être le seul qu’il nous a laissé.

Il nous quitte aujourd’hui sans crier gare, comme il a vécu.
A Dieu nous appartenons et à LUI nous retournerons.
Puisse le Tout Puissant l’accueillir en Son Saint Paradis.

Bakry Waiga
Cincinnati (USA)

Source : Initiatives News (Mauritanie)

 

Algérie : Nasser Bourita réaffirme la position de «non-ingérence» du Maroc

Le chef de la diplomatie marocaine réfute toute implication de son pays dans la crise algérienne. Ainsi que les allégations de coordination avec la France sur ce sujet.

Réagissant à ce qu’il qualifie de « propos fallacieux » et de « positions dénuées de tout fondement », attribués selon lui aux autorités marocaines par « certains médias publiés en France et en Algérie » à propos de la crise que traverse ce dernier pays, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Maroc Nasser Bourita a diffusé ce 16 mars une mise au point.

« Le royaume du Maroc a décidé de s’en tenir à une attitude de non-ingérence par rapport aux récents développements en Algérie, et s’est abstenu de tout commentaire à ce sujet », explique Nasser Bourita, qui ajoute : « Le Maroc n’a ni à se mêler des développements internes que connaît l’Algérie, ni à les commenter de quelque manière que ce soit. Aucune déclaration n’a été faite à aucun média, de manière formelle ou officieuse. Le Maroc rejette également avec force l’allégation mensongère de coordination avec d’autres pays, notamment la France, sur les événements en Algérie. Aucun contact n’a été établi avec Paris, ni avec aucun autre pays d’Europe ou d’ailleurs à ce sujet. »

Affirmant que certains médias, « citant de prétendues sources anonymes au ministère, ou proches de la diplomatie, ou encore de soi-disant experts », auraient « poussé le fantasme jusqu’à alléguer l’existence d’officines obscures agissant sur ces événements », le ministre précise que « la diplomatie marocaine dispose de canaux appropriés pour faire connaître ses positions qu’elle a toujours eu le courage d’assumer. »

Source : jeuneafrique.com

 

Gambie : Adama Barrow limoge Ousainou Darboe et deux ministres

Le président Gambien Adama Barrow a limogé le vendredi 15 mars son vice-président, l'ancien opposant historique au régime de Yahya Jammeh Ousainou Darboe, et deux de ses ministres, sur fond de tension entre le chef de l’État et la direction du parti dont il est issu.

Adama Barrow, candidat du Parti démocratique uni (UDP), avait battu lors de la présidentielle de décembre 2016 Yahya Jammeh, qui a dirigé la Gambie pendant 22 ans. Chef de l’UDP, Ousainou Darboe, avocat et défenseur des droits de l’homme, n’avait quant à lui pas pu prendre part à ce scrutin car il purgeait à l’époque une peine de trois ans de prison.

Après le départ en exil de Yahya Jammeh en janvier 2017, Ousainou Darboe a été gracié par Adama Barrow, qui en a fait son ministre des Affaires étrangères puis son vice-président à partir du 30 juin 2018.
Les relations se sont toutefois détériorées ces derniers mois entre le chef de l’État et l’UDP, première formation du pays, qui soupçonne Adama Barrow de vouloir transformer un mouvement de jeunesse entièrement acquis à sa cause, le « Barrow Youth Movement for National Development » (le Mouvement de jeunesse Barrow pour le développement national) en parti politique et d’en faire une rampe de lancement pour une candidature à la prochaine élection présidentielle.

« Relevé » de ses fonctions

Dans un communiqué publié le vendredi 15 mars, la présidence gambienne a annoncé que Ousainou Darboe avait été « relevé » de ses fonctions de vice-président « avec effet immédiat », sans en dévoiler les raisons. Il a été remplacé par la ministre de la Santé Isatou Touray.

Allié de l’ancien vice-président, le ministre du Commerce, Amadou Sanneh, a lui aussi été relevé de ses fonction et remplacé par Lamin Jobe. Le ministre de l’Agriculture, Lamin Dibba perd son portefeuille et ses attributions seront reprises par le ministre de la Pêche, James Gomez, selon le communiqué. Les deux ministres révoqués avaient eux aussi été condamnés sous Yahya Jammeh puis graciés par Adama Barrow.

Le limogeage du gouvernement de ces trois figures de l’UDP intervient deux semaines après que Adama Barrow a révoqué la nomination d’une représentante de ce parti à l’Assemblée nationale, Ya Kumba Jaiteh. La Cour suprême doit se prononcer sur la légalité de cette décision, à une date qui n’a pas encore été annoncée.

Source : jeuneafrique.com

 

Mauritanie : deuil de 3 jours après le décès d’un ancien président

Mauritanie : deuil de 3 jours après le décès d’un ancien présidentSahara Médias - La Présidence de la République annonce le décès de l’ancien président Mohamed Mahmoud Ould Ahmed Louli et décrète un deuil national de 3 jours.

La présidence de la république mauritanienne a annoncé ce samedi un deuil de trois jours après le décès de l’ancien président Mohamed Mahmoud O. Louly à l’âge de 76 ans.

Le défunt avait présidé aux destinées du pays du 3 juin 1979 au 4 janvier 1980.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

Politique: Sidi Mohamed Ould Boubacar, candidat indépendant à la présidentielle de 2019 (Déclaration)

Politique: Sidi Mohamed Ould Boubacar, candidat indépendant à la présidentielle de 2019 (Déclaration)Initiatives News - Ancien Premier sous Maouya Ould Sid’Ahmed Taya puis durant la transition dirigée par le Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie (CMJD) entre 2005 et 2007, Sidi Mohamed Ould Boubacar vient de faire une déclaration de candidature à la présidentielle de 2019 en Mauritanie.

Pressenti depuis plusieurs moi pour être le candidat unique derrière qui l’opposition allait se ranger pour aller à la conquête du pouvoir en juin prochain, c’est finalement comme indépendant que ce haut cadre va entrer dans la course. Déclaration :

"Mauritaniens, mauritaniennes,

Suite à un examen approfondi de la situation du pays, à la nécessité d’une alternance démocratique pacifique et conformément aux résultats des contacts et discussions élargis que j’ai entrepris avec les divers acteurs politiques et les forces vives du pays, et qui ont été très fructueux, j’ai décidé, en me confiant d’abord à Allah Le Très Haut et Le Tout Puissant, en comptant ensuite sur l’assentiment du peuple mauritanien, de présenter ma candidature, en tant que candidat indépendant, à la prochaine élection présidentielle.


Je présenterai à cet effet , ma vision sur les défis auxquels le pays fait face et les voies et moyens de les relever, lors de la cérémonie de déclaration de candidature , qui sera organisée , dans les prochains jours.

A cette occasion, je m’adresse à tous les mauritaniens, à tous les partis politiques, à tous les regroupements, à toutes les personnalités, à chaque individu, leur demandant de m’accompagner et de m’appuyer pour l’intérêt de la Mauritanie , de sa prospérité et de son avenir.

Sidi Mohamed Ould Boubacar.

Vendredi le 15 mars 2019"

Source : Initiatives News (Mauritanie)