Fri03222019

Last update07:47:24 PM GMT

Back Divers

Faits Divers

Nouadhibou: Un opposant accuse les autorités de népotisme

Nouadhibou: Un opposant accuse les autorités de népotisme

Le Fédéral du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) au niveau de la wilaya de Nouadhibou, El Moukhtar Ould Cheikh, a accusé les autorités locales de faire usage de "népotisme" dans la distribution des aides destinées aux pauvres de la capitale économique.

Ould Cheikh a dénoncé, hier soir, lors d’une cérémonie de ralliement d’un groupe de jeunes à son parti, la privation d'aide d’une large frange de personnes démunies à Nouadhibou en raison de leur engagement politique aux côtés de l’opposition.

Le Fédéral du RFD a aussi demandé aux autorités locales de faire la lumière sur un montant de 800 millions débloqué par la Caisse du Dépôt et du Développement que les autorités prétendent avoir accordée comme crédits à des pauvres et chômeurs.

Sidi Mohamed Ould Mohamed Radhi en précampagne

 

Chef général de Ehl Sidi Mahmoud, Sidi Mohamed Ould Mohamed Radhi multiplie les contacts et réunions afin de sensibiliser les populations sur l’importance de l’enrôlement. A cet effet, il a présidé ce mercredi un grand rassemblement à Kiffa auquel ont pris part, les acteurs politiques de la région, les membres de la société civile et d’autres citoyens. Le chef général a invité l'assemblée à une participation massive à l’enrôlement et au retrait de la carte d’identité nationale.

D’aucuns voient en ces contacts les prémisses d’une proche campagne électorale, pendant que la polémique sur le respect du calendrier électoral bat son plein à Nouakchott. Cette campagne de sensibilisation engagée par le chef général, ne serait-elle pas un clin d’œil au Président Mohamed Abdel Aziz, au moment où celui-ci affirme que les prochaines élections législatives et municipales se tiendront à la date prévue.

 

Mauritanie- Un parti d'opposition demande une enquête sur l'état civil avant les élections

Le président de l’Union des forces de progrès (UFP), Mohamed Ould Maouloud, a exigé mercredi «un audit indépendant» sur la situation de l’état civil du pays, avant toute idée d’organiser des élections.

S'exprimant au cours d’une conférence de presse, il a dénoncé l’opération d’enrôlement menée par les autorités, depuis mai 2011, visant officiellement à doter le pays d’un état civil biométrique fiable, comme «une vaste entreprise de destruction conduite en dehors de toutes les règles et normes légales».
Le président de l’UFP a également réclamé le rétablissement des officiers d’état civil dans leurs prérogatives pleines et entières.
La Mauritanie va organiser des élections législatives et municipales en octobre 2013.

PANA

 

Messaoud appelle à la constitution gouvernement de coalition nationale pour une sortie de crise

http://www.ani.mr/sys_images_news/ImgNew_14_05_2013_04_41_41.jpgLe président de l'assemblée nationale Messaoud Ould Boulkheir a appelé le président Mouhamed Ould Abdel Aziz a accepter de constituer un gouvernement de coalition nationale comme solution pour la crise politique que connaît le pays.

Ould Boulkheir, qui s'exprimait, lundi, à l'occasion de l'ouverture de la deuxième session parlementaire ordinaire au titre de 20013, a également appelé "la coordination de l'opposition démocratique (COD) d'accepter toute solution politique qui pourrait réunir l'ensemble des pôles politiques, "au cas où le pouvoir rejette la proposition de mise en place d' un gouvernement de coalition nationale".
En outre, Ould Boulkheir a mentionné que les prochaines élections ne pourront être seront organisées que dans un climat qui garantisse la transparence, la stabilité et les droits de tous les acteurs politiques", soulignant qu'il "faut d'abord mettre l'intérêt de la Mauritanie au dessus de toutes les considérations et créer un climat de confiance au sein de la classe politique".
Messaoud a salué "l'accueil favorable réservé par les deux camps de l'opposition et de la majorité à son initiative".
Ila également appelé tous les acteurs politiques "à accorder leur entière confiance à la commission nationale électorale indépendante", avant d'appeler à la redynamisation de l'observatoire national des élections et tenir à l'écart des élections le spectre sécuritaire, militaire et de l'administration".
Messaoud a rappelé avoir "lancé son initiative en raison du blocage politique et des dangers qui guettent le pays, s'agit-il de la de sa situation sécuritaire à l'intérieur ou à l'extérieur de nos frontières ". Il a déploré la dégradation de la sécurité qui, selon lui, a atteint "au cours des derniers mois des proportions imprévisibles".
Concernant la situation économique du pays, le président de l'assemblée nationale a souligné qu'elle "reste fortement marquée par la hausse des prix, la faiblesse du pouvoir d'achat du citoyen et l'augmentation incessante du nombre de refugiés maliens dans le pays".

Il enfin exprimé l'espoir de voir tous ces paramètres réunis "aboutir à un climat politique favorable pour sortir le pays de la crise".
Des groupes de citoyens se sont rassemblés, lundi soir, devant l'assemblée nationale pour exprimer diverses revendications sociales. Ils ont également dénoncé la prolifération du crime et la montée des prix dans le pays.   Le 12 fevrier dernier, Messaoud Ould Boulkheir, président de l'Assemblée nationale, avait lancér une initiative politique en faveur d'un "compromis national" pour sortir le pays de l'impasse politique.
Il avait alors préconisé de "tirer les leçons de ce qui venait de se passer au Mali pour protéger la Mauritanie contre le désordre"..

Cette initiative intitulée "La Mauritanie d'abord", avait reçu le soutien d'un large spectre d'acteurs et de formations politiques et de la société civile.

Source : ANI

Ould Abdel Aziz : « Nous ne nous aventurons pas au cours des prochaines élections »

Le Président Mohamed Ould Abdel Aziz a déclaré que l’Union Pour la République ne s’aventurera pas au cours des prochaines élections et ses candidatures seront fondées sur des bases réalistes ou le sentiment et l’influence n’ont pas de place. Au cours d’une discussion au palais présidentiel, Ould Abdel Aziz a annoncé aux députés de la majorité que le parti enverra des commissions spécialisées sans la participation des élus, tout comme il y a, leur a-t-il déclaré, d’autres sources (qu’il n’a pas nommées) qui me donneront une image suffisamment claire de la carte politique de la Mauritanie. C’est sur la base des résultats de ces missions que les candidatures seront choisies, a assuré Ould Abdel Aziz.

Le Président a réitéré la nécessité pour le parti de remporter le scrutin dans la quasi-totalité des circonscriptions et la crise qu’il pourrait rencontrer dans le cadre de la proportionnalité, ce qui l’oblige à remporter triomphalement les élections dans les autres circonscriptions. Ould Abdel Aziz a confirmé que les élections seront organisées en leur temps et que sur le plan administratif, tout est prêt et le gouvernement ayant fourni tous les équipements nécessaires pour la commission électorale nationale indépendante.

Source : Le calame

Syrie : elle court, elle court, la rumeur

Le président et son épouse avec des familles de victimes du terrorisme.Fuite de la famille Assad, mort de Bachar, défection de personnalités... Le flot des informations les plus folles - et le plus souvent mensongères - est ininterrompu.

Jamais un tel flot d'informations n'était parvenu d'un champ de bataille. Vidéos, photos, textes, messages audio : des gigaoctets de données sont émis quotidiennement de Syrie. Inévitablement s'y mêle un torrent de rumeurs qui submerge des rédactions internationales bien en peine de trier les nouvelles d'un front presque hermétique aux médias étrangers. Intentionnels ou spontanés, mensongers ou avérés, ces bruits sont décuplés par les nouvelles technologies de l'information et, au mieux, placés sous l'autorité de sources « sécuritaires » ou « diplomatiques », « familières du régime » ou encore « proches de l'opposition ».

Le 24 mars, le web s'affolait : évoquant « des sources médiatiques arabes », le site israélien Eltira annonçait la mort du président Bachar, abattu la veille dans son bureau par son garde du corps iranien Mehdi Jakoby. Au pas de charge, les rédactions mettaient à jour les nécros déjà prêtes. Gardez-les dans vos tiroirs, a rassuré la supposée victime, en chair et en os, devant la caméra de la chaîne turque Ulusal, le 5 avril. Déjà annoncée ici ou là, la nouvelle du tyrannicide n'avait jamais débordé les bas-fonds de la Toile partisane. Le 6 août 2012, un tweet du ministre russe de l'Intérieur l'avait annoncé « blessé ou tué ». Gros buzz, mais le compte était un faux. Mais, en mars, le chef de la diplomatie française lui-même était interrogé : pour la première fois, la rumeur avait tué Bachar. D'autres, comme son beau-frère Assef Chawkat, avaient mordu plusieurs fois la poussière avant d'être refroidis pour de bon.

AssefChawkat, beau-frère de Bachar, est mort deux fois... avant d'être tué pour de bon.

Entourés de secret, cibles prioritaires des insurgés et vivant dans une quasi-clandestinité, les premiers cercles du pouvoir font l'objet des rumeurs les plus insistantes. Avant que ne soit annoncée sa mort, Bachar se serait ainsi réfugié à Lattaquié en juillet 2012 et sur un navire de guerre russe en janvier 2013. Aux dernières nouvelles, il serait bien à Damas, mais, craignant pour sa vie, ne dormirait plus deux nuits dans le même lit. Fabrice Balanche, directeur du Groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (Gremmo), ironise : « Bachar à Lattaquié, Bachar au Congo et Bachar au Tibet, tout cela est faux. Il est bien installé à Damas où il contrôle l'appareil. Il est même plus optimiste en ce printemps pour se permettre de lancer des contre-offensives. »

Asma enceinte

Sa femme, Asma, la « rose du désert », plus très en vogue, avait été la première à faire fleurir les hypothèses. Trop belle et trop occidentale pour adhérer à la barbarie Assad, elle aurait d'abord été l'avocate des protestataires pacifiques avant d'être ramenée à la « raison » par le clan. Début mai 2011, la presse anglaise avait cru la voir en fuite à Londres avec ses enfants, et les spéculations allaient bon train jusqu'à sa réapparition, en février 2012, à une manifestation prorégime en plein Damas. Mais cinq mois plus tard, on la dit à nouveau sur la côte syrienne ou en Russie, et en janvier 2013, le quotidien libanais Al-Akhbar l'annonce même enceinte. Le 16 mars, lorsqu'elle se montre à nouveau à l'opéra de Damas, aucune rondeur ne trahit un heureux événement que plus personne n'évoque.

Certaines rumeurs récurrentes finissent toutefois par se concrétiser. Beau-frère de Bachar et puissant vice-ministre de la Défense, Assef Chawkat est mort une première fois, en décembre 2011, abattu par un garde du corps, puis une deuxième fois, en mai 2012, empoisonné avec quatre autres dignitaires membres de la cellule de crise. Il mourra réellement le 18 juillet 2012 dans un attentat organisé par l'Armée syrienne libre (ASL).

Guerre de communication. Cette estocade entraîne une explosion des rumeurs. On dit alors Bachar blessé par la bombe, mais il parade vingt-quatre heures plus tard, fringant, à Damas. À Paris, l'ambassadeur de Russie le déclare prêt à partir « d'une façon civilisée », mais le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères dément. Le sort de Maher, frère de Bachar et bras armé de la répression, reste plus mystérieux : ses apparitions ont toujours été très rares. Le Watan saoudien cite le vice-ministre russe des Affaires étrangères Bogdanov : grièvement blessé dans l'attentat du 18 juillet, il a été amputé d'une jambe et se fait soigner en Russie. Bogdanov nie catégoriquement les propos qu'on lui a attribués, mais un « diplomate occidental basé dans le Golfe » soutient à Reuters que le frère batailleur a effectivement perdu une jambe. On n'a pas davantage vu Maher après le 18 juillet qu'avant.

On a alors annoncé de terribles représailles : des sites syriens prorégime avancent que Bandar Ibn Sultan, qui venait d'être nommé à la tête des services de renseignements saoudiens, a été assassiné quelques jours après l'attentat de Damas. Et la rumeur enfle pendant plusieurs semaines avant que Bandar donne enfin signe de vie. Une autre énigme a fait tweeter en canon : « Mais où est donc passé le vice-président syrien Farouk al-Chareh ? » titre le billet posté le 4 juin 2012 sur son blog par l'ancien diplomate Ignace Leverrier. La très grande discrétion du vice-président syrien depuis le début des événements avait vite fait soupçonner une fugue. Et le 16 août, l'ASL annonçait triomphalement la défection. Mais dix jours plus tard, le présumé déserteur se rendait, devant des journalistes, à une réunion avec un responsable iranien au coeur de la capitale.

Fuite de la famille présidentielle, mort de Bachar, défection de puissantes personnalités : avérées, de telles rumeurs de palais pourraient donner le signal de la débandade à un régime aux abois. Elles sont des armes potentiellement mortelles dans la guerre de communication que livre l'opposition au clan Assad. Sur les champs de bataille, elles sont également amorcées pour discréditer ou démoraliser l'adversaire. Souvent fausses, elles trouvent parfois confirmation avec le temps. Ainsi, le fantasme des jihadistes insurgés immédiatement brandi par Assad a fini par se concrétiser tandis que le Hezbollah libanais ne s'acharne plus à nier sa présence prouvée au côté du régime en Syrie. Après avoir, dans un premier temps, accusé ce dernier d'opérer des attentats en zone urbaine, l'opposition s'est résolue à condamner les actes des intégristes. Car, dans le désordre total où se trouve la Syrie, tout ce qui pourrait arriver finit un jour par arriver. Longtemps resté rumeur, le recours aux armes chimiques, « ligne jaune » tracée par la Maison Blanche, commence à être attesté par des enquêtes concordantes. Mais Washington voudra-t-il laisser faire de cette rumeur une certitude ?

Source : Jeune Afrique

Réunion du Conseil des Ministres

Le Conseil des Ministres s'est réuni Lundi 13 Mai 2013 sous la Présidence de Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République. Le conseil a examiné et approuvé les projets de lois suivants:


- Projet de loi de ratification de l'Ordonnance n° 2013-002 du 24 avril 2013, portant la ratification de l'accord de prêt signé le 02 avril 2013 à Dubaï entre le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie et le Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social (FADES), destiné au financement du projet de parc éolien de 30 MW à Nouakchott.

Le projet de loi vise à améliorer la satisfaction des besoins croissants de la ville de Nouakchott en énergie électrique à travers la construction d'un parc éolien d'une capacité de 30 MW qui sera relié au réseau électrique de la ville.

Le présent accord porte sur un prêt du Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social d'un montant de 14 Millions de Dinars Koweïtiens soit l'équivalent de 14 Milliards 792 Millions d'Ouguiyas.

- Projet de loi portant règlement définitif du budget 2007.
- Projet de loi portant règlement définitif du budget 2008.
- Projet de loi portant règlement définitif du budget 2009.

Le conseil a également examiné et adopté les deux projets de décrets suivants:

- Projet de décret complétant le décret n° 2011-032 du 25 janvier 2011 fixant le régime des études et la Formation à l'Ecole Nationale d'Administration, de Journalisme et Magistrature.

Le Projet de décret a pour objet de compléter le décret 2011-032 du 25 Janvier 2011. Il prévoit de nouvelles dispositions consacrées au régime disciplinaire que peut appliquer cette institution à l'égard de ses étudiants.

- Projet de décret portant nomination des membres du Conseil d'Administration de la Société Nationale pour l'aménagement des Terrains, le Développement de l'habitat, de la promotion et gestion immobilière (ISKAN).

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération
a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation
a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Le Ministre des Finances, le Ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation, le Ministre du Développement Rural et le Ministre de l'Habitat, de l'Urbanisation et de l'Aménagement du Territoire ont présenté une communication conjointe relative à l'état d'avancement des travaux du Comité Interministériel chargé de l'Assainissement du Foncier Rural.

Cette communication fait le constat sur les différents problèmes recensés au niveau de la gestion du foncier rural et fait un certain nombre de propositions en vue de trouver les solutions appropriées à ces problèmes.

Le Ministre de la Santé a présenté une communication relative à la généralisation des primes de garde et d'astreinte au profit du personnel médical et paramédical des centres hospitaliers du pays.

Cette mesure a pour but de faire bénéficier les personnels des centres de l'intérieur des mêmes avantages accordés à leurs collègues de Nouakchott et ce dans un souci d'équité et en vue de fixer ces personnels à l'intérieur du pays pour faire bénéficier les populations d'un service de santé de qualité et de rendement meilleurs.

Le Ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du Territoire a présenté une Communication relative à l'état d'avancement des chantiers dans toute les Wilayas.

La communication présente un état des lieux exhaustif sur les chantiers réalisés au niveau de chaque wilaya, ainsi que les travaux en cours de réalisation. Elle constitue un outil de suivi qui sera régulièrement présenté sur l'état d'avancement et de réalisation des projets par wilaya, de leur nature et de leur coût.

Enfin le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes:

Secrétariat général de la Présidence de la République

Autorité de la Zone Franche de Nouadhibou

Centre de Régulation de l'Autorité de la Zone Franche de Nouadhibou
Secrétaire Général, Dedde Ould Cheikh Mohamed Laghdaf, Administrateur Civil

Ministère de la Santé

Secrétariat Général
Secrétaire Général, El Moctar Ould Hindé, Professeur d'enseignement Supérieur

Ministère de l'Equipement et des Transports

Cabinet du Ministre
Chargé de Mission, Sidaty Ould Deh Ould Moulaye Chrif, Titulaire du Diplôme de Licence en Gestion

Ministère Délégué auprès du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, chargé de l'Union du Maghreb Arabe

Secrétariat Général
Secrétaire Général, Cheikhna Ould Idoumou, professeur d'Enseignement Supérieur.

Source: Agence Mauritanienne d'Information