Mon02242020

Last update10:07:12 PM GMT

Back Divers

Faits Divers

Le parti Tewassoul appelle le gouvernement au dialogue et à l’ouverture en direction de l’opposition

 

Le parti Tewassoul appelle le gouvernement au dialogue et à l’ouverture en direction de l’oppositionSahara Médias - Le conseil de la Choura du parti Tewassoul a appelé dimanche le régime à organiser un dialogue inclusif autour de l’ensemble des questions nationales et à s’ouvrir à tout mécanisme à même de le permettre.

Le parti de l’opposition estime que les rencontres formelles entreprises par le régime avec l’opposition constituent une forme de courtoisie plus qu’une action politique destinée à des réformes et à corriger les erreurs.

Dans le communiqué publié à l’issue de cette réunion, le parti déclare qu’il s’attend de la part du régime à des étapes concrètes capables de permettre de dépasser l’héritage d’une décennie au cours de laquelle l’opposition a été exclue et accusée de trahison, une période au cours de laquelle le pays a été pris en otage, ses ressources dilapidées et ses symboles bafouillés.

Tewassoul salue cependant les bonnes intentions exprimée par le pouvoir et toute réforme dans l’intérêt du pays et des citoyens.

Il a appelé à accélérer la concrétisation des mesures et autres actions destinées à faire face à la sécheresse, considérant que l’inaction du gouvernement jusqu’ici est une démission de sa part à l’endroit d’une très large frange de la population et l’hypothèque de l‘une des plus importantes richesses du pays.

Le conseil de la Choura du parti Tewassoul a appelé par ailleurs à renforcer l’opposition, à activer la coordination et la concertation entre ses différentes composantes, réaffirmant la nécessité de dynamiser le rôle de l’institution de l’opposition démocratique, s’étonnant de l’inapplication de la loi qui engage le pouvoir à la concertation périodique avec le chef de l’opposition démocratique à propos des questions nationales.

Le conseil de la Choura a dénoncé et rejeté l’accord du siècle proposé par le président Trump et a condamné tous ceux qui qui le soutiennent.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

 

Mauritanie. Six mois qu'El Ghazouani est président: un bilan mitigé, selon le chef de l'opposition

Mauritanie. Six mois qu'El Ghazouani est président: un bilan mitigé, selon le chef de l'oppositionLe360 Afrique - Les six premiers mois d’exercice du pouvoir par le président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani n’annoncent pas le début d'un changement pourtant attendu par les Mauritaniens, car les plus grands problèmes du pays restent entiers: tel est l'avis exposé par le chef de file de l’opposition mauritanienne, Mohamed Mahmoud Ould Sidi, qui s'est exprimé le week-end dernier, à l’occasion d’un Conseil de la Choura du Rassemblement National pour la Réforme et le Développement (RNRD-Tawassoul -mouvance islamiste).

Le RNRD-Tawassoul, principal parti de l’opposition, est actuellement représenté par 16 députés à l’assemblée nationale.

Lors du scrutin présidentiel du 18 juin 2019, il avait soutenu la candidature indépendante de Sidi Mohamed ould Boubacar, ancien Premier ministre sous la présidence de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya, et la transition qui avait été effectuée par feu le colonel Ely Ould Mohamed Vall.

Sidi Ahmed Ould Boubacar avait été classé troisième à l’issue de ces élections, remportées dès le premier tour par Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani.

Parmi les nombreux problèmes, qui se retrouvent aujourd'hui encore sans début de solution figurent des questions politiques et économiques, liés à la gouvernance, ainsi que des questions sociales.

Le chef de file de l’opposition démocratique cite ainsi, sur un plan politique, «la recomposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), l’absence de concertation en vue d’une révision de la liste électorale…», lesquelles exigent selon lui une concertation large et inclusive.

Au sujet des questions économiques et en rapport avec la gouvernance, Mohamed Mahmoud Ould Sidi déplore l’absence d’une action résolue et déterminée «pour faire toute la lumière sur la gabegie constatée dans le pays au cours de la dernière décennie, dont les responsables n’ont pas encore été inquiétés, malgré les rapports compromettants des corps de contrôle de l’Etat, à l’image de la Cour des Comptes, dévoilés ces dernières semaines».

Cet opposant a cependant apprécié la décision de la constitution d’une commission d’enquête parlementaire, sur la gouvernance de la décennie passée, lors des deux mandats successifs de l’ancien chef de l’Etat, Mohamed Ould  Abdel Aziz.

Sur le plan social, le chef de file l’opposition mauritanienne déplore «la hausse des prix, le gel des salaires, l’absence de mesures préventives pour faire face à la sécheresse, la persistance de l’insécurité urbaine et les problèmes d’accès à l’état civil», qui demeurent entiers, selon lui.

La question de l'accès aux documents de l' état civil a particulièrement retenu son attention, du fait des dénonciations récurrentes des populations négro-africaines, et des Mauritaniens qui figurent parmi les anciens esclaves.

Mohamed Mahmoud Ould Sidi juge toutefois «positives» les rencontres qui ont eu lieu entre le président mauritanien et les différents membres de la classe politiques. Mais au delà de ces audiences, Il souhaite que ces dialogues se poursuivent, dans un cadre collectif et formalisé.

Enfin, le chef de file de l'opposition mauritanienne a tenu à saluer les mesures entreprises dans le domaine de la gestion du système de santé du pays.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya
Source : Le360 Afrique (Maroc)

 

 

Ben Zayed et Ben Salmane racolent Israël ouvertement et bradent El-Qods

Ben Zayed et Ben Salmane racolent Israël ouvertement et bradent El-QodsDes sources égyptiennes ont indiqué que l’homme fort du régime d’Abu Dhabi s’active avec une perceptible détermination à la préparation d’une réunion au sommet entre les dirigeants de certains pays arabes et le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu.

Selon le journal arabophone édité à Londres, Al-Araby, des Etats du Golfe seraient sur le point de déclarer la tenue de cette réunion, qui ne sera plus secrète donc, et qui verra la participation du prince héritier saoudien, fils du gardien des Lieux saints de l’islam, Mohamed Ben Salmane, selon le média panarabe.

Le sommet devrait se tenir avant les élections en Israël. Les pays arabes qui se sont dit prêts à prendre part à ce rendez-vous interféreraient ainsi indirectement dans la politique intérieure d’Israël où Benyamin Netanyahu a peu de chance de rempiler.

Une défaite de l’ami des monarques du Golfe semble inquiéter ces derniers qui ont définitivement lâché la cause palestinienne en contrepartie de dividendes qu’ils comptent tirer du deal du siècle que le président américain, Donald Trump, vient de révéler, provoquant un vent de colère en Palestine et dans certains pays du Golfe, du Moyen-Orient et du Maghreb qui s’y opposent farouchement.

Toujours selon Al-Araby, qui cite des sources fiables, Mohamed Ben Salmane a rencontré le Premier ministre israélien, dans l’est de l’Egypte, durant la deuxième quinzaine du mois de novembre dernier. Une rencontre secrète suivie d’une autre à Washington, entre l’Emirati Mohamed Ben Zayed et Benyamin Netanyahu. Les deux rencontres ont eu lieu avant l’annonce du plan américain qui entre dans le cadre du Grand Moyen-Orient (GMO), élaboré par Washington depuis de longues années et dont le «printemps arabe» destructeur fait partie.

Tel-Aviv joue la carte iranienne pour attirer les monarchies du Golfe dans ses filets. Le Premier ministre israélien a, ainsi, fait savoir à ses interlocuteurs du Golfe que le Mossad détiendrait des informations selon lesquelles Téhéran préparerait un plan de déstabilisation de la Péninsule arabique, notamment l’Arabie Saoudite qui constituerait la première cible des mollahs. Le ministre israélien des Affaires étrangères avait admis, sans entrer dans les détails, que son pays et l’Arabie Saoudite étaient liés par des intérêts communs.

La normalisation entre le régime wahhabite des Al-Saoud et l’entité sioniste est en voie d’être annoncée publiquement. Ce qui risque de provoquer un soulèvement généralisé des peuples musulmans qui verraient dans ce rapprochement du serviteur des Lieux saints avec la puissance coloniale israélienne qui occupe El-Qods, une grave offense à l’islam.

H. A.

Source : Algérie Patriotique

SIEL 2020 : Nouakchott tente de justifier l’absence de son ministre de la Culture

SIEL 2020 : Nouakchott tente de justifier l’absence de son ministre de la Culture  Yabiladi - Le gouvernement mauritanien tente de justifier l’absence de son ministre de la Culture et de l’Artisanat à l’ouverture du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) de Casablanca, alors que son pays y est l’invité d’honneur.

«Il n’y a pas de tension dans les relations» entre Rabat et Nouakchott, a indiqué le chef de la diplomatie dans une déclaration au site Sahara médias. Le ministre mauritanien des Affaires étrangères Ismail Ould Cheik a qualifié de «rumeurs» les interprétations ayant fait le lien entre l’absence de Sidi Mohamed Ould El Ghaber au SIEL 2020 et la récente sortie de Nasser Bourita.

Mardi, à l’occasion de l’examen des projets de loi portant sur la délimitation des frontières maritimes du royaume à la Chambre des conseillers, Nasser Bourrita a salué les bons liens de voisinage entre Rabat et Madrid. «Malheureusement, ces relations n’existent pas avec les voisins algérien et mauritanien», a-t-il déploré.

Pour sa part, le ministère de la Culture a justifié, dans un communiqué, l’absence d’Ould El Ghaber au SIEL par «des préoccupations administratives pressantes», comme le rapporte Anbaa.info. Le département a saisi cette occasion pour saluer les organisateurs d’avoir choisi la Mauritanie comme invitée d’honneur du Salon de Casablanca.

Sous couvert d’anonymat, une source au ministère a «révélé» à la même publication en ligne que Sidi Mohamed Ould El Ghaber boudai les grand-messes culturelles. Néanmoins, une recherche sur le web apporte un autre de son de cloche aux «révélations» de la source.

Lors de la 9e édition du festival des villes anciennes de Cinguetti, le ministre y était bien présent. En témoigne la signature, le 10 novembre, avec son homologue marocain d’un accord portant sur le financement, par le royaume, de la rénovation d’une ancienne maison de jeunes et la construction d’un stade multidisciplinaire dans la capitale mauritanienne.

Par ailleurs, le 15 janvier, Ould El Ghaber s’est rendu à Ouagadougou pour prendre part à une réunion des ministres de la Culture des pays du G5 Sahel.

Source : Yabiladi (Maroc)

 

 

Mauritanie: Arrivée du Président de la République à Addis-Abeba

Mauritanie: Arrivée du Président de la République à Addis-AbebaAMI - Le Président de la République, Son Excellence Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, est arrivé samedi matin à Addis-Abeba pour participer au 33ème sommet ordinaire des dirigeants et chefs de gouvernement de l’Union Africaine, prévu les 9 et 10 février courant dans la capitale de l’Éthiopie.

À son arrivée à l'aéroport international d’Addis-Abeba, le Président de la République a été salué par une délégation de haut niveau de l’Union Africaine, ainsi que par l’ambassadeur de Mauritanie en Éthiopie, SEM. Seyidi Ould El Ghadhi, comme par les membres de l’ambassade et de la représentation permanente auprès de l’Union Africaine, par les fonctionnaires mauritaniens au sein des instances de l’Union Africaine et d’organisations similaires et par d’autres personnalités.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

 

Pacification de l’Afrique: les chefs d’Etat à pied d’œuvre à Addis-Abeba

Pacification de l’Afrique: les chefs d’Etat à pied d’œuvre à Addis-AbebaApanews - L’Union Africaine (UA), dont le 33e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement se tient dans la capitale éthiopienne, cherche des solutions pour « faire taire les armes » sur le continent.

Le constat est amer : les conflits sont légion en Afrique. Du Sahel à la Corne de l’Afrique en passant par la Centrafrique, ce continent subit de plein fouet les affres de la guerre. Il y a un mois, les islamistes de Shebab ont lancé un assaut contre une base militaire américaine dans la région de Lamu (est du Kenya), régulièrement visée.

Cette attaque, inscrite dans le cadre de leur campagne baptisée « Jérusalem ne sera jamais judaïsée », a été fatale pour eux car quatre assaillants ont été tués et cinq complices présumés auraient été arrêtés.

Malgré ces rudes coups qu’ils reçoivent de la part des armées éthiopiennes et, depuis 2011, kényanes, avec l'appui de l'aviation américaine (effectif en mars dernier), les Shebab ont une réelle capacité de nuisance. Les attentats d’avril 2015 contre l'université de Garissa, avec 142 étudiants non-musulmans exécutés, sont encore frais dans les mémoires.

Il y a un an encore à Nairobi, la capitale kenyane, un commando de cinq hommes armés de kalachnikovs et de grenades a tué 21 personnes dans un complexe hôtelier et de bureaux avant que deux terroristes ne soient tués le lendemain dans une autre attaque. Toutefois, les Shebab confirment qu’ils demeurent la principale menace terroriste dans la Corne de l'Afrique. Comme l’est le groupe Boko Haram au Sahel.

L’initiative G5 Sahel

En proie au terrorisme, cette zone a vu la naissance en 2014 du G5 Sahel. Cette organisation politico-militaire est composée du Burkina Faso, du Mali, du Niger, du Tchad et de la Mauritanie. Son objectif est d’endiguer la menace des groupes terroristes dont la principale force est le représentant de l’Etat Islamique en Afrique de l’ouest : Boko Haram.

En 2019, les quatre premiers pays susmentionnés ont laissé des plumes dans cette guerre asymétrique. Depuis novembre 2017, le G5 Sahel a lancé des opérations militaires même si la réalité est tout autre sur le terrain.

Les nécrologies concernant des éléments des forces armées sont devenues fréquentes au Burkina Faso, sans compter les nombreux civils tués. Selon un décompte fait par des médias, le pays a enregistré près de 500 victimes de janvier à novembre, faisant de 2019 une année noire.

Le Mali n’est pas parvenu à contrôler l’intégralité de son territoire dont une partie est toujours sous le joug des djihadistes en dépit de la présence des forces étrangères (Minusma puis Barkhane). Début novembre, 24 soldats ont été tués dans une attaque terroriste.

Par ailleurs, la Mauritanie peut se réjouir de son accalmie même si des spécialistes préviennent qu’elle n’est pas à l’abri des « menaces djihadistes », auxquelles sont confrontés ses voisins du G5 Sahel. Dans cette zone, les attaques sont également attribuées à des groupes affiliés à Al-Qaida ou à l’État Islamique. Selon des médias locaux, celles-ci auraient fait près de 600 morts.

La crise libyenne en toile de fond

La Libye sera également au cœur des échanges durant ce sommet de l’UA. Ce sera l’occasion pour les chefs d’État africains de faire enfin entendre la voix du continent sur ce dossier.

Après l’effondrement du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, divers groupes armés ont plongé ce pays très riche en hydrocarbures dans une crise sans précédent. Pis, Fayez al-Sarraj (reconnu par la communauté internationale) et le maréchal Khalifa Haftar (chef du gouvernement parallèle) se livrent une bataille sans merci pour le contrôle politique de la Libye.

On est très loin de l’époque où ce pays de l’Afrique du nord était un Etat florissant, apportant son soutien financier à d’autres nations du continent. Aujourd’hui, elle « ne peut même plus s’occuper d’elle-même en tant qu’Etat », regrette Ali, citoyen libyen interrogé par APA en 2019 lors du 8e anniversaire de la révolution libyenne.

Comme nombre de ses compatriotes, c’est l’image du corps ensanglanté de Kadhafi qu’ils gardent encore comme souvenir au milieu d’un Etat et d’une population divisés.

A travers le thème de son 33e sommet : « faire taire les armes », l’UA veut « créer des conditions propices au développement de l'Afrique ». La mise en œuvre progressive de la Zone de libre-échange continentale (Zlecaf), lancée en juillet dernier à Niamey (Niger), sera ainsi l’un des principaux sujets de discussion.

Le Conseil de paix et de sécurité travaille aussi sur le financement des opérations de soutien à la paix pour appuyer le projet de l’UA visant à amorcer le décollage économique du continent et de mettre fin aux conflits.

Par ailleurs, au cours de ce sommet de deux jours, l’Egyptien Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l’UA, va passer le témoin à son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa. Ce dernier présidera aux destinées de l’UA en 2020.

Source : Apanews

 

 

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 06 Février 2020

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 06 Février 2020AMI - Le Conseil des Ministres s'est réuni le jeudi 6 février 2020 sous la Présidence de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, Président de la République.

Le Conseil a examiné et adopté les Projets de décrets suivants :

-Projet de décret portant création, missions et modalités d’organisation et de fonctionnement du Haut Conseil du Numérique (HCN).

L’objectif de ce projet de décret est de proposer un cadre de gouvernance sous la forme d’un « Haut Conseil numérique » chargé de fournir des recommandations ad hoc au Gouvernement et piloter la mises en œuvre de la Stratégie numérique nationale y compris les projets d’Informatisation de l’Administration de nature interministérielle.

-Projet de décret portant nomination du Président du Conseil d’Administration du Centre National des Œuvres Universitaires (CNOU).

-Projet de décret portant nomination du Président et des membres du Conseil d’Administration de l’Office du Complexe Olympique (OCO).

-Projet de décret portant création d’une zone économique spéciale dénommée : « Pôle de Développement de Tanit ».

Conformément aux dispositions de la loi n°2012-052 du 31 juillet portant Code des Investissements et la loi d’orientation n° 2010-001 du 07 janvier 2010 sur l’Aménagement du territoire, le présent projet de décret vise la création d’une zone économique spéciale dénommé : « Pôle de Développement de Tanit » dont le ressort territorial est celui des limites géographiques du Port de Tanit.

Son Excellence le Président de la République a donné des instructions au Gouvernement pour qu'il prenne toutes les mesures et procédures nécessaires pour suivre la mise en œuvre du programme immédiat de sécurité sociale (Priorités n°1) et le suivi direct, afin que toutes ses composantes soient accomplies au plus haut niveau possible de qualité et de respect des normes techniques.

Le Conseil a examiné un exposé sur la visite de bon augure du Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh Al-Ghazwani, dans les Émirats Arabes Unis, ainsi que sur l'accueil chaleureux qu'il a reçu de Son Altesse le cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan, prince héritier d'Abou Dhabi.

Enfin, le gouvernement, au nom de la République Islamique de Mauritanie, a exprimé ses remerciements pour le grand accueil que l'État frère des Émirats Arabes Unis, le Gouvernement et le peuple, ont réservé à Son Excellence le Président de la République; il a également exprimé toute sa gratitude, au nom du peuple mauritanien, pour le généreux soutien apporté par les Émirats arabes unis à notre pays pendant cette visite et le degré d'investissements qui soutiendront notre développement économique.

Cette visite fructueuse a abouti à l'annonce par le Président des Émirats Arabes Unis, Son Altesse le Cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyan, d'allouer deux milliards de dollars à la mise en place de projets d'investissement et de développement et des prêts à des conditions avantageuses à la République islamique de Mauritanie, et a également conclu qu'un certain nombre de protocoles d'accord seraient bénéfiques aux deux pays.

À cet égard, le président de la République a donné pour instructions de créer un Comité Suprême dirigé par le Premier ministre, chargé de suivre la mise en œuvre stricte et rapide des termes de ce partenariat.

Le Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté les deux communications suivantes :

-communication relative à la situation intérieure ;

-Communication relative à l’état d’avancement du plan d’action du secteur de l’Intérieur et de la Décentralisation.

Cette communication fait le point sur l'état d'avancement du plan d'action du Ministère, les contraintes rencontrées et les perspectives de mise en œuvre.

La Ministre des Affaires Sociales, de l’Enfance et de la Famille et le Ministre de l’Enseignement Secondaire et de la Formation Technique et Professionnelle ont présenté une communication conjointe relative à la formation des formateurs en enseignement spécialisé.

Cette communication va mettre en pratique l’engagement, le programme et la volonté du Président de la République. Il s’agit de mettre un personnel formé, compétent dans certains domaines, à la disposition des centres d’accueil, des hôpitaux, des associations spécialisées, des écoles pour assurer une prise en charge professionnelle de cette population fragile et parfois dépendante.

Le Ministre de l’Emploi, de la Jeunesse et des Sports et le Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Modernisation de l’Administration ont présenté une communication conjointe sur la gestion et la délivrance des permis de travail.

L’amélioration de la gestion de la main d’œuvre étrangère répond à un double objectif : d’une part, protéger la main d’œuvre nationale contre toute concurrence que pourrait lui opposer la main d’œuvre étrangère, à qualification professionnelle égale et, d’autres part, répondre aux besoins du pays en compétences étrangères nécessaires au développement de son économie et la promotion des projets d’investissement.

Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes :

Secrétariat Général de la Présidence de la République

Zone Franche

Secrétariat Général

Secrétaire Générale : Bewba Mint El Khaless

Ministère de la Justice

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Mohamed Ould Ahmed Aida

Cabinet du Ministre

Chargé de Mission : Mohamed Ould Boubacar Ould M’Bareck

Conseillère : Nevissa Mint Cheikh Mohamed El Houssein

Inspection Générale de l’Administration Judiciaire et Pénitentiaire

Inspecteur Général : Jemal Ould Agatt

Inspecteur Général Adjoint : Ahmed Lemrabott Ould Cheikh

Inspecteurs

-Issa Ould Ahmed

-Yacoub OuldKhabouzi

-Dia Abderrahmane Samba

- Lehbib Ould Mohamed

-Eide Atialla

- Babe Ahmed Abdellahi

-Mane Mint Ahmed

-Khadijetou Francois Cissé

-El Moustapha Kharchi

-Ahmed Mohamed Lemine El Boukhari

Ministère des Affaires Étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Ahmed Ould Dié

Ministère de la Défense Nationale

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Général de Brigade Mohamed Vall Ould Maïf

Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation

Secrétariat Général

Secrétaire Général :Mohamed Ould Soueidatt

Ministère de l’économie et de l’Industrie

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Ali Soumaré

Ministère des Finances

Secrétariat Général

Secrétaire Général :Mokhtar Ould Ahmed Ould Ely

Chargé de Mission : Tarr ould Sid’El Moustaph

Ministère des Affaires Islamiques et de l’Enseignement Originel

Secrétariat Général

Secrétaire Général :Dr Hamoud Ould Cheikhna

Ministère de l’Enseignement Fondamental et de la Reforme du Secteur de l’Education Nationale

Secrétariat Général

Secrétaire Général :Idomou Ould Abdi Ould Jyed

Ministère de l’Enseignement Secondaire et de la Formation Technique et Professionnelle

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Ahmed Ould Deddahi Ould Mokhtar

Ministère du Pétrole, des Mines et de l’Energie

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Tall Ousmane

Ministère de la Fonction Publique, du Travail, et de la Modernisation de l’Administration

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Ahmed Ould Mohamed Mahmoud Ould Deh

Ministère de la Santé

Secrétariat Général

Secrétaire Général :Dr Halima Ba Yahya

Ministère des Pêches et de l’économie Maritime

Secrétariat Général

Secrétaire Générale :El Alya Mint Menkouss

Établissements Publics

Port de Tanit

Directeur Général Adjoint : El Meimoune Ould Kherchev

Ministère du Commerce et du Tourisme

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Ahmed Salem Ould Bohoddé

Cabinet du Ministre

Conseillère Technique Chargéé du Commerce Extérieur : Nebghouha Mint El Ghoutoub, précédemment Directrice Adjointe à la Direction de la Promotion du Commerce Extérieur

Conseillère Technique Chargée de la Communication : Vatma Mohamed Abdellahi El Mouna

Conseiller Technique Chargé des questions juridiques : Sidi Ould Mohamed AbdellahiHad

Inspection Interne

Inspectrice : Meymouna Mohamed Lemine Habiboullah, précédemment cadre au Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et des Technologies de l’Information et de la Communication.

Administration Centrale

Direction de la Concurrence, de la Protection des Consommateurs et de la Répression des Fraudes

Directeur : El Moustapha Eleya, précédemment Directeur Adjoint à la même Direction.

Directeur Adjoint ; Mohamed El Mokhtar Houssein, précédemment Chef de Service à la même Direction.

Direction du Tourisme

Directrice : Mariem Mint El Bechir, précédemment Directrice Adjointe à la même Direction.

Directeur Adjoint : Yacoub Hamza.

Direction de la promotion du Commerce Extérieur

Directrice : Jemila Abdel Vettah

Directeur Adjoint : Mohamed Lemine Vaida

Direction des Etudes, de la Programmation et de la Coopération

Directeur : Dialel Guisset

Directeur Adjoint : Mohamed Jiddou Ould Cheick Seyidi, précédemment Cadre au Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et des Technologies de l’Information et de la Communication.

Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Mohamed Mahmoud Ould Sidi

Ministère du Développement Rural

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Zeinebou Mint Ehmednah

Ministère de l’équipement et des Transports

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Sadvi Sidi Mohamed Samba

Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Mohamed Ould Abdellahi Salem Ould Ahmedouah

Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et des Technologies de l’Information et de la Communication

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Sidi Maouloud Brahim Hemdatt

Cabinet du Ministre

Conseiller Chargé du Suivi-Evaluation : Ahmed Salem Ould El Ghaouth

Etablissements Publics

Institut Universitaire Professionnel (IUP)

Directeur : Abdel Jelil Ould Houeibib

Ministère de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Ahmedou Ould Khteira

Ministère de l’Emploi, de la Jeunesse et des Sports

Secrétariat Général

Secrétaire Général :Dr Abdi Salem Ould Cheikh Saad Bouh

Ministère des Affaires Sociales de l’Enfance et de la Famille

Secrétariat Général

Secrétaire Général :Mohamed Mahmoud Ould Sidi Yahya

Ministère de l’Environnement et du Développement Durable

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Abdoul Mamadou Barry

Secrétariat Général du Gouvernement

Caisse des Dépôts et Développement (CDD)

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Mohamedou Ould Cheikh Abdallahi

Ministère délégué auprès du Ministre de l’Economie et de l’Industrie, chargé de la Promotion des Investissements et du Développement Industriel

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Ahmed Mahmoud Ould Soueid’Ahmed.

Source : Agence Mauritanienne d'Information