Mon06182018

Last update09:43:37 PM GMT

Back Sport Sport Sport en Mauritanie

Santé en Mauritanie

En attendant de mieux voir, les médecins mettent un terme à leur grève

En attendant de mieux voir, les médecins mettent un terme à leur grève En grève depuis 45 jours, les médecins ont décidé, samedi 16 juin, de suspendre pendant deux semaines leur mouvement afin, justifient-ils, de « donner une chance à une médiation jugée sérieuse ». « Cette médiation est conduite par des personnalités publiques fiables en dehors du gouvernement et munies de garanties précises », explique-t-on.

Les médecins ont pris cette décision au cours d’une assemblée générale à huis-clos de l’Union Générale des Médecins et des spécialistes mauritaniens destinée à discuter les développements de la grève et des chances d’aboutir de la médiation engagée. S’adressant à ses collègues, lors de l’AG, le Docteur Mohamed Ould Mohamed Lemine « Dahya », président du syndicat des médecins spécialistes, avait rassuré :

« La présente médiation garantit l’engagement de satisfaire les revendications des médecins et d’arrêter la grève », soulignant que par le passé le syndicat a rejeté un certain nombre d’offres de médiations.

En effet, les grévistes ont décidé de saisir la perche tendue par la ministre de la fonction publique et de la modernisation de l’Administration, mandatée par le Chef de l’Etat. Il a salué la démarche du médiateur entre les médecins et le ministère de la Santé, affirmant qu’il était un intermédiaire de confiance.

Dahya a appelé les médecins présents à l’Assemblée générale à renouveler la confiance dans les dirigeants de la grève pour achever le processus de négociation en cours.

Concernant les craintes de mettre fin à la grève sans satisfaction des exigences des médecins, Ould Dahya a signalé qu’il était possible de revenir à la grève, après une semaine ou deux, si les engagements du médiateur n’étaient pas respectés.

Le secrétaire général de l’Association des médecins spécialistes a ajouté que le gouvernement aimerait que la grève continue, parce que cela a un impact sur la réputation des médecins, en soulignant que les médecins sont régis par l’éthique d’une profession et qu’ils doivent y prêter attention Le gouvernement utilise la manière forte pour briser la grève des médecins. Ces derniers entendaient passer à une vitesse supérieure, en réaction aux mesures de représailles.

Organisée par les deux syndicats des médecins généralistes et spécialistes, cette grève, observée à 95% sur l’étendue du territoire national, est motivée par des revendications salariales et l’amélioration des conditions de travail.

Dans une mesure de sanction, le ministère de la Santé, qui qualifie le mouvement d’illégal, a annoncé la suspension des salaires des grévistes et procédé au limogeage de plusieurs de leurs responsables qui occupaient des postes de responsabilités au sein de plusieurs établissements hospitaliers.

Réagissant à cela, les grévistes ont résilié collectivement leurs contrats avec l’hôpital militaire de Nouakchott. En dépit de cet arrêt de travail, un service minimal est assuré dans toutes les structures d’urgence du pays. Les grévistes avaient décidé de passer à la vitesse supérieure en instituant au cours de cette quinzaine, la rotation des urgences au sein des établissements hospitaliers de Nouakchott.

Source : L'Authentique (Mauritanie)

 

 

Suspension de la grève des médecins mauritaniens

Suspension de la grève des médecins mauritaniens Les médecins mauritaniens ont décidé de suspendre pendant deux semaines leur grève qui dure depuis 45 jours pour donner une chance à la médiation jugée sérieuse, a-t-on appris de source sûre samedi à Nouakchott.

« Cette médiation est conduite par des personnalités publiques fiables en dehors du gouvernement et munies de garanties précises », a expliqué à APA une source proche du dossier qui, selon elle, est désormais sur le bureau du président de la République.

Les médecins ont pris cette décision au cours d’une assemblée générale à huis-clos destinée à discuter les développements de la grève et des chances d’aboutir de la médiation engagée.

Organisée par les deux syndicats des médecins généralistes et spécialistes, cette grève, observée à 95% dans l’ensemble des villes mauritaniennes, est motivée par des revendications salariales et l’amélioration des conditions de travail.

Dans une mesure de sanction, le ministère de la Santé mauritanien qui qualifie le mouvement d’illégal a annoncé la suspension des salaires des grévistes et procédé au limogeage de plusieurs de leurs responsables.

Réagissant à cela, les grévistes ont résilié collectivement leurs contrats avec l’hôpital militaire de Nouakchott. En dépit de cet arrêt de travail, un service minimal est assuré dans toutes les structures d’urgence du pays.

Source : Apanews

 

 

Mauritanie : mise en garde aux cliniques privées employant des médecins du public

Mauritanie : mise en garde aux cliniques privées employant des médecins du publicLe ministère de la Santé mauritanien a adressé, jeudi, une mise en garde aux cliniques privées qui emploient des médecins travaillant dans le secteur public en dehors des horaires et lieux de travail officiels, a-t-on appris de source sûre à Nouakchott.

Suite à des missions d’inspection dans les cliniques privées, il a été constaté que des fonctionnaires publics y travaillent sans autorisation, a indiqué le ministère dans une lettre adressée aux responsables desdites cliniques, rappelant que tout manquement constaté expose les contrevenants aux sanctions prévues dans ce domaine.

Cette mesure est perçue comme étant un cran supplémentaire monté sur l’échelle des pressions exercées par le ministère sur les médecins qui observent une grève illimitée depuis plus d’un mois.

La quasi-totalité des médecins du secteur public mauritanien exercent dans des cliniques privées en dehors de leurs horaires de travail dans les hôpitaux de l’État.

Dans la même logique, le ministère a procédé au relèvement d’un bon nombre de médecins généralistes et spécialistes de leurs fonctions dans les structures sanitaires publiques.

De leur côté, les grévistes ont décidé de résilier de manière collective leurs contrats avec l’hôpital militaire de Nouakchott.


Le ministère de la Santé limoge de nouveaux spécialistes de leurs fonctions dans les hôpitaux

Le ministère de la Santé limoge de nouveaux spécialistes de leurs fonctions dans les hôpitaux (Noms)Le Ministère de la santé poursuit ses mesures punitives contre les spécialistes en service dans les hôpitaux de l’intérieur du pays, pour avoir participé à la grève ouverte observée par les médecins, qui entre dans son second mois.

Ont été ainsi limogés :

- le Chef de service de cardiologie et maladies cardio-vasculaires à l'hôpital de Kiffa Dr. Yahya Ould Sidi Moctar,

- le chef de service de chirurgie à l'hôpital de Kiffa Dr. Mohamed Ould Bakar,

- le chef de service de cardiologie à l'hôpital de Nouadhibou Dr. Zeine Ould Ahmed Cherif,

- le chef de service de radiologie de l'hôpital de Nouadhibou Dr. Ahmed Qhassem,

- le chef de chirurgie orthopédique et articulaire à l'hôpital de Nouadhibou Dr Baba Sidatt,

- le chef de Service d'anesthésie et de réanimation à l’hôpital de Nouadhibou Dr. Moulay Cherif

Le département de la santé avait licencié récemment le syndicaliste Dr Mohamed Ould Mohamed Lemine dit Dahiye de son poste de chef du département des maladies internes à l’hôpital national.

Dénonçant ces sanctions, les médecins ont prôné l’escalade dont la possibilité de démissionner de leurs fonctions de chefs de services des départements, si le ministère de tutelle ne fait marche arrière dans 15 jours dans sa politique arbitraire

Traduit de l’Arabe par Cridem
Source : Alakhbar (Mauritanie)

 

 

 

Les médecins grévistes protestent à l'intérieur de l’hôpital national

Le syndicat des médecins grévistes a organisé ce mardi matin, 05 juin courant, un sit-in à l’intérieur du Centre hospitalier National à Nouakchott, dit l’Hôpital national.

Des dizaines de médecins affiliés au dit syndicat, dont des généralistes et des spécialistes, ainsi que des infirmiers et des agents de santé ont pris part à cet élan de contestation.

Les protestataires ont renouvelé leurs doléances et réaffirmé leur détermination à poursuivre leur débrayage jusqu’à leur satisfaction.

« Les prochaines semaines verront des mesures d’escalade dont la limitation des services aux urgences en plus de la centralisation des opérations chirurgicales », ont indiqué les grévistes, qui ont dénoncé le désintérêt témoigné par les pouvoirs publics à leurs revendications.

Traduit de l’Arabe par Cridem

Source : Alakhbar (Mauritanie)

 

Mauritanie : les médecins grévistes font monter les enchères

Mauritanie : les médecins grévistes font monter les enchères Les médecins mauritaniens, en grève illimitée depuis un mois, ont décidé de faire monter les enchères au cours d’une réunion d’évaluation tenue à Nouakchott, a-t-on appris de source médicale dimanche dans la capitale mauritanienne.

Au premier plan des mesures d’escalade décidées figure la résiliation collective des contrats liant les grévistes avec l’hôpital militaire de Nouakchott à partir de ce lundi.

Ladite grève est organisée conjointement par les deux syndicats des médecins généralistes et spécialistes qui réclament l’amélioration des conditions de travail et la revalorisation des salaires.

Réagissant au mouvement d’humeur, le ministère de la Santé mauritanien a pris des mesures punitives dont le limogeage du président du Syndicat des médecins spécialistes de sa fonction au Centre hospitalier national de Nouakchott (CHN) et la menace de suspendre les salaires de tous les grévistes.

Si le limogeage de leur collègue n’est pas annulé au bout de 15 jours, les médecins menacent d’aller vers des démissions collectives de tous les chefs de division au CHN.

Les grévistes ont aussi prévu de limiter la permanence dans les urgences à tour de rôle à un seul hôpital par semaine à compter du 1er juillet, faute de satisfaction de leurs revendications.

Jusque-là, les services des urgences dans tous les hôpitaux étaient exemptés des arrêts de travail.

Les grévistes soulignent en outre que « les décisions arbitraires et illégales » ne feront que renforcer leur détermination et leur attachement à leur « cause juste ».

Source : Apanews

 

 

Les médecins grévistes pestent contre le limogeage d’un des leurs

Les médecins grévistes ont dénoncé fermement la mesure « illégale » qui a visé le président du syndicat  des médecins spécialistes, le Docteur Mohamed Dahiya. Une mesure contraire, selon eux, à «  la protection juridique qu'offre toute grève légitime et respectant les conditions mentionnées dans l'article 267 du code mauritanien du travail ».


En solidarité avec leur collègue, les médecins  chefs des services hospitaliers de l'hôpital national projettent de démissionner collectivement  d’ici une quinzaine de jours si aucune annulation de la  décision arbitraire et illégale visant le Dr Dahiya n'est prise.


Les médecins grévistes comptent  centraliser les urgences à partir du premier Juillet 2018 dans un seul établissement hospitalier chaque semaine et de façon rotative. Ils entendent également  résilier tous les contrats de travail liant les médecins civils à l'hôpital militaire de Nouakchott à partir du Lundi prochain 04 mai 2018.Les protestataires vont intenter des actions en justice pour annuler la décision du directeur du CHN. Un sit in est programmé, le mardi 5 juin à 10h à l’hôpital national.


«  Il est évident pour tout le monde que de telles mesures arbitraires et illégales ne vont que nous pousser à être, plus que jamais, attachés à notre cause légale; c'est pour cela nous lançons un appel à l'union des tous les médecins jusqu'à l'obtention de nos droits et la réalisation des nos doléances ; ce qui nécessite de grands sacrifice », concluent les grévistes.

Pour rappel, le  chef du département "médecine interne", Docteur Mohamed Ould Mohamed Lemine « Dahya » a été viré de son poste par le directeur du Centre hospitalier national, par note datée du 31 mai 2018. Au motif  de grève. Conformément à la loi 93-09 du 18 janvier 1993 portant statut général des fonctionnaires et agents contractuels de l’Etat qui stipule en son article 21 que la «grève est notamment interdite aux directeurs et chefs de service es établissements publics à caractère administratif

Source : lecalame.com (Mauritanie)

 

 

Front social: le syndicat des pharmaciens entre dans la danse

Front social: le syndicat des pharmaciens entre dans la danseLe syndicat des pharmaciens (SPM) a introduit ce lundi un préavis de grève auprès du Ministre de le Santé. Dans un communiqué distribué à la presse, le SPM menace d’entrer dans la danse et rejoindre les trois autres syndicats de santé en grève si les autorités sanitaires ne répondent pas à ses exigences.

La plate forme revendicative du syndicat tourne au tour de la révision du code de la santé applicable aux pharmacies, la participation de ses membres aux Conseils d’Administration des structures publiques en relation avec les médicaments et les analyses médicales, la révision des salaires, le renforcement de la formation continue et le recrutement des diplômés chômeurs en pharmacie.

Le syndicat demande également la réactivation des pharmacies au niveau des hôpitaux, l’établissement de la liste des médicaments homologués et l’implication du syndicat dans les études techniques sur les médicaments.

Enfin, le Syndicat exige une assurance maladie pour tous les Mauritaniens et la gratuité des analyses de médicaments suspectés par le syndicat.

Il semble que les braises de la crispation sociale aient reçu assez de souffle pour finalement embraser tout le secteur de la santé. En attendant, la fin de ce bras de fer, les groupes vulnérables souffrent dans le silence et l’indifférence, le martyr.

Source : Rimeco (Mauritanie)

 

Les médecins révèlent leurs salaires et ceux des médecins étrangers

Les médecins révèlent leurs salaires et ceux des médecins étrangersLes médecins grévistes ont révélé les montants totaux de leurs salaires annuels, ainsi que les montants annuellement payés aux médecins étrangers, démentissant ainsi les chiffres que le ministre de l’Economie et des Finances Ould Ndjaye a communiqué aux parlementaires.

Les médecins, dans un post publié sur la page Facebook de leur grèves, ont
​​déclaré que le nombre total de médecins mauritaniens dans le pays est de 707, dont 329 spécialistes et 378 médecins généralistes.

Alors que le nombre de médecins étrangers est de 45, soulignant que toutes leurs spécialités sont disponibles au niveau des médecins mauritaniens. Les médecins ont souligné que le salaire du médecin spécialiste est de 230 mille ouguiyas par mois . Cela signifie que le total des salaires des spécialistes (329 spécialistes) ne dépasse pas 909 millions d’ouguiyas par an.

Les salaires des médecins généralistes se montent à 180 mille ouguiyas par mois, Ce qui équivaut pour 378 médecins 816.millions d’Ouguiyas par an.

Les médecins ont déclaré que le smedecins étrangers coûtent chaque année au Trésor public mauritanien 605 millions d’ouguiyas alors que leur nombre ne dépasse pas 45 médecins.

Dans ce chiffre ne sont pas compris les frais de déplacement et de logement. Les techniciens étrangers de haut niveau, reçoivent eux, un salaire de 700 mille ouguiyas par mois.

Dans leur réponse au ministre de l’Economie et des Finances, les médecins ont souligné qu’ils ne veulent que standardiser les salaires en fonction du rang scientifique , des efforts et responsabilités qui incombe à chaque médecin , avertissant que le médecin est le seul cadre de la fonction publique qui assure les permanences de nuit.

Source : alakhbar.info

Traduit par Adrar.Info


 

 

Les médecins décident à l’unanimité de continuer la grève

Les médecins décident à l’unanimité de continuer la grève Le bureau exécutif du syndicat des médecins spécialistes mauritaniens s’est réuni le dimanche 20 mai en session ordinaire comme tous les week-ends. Ordre du jour : évaluation de la grève, perspectives et programme de la semaine prochaine.

- Le bureau demande à tous les adhérents d’être plus patients, plus de solidarité, cohésion et persévérance dans cette optique d’impasse qui plane.

- insiste sur la diffusion des messages sur les réseaux sociaux, messages clés, succincts, lisibles et compréhensibles par tous visant à mieux vulgariser et faire entendre notre cause.

- Réitère sa volonté d’aller jusqu’au bout de nos revendications justes par les moyens disponibles.

- l’organisation d’un sit-in à l’hôpital Zayed le mardi à 10h.

- après concertation, mûre réflexion et débat sur les demandes de nos collègues et exigences de nos employeurs en privé; la balance était pour l’autorisation de l’exercice privé à partir du lundi 14 mai 2018.

- Le bureau n’épargnera aucun effort pour rendre l’accès facile aux soins pour les plus démunis. Les idées des uns et des autres sont toujours les bienvenues.

Notre force est dans notre unité.
Le bureau exécutif

Source : Le Calame (Mauritanie)

 

Les médecins grévistes boycottent les émissions ramadanesques de la TV et radio d’Etat

Mauritanie: RFD Les médecins grévistes en Mauritanie ont annoncé leur boycott des programmes du Ramadan diffusés par les médias d’Etat, la télévision et la radio.

Les médecins ont confirmé dans une circulaire interne au corps médical qu'ils ont décidé de boycotter le programme "Sous la Tente Ramadanesque" diffusé chaque nuit pendant le mois sacré du Ramadan, par la télévision mauritanienne et qui recevait sur son plateau des Faghihs et des médecins pour répondre aux questions des citoyens.

Ils ont également décidé de boycotter la "soirée du Ramadan" diffusée par la radio d’Etat mauritanienne.

Les médecins ont indiqué qu’ils animent une diffusion en direct sur la page "grève des médecins" à travers les réseaux sociaux, un programme au cours duquel un médecin répondrait tous les soirs, aux questions posées par les citoyens se rapportant à la santé pendant le mois de ramadan.

La décision du boycott par les médecins des programmes de la Tv et radio intervient alors que la grève s’intensifie et que le ministère de la Santé a reçu l’ordre de suspendre les salaires des médecins en grève.

Source : Al akhbar.info (Mauritanie)
Traduit par Adrar.info


 

Les médecins menacent de prendre des mesures d'escalade

Les médecins menacent de prendre des mesures d'escaladeLe porte-parole des médecins grévistes a menacé le recours à temps opportun des Docteurs à des mesures d’escalade dont les effets seront palpables, contrairement à celles prises par circulaire par le ministère de tutelle, après avoir échoué à trouver une issue salutaire à la crise qui frappe le secteur depuis plusieurs jours.

Le porte-parole a réaffirmé la ferme volonté des grévistes de poursuivre leur débrayage, précisant qu’ils sont conscients des pressions et des chantages que le département exercera sur eux afin de les emmener à reprendre le travail des les hôpitaux et les centres de santé.

Il a qualité également la menace du ministère de la santé de suspendre les salaires des grévistes de sans importance, dés lors où ces émoluments sont initialement insignifiants, a-t-il dit.

Il a souligné par ailleurs qu’ils resteront de marbre devant ces mises en garde officielles, qu’ils consolideront leur mouvement de grève jusqu’à la satisfaction de leurs revendications, qualifiant l’Epée de Damoclès brandie sur leur tête par le département, de signe à inscrire plutôt au crédit de leur juste cause.

Source : Essahraa (Mauritanie)

 

Grève des médecins: le gouvernement durcit le ton

Gréve des médecins: le gouvernement durcit le tonDéclenchée depuis bientôt un mois sur toute l’étendue du territoire national, la grève générale des blouses blanches connait de nouveaux rebondissements avec les menaces proférées par le gouvernement de suspendre les salaires des grévistes et la fermeture de leurs cliniques privées.

Du côté des syndicats, on estime que ce durcissement de ton et ces intimidations ne contribuent guère a décanter la situation et que les blouses blanches ne sont point prêts à lever leur mot d’ordre de grève et donc, le calvaire des patients continue de plus belle.

En effet, le gouvernement mauritanien a brandi des menaces de sanctions contre les médecins en grève. des sources indiquent que la menace du premier ministre de suspendre les salaires a été transmise par la ministre de la Fonction publique Koumba Ba, à la suite d’une réunion tenue jeudi dernier avec les syndicats.

A l’origine de ce mouvement de contestation qui a débuté depuis bientôt un mois, il faut rappeler que les médecins du secteur public dénoncent l’absence de négociation en vue d’une revalorisation des salaires.

Une chose est sûre, ce bras de fer a des effets néfastes sur les couches les plus vulnérables qui ne peuvent pas s’offrir des soins dans des cliniques privées qui sont souvent chers.

Source : Rimeco

 

Mauritanie/Santé : Mesure officielle qui vise à suspendre les salaires des grévistes

Mauritanie/Santé : Mesure officielle qui vise à suspendre les salaires des grévistesLe ministre mauritanien de la santé, Pr Kane Boubacar a rendu public, ce vendredi 18 mai, une circulaire dans laquelle il demande à tous les Directeurs régionaux des affaires sociales (DRAS) et directeurs généraux des hôpitaux publics d’appliquer la loi sanctionnant tous les médecins et spécialistes qui ont répondu au mouvement de grève lancé par le syndicat de la santé.

Ceci dit que les grévistes seront victimes d’une suspension de salaire, selon le document. Dans la circulaire dont l'Agence Tawary d'Informations a reçu une copie, le ministre a insisté à ce que la loi sanctionnant tout fonctionnaire en abandon de poste de façon irrégulière soit appliquée avec rigueur.

Le ministre a dans la note haussé le ton en exhortant les responsables des DRAS et hôpitaux de faire un recensement exhaustif du personnel en situation irrégulière qui sera sanctionné.

Selon le document, les médecins et spécialistes grévistes n’ont pas respecté la loi autorisant le droit de grève parue en 1971.

Nous rappelons les médecins et spécialistes en service des principaux centres hospitaliers de Nouakchott et de l'intérieur sont en grève depuis un mois. Il s'agit là, d'un mouvement d’humeur qui a paralysé la plupart des services des hôpitaux. Les médecins réclament une hausse de salaires et de meilleures conditions de travail.

A en croire que ce mouvement de "révolte" de la part des fonctionnaires de la santé a semé la panique dans les rangs des patients et leurs parents, a-t-on constaté.

Source : Tawary (Mauritanie)

 

 

Grève des médecins : "débrayage de 90 à 95% de succès", selon le syndicat national de la Santé

Grève des médecins : Le Secrétaire général adjoint du syndicat national de la Santé Dr Abdallahi Ould Mohamed Mahmoud, a révélé en chiffrée, les effets de la grève illimitée observée depuis quelques jours par les médecins et les spécialistes.

Un millier de consultations et 45 à 50 opérations chirurgicales non urgentes, ont été annulées dans les trois grands hôpitaux de la capitale Nouakchott, a-t-il affirmé.

Ce taux n’englobe pas les conséquences de la grève au niveau des différents hôpitaux et centres de santé à l’intérieur du pays, qui ont enregistré des annulations similaires, a-t-il ajouté, créditant le débrayage de 90 à 95% de succès.

Le travail médical a été entièrement paralysé à l’exception des cas que les grévistes ont convenu de prendre en main, a souligné le syndicaliste.

« Les 80 examens par Scanner prévus ce mardi à Nouakchott ont été annulés », a-t-il dit, rappellent les sacrifices consentis par les grévistes pour éviter toute escalade, indiquant que « leur débrayage légitime » se poursuivra, avec responsabilité et respect de la loi.

Traduit de l’Arabe par Cridem
Source : Alakhbar (Mauritanie)

 

Mauritanie : les médecins annoncent une grève au niveau national

Mauritanie : les médecins annoncent une grève au niveau nationalLes médecins mauritaniens ont annoncé lundi l’entame dès lundi prochain d’une grève ouverte. Les médecins ont déclaré que leur débrayage qui est entré dans sa troisième semaine à Nouakchott a été très largement suivi pour avoir dépassé 95%, aussi bien à Nouakchott que dans les autres structures sanitaires du pays.

Les médecins ont réaffirmé la poursuite de leur mouvement que dirigent le syndicat des médecins généralistes et celui des spécialistes et que la politique « du bâton et la carotte ne servira à rien, tout comme les séances de négociations stériles et vides de sens ».

Les médecins mauritaniens sont entrés en grève partielle depuis deux semaines pour réclamer l’amélioration des conditions de travail et des travailleurs dans les hôpitaux de même que le niveau des prestations consenties aux citoyens.

Source : Sahara Medias (Mauritanie)

 

 

 

Les hôpitaux mauritaniens paralysés depuis 48h par la grève des médecins

Les hôpitaux mauritaniens paralysés depuis 48h par la grève des médecinsMercredi 25 avril courant est la seconde journée consécutive du mouvement de grève observé en Mauritanie par les médecins et qui a paralysé les services médicaux dans la quasi-totalité des hôpitaux publics.

Le débrayage est simultanément déclenché les syndicats des médecins généralistes, et spécialistes, indique-t-on.

Les syndicats qui supervisent le mouvement de grève ont fixé deux jours d’arrêt de travail par semaine, au début du débrayage, avec la perspective de le ramener à 3 puis à 5, respectivement au cours de la seconde et la troisième semaines.

Le mouvement évoluera ensuite en grève ouverte.

Aucune partie officielle n’a encore contacté les grévistes pour engager des discussions, a affirmé le président du syndicat des spécialistes Mohamed Ould Dahiye.

Le président des généralistes Abdallahi Ould Said, a quant à lui, crédité le débrayage d’un succès de 95%, au niveau de tous les hôpitaux nationaux.

Traduit de l’Arabe par Cridem
Source : Alakhbar (Mauritanie)

 

L'OMS invite la Mauritanie à accroitre le financement national de la lutte contre la tuberculose

L'OMS invite la Mauritanie à accroitre le financement national de la lutte contre la tuberculoseLa Mauritanie a célébré samedi, à l’instar de la communauté internationale, la journée mondiale de lutte contre la tuberculose, sous le thème : "Avis de recherche : des chefs de file pour un monde exempt de tuberculose".

L’évènement a donné lieu à une compagne de sensibilisation de grande envergure impliquant les organisations de la société civile sur la nécessité de compléter et suivre correctement le traitement de la maladie.

S’exprimant pour l’occasion, le secrétaire général du ministère de la santé, M. Ahmed Ould Sid’Ahmed Ould Dié, a précisé que la tuberculose constitue un sérieux problème de la santé publique et que son département assure la prise en charge de tous les patients, surtout ceux issus des franges démunies, en application des directives du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, traduites dans les faits par le gouvernement du Premier ministre, M. Yahya Ould Hademine.

Il a ajouté que son département a inscrit une stratégie de lutte contre cette pathologie dans son plan national de développement sanitaire (PNDS) 2012-2020.

Pour sa part, le représentant de l’OMS à Nouakchott, Dr. Abdel Salam Guey, lu le message de la directrice régional de l’OMS pour l’Afrique, Dr Mathshidiso Moeti qui note qu’en dépit des progrès remarquables obtenus dans la lutte antituberculeuse, l’Afrique continue à ployer la plus lourde charge de tuberculose au monde et que nos structures de santé ne détectent que 50% des cas existants.

Elle a invité les gouvernements à accroitre le financement national de la lutte contre la tuberculose, prendre la responsabilité et veiller à ce que les médicaments et essentiels et fournitures de laboratoire soient toujours disponibles.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

 

Le Pr. Mohamed Ly, un cœur qui bat pour l’Afrique

Vidéo. Le Pr. Mohamed Ly, un cœur qui bat pour l’Afrique Spécialiste en chirurgie thoracique et cardio-vasculaire à l’Institut Marie Lannelongue (IML), en France, le professeur franco-mauritanien Mohamed Ly travaille depuis plus de dix ans à faire bénéficier les pays africains de son expertise.

Il a notamment fondé en 2013 avec d'autres médecins l’Association française du cœur pour l’Afrique de l’ouest (AFCAO). Interview. Né en Mauritanie en 1969, fils d’agriculteur, le professeur en chirurgie thoracique et cardio-vasculaire Mohamed Ly a fait ses études primaires et secondaires à Nouakchott, a été étudiant en médecine en Tunisie où il a passé sa thèse et obtenu le Doctorat.

Il est ensuite allé à Paris où il a refait le cursus hospitalo-universitaire si bien qu’il a obtenu l’agrégation de chirurgie cardiaque. Un parcours d’excellence s’il en est, qui le conduit maintenant à opérer en Afrique des patients atteints de maladies cardiaques, notamment des enfants.

Pour JA, il revient sur sa trajectoire peu ordinaire et ses projets pour le continent.

Jeune Afrique : Que vous reste-t-il de votre jeunesse à Nouakchott ?

Mohamed Ly : Un grand attachement à ma famille et à mon pays d’origine. Il a été le premier où dès 2001, je suis allé opérer des maladies des artères et des maladies du cœur les années suivantes.

Comment se sont passées vos études médicales en Tunisie ?

J’ai beaucoup apprécié mon séjour en Tunisie en raison de l’accueil que j’ai reçu, de la qualité des études médicales et des rencontres professionnelles que j’ai faites avec des Tunisiens évidemment, mais aussi avec des chirurgiens français qui venaient en mission… et qui m’accueilleront plus tard en France. J’ai obtenu en Tunisie le Doctorat en médecine et la spécialité de chirurgien.

Comment êtes-vous arrivé à Paris ?

J’ai été encouragé à me rendre à Paris par les chirurgiens de l’Institut Marie Lannelongue (IML) que j’avais rencontrés à Tunis. J’ai donc pris ce risque et j’ai été accueilli dans cet établissement réputé comme « faisant fonction d’interne » [il s’agit du poste le plus modeste de la hiérarchie hospitalière dans lequel on reçoit encore aujourd’hui de nombreux médecins d’origine étrangère, NDLR].

En repassant des examens et en travaillant beaucoup, j’ai pu refaire le cursus universitaire français de médecine qui m’a finalement permis d’obtenir l’agrégation de chirurgie cardiovasculaire et thoracique en 2010. Ensuite, je me suis spécialisé dans la chirurgie cardiaque pédiatrique. Et me voici, toujours à l’IML, en charge des cardiopathies congénitales… et de l’accueil des malades étrangers.

Ce qui n’est pas pour vous déplaire, semble-t-il. Cependant, votre expérience de 2001 à 2018 a couvert non seulement la chirurgie de l’enfant mais aussi celle de l’adulte ?

C’est tout à fait exact. D’ailleurs dans mes missions en Afrique, j’opère les uns ou les autres selon les situations locales. Mais la chirurgie de l’enfant est particulièrement valorisante puisqu’on transforme un enfant très handicapé à faible espérance de vie en un enfant totalement normal.

« Je tiens beaucoup à ce que je peux faire actuellement pour l’Afrique à laquelle je suis redevable de mon éducation première »


Parlons donc de vos missions….

J’y tiens beaucoup car c’est ce que je peux faire actuellement pour l’Afrique à laquelle je suis redevable de mon éducation première et par conséquent de ce que j’ai pu faire ensuite. Évidemment, c’est d’abord dans mon pays que j’ai fait des missions de chirurgie cardiaque : six entre 2002 et 2004 avec une équipe américaine et des équipes françaises. Mais j’ai opéré également en Tunisie, au Maroc, en Égypte, au Sénégal et récemment à l’Institut de cardiologie d’Abidjan (ICA). Au total plus de 250 malades ont été opérés.

Je dois dire que la réussite de ces missions tient beaucoup à l’aide que m’apporte l’IML pour les préparer et les réaliser : c’est une base arrière solide et sécurisante. En complément l’IML reçoit des chirurgiens et des cardiologues africains en formation et reçoit aussi de plus en plus d’Africains parmi les malades étrangers qui viennent se faire opérer et que je me charge d’accueillir.

Ainsi l’IML est devenu officiellement « Centre de référence internationale pour les cardiopathies congénitales, la chirurgie thoracique et vasculaire ».

Est-ce pour faciliter les missions chirurgicales que vous avez fondé l’Association française du cœur pour l’Afrique de l’ouest (AFCAO) ?

L’objectif de l’AFCAO est d’opérer, d’informer et d’éduquer. Ceci inclut évidemment la chirurgie cardiaque, mais plus largement la pratique cardiologique et la prévention en particulier celle des cardiopathies rhumatismales (dont on pourrait débarrasser l’Afrique subsaharienne) et celle des maladies coronaires (qui se développent).



Qui accueillez-vous comme membres de l’AFCAO ?


Actuellement ce sont surtout des médecins et des personnels médicaux africains et français. Mais l’Association est ouverte à tous ceux qui partagent nos objectifs et veulent participer à leur réalisation. Les informations utiles peuvent être trouvées sur le site « afcao.org ».

Dans vos activités africaines êtes-vous en contact (en concurrence ?) avec des ONG plus anciennes ayant des objectifs comparables aux vôtres, la Chaîne de l’Espoir dirigée par le professeur Alain Deloche notamment ?

J’ai de bons rapports avec la Chaîne de l’Espoir ; j’ai d’ailleurs fait une mission au Sénégal pour cette organisation. Autre ONG, le « Mécénat de chirurgie cardiaque », créé par madame le professeur Leca, fait venir des malades en France pour les faire opérer ; je suis heureux de recevoir à l’IML ceux qu’elle me confie. C’est dire que nous ne sommes pas en concurrence et ne pouvons pas l’être tant les besoins sont grands.

Question plus personnelle : est-ce que votre foi musulmane a entraîné des difficultés dans votre vie professionnelle ?

Aucune. Je pratique un islam authentique et éclairé, accepté très facilement par mon entourage y compris professionnel évidemment.

Quels sont les objectifs que vous vous donnez à partir de votre expérience déjà longue même si votre âge est encore jeune (49 ans) ?

D’abord aider à développer les possibilités de traitement chirurgical offert aux malades là où elles existent déjà. C’est le cas notamment de l’Institut de cardiologie d’Abidjan (ICA) qui dispose de structures adaptées, d’un bon équipement et d’un personnel nombreux et qui a déjà eu une activité de chirurgie cardiaque importante [environ mille malades opérés entre 1977 et 2000 par les professeurs Dominique Métras, Kouame Ouattara, André Coulibaly et Michel Kanga, NDLR].

Je suis prêt à participer, si on me le demande, au renouveau chirurgical de cet établissement déjà en cours grâce au cathétérisme interventionnel qui y est maintenant régulièrement pratiqué.

Le président Houphouët avait fait construire l’ICA en 1976 pour faire de la chirurgie cardiaque en Afrique subsaharienne, une première à l’époque…

Mais l’aide de l’AFCOA ne sera jamais exclusive. Je souhaite en faire bénéficier d’autres centres cardiologiques à Dakar notamment où la chirurgie cardiaque est pratiquée depuis plusieurs années et à Nouakchott où elle se met en place. N’oublions pas que les besoins sont immenses.

Mon projet est aussi de construire et d’organiser un centre chirurgical de référence pour opérer les maladies congénitales du cœur dites « complexes » dont les malades qui en sont atteints sont le plus souvent évacués sanitaires y compris à l’IML où j’en reçois.

Ce centre permettrait de former les praticiens à cette chirurgie et à son suivi. Il aurait aussi pour objectif le dépistage anténatal (pendant la grossesse) des anomalies congénitales du cœur afin de mieux les prendre en charge. On pourrait aussi y pratiquer les greffes du cœur.

Par Edmond Bertrand
Source : Jeune Afrique

 

 

Un syndicat mauritanien : l’augmentation des prestations de santé sera catastrophique

Un syndicat mauritanien : l’augmentation des prestations de santé sera catastrophique Le syndicat national de la santé a mis en garde contre la volonté du gouvernement d’augmenter les prestations de santé dans les hôpitaux publics, qui constituera, selon lui, une catastrophe aux conséquences dangereuses, avant d’inviter les autorités à remettre en cause cette décision.

Dans son communiqué distribué lundi, le syndicat déclare que cette décision n’a pas sa raison d’être, et appelle à la gratuité des urgences et l’élargissement de l’assurance maladie aux géniteurs.

« L’équipement des structures de santé et l’amélioration des conditions du personnel médical, ne doivent pas se faire au détriment du citoyen qui a souvent des difficultés d’assurer son quotidien. »

Le syndicat de la santé révèle l’intention du gouvernement de porte le prix de la consultation de 50 MRU à 300 MRU, les opérations chirurgicales de 2500 MRU à 12.000 MRU.

Il rejette cette décision du gouvernement, «incompatible avec le pouvoir d’achat du citoyen » et demande sa remise en cause.

Source : Sahara Medias (Mauritanie)

 

 

 

Mauritanie : quelle vérité à propos du thé contaminé par les pesticides ?

Mauritanie : quelle vérité à propos du thé contaminé par les pesticides ?Des rumeurs persistantes font état depuis quelque temps de la présence d’importantes quantités de pesticides dans le thé importé de Chine. Des rumeurs qui ont porté préjudice aux longues séances de thé, cette tradition mauritanienne qui a traversé les âges.

La controverse autour de cette question est née d’abord au Maroc, quand les services de douane du royaume ont intercepté une cargaison de thé en provenance de Chine, qui n’aurait pas respecté les normes exigées quant au taux de pesticides qui doit être de 2 à 3% seulement, alors que les sources à l’origine de la saisie parlent d’un taux de 5%.

La controverse a franchi les frontières du Maroc, depuis que Dr Zeinebou Mint Haydi a appelé sur sa page facebook à laver et filtrer le thé avant sa consommation afin d’en limiter le taux de pesticides qu’il contient.

Cette recommandation faite par une spécialiste de pédiatrie, cumulant une grande expérience, s’est propagée comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux pour devenir le sujet du jour de tous les mauritaniens.

Sahara Media a rencontré Mint Haydi dans sa clinique privée à Nouakchott et l’a interrogé sur la véracité de ses propos.

Celle-ci a d’abord balayé d’un revers de la main sa volonté d’amener les mauritaniens à abandonner le thé, mais plutôt que sa consommation se fasse dans les normes de santé requises.

Dr Mint Haydi a ajouté que le message posté sur sa page facebook était, à priori, destiné à un cercle restreint d’amis, mais elle ne s’attendait pas à ce que la question prenne les allures d’un sujet d’opinion publique.

En revanche, elle rappelle bon nombre d’interrogations et de doutes formulés par de nombreux pays dont le notre, sur la nature du thé importé de Chine, très nombreux dans nos marchés, sur ses composantes et les produits ajoutés pour le multiplier, ceux destinés à éliminer les ennemis des cultures.

« J’avais voulu donner, a ajouté Dr Haydi, recommander aux consommateurs de laver plusieurs fois le thé avant sa consommation, afin d’en réduire le taux de pesticide et celui des produits cancérigènes. »
Reconnaissant qu’elle n’avait aucune expérience dans le domaine, elle précise qu’elle incriminait une variété précise de thé, « bien ajoute-t-elle que tout ce qui est importé de Chine est objet de suspicions».

Cette question divise la rue mauritanienne, certains demandant la prise de mesures draconiennes par les autorités sur les importations de thé en provenance de Chine, tandis que d’autres demandaient pas plus que soumettre les quantités disponibles sur le marché aux examens dans les laboratoires pour s’assurer de leur conformité aux normes exigées et que par conséquent elles n’affectent pas la santé du consommateur.

Sahara Media a tenté d’obtenir, auprès des autorités officielles, une réaction sans succès, comme l’a été la tentative du secrétaire général de l’association mauritanienne pour la défense des consommateurs, El Khalil O. Khairi, à la date du lundi 5 mars.

Dans un entretien avec Sahara Media, O. Khairi a dit que la question de la contamination du thé par les pesticides a d’abord été révélée au Maroc, l’un des plus grands consommateurs de thé.

Un pays qui avait adopté les critères européens relatifs à la qualité et la sécurité alimentaire qui fixent au plus à 2 ou 3% seulement le taux des pesticides, alors que la Chine exporte un thé à 5% de taux de pesticides.

O. Khairi révèle avoir contacté, dès le début de la controverse, l’association marocaine pour la protection des consommateurs qui lui certifié que le pays avait adopté, depuis 2016, les normes européennes, et que les douanes marocaines avaient intercepté une cargaison de thé en provenance de Chine qui n’était pas conforme aux exigences requises.

Le secrétaire général de l’association mauritanienne pour la protection des consommateurs reconnaît ne pas avoir la possibilité de déterminer le taux réel des insecticides dans le thé disponible sur le marché mauritanien.

Il ajoute toutefois que les membres de la colonie mauritanienne en Chine, que son association a contacté, affirment que les chinois soumettent le thé destiné à la Mauritanie au taux autorisé en Chine, c’est-à-dire 5%.

O. Khairi a enfin demandé aux autorités de mener une enquête dans ce domaine pour déterminer le taux de pesticide dans le thé qui arrive sur le marché mauritanien.

Une enquête, conclut-il qui doit être menée par des parties indépendantes.

Source : Sahara Medias (Mauritanie)