Fri03222019

Last update07:47:24 PM GMT

Back Justice Justice Justice en Mauritanie

Faits Divers en Mauritanie

Un jeune tue ses deux camarades avec des balles réelles à El Voulaniya

Urgent : Un jeune tue ses deux camarades avec des balles réelles à El Voulaniya

Un jeune de la localité d’El Voulaniye, dans la Moughataa de Kobeni, au Hodh Gharbi, à la frontière Sud avec le Mali, a tué ses deux amis par balles réelles.

Selon des premiers échos, le meurtre serait accidentel. Il est survenu au moment où l’auteur du tir mortel recevait ses hôtes dans une résidence sise dans la localité précitée.

Le présumé tueur aurait confié à des parties sécuritaires ne pas être au courant de la présence de balles dans l’arme ; qu’il avait convié les deux camarades pour passer avec lui le week-end, et qu’il voulait leur jouer un mauvais tour devenu un drame.

Un autre tir de balle mortel est survenu récemment au cours d’une cérémonie de mariage. Un non initié au maniement des armes qui voulait tirer en l’air pour donner du ton à la cérémonie a perdu le contrôle du fusil, blessant grièvement une femme parmi les invités à cette fête nuptiale.

Source : Rapid Info

 

Viol collectif sur la route d’Atar d'une bonne sénégalaise enlevée depuis Nouakchott

Viol collectif sur la route d’Atar d'une bonne sénégalaise enlevée depuis Nouakchott

« D.D, domestique sénégalaise vivant en Mauritanie, a été kidnappée à bord d'un taxi et sauvagement violée puis abandonnée par ses bourreaux dans le désert sur la route d' Atar » révèle le quotidien sénégalais L’observateur, selon laquelle, la victime était en route pour son lieu de travail situé à la Cité Plage, à quelques encablures du quai de pêche de Nouakchott.

« Elle ne tarda pas à constater la présence de trois autres personnes en embuscade sur le siège arrière. Prise de panique, elle dit au chauffeur : « je vais descendre au carrefour cité Smar ! » ajouté le confrère, selon lequel la jeune fille n'a pu se sauver des griffes de ses ravisseurs, qui l'ont conduite, de force, en dehors de la ville pour abuser d’elle à tour de rôle, dans un endroit où ses cris et pleurs ne seront pas entendus.

Selon L’Observateur, D.D est née en 1989 à Kaolack. Elle s’est trouvée piégée par ses violeurs impitoyables, quelques minutes après avoir fait son au revoir à ses employeurs dans un quartier résidentiel de Tevragh-Zeina, après avoir déposé le dîner.

Selon le confrère, descendue plus tard que d’habitude, elle s’est installée dans le premier taxi venu à son niveau, sans prendre la précaution de s’assurer qu’elle ne risque pas de danger, surtout qu’à Nouakchott, ce sont les taximen qui sont les plus cités dans les cas d’enlèvement et de viol comme l’illustre le cas de feue Penda Soghé survenu en mars dernier.

Le confrère dit enfin avoir authentifié le drame auprès de l'assistante sociale de l’AFCF Aminata Coura Ly dont l’Ong a pris le dossier de D.D pour porter plainte contre X.

« Remontée contre l'impunité des violences sexuelles faites aux femmes en terre islamique de Mauritanie, la présidente de l'Afcf, Aminetou Mint El Moctar Ely dénonce cette situation en ces termes : « Ce n'est pas la première fois que des femmes sont kidnappées à bord de taxis et violées » ajoute l’Observateur.

« Ce n'est pas normal dans un pays organisé. Nous dénonçons cette situation, qui favorise l'insécurité et demandons aux autorités mauritaniennes de prendre leurs responsabilités de protection des personnes et de leurs biens pour arrêter cette vague de viols en Mauritanie » conclut le confrère.

Source : Rapide Info (Mauritanie)

 

Maroc : mort de seize membres de la garde royale

Seize membres de la garde royale ont été tués et 42 autres blesMarocsés, samedi 10 août, avant l'aube dans un accident de la route près d'Al-Hoceïma, dans le nord du , où ils se rendaient pour préparer une visite du roi Mohammed VI. Le véhicule est tombé dans un ravin, profond de 200 mètres.

Le roi doit se rendre dans les prochaines vingt-quatre heures dans cette région après avoir présidé samedi à Rabat la cérémonie d'allégeance annuelle correspondant au 14e anniversaire de son accession au trône.

 

Cette cérémonie annuelle est souvent contestée par les militants du Mouvement du 20 février qui réclament des réformes politiques profondes au Maroc.

Le Monde

Mauritanie - Les opérateurs de téléphonie rappelés à l'ordre

L’Autorité de régulation des télécommunications en Mauritanie a rappelé les trois opérateurs de téléphonie mobile présents sur le marché à l'ordre, après avoir constaté 'une défaillance dans des proportions variables' du service de téléphonie mobile dans la ville de Nouakchott, la capitale.


A la suite d'une mission effectuée du 09 au 13 juillet, l’instance de régulation a en effet noté 'un taux de perte d’appel de plus de 5 pc, supérieur au seuil maximal autorisé et a envoyé une mise en demeure à Mauritel SA, Mattel SA et Chinguitel SA.

Ces opérateurs de téléphonie mobile ont dix jours, à compter du 23 juillet dernier, pour se mettre aux normes par rapport au cahier des charges.

 


PANA

Assassinat d'une ressortissante russe à Tevragh-zeina

 

 

Le corps d’une ressortissante russe a été découvert ce soir gisant dans le sang, à son domicile près de l’hôtel Aziza. Il semblerait que l’auteur du crime serait sa fille, Pauline, de père mauritanien. Selon nos premières informations, le crime serait la suite d’une dispute qui opposait la fille à sa mère qui lui procurait des conseils qui ne semblaient pas lui plaire.

Une fille de 12 ans violée par l’ami de son père

Pas un jour ne passe à Nouakchott sans son lot d’ignominie, de viols sur mineurs de plus en plus jeune. Cette fois, c’est une enfant de 12 ans qui a été violée et mis en état de grossesse à l’insu de sa famille par un ami de son père, Mohamed Ould Sidi, 33 ans.

Il habite à Mellah, faubourg d’Arafat, mais vient voir souvent un ami, qui loge à Neteg (El Mina). Mohamed Ould Sidi disait à son ami qu’il se sentait à l’aise chez lui. Ainsi, il est rare qu’il rate un week-end sans passer la journée à Neteg, causant avec son ami et sa famille.

A la longue, il avait fini par connaître l’emploi du temps de la famille. Son ami partait tôt le matin au boulot et sa femme se rendait au marché. Ne restait alors à la maison, toute seule, que leur fille de 12 ans sur laquelle Mohamed Ould Sidi avait flashé sans que son ami ne s’en rende compte.

Il commença alors à venir à la maison à ces heures où il était sûr de ne trouver que la fillette toute seule. A la longue, il avait fini par la détourner en abusant d’elle. Au fil des mois cependant, la petite commençait à changer rapidement de morphologie, plus vite que la normale. Sa mère s’en rendit compte.

Vérification faite, elle se rendit compte que non seulement sa petite fille avait perdu sa virginité, mais elle traînait une grossesse. A l’hôpital, les sages-femmes parleront de 5 mois. Acculée, la fillette passa aux aveux et dénonça Mohamed Ould Sidi.

Son père n’en revenait pas. Furieux comme un animal blessé, il se rendit à Neteg mais ce jour-là, Mohamed n’était pas sur place. Heureusement, soupira le père de la fille, car sans cela, il ne serait plus de ce monde pour répondre de son ignominie. Une plainte fut ainsi déposée au commissariat d’El Mina 1.

La fille fut examinée par les sages-femmes sur réquisition médicale et Mohamed Ould Sidi, parce qu’il avait voulu faire de la résistance, fut conduit pieds et poings menottés à la Brigade des Mineurs où le dossier fut transféré. Au commissariat pour mineurs, il nia connaître la fille qu’il est accusé d’avoir violé et engrossé, et nia même connaître son ami et sa femme.

Des assertions que les policiers n’ont eu aucun mal à détruire. Entendu par le procureur de la République et le juge du 4ème cabinet, il a été déposé en prison. Le père de la fille ne parvenait pas à cacher sa colère, estimant que l’Etat doit appliquer la Chari’a pour ce genre de crime.

Rien qu’à penser aux peines dérisoires appliquées dans ces genres de crimes ici en Mauritanie et à l’idée que le bourreau de sa tendre enfant va se retrouver en liberté dans une année ou deux, ça lui faisait monter la moutarde au nez. Il sait que l’avenir de sa fille est sérieusement compromis avec ce bébé qu’elle attend et que personne ne sait encore comment on va le faire naître. « Mais c’est une enfant ! » s’était écrié le juge en la voyant.

Abou Cissé (Source : L'Authentique (Mauritanie)

Une vieille dame morte se réveille à son enterrement et sème la panique : 68 blessés

Mali - La vieille Ramata a été retrouvée, gisant « sans vie » sur son lit dans la matinée du 28 juin à Sikoroni.

L’enterrement prévu pour 16 heures, avant même la confirmation du décès par un médecin, tous les voisins avaient envahi la maison mortuaire.

L’émotion était grande, car tous se souviennent avoir vu, il y a seulement quelques jours, sinon quelques heures auparavant, Ramata, souriante et bavarde au marché du coin.

Mais qu’avait-elle ? S’interrogent les uns et les autres. Absolument rien, répondent les parents de la « défunte ».

La foule était bien nombreuse au rendez-vous funèbre. Et, les personnes indiquées s’affairaient autour du corps, quand, la « morte » d’une voie faible, demanda qu’on l’aide à se relever…

Ce qui s’en suivra est facile à deviner.

Il ne restait à côté de la revenante, que des paires de chaussures, des pagnes, voiles et chapelets.

Voyant toute la foule déguerpir, la vieille femme paniquée, a pu, on ne sait par quel miracle, se débarrasser de sa couverture et prendre elle aussi, ses jambes au cou.

Le bilan de la panique : 40 femmes évanouies, 28 autres piétinées par les fuyards.

Ce sera grâce à l’intervention d’un médecin du coin, que les gens ont été rassurés qu’il ne s’agissait point d’un spectre ou d’un fantôme, mais bel et bien de la vieille Ramata.

Celle-ci, à la suite d’une attaque de diabète avait cessé de respirer et s’était alors effondrée, inconsciente.

Actuellement, la vieille femme se porte à merveille.

 

Boubacar Sankaré pour bamada.net

Une fille kidnapée de Riyadh, retrouvée à Toujounine

 


 

Lundi 1er juillet courant, vers les coups de 18 heures, M.Mint.Mohamed (16 ans) a été enlevée près du Carrefour-Bamako à Riyadh au sud de Nouakchott, par une bande de quatre jeunes à bord d’une Mercedes.
Après avoir passé, deux jours entre les mains de ses ravisseurs, M.Mint.Mohamed a été abandonnée par ses agresseurs non loin d’une station service qui se situe à quelques mètres du commissariat de police de Toujounine 1.
Des passants qui se sont massés autour d’elle ont averti, les services de police qui se sont rendus sur le lieu et après avoir recueilli les témoignages de la fille, ils l’ont conduit à la Brigade des mineurs.

Points chauds

L’IGE à la manœuvre : les conseils d'un Expert pour lui échapper !

Le Président de la République a promis qu’il y aura une intensification de la lutte contre la mauvaise gestion des finances publiques et les détournements des deniers de l’État. Le nouvel élan insufflé à l’action de l’IGE avec la nomination à ses commandes d’un grand commis de l’État, s’inscrit dans cet ordre salutaire.

Le travail fait par cette institution depuis sa création est à saluer à sa juste valeur si tant est qu’elle contribue de plus en plus à apporter la transparence et à faire de la reddition des comptes la règle. Cela suscite la confiance du public et encourage le respect de la loi et de l'ordre public. Ainsi, le contribuable se réjouit de savoir qu’il y a une institution qui veille à l’utilisation saine de son argent ; à ce que des individus, du fait de leur fonction, ne mettent pas cet argent dans leurs poches.

Toutefois, il se réjouirait davantage si les mauvais gestionnaires du denier public, une fois pris, étaient davantage sévèrement sanctionnés. Récemment de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer en plus de la récupération des sommes à l’origine du préjudice, des sanctions pénales exemplaires pour les mauvais gestionnaires publics.


À cet effet les juridictions compétentes seront certainement mises à contribution pour statuer sur les fautes de gestion des ordonnateurs des crédits publics et autres gérants de la fortune publique, en vue d’en tirer les conséquences de droit.


Les conseils de l'Expert : une parodie de leçon sur la chose publique

Par ce sale temps pour les mauvais gestionnaires que nous sommes, je vous prodigue quelques précieux conseils techniques tirés de ma riche expérience pour échapper aux limiers de
l’IGE qui selon nos informations seraient en passe d’effectuer des missions d’investigation auprès de certaines de nos représentations diplomatiques à l’étranger dont la gestion soulèverait des interrogations.

Donc, chers condisciples mauvais gestionnaires, si vous êtes comme moi et que vous avez la chance d’être nommés à l’une de ces hautes fonctions si convoitées à l’étranger, loin du Président et loin des yeux du pouvoir, agissez comme suit :


À votre entrée en fonction

1 - Ne se référer au règlement général de gestion des budgets publics ou au cadre légal relatif aux finances publiques que pour les violer. En conséquence, ne jamais verser les recettes publiques (frais de visas notamment) au compte bancaire de l’ambassade que vous dirigez. L’argent en banque, ça laisse toujours des traces. Vous devez exiger le paiement de toutes les taxes en liquide et ainsi garder vos recettes par devers vous, à portée de main pour en faciliter l’utilisation inodore, incolore et insipide.

2 - Dénoncez tous vos contrats d’assurance pour ne jamais avoir à utiliser les sommes colossales que l’État met généreusement à votre disposition chaque année à l’effet de financer une quelconque assurance maladie en faveur du personnel, lequel vous en sera reconnaissant car, se sachant non-couvert, il s’arrangera en conséquence à ne jamais tomber malade. Et dites aux amis du Budget que ces crédits sont insuffisants pour solliciter mécaniquement des rallonges. Malgré toutes ces bonnes dispositions, si l’un de vos collaborateurs osait tomber malade, haussez le ton et ordonnez-lui avant d'aller voir un médecin, d’épuiser toutes les solutions de pharmacopée traditionnelle en insistant sur les vertus multiples de la gomme arabique dont votre conjoint tiendra un petit commerce.

3 - Concernant les crédits alloués pour vous permettre d’accomplir des missions dans les autres localités de votre juridiction, il ne faut pas trop s’embarrasser des formes. Il suffit d’établir sur votre ordinateur personnel des ordres de mission fictives et engloutir les frais y relatifs sans quitter votre bureau. Tous vos voyages privés et vos différents déplacements entre les quartiers de la ville où vous résidez, peuvent et devront occasionner des frais de mission, tout dépend de vous. Vous pouvez même produire des ordres de mission aux noms de vos collaborateurs à leur insu et ainsi percevoir les frais correspondants en toute discrétion. N’est-ce pas tout à fait régulier ?

4 – Louer les plus petits bureaux possibles proportionnellement à votre ambition pour la Mauritanie. Cela vous permettra de faire des économies sur les loyers que vous gonflerez autant que votre audace et votre cran le permettront. Et Pour les équiper, récupérer des tables usagées, des chaises recyclées et bureaux restaurés auprès des brocanteurs, installez les dans les bureaux, prenez la précaution de diminuer le niveau de l’éclairage dans vos locaux pour les faire passer pour du neuf et le reste, c’est tout simplement une question de fausse facturation. Pour ce faire, rien ne vaut les services au noir de quelques amis filous.

5 - Si par chance il se trouve que dans votre budget figurent des crédits pour organiser des réceptions destinées à la promotion de l’image du pays, là c’est le Jackpot que vous empochez. Utilisez ce chapitre pour financer la bouffe chez vous et chez votre comptable, c’est à cela que se résume l’image du pays : un ambassadeur et un comptable qui mangent bien. Si cela ne suffit pas pour épuiser ces crédits, envoyez vos enfants ramasser les facturettes jetées dans les supermarchés. Elles permettront de justifier le détournement du reliquat. En réalité dans ce domaine tout est question de justificatifs bidons donc toutes les factures qui croiseront votre chemin ou qui se confieront au vent jusqu'au barrage de vos nombreux enfants sont à faire rembourser sur le budget de la Mission que vous dirigez si bien.

6 - Avec quelques emplois fictifs, vous arrivez à accorder un salaire plus que confortable à votre conjoint. Pour ce faire, il suffit de recruter deux ou trois employés pour une courte période d’essai, les renvoyer pour essai non-concluant et continuer avec la complicité précieuse de votre comptable à se faire payer leurs salaires en espèces. Et n’oubliez surtout pas de procéder à des augmentations régulières de salaires pour ces agents fictifs car cela vous profitera directement.

7 – Les voitures ne doivent pas être utilisées pour le service, ainsi vous pourrez faire des économies sur le carburant. Et si vous ne le savez pas, le carburant ça se boit, c’est halal. Laissez les membres de la famille profiter pour apprendre à conduire avec les véhicules de service.

8 - Demandez à votre conjoint de créer une ONG fictive et usez de toute votre influence auprès de vos collègues pour racketter toutes les missions diplomatiques solvables. Inscrivez l’ONG en question sur la liste des attributaires de Zakat auprès des ambassades musulmanes et la faire enregistrer auprès des œuvres chrétiennes de bienfaisance, ça peut rapporter gros, surtout avec les recommandations officielles du Gouvernement mauritanien dont vous êtes le Représentant.

9 - Profitez des passages fréquents des délégations officielles pour expédier gratuitement et frauduleusement la marchandise mal acquise destinées au commerce informel que vous avez ouvert au pays. Pas de taxe douanière, pas de frais de transport…c'est tout bénef.

10 - N’hésitez pas à accuser grossièrement d'atteinte aux intérêts supérieurs de la Nation, quiconque oserait douter de votre si bonne intendance. Cela a marché jusque-là donc on vous croira certainement.

11 - Faites tout ce que vous voulez et qui vous rapporte de l’argent, violez tous les usages et coutumes diplomatiques, et prétendez que votre immunité diplomatique vous met au dessus des lois du pays d’accueil et de la terre entière.

12 - Endettez-vous auprès de vos collègues des pays riches en prétextant le retard de vos approvisionnements. Vous ne risquez rien. Dans ce milieu distingué et raffiné, vos créanciers qui ont pourtant beaucoup de mémoire ne réclament leurs dus qu’avec grande subtilité (du genre, cela fait longtemps qu’on ne s’est croisé…) et si vous n’êtes pas descendant des Oulad Deymane, vous ne vous en apercevrez même pas et le pays encore moins.

Conduite à tenir en cas d'inspection :
1 - Il sera nécessaire de mobiliser toutes vos relations et tous les lobbies politiques, claniques et tribaux pour empêcher toute inspection ou la retarder le plus longtemps possible car l’idéal c’est que les inspecteurs ne viennent pas fourrer leurs « nez-capteurs » dans votre business empesté. Dites-leur que vous êtes victime d'une machination ou d'un complot de déstabilisation de l'État et diffusez partout qu'on s'en prend à vous parce que vous êtes en réalité le seul fidèle défenseur des intérêts supérieurs du pays. Si toutefois cette manœuvre ne marchait pas, demandez qu'on vous envoie de préférence des inspecteurs d’un certain âge, ce serait mieux. Ensuite, vous n’avez qu’à suivre le tutoriel ci-après :

2 - S’informer sur les inspecteurs désignés (tribus, familles et amitiés) afin d’avoir une clef magique d’accès favorable à ces intègres inquisiteurs.

3 – Sur la base des informations recueillies, demander à votre comptable de prendre contact avec eux avant leur arrivée et exercer sur eux à distance toutes sortes de pressions afin de les amadouer. Comme vous le savez, les comptables sont efficaces pour ce genre d’exercice, ils sont très influents et parlent toutes les langues nationales et internationales.

4 – A leur arrivée, les accueillir chaleureusement, les inviter nuitamment dans votre somptueux bureau et leur faire comprendre que vous avez des liens directs avec le Président Mohamed Ould Abdel Aziz en leur racontant quelques anecdotes mettant en exergue votre familiarité avec Mohamed (sous-entendu Ould Abdel Aziz). Vous pouvez par exemple raconter le contenu du dernier de vos multiples entretiens téléphoniques avec votre ami personnel « Mohamed ». Vous pouvez à l’occasion également appeler un membre de l’entourage familial du Président, mettre le haut-parleur du téléphone et le tutoyer devant les inspecteurs.

5 - Insinuer que ElKhoulta (les Gens) vous ont parlé d’eux (les inspecteurs) en bien, et plus prosaïquement comme des gens qui n’ont pas la réputation de chercher la petite bête. Leur souffler subtilement au passage que vous avez personnellement plaidé pour que le choix de l’État se porte sur eux pour conduire cette mission qui devrait, sauf mauvaise conduite de leur part, leur ouvrir les voies de l’ascension professionnelle.

6 – Prenez en charge tout leur séjour et mettez à leur disposition le meilleur véhicule de la Mission (en principe celui du comptable) en laissant les Ministres et autres Hauts fonctionnaires en mission se balader dans les transports publics. Ils apprécieront.

7 – Là c’est très important, vous devez continuer à recourir aux mauvaises pratiques y compris pendant le contrôle. Cela donnera à vos collaborateurs l’impression que toutes vos dérives sont absolument licites et normales.

8 – Pendant que les inspecteurs auscultent vos écritures indéchiffrables faites défiler certains ex-employés que vous aurez coachés à fond la veille pour leur faire chanter vos louanges.

Si vous faites tout cela aussi bien que moi, eh ben ! Vous deviendrez un excellent boulanger et parviendrez à rouler tous les inspecteurs dans la farine.


Les limites de ma recette :
Malheureusement, il arrive par effet de "
tezzaboutt" (manifestation de l’équité divine) que vous tombiez sur une race d’Inspecteurs imperméables à toutes ces attentions. Généralement ce sont des jeunes justiciers, rigoureux purificateurs attachés à leur patrie et qui croient profondément en la Mauritanie d'aujourd'hui et de demain. Avec un air trompeur, ces vertueux apôtres de la « salubrité publique » resteront courtois et souriants avec vous, parfois, ils joueront même aux naïfs et aux crédules. Mais cela n’entame en rien leur objectivité. On les reconnait à leurs attitudes de jeunes premiers. Si vraiment c’était le cas, j’avoue que ma technique éprouvée peut ne pas fonctionner. Car pour ces jeunes financiers qui auraient pu être des prodigieux traders sous d’autres cieux, insensibles aux influences parentales ou tribales, ont choisi de servir la Patrie, c’est avec un haut sens du devoir et une perception ludique de l’exercice qu’ils déjoueront toutes nos vieilles recettes. Les tentatives de corruption ou d’intimidation les raidissent davantage. Même nos marabouts magnétiseurs ont du mal à les envoûter. Ce sont des tenants d’une folie collective d’opération mains propres. Ils sont à la fois terribles et intraitables. De vrais "Sellals" (démons) de la finance, je vous dis! Des teigneux qui ne lâchent pas l'affaire!

Mais dans tous les cas, essayez quand même ma technique, vous ne perdez rien ou alors vous perdez tout. Et si malgré tout vous ne vous en sortez pas, invoquez votre bonne foi et plaidez la faute de gestion plutôt que le détournement de deniers publics, qui se situe dans la catégorie des crimes économiques les plus sévèrement punis par le code pénal. Impliquez votre comptable car, ces gens aussi ont l’art de se faire blanchir la peau et le patrimoine de toutes les malversations. Vous avez une autre carte à jouer : si vous êtes pris la main dans le sac, dites tout simplement que ce n'est pas bon pour l'image du pays à l'extérieur et pour les élections à l'intérieur d’humilier un ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire...


Mais là, vous risqueriez malheureusement de ne plus avoir au téléphone votre "ami" le Président "Mohamed"; car Ould Abdel Aziz n'est pas né de la dernière pluie et n'est pas de nature à tolérer l'abus des biens publics. Et quand on a le malheur de trahir sa confiance, alors là, cherchez un abri nucléaire!


En tout cas, en ce qui me concerne je tiens à signaler que j’ai toujours échappé aux inspecteurs en traversant tous les régimes. J’ai même fait construire ma toute première villa à Nouakchott directement par une institution publique, j’y dors tranquillement et personne ne m’a inquiété jusque-là. Une dame zélée avait porté plainte contre mon honorable personne, mais je l’ai vite stoppée, le dossier de sa plainte ayant tout simplement disparu de la circulation. C'était facile à l'époque. Mais ces derniers temps je commence à me faire quelques soucis. Il m'arrive de faire des cauchemars y compris en plein jour et tout éveillé, dans un local bizarre, lugubre à Dar Naim.


Car avec la détermination du Président Ould Abdel Aziz de lutter contre la gabegie et les instructions fermes qu’il donne à ces jeunes limiers qui ne connaissent pas assez nos traditions d’indulgence et ignorent tout de notre culture de la déférence pour les aînés et du maslaha (arrangements), je ne suis plus sûr de rien. Même pas de finir tranquillement la construction de mon tout nouveau palais, tout beau et à la hauteur de mon rang. Même pas de garnir mes comptes numérotés dans ma banque tout près de mon ambassade dans ce beau paradis fiscal en Europe! En attendant Priez pour moi.


Cheikh El Veçad,
Expert

Noorinfo

 


Grève des contrôleurs aériens: un quart des vols annulés en France

La grève mardi d'aiguilleurs du ciel qui dénoncent une dégradation de leurs conditions de travail, a entraîné l'annulation de près d'un quart des vols prévus en France, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) jugeant toutefois la situation "globalement assez calme dans les aérogares", le mouvement ayant été anticipé. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a annoncé que 1.800 vols avaient été annulés ce mardi 11 juin en France en raison du mouvement de grève de certains aiguilleurs du ciel, soit environ un quart des vols attendus dans la journée. Un porte-parole a indiqué à l'AFP que 1.800 vols ont été annulés, alors qu'en moyenne "il y a 7.650 vols sur la journée", assurant toutefois que la situation était "globalement assez calme dans les aérogares".

Des perturbations importantes sont à prévoir dans les aéroports parisiens de Roissy et Orly, en raison d'un mouvement de grève des contrôleurs aériens de l'aviation civile, a-t-on appris auprès d'Aéroports de Paris (ADP). "Pour l'instant, la situation est calme dans les deux aéroports mais des retards sont à prévoir dans la journée", a indiqué un porte-parole d'ADP, faisant par ailleurs état de possibles annulations de vols de dernière minute. "Nous conseillons vivement aux passagers de prendre contact avec leur compagnie aérienne avant de se rendre à l'aéroport pour vérifier que leur vol est bien maintenu", a-t-il précisé.

Le syndicat autonome des contrôleurs du trafic aérien (SNCTA), qui se dit majoritaire chez les aiguilleurs du ciel, a déposé un préavis du 11 au 13 juin, afin de dénoncer "les conséquences directes sur la politique nationale des contraintes européennes" dans le secteur. D'autres syndicats (CGT, CFDT, Unsa et FO) représentant les contrôleurs aériens de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) ont déposé des préavis, mais pour la seule journée de mercredi, afin notamment de dénoncer le projet de Bruxelles visant à créer un "ciel unique" au niveau européen.

>> Décryptage: Pourquoi les contrôleurs aériens font grève

Sur son site, Air France estimait notamment être en mesure d'assurer les vols long-courrier au départ de Paris, mais n'excluait pas "des retards et des annulations de dernière minute", invitant les passagers à se tenir informés "en temps réel". De son côté, la compagnie irlandaise à bas coût Ryanair a déploré "l'annulation de 102 vols de/vers la France" mardi dénonçant une "prise en otage" des passagers et appelant la Commission européenne à mettre fin aux grèves des contrôleurs.

Sur le terrain, à l'aéroport de Nice Côte d'Azur, notamment, 31% des vols étaient annulés mardi aux départs (51 sur 165) et 32% aux arrivées (53 sur 165), a indiqué une porte-parole, soulignant que les navettes reliant la ville à Paris étaient les plus affectées. A Marseille, 30% des vols étaient aussi annulés, soit une centaine sur les 320 prévus. A Lyon, le mouvement va se traduire par la suppression de 41% des vols soit 158 des 383 prévus à l'arrivée ou au départ de Lyon Saint-Exupéry. A Lille, seize vols ont d'ores et déjà été déprogrammés, dont un dès lundi soir.

 

L'Union des aéroports français (UAF) et la Fédération de l'aviation marchande (Fnam) ont dénoncé "une grève injustifiée et inopportune"."Ces actions ne peuvent que fragiliser l'ensemble du transport aérien français, déjà très touché par la crise", écrit l'UAF dans un communiqué.

Poignardé, Malick Gaye se vide de son sang et meurt

L’incident a eu lieu le dimanche 26 Mai 2013 aux environs d’1 heure du matin selon quelques témoins. Malick Gaye, né en 1993 à Diounguel Réo au Brakna a été attaqué par trois individus.

La violence du combat empêchera quelques riverains, juchés sur leur balcon d’intervenir. La bataille se déroulait en armes blanches. Les trois assaillants charcutaient méticuleusement le jeune Malick qui tentait lui aussi de se défendre avec son arme. Mais il perdait beaucoup de sang.

De peur de se faire trucider, les habitants du balcon d’à côté se contentaient de suivre la rixe, tout en cherchant à alerter la police, qui viendra quelques heures plus tard.

Malick Gaye s’était littéralement vidé de son sang tandis que ses assaillants avaient pris la fuite. Ainsi, à leur arrivée, les limiers du Commissariat d’El Mina 2 ne pouvaient que constater le décès du pauvre Malick Gaye.  Le Commissaire Lehoux sur place sera rejoint quelques minutes plus tard par son chef, le Commissaire Central de la Zone 2, Mohamed Ould Chneïdra, puis le Procureur de la République, l’équipe de la Police Scientifique dirigé par l’Inspecteur Kénémé Amadou et les Sapeurs pompiers.

Après les formalités d’usage entamé par Kénémé et son adjoint, l’Adjudant Sow Ousmane, le corps fut transporté vers la morgue de l’hôpital tandis que les premières indications des témoins avaient permis aux policiers d’identifier les trois agresseurs. Il s’agit de multirécidivistes bien connus par les limiers d’El Mina. Le meurtre qui a eu lieu près du Garage d’Arafat, avait attiré quelques curieux, maintenus au loin de la scène. La famille de Malick Gaye informée ne tardera pas à accourir, emplissant l’espace de leurs cris de détresse et de sanglots sonores.

Par terre, une mare de sang s’était formée, que la terre avait commencé à absorber. Avec les indices relevés par la Police Scientifique et la description physique des agresseurs fournis par les témoins oculaires, les limiers d’El Mina 2 soutiennent que leur arrestation n’est qu’une question d’heure. Déjà, tous les postes de sortie de la Capitale ont été alertés, l’identité des agresseurs distribuée.

Alors que Malick Gaye se faisait inhumer le lendemain, les discussions au Parquet de la République tournaient autour de la recrudescence des meurtres à Nouakchott, certains trouvant que seule l’exécution de la peine de mort pourra freiner le fléau. La Police Scientifique avait, comme d’habitude, fait un bon boulot et le Procureur de la République était enivré de leur travail. Le brigadier chef Dabo qui fait partie de l’équipe dit qu’ils sont au service du peuple

Source : L’Authentique

 

Les locaux de la Wilaya du Tiris Zemmour saccagés par des manifestants

La wilaya du tiris zemmour saccagée par des manifestants - [PhotoReportage]

Des travailleurs journaliers de la SNIM en colère s’en sont pris au locaux de la wilaya du Tiris Zemmour qu’ils ont saccagé après avoir brûlé trois véhicules qui étaient en stationnement dans la cour.

Les véhicules dont deux SG et un de la SNIM ainsi que la tente qui avait servi la veille à la réunion des ministres ont été complètement consommées par les flammes. Les manifestant ont aussi sorti des mobiliers qu’ils ont livré au feu.

Ces journaliers protestent depuis plusieurs années contre les conditions déplorables dans lesquels leur embauche et leur exploitation se fait de la part de sociétés de tâcheron.

Notons que ce sont ces même journaliers qui avaient organisé une marche de protestation reliant Zouérate à Nouakchott à pied à l’issue de laquelle ils avaient été reçu par le président de la République qui leur aurait promis la solution de leur problème.

Source : Mauriweb

Mauritanie: La canicule tue des personnes à l’intérieur du pays

La canicule, qui frappe tout le pays depuis ces dernières semaines aurait causé « probablement » la mort de 4 personnes à Aleg et d’autres dont l’effectif n’a pas été précisé dans les hodhs.

Selon des informations en provenance de la capitale du Brakna, les médecins sont formels sur les mobiles de ces décès, précisant qu’ils sont dus aux températures élevées conjuguées à d’autres facteurs tels que l’exposition chronique des zones à la soif, sinon l’absence de moyens de réfrigération des eaux en plus de la nature à jeun des mauritaniens.

La vague de chaleur de mai est la première la plus sévère enregistrée dans le pays avant l’été alors que des prévisions envisagent des températures plus hautes dans les prochaines semaines sans compter aussi le mois béni du Ramadan qui interviendra dans moins de 50 jours.

Une perspective de de déshydratation religieuse qui se rajoute à la soif naturelle ainsi qu’au caractère inédit du phénomène pour les autorités pour mettre en place, à l’instar de pays frappés dans le passé par des grandes périodes de chaleur d’un plan anticanicule.

Cridem.org

La Mauritanie en tête des pays arabes en matière de liberté d'expression (rapport)

Le Réseau Arabe des Données sur les Droits de l'Homme a indiqué dans son rapport pour l'année 2013 intitulé: " la liberté d'opinion et d'expression en Egypte et dans le Monde Arabe" que la Mauritanie et le Liban occupent la première place en matière de liberté d'expression au niveau des pays arabes avec 65% chacun.


Les pourcentages des autres pays arabes ont varié entre 60 et 25%.

Le réseau précise, dans son rapport qui axe sur la liberté d'opinion et d'expression, qu'il a enregistré beaucoup d'atteintes dans ce domaine tels que l'exécution et l'emprisonnement des journalistes, la censure d'opinions et d'autres actes limitant la liberté d'expression.

AMI

Ain Talh : une fillette de 10 ans agressée par un boutiquier qui a tenté d’abuser d’elle sous le comptoir de sa boutique

Le Centre El Wafa de conseils et de prise en charge des victimes de violences sexuelles de l’ONG/Association Mauritanienne pour la Santé de la Mère et de l’Enfant (AMSME) a enregistré, au cours de la semaine du 02 au 09 mail 2013, cinq (5) cas d’agressions sexuelles.

05 Mai : (2 cas)
• 1er cas : La fillette est âgée de 10 ans. Elle habite Ain Talh à Teyarett. Agressée par un boutiquier qui a tenté d’abuser d’elle sous le comptoir de sa boutique, elle est victime de tentative de viol.

• 2ème cas : La petite fille a 13 ans et vient de Toujounine. Enlevée par un délinquant au cours d’une cérémonie de mariage, elle a échappé de justesse à une tentative de viol.

06 Mai : (1 cas)
La jeune fille, 15 ans habite à Ryad. Elle est victime de viol du frère de sa belle-mère après l’avoir séquestrée quelques heures.

07 Mai :(1 cas)

Cette jeune femme a 20 ans. Venant de Netègue à El Mina, elle est victime de viol collectif d’une bande de 6 délinquants.

08 Mai :(1 cas)
C’est une petite fille de 10 ans, résidant à la Cité Plage à Tevragh-Zeina qui est victime de tentative de viol de 3 adolescents, ses voisins, à son retour de l’école coranique.

Source : AMSME

Nouakchott : Deux cas de sodomie sur des garçons de 9 et 13 ans

«Le point de la situation avec le Centre El Wafa de conseils et de prise en charge des survivants de violences sexuelles de l’ONG/Association Mauritanienne pour la Santé de la Mère et de l’Enfant (AMSME), dirigée par Zeinabou Mint Taleb Moussa (notre photo), qui a accueilli les victimes ci-dessous :

11 Avril : (2 cas)
• 1er cas : La victime est âgée de 9 ans. Venant de Dar Naim où elle habite, elle est victime de tentative de viol d’un maçon, ami et collègue de son père.

• 2ème cas : La victime de viol a eu pour conséquence une grossesse. Elle a 14 ans. Son agresseur, un délinquant, qui est recherché pour avoir cambriolé une maison avec ses complices où ils ont dérobé une grosse somme d’argent, les parents ont caché le viol par honte jusqu’à que la fille a eu une grossesse.

14 Avril : (3 cas)
• 1er cas : la victime est un garçon âgé de 13 ans. Venant d’Arafat où il habite, il est victime de sodomie de trois apprentis mécaniciens.

• 2ème cas : la victime est un garçon de 9 ans sodomisé. Son agresseur, un voisin redouté dans le quartier à Melah selon ses résidents.

• 3ème cas : La survivante est âgée de 10 ans. Venant de Teyarett où elle vit avec sa sœur et son mari, elle est victime de tentative de viol d’un compatriote. Pris en flagrant délit, l’agresseur a voulu s’échapper en blessant le beau-frère au visage après une rude altercation.

Source : AMSME

Nouakchott : des cas d’agression et de viol

Le Centre El Wafa de conseil et de prise en charge des survivants de violences sexuelles de l’ONG/Association Mauritanienne pour la Santé de la Mère et de l’Enfant (AMSME) a accueilli les victimes ci-dessous, les jours ci-après :

09 Avril: (1 cas) • La survivante a 16 ans. Elle habite El Mina. Agressée par son voisin une première fois avec pour conséquence une grossesse non désirée, c’est la récidive après l’accouchement de celle-ci.

10 Avril : (2 cas) • 1er cas : La survivante, 18 ans, réside à Tevragh-Zeina. Victime de viol, elle est agressée par son voisin qui s’est introduit chez elle un peu avant l’aube puis l’a droguée avant de commettre son forfait.

• 2ème cas : La survivante est une jeune femme de 33 ans. Restauratrice à El Mina, elle emprunte un taxi pour rentrer après une journée bien remplie qui se termina mal puisque le chauffeur l’a assommée, violée puis lui a dérobé toute la recette de la journée.

Source: AMSME

 

 

 

Viol et assassinat de Penda Sogué : Marche pour la justice et contre l’impunité

Penda Sogué, une jeune femme de 20 ans, a été violée et assassinée, jeudi 28 mars, dans un quartier périphérique de Nouakchott. Elle était en début de grossesse. Elle a été victime d’un Un viol collectif et d’un meurtre crapuleux. En effet, ses bourreaux lui auraient arraché les yeux et planté un couteau dans la tête.

La victime laisse un veuf, M. Gacko, et un enfant en très bas âge. La population est horrifiée par l’acte perpétrée contre cette jeune femme.

Jamais de mémoire de Nouakchottois, un crime aussi crapuleux n’avait jamais été commis. L »insécurité et la violence sont devenues règnent aujourd’hui dans les grandes villes du pays. C’est la peur partout. Des gangs, d’une violence inouïe, règnent en maître et sèment la terreur et la désolation. Le pire est que ses gangs semblent protégés à la fois par certaines forces de sécurité et certains fonctionnaires de la justice. Ils arrivent même qu’ils soient libérés dès les Commissariat, et ce n’est pas le cas, une fois déférés à la justice, ils s’adjoignent les services d’avocats peu recommandables qui soudoient des juges corrompus et obtiennent facilement leur remise en liberté, alors qu’ils représentent un grand danger pour la sécurité et l’ordre publics. C’est le laxisme et concussion entre bandits de grands chemins, forces de sécurité, juges et avocats qui se sucrent sur les souffrances des populations qu’ils sont censés protégés.
Des centaines de Mauritaniens, entre 1500 et 2000, en majorité des femmes et des jeunes ont marché aujourd’hui de l’assemblée nationale vers le ministère de l’inférieur pour dénoncer l’impunité dont bénéficient les auteurs de viol.

Pour dénoncer ces faits inacceptables, une marche a été organisée, ce mercredi 03 avril. Parmi les marcheurs, beaucoup d’étudiants mais aussi des représentants d’associations de défense des droits de l’Homme. « Nous réclamons la pendaison des assassins de Penda !» « Non aux violences faites aux femmes ! », « L’Etat doit assumer sa responsabilité !», peut-on lire sur les banderoles déployés par les marcheurs.

La manifestation a été lancée a travers la presse et les réseaux sociaux par Khaly Diallo, un journaliste mauritanien.

Avec la recrudescence du phénomène des viols qui restent toujours impunis, le 08 mars dernier, les associations de femme ont remis aux autorités mauritaniennes un avant projet de loi portant répression des viols et des violences faites aux femmes en général. Une association de protection de femmes et filles (AMSE) évolue le nombre de cas de viols, dans la seule ville de Nouakchott, à plus de 4.000. C’est un fait inquiétant.

La proposition de loi déposée par les associations féminines n’a pas encore eu de suite. Peut-être que l’horrible viol suivi de meurtre de Penda Sogué pourrait être le déclic pour l’élaboration et l’adoption d’une législation beaucoup plus dissuasive et plus protectrice des victimes de viol.

THIAM Mamadou pour GPS

Nouakchott : Penda Sogué violée puis tuée

Elle quittait de chez sa grand sœur au 1er vers 19h pour se rendre chez elle au 6ieme Robinet 4. Elle a pris un taxi devant sa sœur pour se rendre au carrefour Madrid, pour reprendre un autre taxi pour aller au 6ieme Robinet 4.

Une heure après, sa grande sœur n’a pas reçu de coup de fil qui confirme que Penda est bien arrivée, alors la grande sœur inquiète appelle sur le numéro de Penda mais c’est la boite vocale, elle appelle leur mère pas de signe de Penda.

Les parents s’inquiètent font le tour des commissariats aucun signe de Penda. Alors que la police recherche une voiture qui a été signalée la veille par une autre fille qui a pu s'échapper des violeurs qui font le taxi pendant les nuits.

La police intercepte cette voiture le Jeudi dans la nuit avec à bord trois jeunes avec des mains souillées de sang. Après une fouille la police retrouve la carte d'identité de Penda et sa pochette dans la malle arrière, aussitôt ils sont conduits au commissariat central.

Le vendredi matin un homme dans le quartier Tarhil, voit des traces de mains et du sang par terre. Il décide de suivre les traces puis il tombe sur une chambre en plein air. Il retrouve le corps de Penda, aussitôt il appelle la police.

Penda est retrouvée assassinée, violée, les yeux arrachés, le coup cassé, un couteau enfoncée dans la tête jusqu'à sortir par la nuque.

Une marche est prévue pour demander à la justice de condamner ces criminels à perpétuité. Ce crime doit servir de leçon aux autorités mauritaniennes, car l’enregistrement des Taxis doit être une obligation.

Le taxi qui doit être un moyen de sécurité est devenu un moyen de crime odieux. Dans tous les pays du monde les taxis sont enregistrés et ont une couleur unique alors qu’en Mauritanie chacun peut faire le taxi comme il le veut ce qui fait que les délinquants en font un moyen de vol, viol et assassinat.

Source : Cridem

Tentative d’immolation collective à l’université Cheikh Anta Diop

 

Vingt étudiants de la faculté des lettres et sciences humaines, département géographie, à l’université Cheikh Anta Diop, se sont aspergés d’essence ce vendredi matin afin de s’immoler par le feu. Deux d’entre eux qui sont passé à l’acte ont été évacués à l’hôpital Principal de Dakar, un troisième a été sauvé par la foule.

Le porte parole des étudiants a déclaré que les étudiants sont déterminés à aller jusqu’au bout si l’inscription au Master ne leur est pas accordée. Le recteur de l’université ; quant à lui a déclaré que lesdits étudiants n’ont pas la possibilité de s’inscrire au Master car n’ayant pas les crédits exigés pour passer. Plusieurs médiations par des organisations des droits de l’Hommes sont restées vaines.

GPS

L’âne mord les résidents de la Socogim

Les habitants de la Socogim PS sis au quartier de Baghdad de Nouakchott ne pouvaient pas sortir en toute sécurité dans la journée de dimanche dernier.

Au niveau des deux stations Total, se trouvait un âne qui s’attaquait à tout celui qui s’aventurait dans la zone. Comme un fauve, l’âne a d’abord sauté sur une femme qu’il a mordu au bras, puis sur un vieil homme qu’il a failli priver de jambe et ensuite sur un groupe de jeunes qui ne durent leur salut qu’à leurs jambes. L’après-midi de ce jour durant, l’âne agissait en territoire conquis.

Les rues désertées, l’âne se mit à s’attaquer aux voitures et aux poteaux d’électricité. Tout ce qui se trouvait sur son chemin, passait par ses dents, ou plutôt ses crocs. Il a fallu que les résidents organisent une battue pour le mettre hors d’état de nuire.

Près de vingt hommes s’étaient en effet armés de bâton et décidèrent de lui tenir tête. La bataille fut rude, des coups de bâtons lui provenaient de toutes parts. Et ce fut deux heurs après, vers le crépuscule que l’âne s’écroula. On se mit alors à l’attacher et surtout à attacher sa gueule qui dégageait de la bave. Un moment, il fut question de l’exécuter sur place puisqu’il pourrait nuire au calme du quartier ; mais son propriétaire s’y interposa, promettant de lui trouver des remèdes.

A la question de savoir pourquoi cet animal avait ainsi réagi, le propriétaire qui pensait avoir trouvé la solution soutint que l’âne avait un problème d’insuline ! Il semble en effet qu’il lui aurait procuré trop de sucre. Cet aliment donnerait selon lui plus de force aux animaux avec le risque de créer chez lui des troubles mentaux !

Les dommages causés par l’âne qui mord ont été nombreux : trois blessés, dont un grave, la fermeture temporaire de boutiques et d’épiceries et l’arrêt de travaux dans les briqueteries. Les stations d’essence elles, ont été épargnées, elles se trouvaient de l’autre côté du goudron !

Source L'Authentique (Mauritanie