Fri03222019

Last update07:47:24 PM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers en Mauritanie

Politique en Mauritanie

Ould Boulkhair : APP ne peut pas exprimer son soutien à un candidat sur la base d’un tweet publié par un ministre

  • PDF

Ould Boulkhair : APP ne peut pas exprimer son soutien à un candidat sur la base d’un tweet publié par un ministreLe chef du parti de l’Alliance progressiste populaire (APP), Messoud Ould Belkheir, a démenti son intention de se présenter à la présidence du Parlement en 2019.

Dans sa première sortie médiatique, Ould Belkheir a déclaré dans un communiqué à « Voix Magharebines » que la Constitution mauritanienne interdit la candidature de tout citoyen âgé de plus de 75 ans, affirmant que son âge était supérieur à cet âge, sachant qu’il aura 76 ans lorsque les élections approcheront.

« En tant que chef du Parti populaire progressiste, je respecte la constitution mauritanienne et sa sacralité et je ne ferai rien qui soit contraire à ses principes », a déclaré Ould Belkheir, soulignant « que la Mauritanie ne progressera que si tous ses citoyens respectent sa constitution ».

A la question de savoir si APP soutient la candidature à la présidence 2019 ,du ministre de la défense Ould Ghazouani, Ould Belkhair a déclaré :

«La nouvelle n’est pas tout à fait officielle et le parti ne peut pas exprimer son opinion sur la base d’un tweet , émanant du ministre de la Culture et de la Communication et porte-parole officiel du gouvernement mauritanien».

Messaoud a ajouté que « jusqu’à présent , il n’a pas constaté ,de personnalité influente à même d’occuper le fauteuil présidentiel et pouvant conduire la Mauritanie pour le meilleur,  «soulignant qu’il attend voir émerger des personnalités politiques « plus puissantes, plus influentes et plus indépendantes » .

Source : http://zahraa.mr
Traduit par : Adrar.info

Mauritanie : nomination des secrétaires généraux des conseils régionaux

  • PDF

Mauritanie : nomination des secrétaires généraux des conseils régionauxLe ministère de l’intérieur et de la décentralisation a dévoilé jeudi la liste des secrétaires généraux des conseils régionaux. C’est ainsi que Diack Abdel Razak a été nommé secrétaire général du conseil régional du Hodh Chargui et Ahmed Jiddou O. Cheikh nommé pour le conseil régional du Hodh El Gharbi.

Pour le conseil de l’Assaba le choix a porté sur Mohamed Lemine Kleïb et au Gorgol sur Mokhtar O. Ethmane et au Brakna sur Cheikh Baba Bekay.

Le poste de secrétaire général du conseil au Trarza a été octroyé à Oumar Abdallahi M’Badi et pour celui de l’Adrar Cheikh El Kebir O. Mohamed.

Pour les wilayas de Dakhlet Nouadhibou et le Tagant le choix a porté respectivement sur Baba O. Alioune et Mohamed Mahmoud O. Mohameden.

M’Khaitratt O. Mohamed Vall
occupera le poste de secrétaire général du conseil régional du Guidimakha alors que Fatimetou Mint Mohamed Saleck celui de la wilaya du Tiris Zemour.

Le poste de secrétaire général du conseil de l’Inchiri a été attribué à Elemine O. Yeslim et enfin celui de Nouakchott à Ahmed O. Kebady.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

 

 

 

Présidentielles 2019: Ghazouani, à quitte ou double

  • PDF

Présidentielles 2019: Ghazouani, à quitte ou doubleLa présidentielle de 2019 n’aura aucun enjeu particulier, contrairement à ce que pensent bon nombre de nos analystes maison. Elle se déroulera comme les précédentes, c’est à dire, dans des conditions de transparence « acceptable ».

Le candidat de la majorité gagnera. Et au premier tour ! Seuls les rêveurs peuvent penser le contraire. La victoire du champion de la majorité actuelle (appelée à se raffermir dans les semaines et mois à venir), est préparée de longue date par le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz.

L’opposition, « en décomposition » avancée, depuis ses multiples échecs et le travail de sape dont elle est l’objet de la part de l’UPR, dénoncera - encore - une fraude massive et l’utilisation des moyens de l’État. La communauté internationale entérinera les résultats d’un scrutin « ordinaire » parce que sans surprises ! Alors ? Ce sera tout ?

Non. Si l’on ne regarde que le départ du président Aziz et le choix qu’il a porté sur Ghazouani pour lui succéder, on peut parler d’une véritable révolution. L’alternance (comme changement d’un président par un autre, et non d’une majorité terrassée par une opposition qui a finalement eu la main heureuse) est, en elle-même, un fait notoire. Elle consacre le respect de la constitution en ses articles limitant à deux les mandats présidentiels. C’est essentiel comme « frein » au culte de la personnalité qu’entretenaient certains. C’est un pas de plus vers la consolidation des institutions et de la « professionnalisation » politique des partis.

L’opposition qui a longuement battu sa « logique » de harcèlement précampagne sur le refus du troisième mandat, doit maintenant sortir son plan B et éprouver son efficacité. Elle perd du temps, de l’énergie et de sa crédibilité en engageant un procès d’intention aux choix de la majorité, alors qu’elle-même peine à déterminer les contours de sa stratégie de conquête du pouvoir.

Au nom de quelle logique l’un de ses ténors, qui a croisé le fer avec Aziz (ancien général), en 2014, peut-il refuser à Ghazouani (aujourd’hui dans les mêmes conditions) le droit d’être candidat?

Ce que l’opposition peut exiger, c’est des garanties maximales de transparence ; et la première de celles-ci consiste à revoir la composition de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) qui est, dans sa configuration actuelle, une « association » du genre GIE (Groupement d’intérêt économique). Quand on représente une partie des partis en compétition, on ne peut se prévaloir du statut de « juste ».

Et si l’opposition accepte d’aller aux prochaines élections sans avoir réussi à démanteler la Ceni actuelle, c’est comme se faire hara-kiri.

Du côté de la majorité, tout le monde doit être content du choix de Ghazouani. Objectivement parlant. Ceux qui avaient fait montre de « résistance », quand le scénario du troisième mandat était encore envisagé (envisageable), jouaient leur dernier numéro « d’inconditionnels » au président Aziz. Ils consolidaient les acquis (individuels) du présent mais ne devraient avoir aucune difficulté à envisager maintenant l’avenir avec Ghazouani. Le meilleur choix, il faut le reconnaître, pour qui part de l’hypothèse hautement probable que le pouvoir actuel reste en place.

L’ancien chef d’État-major général des armées dispose d’atouts certains pour satisfaire les exigences de la nouvelle transition-alternance.

Artisan des succès sécuritaires de la Mauritanie et de la mise à niveau des forces armées qui, dans la région du Sahel, sont les seules qui tiennent en respect la nébuleuse Al Qaeda, il répond parfaitement au profil rare recherché par Aziz pour préserver cet acquis à valeur or auprès des chancelleries occidentales. Atout non négligeable donc, mais il y en a un autre non moins important.

La force de caractère et la réputation de « fonceur » d’Ould Abdel Aziz (agir d’abord, réfléchir ensuite) ne seront pas les premières armes du président Ghazouani dont on loue plutôt le calme et la souplesse dans le traitement des dossiers les plus sensibles. Dans ce registre, l’on entrevoit, déjà, le tout bénef que les mauritaniens peuvent tirer du changement à la tête de l’Exécutif pour apaiser une situation politique tendue depuis la « Rectification » de 2008. C’est aussi, en tout sincérité, ce dont la Mauritanie a besoin à la veille de l’exploitation d’immenses richesses de gaz vue déjà, à tort ou à raison, comme « l’âge d’or » d’une économie mauritanienne au bord de la récession à cause des difficultés éprouvées par la SNIM et le fardeau de la dette.

Sneiba Mohamed
Source : Elhourriya (Mauritanie)

 

Mauritanie : le gouvernement promet des recrutements à grande échelle dans la fonction publique

  • PDF

Mauritanie : le gouvernement promet des recrutements à grande échelle dans la fonction publique Le ministre de la fonction publique, du travail, de l’emploi et de la modernisation de l’administration Seyidna Ali O. Mohamed Khouna a déclaré jeudi qu’il sera procédé cette année au recrutement d’un grand nombre de personnes dans différents départements de la fonction publique.

Le ministre qui s’exprimait lors de la conférence de presse du gouvernement a déclaré qu’il sera donné satisfaction aux requêtes de l’ensemble des départements, ajoutant que le message est en priorité adressé aux jeunes.

Il a invité ceux-ci à s’orienter vers la formation professionnelle afin de garantir leur recrutement dans des emplois occupés par des étrangers. Le ministre a encore dit que la fonction publique ne peut pas absorber tous les chômeurs et que seul le secteur privé est à même de le faire.

Cette déclaration du ministre confirme les rumeurs qui ont circulé ces derniers jours faisant état d’un important recrutement au sein de la fonction publique.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 31 Janvier 2019

  • PDF

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 31 Janvier 2019Le Conseil des Ministres s'est réuni le Jeudi 31 janvier sous la Présidence de son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République.

Le Conseil a examiné et approuvé le deux projets de lois suivants :

- Projet de loi autorisant la ratification de la Convention n°143 sur les migrations dans des conditions abusives et sur la promotion de l’égalité de chances et de traitement des travailleurs migrants adoptée à la 60ème session de la Conférence Internationale du Travail (24 juin 1975).

- Projet de loi autorisant la ratification de la Convention n°144 concernant les consultations tripartites destinées à promouvoir la mise en œuvre des normes internationales du travail adoptée à la 61ème session de la Conférence Internationale du Travail (21 juin 1976).

Le Conseil a également examiné et adopté les projets de décrets suivants :

- Projet de décret portant nomination du Président du Conseil d’Administration de la Société Mauritanienne de Gaz (SOMAGAZ).

- Projet de décret portant nomination du Président du Conseil d’Administration du Centre Hospitalier de Rosso

- Projet de décret portant nomination du Président et des Membres du Conseil d’Administration du Port de Tanit

- Projet de décret portant nomination du Président du Conseil d’Administration de la Société de Sucre et Dérivés de Mauritanie.

- Projet de décret portant nomination des membres du Conseil d’Administration de la Société des Bacs de Mauritanie

- Projet de décret portant nomination du Président et des Membres du Conseil d’Administration de l’Institut Supérieur de la Jeunesse et des Sports.

- Projet de décret portant nomination des Membres du Conseil d’Administration de l’Ecole Nationale d’Administration, de Journalisme et de Magistrature.

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Le Ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du Territoire a présenté une communication relative à l'organisation par la Société Nationale ISKAN de la 52èmeConférence du Réseau Habitat et Francophonie prévue à Nouakchott du 18 au 20 mars 2019.

Le Ministre de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement a présenté une communication relative au projet de révision de la loi du patrimoine culturel.

Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes :

Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation

Cabinet du Ministre

Conseiller Technique : Monsieur Mohamed El Moustapha Ould Mohamed Vall, Administrateur, précédemment Directeur Général des Services d’Appui au Processus Electoral au MIDEC

Administration Centrale

Direction Générale des Services d’Appui au Processus Electoral

Directeur Général : Mohamed Ould N’Tilitt, Fonctionnaire, précédemment au MIDEC

Direction du Recensement et du Fichier Electoral

Directeur : Mohamed Lemine Ould El Mamy Ould Said, précédemment Cadre à l’Agence Nationale du Registre des Populations et des Titres Sécurisés

Direction des Affaires Administratives et Financières

Directeur : Dahmane Ould Beyrouk, Administrateur Adjoint, précédemment Directeur de Cabinet à la Wilaya de Nouakchott Nord

Direction de la Coopération, des Etudes et de la Programmation

Directrice : TFeilé Mint Mohameden, Administrateur, précédemment Chef de Service Traduction au Midec

Direction de la Communication

Directrice Adjointe : Zeinabou Mint Messoud, Administrateur, précédemment Chef de service à la Direction de la Législation, de la Documentation et des Archives au MIDEC

Administration Territoriale

Wilaya du Hodh Charghy

Moughataa de Djiguenni

Arrondissement de Aweinat Z’Bil

Chef Arrondissement : Melainine Ould Diaguily, précédemment Chef Arrondissement Lexeiba 1

Moughataa de Timbédra

Hakem Mouçaid : Mohamed Yeslem Oud Mohamed Saad Bouh, Administrateur, précédemment Secrétaire Général de la Moughataa d’Aioun

Wilaya de l’Assaba

Moughataa de Kankossa

Arrondissement de Hamod

Chef Arrondissement : Ebi Ould Aly, Administrateur, précédemment Secrétaire Général Moughataa de Kankossa

Wilaya du Gorgol

Moughataa de Kaédi

Hakem Mouçaid : Mohamed Vall Ould Sidi Mohamed, Rédacteur d’Administration Générale, précédemment Directeur à la Direction Générale des Affaires Politiques et des Libertés Publiques au Midec.

Arrondissement de Lexeiba 1

Chef Arrondissement : Sidi Ould Cheikh Ahmed, Rédacteur d’Administration Générale, précédemment Conseiller chargé des Affaires Administratives et Juridiques à la Wilaya du Guidimakha

Moughataa de M’Bout

Hakem Mouçaid : Ahmed Ould Mohameden, Précédemment Secrétaire Général de la Moughataa de Tamchekett

Wilaya du Trarza

Conseiller chargé des Affaires Politiques et Sociales : Mohamed Ould Sidaty, précédemment conseiller Chargé des Affaires Administratives et Juridiques à la Wilaya de Nouakchott Nord

Moughataa de Boutilimitt

Hakem Mouçaid : Amar Ould Mohamed Ould Ely, Rédacteur d’Administration Générale, précédemment Secrétaire Général de la Moughataa de Ould yengé

Wilaya de l’Adrar

Conseiller chargé des Affaires Politiques et Sociales : Cheikh Oud Bilal, Administrateur, précédemment Secrétaire Général de la Moughataa de Chami

Moughataa d’Atar

Hakem : Sidna Hamad Ould Zeine, Administrateur, précédemment Hakem Akjoujt

Wilaya de Dakhlet-Nouadhibou

Moughataa de Chami

Hakem Mouçaid : Lalla Mint Sidi Mohamed, Administrateur Adjoint, précédemment Hakem Mouçaid Ksar

Wailaya du Tagant :

Moughataa de Tidjikja

Hakem Mouçaid : Mohamed Hamed Ould Mahfoudh, Administrateur Adjoint, précédemment Secrétaire Général de la Commune de Boghé

Wilaya du Guidimakha

Conseiller chargé des Affaires Administratives et Juridiques : Zeidane Ould Sidaty, Administrateur, précédemment Chef Arrondissement de Hamod

Wilaya du Tiris Zemmour :

Wali Mouçaid : Mohamed Abdellahi Ould Ahmed, Administrateur, précédemment Hakem Mouçaid de Tevragh-Zeina

Moughataa de F’Derick

Hakem : Dhehbi Ould Sidi Aly, Administrateur, précédemment Conseiller chargé des Affaires Politiques et Sociales à la Wilaya de l’Adrar

Wilaya de l’Inchiri

Wali Mouçaid : Mamadou Kojel Amadou Sy, Administrateur, précédemment Hakem de Dar-Naim

Moughataa d’Akjoujt

Hakem : Lebatt Ould Moctar, Administrateur, précédemment Hakem d’Atar

Wilaya de Nouakchott Nord

Conseiller chargé des Affaires Administratives et Juridiques : Mohamed Ould Abdellahi, Administrateur, précédemment Hakem Mouçaid Boutilimitt

Directeur de Cabinet: Cheikhany Ould Bouh, Administrateur, précédemment Hakem Mouçaid de Chami

Moughataa de Dar Naim

Hakem : Alioune Abderrahmane Bâ, Administrateur, précédemment Conseiller chargé des Affaires Politiques et Sociales à la Wilaya du Trarza

Wilaya de Nouakchott Ouest

Conseiller chargé des Affaires Administratives et Juridiques : Ahmed Yahya Ould Sidi, Administrateur, précédemment Hakem Mouçaid Timbédra
Moughataa de Tevrah Zeina

Hakem : Mohamed Cheikh Ould Mohamed Abderrahmane, Administrateur Adjoint, précédemment Hakem de Sebkha

Hakem Mouçaid : Mohamed Abdellahi Ould Saghair, Administrateur, précédemment Secrétaire Général de la Moughataa de Tevragh-Zeina

Moughataa de Sebkha

Hakem: Sidi Mohamed Ould Abdellahi, Administrateur Adjoint, précédemment Hakem de Tevragh-Zeina

Moughataa de Ksar

Hakem Mouçaid : Wajaha Mint Mohamed Malainine, Administrateur, précédemment Secrétaire Générale de la Moughataa de Sebkha

Ministère de la Fonction Publique du Travail, de l’Emploi et de la Modernisation de l’Administration

Commission Nationale des Concours

Président : Cheikhna Ould Idoumo.

Ministère de la Santé

Établissements Publics

École Nationale Supérieure des Sciences de la Santé

Directrice : Dr. Zeinebou Mint Haidy

Directeur Adjoint : Professeur Ahmedou Ould Arimayou
Ministère des Pêche et de l’Economie Maritime

Administration Centrale

Direction de la Marine Marchande

Directeur : Mohamed El Moctar Ould Tolba précédemment Directeur Adjoint de la même direction.

Ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du Territoire

Établissements Publics

Société ISKAN

Directeur Général Adjoint: Dedde Ould Cheikh Mohamed Laghdhaf.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

Une source au sein de l’APP affirme la non éligibilité du Président Ould Boulkheir à la Présidentielle de 2019

  • PDF

Une source au sein de l’APP  affirme la non éligibilité du Président Ould Boulkheir à la Présidentielle de 2019Une source proche de la direction de l’Alliance Populaire Progressiste (APP), a évoqué l’organisation du parti au cours des derniers jours de concertations sur la candidature de son président Messaoud Ould Boulkheir aux élections de 2019, affirmant qu’ils sont arrivés, en tenant compte des consultations juridiques, au constat affirmant la non éligibilité de Messaoud.

C’est seulement après la diffusion des médias de l’éventuelle candidature de Ould Boulkheir et sa discussion élargie au niveau des instances dirigeantes et de base du parti, en présence notamment d’ex membres du Conseil Constitutionnel, qu’il s’est avéré, que Ould Boulkheir ne pourrait pas, en raison de la limite d’âge, briguer les suffrages des électeurs au cours des élections présidentielles de 2019.

Traduit de l’Arabe par Cridem
Source : Alakhbar (Mauritanie)

 

Mauritanie: Voici probablement le futur président de la République

  • PDF

Mauritanie: Voici probablement le futur président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz, président en exercice et non candidat à sa succession du fait d’un verrou constitutionnel réfutant toute idée de 3e mandat, a choisi son dauphin. Après quelques mois d’hésitation, il a adoubé Mohamed Ould Cheikh Ahmed, dit "Ghazouani".

Le chef de l’Etat mauritanien a réuni lundi dernier, tous ses soutiens, notamment l’entourage immédiat, les commandants des forces armées et de sécurité ou encore les députés de la majorité, pour leur notifier sa décision de soutenir la candidature à la magistrature suprême de son ministre de la Défense.

Ce dernier sera investi par l’Union pour la République (UPR-principal parti de la majorité) à l’occasion de l’élection présidentielle prévue entre avril et juin 2019. La formation présidentielle dispose de 93 députés et de nombreux autres alliés au sein d’une assemblée nationale de 150 élus.

Toutefois, ce choix, divulgué le lundi 28 janvier, devra être entériné par un congrès d’investiture de l’UPR attendu dans le courant du mois de mars 2019. Cette étape relève d’une pure formalité procédurale après le discours tenu par Mohamed Ould Abdel Aziz devant ses soutiens, estiment les observateurs.

Coté comme candidat potentiel de la majorité en 2019, Moulay Ould Mohamed Laghdaf, Premier ministre de 2008 à 2014, va devoir rengainer ses ambitions et rentrer dans les rangs, après le choix du chef.

Ainsi, le ministre de la Défense devrait bientôt être dispensé de sa charge au sein de l’équipe gouvernementale pour mener à l’aise sa campagne.

Mohamed ould Cheikh Ghazouani est un officier général à la retraite, compagnon du président Mohamed Ould Abdel Aziz depuis près de 35 ans, aux côtés duquel il a été un acteur important dans la réussite des coups d’état du 3 août 2005 et du 6 août 2008.

Il occupait le poste hautement stratégique de chef d’Etat Major Général des Armées (CEMGA) jusqu’à la fin du mois d’octobre 2018, date à laquelle il fît son entrée au gouvernement, aux commandes du ministère de la Défense nationale.

Adoubé par Mohamed Ould Abdel Aziz, Ghazouani se retrouve «dans une posture idéale, en pôle position, avec toutes les cartes en main, pour remporter la prochaine élection présidentielle» estiment de nombreux analystes.

Mohamed Cheikh Ahmed dit "Ghazouani", est un officier général à la retraite, issu d’une famille maraboutique de la région de Kiffa (à l'est du pays).

Présenté comme «un ami complice» de l’actuel président de la République depuis plusieurs dizaines d’années, et jouissant de l’image d’un acteur «consensuel» il serait toutefois réducteur de lui attribuer l’étiquette «d’homme de paille».

Ainsi, une fois aux commandes, il devrait assumer pleinement la charge de président de la République.

Après la présidentielle de 2019, la Mauritanie restera dans la trajectoire d’une longue tradition inaugurée le 10 juillet 1978: un pouvoir exercé par un régime militaire d’exception, ou bien par un officier de haut rang, recyclé dans la politique.

Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya
Source : Le360 Afrique (Maroc)

Algérie : le congrès du FLN reporté après la présidentielle

  • PDF

L'instance dirigeante du Front de libération nationale (FLN) a décidé de fixer la date de la tenue du prochain congrès extraordinaire du parti après l’élection présidentielle, prévue le 18 avril prochain.

« Les membres de l’instance dirigeante du FLN ont décidé, à l’issue de larges concertations, le report de la tenue du congrès extraordinaire du parti, après l’élection présidentielle », prévue le 18 avril prochain, a déclaré à l’agence de presse algérienne APS Saïd Lakhdari, membre de l’instance dirigeante du FLN.

Concernant les raisons de ce report, Saïd Lakhdari a expliqué que « la préparation du congrès extraordinaire d’un parti de l’envergure du FLN exige des capacités matérielles et humaines, ainsi que suffisamment de temps », ajoutant que « l’instance dirigeante a préféré préparer convenablement ce rendez-vous important car elle mise sur l’organisation d’un congrès fédérateur et à la hauteur de la réputation du parti ».

Poursuite des rencontres bilatérales

Dans ce contexte, le coordonnateur de l’instance dirigeante du parti du FLN, Mouad Bouchareb, poursuit la tenue de rencontres bilatérales avec d’anciens dirigeants du parti, en vue « de rassembler les rangs des militants » en prévision de la tenue du congrès extraordinaire. Sa dernière rencontre était avec l’ancien dirigeant et l’actuel ambassadeur d’Algérie à Tunis, Abdelkader Hadjar, durant laquelle il a passé en revue les derniers développements sur la scène politique nationale et les enjeux du parti lors de l’élection présidentielle et du congrès extraordinaire.

Mouad Bouchareb avait affirmé que « le parti est en passe de se préparer pour la présidentielle, d’autant qu’il jouit d’une grande expérience dans la gestion des élections et se trouve toujours prêt à contribuer au succès de cette élection ».

S’agissant de l’instance exécutive chargée de la préparation du congrès extraordinaire du parti, en coordination avec la direction politique actuelle, Mouad Bouchareb a indiqué que « le nombre des membres de cette instance variera entre 30 et 50 membres. Le plus important c’est leur valeur dans l’encadrement des militants et non dans leur nombre », a-t-il ajouté.

Il avait fait état de la préparation d’une « feuille de route dans un futur très proche. Nous œuvrons avec sérieux et rigueur, sans précipitation, pour la tenue du congrès », ajoutant que le congrès extraordinaire « réunira toutes les compétences du parti, sans exclusion aucune, ni discrimination, car le parti a besoin de conjuguer tous les efforts de ses militants, afin de parvenir à la tenue d’un congrès extraordinaire complémentaire, honorable pour l’histoire et les principes du parti et à la mise en place d’un comité central représentatif de toutes les parties, sur la base d’une action militante saine, correcte et enracinée ».

Sourse : jeuneafrique.com

 

Mauritanie : la candidature de Gazouani désormais sur la table

  • PDF

Mauritanie : la candidature de Gazouani désormais sur la table Le président mauritanien Mohamed O. Abdel Aziz a rencontré lundi, au palais présidentiel différentes personnalités politiques avec lesquelles il a discuté la question de la candidature du ministre de la défense nationale Mohamed O. Gazouani aux prochaines élections présidentielles prévues cette année et auxquelles O. Abdel Aziz ne peut pas prendre part.

Selon les sources de Sahara Medias le président Mohamed O. Abdel Aziz a évoqué avec ses hôtes la prochaine étape et a révélé son soutien à la candidature de Gazouani en faveur il avait sollicité le soutien de tous.

Les mêmes sources ajoutent que les personnes reçues sont des personnalités politiques et sociales de poids, d’anciens parlementaires et des députés actuels dont Khalil O. Teyib, Vih Lmane O. Gacha et l’ancien premier ministre Moulaye O. Mohamed Lagdaf.

Des sources proches de l’ancien premier ministre O. Mohamed Lagdaf ont confirmé la rencontre entre celui-ci et le président O. Abdel Aziz et que ce dernier lui a révélé son soutien à la candidature de Gazouani.

Les mêmes sources ajoutent qu’O. Mohamed Lagdaf a informé le président Aziz de sa décision de se porter candidat aux élections présidentielles et que ce dernier ne s’y était pas opposé.

Nos sources précisent que le président O. Abdel Aziz a reçu ces personnalités en aparté et qu’il continuera à recevoir les prochains jours d’autres personnalités politiques, parlementaires et sociales qui soutiennent le pouvoir.

Il s’agit de la première initiative du président O. Abdel Aziz en faveur du soutien de la candidature du ministre de la défense aux prochaines élections présidentielles, quand bien même ce dernier continue d’observer le mutisme et n’a annoncé jusqu’ici aucune position à propos des informations qui circulent concernant sa candidature.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

Mauritanie : Ghazouani est le candidat du pouvoir, « tweete » le Porte-parole du gouvernement

  • PDF

Mauritanie : Ghazouani est le candidat du pouvoir, « tweete » le Porte-parole du gouvernement« Le choix de Son Excellence le ministre Mohamed Ould Cheikh Ghazouani pour être notre candidat en tant que pouvoir aux prochaines élections présidentielles, est le meilleur pour la continuité de ce projet national pionnier », a tweeté le Porte-parole du Gouvernement et ministre de la culture, de l’artisanat et des relations avec le Parlement Me Sidi Mohamed Ould Maham sur sa page facebook.

« Une candidature qui représente la poursuite des jalons de la sécurité, de la démocratie et du développement fondés et dirigés par Son Excellence le Président de la République Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a-t-il posté.

Source : Mourassiloun (Mauritanie)

Mauritanie : annonces des personnalités chargées de désigner le candidat de l’opposition à la Présidentielle de 2019

  • PDF

Mauritanie : annonces des personnalités chargées de désigner le candidat de l’opposition à la Présidentielle de 2019L'opposition mauritanienne a chargé un comité spécial d'identifier le "candidat unique ou principal " de cette force politique aux élections présidentielles qui se tiendront au milieu de l’année en cours.

La commission dont la composition se présente comme suit est présidée par Saleh Ould Hanena du parti Hatem, avec comme adjoint Sidi Ould Kory, secrétaire général de l’UNAD :

- Saleck Ould Sidi Mahmoud «Tawassoul»,
- Mohamed Abdallahi Ould Tvagha, RFD,

- Oumar Ould Yali, Sawab,

- Mohamed Ould Khlil, UFP,

- Mohamed Ould Abed,
Convergence

- Deddoud Ould Abdallahi, ADIL,

- Ba Alioune Ibra
, Mouvement démocratique.

L’investiture de ce comité intervient quelques jours après la signature de formations politiques de l’opposition et de syndicats, d’un accord conjoint portant la présentation d’un candidat unique aux futures élections présidentielles.

Traduit de l’Arabe par Cridem
Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

Mauritanie: Ould Abdel Aziz multiplie les signaux pour une "Unité nationale"

  • PDF

Mauritanie: Ould Abdel Aziz multiplie les signaux pour une Entré dans la période des derniers mois de son mandat, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, semble désormais résolument s’engager dans une sorte d’activisme en faveur d'une "unité nationale", qu'il appelle de ses voeux, à travers une série de discours, de faits, d'actions et de gestes.

C’est dans le cadre de cette nouvelle tendance qu’il faut inscrire l’organisation, hier, dimanche 27 janvier 2019, en fin d’après-midi, d’une cérémonie de changement de dénomination de l’avenue Gamal Abdel Nasser, la plus grande et la plus célèbre de Nouakchott, laquelle est aujourd'hui rebaptisée avenue de «L’Unité Nationale».

Cette cérémonie d'inauguration a eu lieu sous la présidence du chef de l’Etat, en présence des membres du gouvernement, du corps diplomatique accrédité à Nouakchott et d’un public venu en nombre.

Cette avenue du centre-ville de Nouakchott est longue de plus de trois kilomètres. Il s’agit d’un boulevard abritant de nombreux édifices gouvernementaux vitaux, des institutions bancaires, les sièges de plusieurs grandes entreprises, ainsi que des compagnies aériennes…

En donnant le nom de «l’Unité Nationale» à la plus grande artère de Nouakchott, «le président Mohamed Ould Abdel Aziz a voulu insister sur l’unité et la cohésion qui prévalent en Mauritanie, dans un climat marqué par de grandes réalisations, grâce à la mise en œuvre de programmes appropriés, accompagnés de mesures concrètes de protection des droits humains», a indiqué, à cette occasion, le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Ahmedou Ould Abdallah.

L'organisation de cette cérémonie, hier après-midi, intervient trois semaines après une imposante marche nationale, dénonçant «l’extrémisme et le discours haineux», sous la conduite du président Mohamed ould Abdel Aziz, avec la participation de tous les membres du gouvernement.

Du côté de l’opposition, on dénonce «des mesures spectaculaires, démagogiques et uniquement destinées à la consommation des médias».
En lieu et place, cette mouvance réclame un véritable dialogue sur la cohésion nationale et la cohabitation communautaire.

Le Parti «Hatem» condamne ainsi «une action visant à effacer la mémoire nationale afin de faire croire que l’histoire est née avec le pouvoir et que la Mauritanie serait ainsi dépourvue de passé».

Dans les rangs des ONG de défense des droits humains, le discours est tout aussi critique. Celles-ci continuent à dénoncer des cas «d’esclavage» et à réclamer «la fin de l’impunité» pour les présumés auteurs de graves crimes ayant touché la communauté négro-africaine pendant les années quatre-vingt-dix.

Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya
Source : Le360 Afrique (Maroc)

 

Les Ministres au parlement ne sont pas chez eux !

  • PDF

Les Ministres au parlement ne sont pas chez eux !Les Ministres, au Parlement, ne sont pas en territoire conquis. Ils ne sont pas chez eux mais chez autrui. Ils n’y viennent pas pour faire la leçon mais pour répondre de leur gestion devant les représentants du peuple; pour s’expliquer et non pour s’entendre pérorer dans une chambre d’enregistrement.

Ils doivent baisser le ton face aux députés, avec l’humilité d’agents de l’Etat soumis, l’espace d’une session, au contrôle des représentants du peuple. Un demi siècle de soumission des assemblées au diktat de l’Exécutif a fini par créer une sorte de culture du mépris et de l’arrogance ministériels à l’ égard du Parlement.

Le Parlement doit reprendre l’entièreté de ses droits. A commencer par la totale liberté d’expression de ses membres et l’exigence de respect de chacun d’entre eux par les Ministres, fût-il le Premier d’entre eux.

Ainsi seulement, en retour, les députés leur feront droit d’accueil courtois, de téranga, selon nos traditions de respect réciproque et de franchise chaleureuse. Finie l’ère des députés béni oui-oui et des ministres en goguette à l’ Assemblée.

Gourmo Abdoul Lo

Facebook – Le 27 janvier 2019
Source : Kassataya (France)

 

 

Présidentielle : Twassoul ne soutient pas une candidature de O. Ghazouani

  • PDF

Présidentielle : Twassoul ne soutient pas une candidature de O. GhazouaniLa question de soutenir une probable candidature de l'ancien patron des armées mauritaniennes, Mohamed Ould Ghazouani, "n’est pas à l’ordre du jour" pour le parti Tawassoul, selon son ex-président, Mohamed Jemil Mansour.


Interpelé sur les réseau sociaux, Mohamed Jemil Mansour a rappelé que Tawassoul est un parti membre du FNDU et de la coalition électorale de l’opposition démocratique lesquels ont décidé de présenter un candidat unique à la présidentielle.

"En tant que parti d’opposition, on n'espère pas de Tawassoul qu'il soutienne une candidature du pouvoir, qu’il soit Oul Ghazouani ou un autre", a indiqué Mohamed Jemil Mansour.

Source : Alakhbar (Mauritanie)

 

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 24 Janvier 2019

  • PDF

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 24 Janvier 2019Le Conseil des Ministres s'est réuni le Jeudi 24 janvier sous la présidence de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République.

Le Conseil a examiné et approuvé les projets de lois suivants :

-Projet de loi relatif à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

-Projet de loi autorisant la ratification de l’accord de coopération signé le 29 novembre 2011, à Riyad entre le Gouvernement du Royaume de l’Arabie Saoudite et le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie dans le domaine de la lutte contre le crime.

-Projet de loi autorisant la ratification du Contrat Programme entre l’Etat Mauritanien et la Société Nationale de l’Aménagement Agricole et des Travaux (SNAAT) pour le période 2019-2021.

Le Conseil a également examiné et adopté les projets de décrets suivants :

-Projet de décret portant application des dispositions de l’article 78 de la loi organique n°2018-039 du 09 octobre 2018, abrogeant et remplaçant la loi n°78-011 du 19 janvier 1978, portant loi organique relative aux lois de finances.

-Projet de décret portant nomination des membres du Conseil d’Administration du Centre de Formation et de Promotion Sociale des Enfants Handicapés.

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Le Ministre de l’Economie et des Finances a présenté les deux communications suivantes :

- Communication relative à la feuille de route des réformes « doing business » 2019-2020.

- Communication relative à la proposition de nomination du Président du Comité Permanent de la Commission Nationale de Contrôle de Marchés Publics.

Le Ministre de la Fonction Publique, du Travail, de l’Emploi et de la Modernisation de l’Administration a présenté une communication relative à la réforme de l’Administration.

Le Ministre de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, a présenté une communication relative à la réalisation d’une Encyclopédie de l'histoire de la Mauritanie.

Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes :

Ministère de la Justice

Etablissements publics

Office de Gestion de biens Gelés, Saisis et Confisqués et des Avoirs Criminels

Directeur Général Adjoint : Ahmed Mohamed Mahmoud, précédemment Inspecteur vérificateur à l’IGF

Ministère de l’Economie et des Finances

Inspection Générale des Finances :

Inspecteur Général des Finances : Nahah Abidine Sidi, précédemment Inspecteur vérificateur à l’IGF

Inspecteur Général des Finances : Mohamed Lemine Cheikh El Avia, précédemment Inspecteur vérificateur à l’IGF

Cabinet du Ministre :

Conseiller chargé du Développement Institutionnel et des Ressources Humaines : Med Lemrabet Sedoum, Doctorat en macro-économie, professeur à l’Université de Nouakchott Assriya.
Conseiller chargé de la Coordination : Houssein Mohamed Baba, précédemment Inspecteur vérificateur à l’IGF

Attaché au Cabinet : Cheikh Mohamed El Moustafa Seyidi, Magistère en communication

Administration Centrale

Direction Générale des Investissements Publics et de la Coopération Economique

Directeur Général : Mohamed Salem Ould Nany, précédemment Directeur de la Mobilisation des Ressources à la même Direction

Direction de la Mobilisation de Ressources

Directeur : Sy Mamadou, précédemment Attaché au cabinet

Direction de la Dette Extérieure

Directeur Adjoint : Bass Younouss Mamadou, Inspecteur Principal du Trésor, précédemment chef de division à la Direction de la Tutelle Financière au même Ministère

Ministère des Pêches et de l’Economie Maritime

Cabinet du Ministre Chargée de mission : Zeinebou Mint Yeye, précédemment Directrice de la Pêche Continentale et de l’Aquaculture.

Inspection Générale

Inspectrice : Madame Marieme Mint Cheiguer, précédemment responsable des marchés publics, en remplacement de M. Nahi Ould Jiyed, admis à faire valoir ses droits à la retraite.

Administration centrale

Direction de la Pêche Continentale et de l’Aquaculture

Directeur : M. Brahim Ould Mahfoud, précédemment Chargé de mission

Ministère du Développent Rural

Cabinet du Ministre

Conseiller Technique chargé de la Formation et de la Recherche : Moulaye Mhamed Ould Moulaye Ahmed Ould Day, précédemment Inspecteur à l’Inspection Interne du Ministère

Etablissements Publics

Ferme de M'pourié

Directeur Général : Sidi Mohamed Ould El Ghassem, précédemment Conseiller Technique chargé de la Formation et de la Recherche.

Secrétariat Général du Gouvernement

Commission Nationale de Contrôle des Marchés Publics

Comité Permanent de la Commission Nationale de Contrôle des Marchés Publics

Président : Ciré Amadou Baredio.


Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

Troisième mandat : La fin de la récréation ?

  • PDF

Troisième mandat : La fin de la récréation ?C’est depuis l’étranger que le président de la République a décidé de mettre fin à la prolifération des initiatives visant à lui offrir un troisième mandat, en dépit de la limitation à deux, du serment sur le Coran et ses nombreuses déclarations rappelant son engagement à se conformer à notre loi fondamentale.

Un coup de sifflet consécutif à l’entrée, dans l’arène, de députés s’agitant, eux aussi, pour le même objectif. Le trouble paraissait gagner le sommet de l’Etat. Nombre de mauritaniens de l’opposition mais, aussi, du pouvoir allaient-ils se résigner, face aux appels à violer la Constitution ? De fait, l’initiative des députés « déverrouilleurs » n’a pas reçu l’accueil escompté.

Au contraire, elle a provoqué une espèce de répulsion, pour ne pas dire révolte, au sein de l’opinion nationale, y compris, semble-t-il, de la Grande Muette. Deux jours de tension palpable, au sein de la majorité et, bien évidemment, entre celle et l’opposition. Les porteurs du projet « Troisième mandat » se réunissaient en privé, collectaient les signatures, tandis que l’opposition organisait un sit-in devant le Parlement.

Biram Dah Abeid déclarait que la modification de la Constitution ne passerait que sur leurs cadavres. Et à en croire certaines rumeurs, des leaders historiques de l’opposition allaient diriger une marche sur le Parlement. Toute cette agitation suivie, depuis l’étranger, par le principal intéressé, Mohamed Ould Abdel Aziz.

La tension, quarante-huit heures durant, est allée crescendo, avec un risque croissant de conséquences imprévisibles. Il fallait donc agir et vite. Le pouvoir a fait marche arrière. Plusieurs raisons sont avancées par les analystes et observateurs.

En un, le Président aurait décidé de siffler la fin de la récréation, au constat de l’apparition d’une fissure au sein de la majorité présidentielle. Plusieurs députés, comme Ould Ennahwi, ont tenu à émettre des réserves, quant à l’opportunité de l’initiative de leurs collègues.

Gare au « syndrome du Sénat » ! Même démoli, il continue à hanter le palais présidentiel… Pédale douce, donc : même si 102 députés (sur les 157) ont donné leur signature, rien ne garantit qu’ils voteraient le texte, lors de sa présentation au Parlement.

Autre argument, certaines régions du pays, notamment celles de l’Est, n’ont pas fait montre d’enthousiasme, pour organiser des marches appelant audit troisième mandat. L’actuel PM, Ould Béchir, a eu du mal à se faire entendre des élus de ces régions, rencontrés grâce à l’intervention du président de l’UPR qui aurait, lui-même, peiné à les convaincre à suivre la caravane déverrouilleuse.

Déception ? Un troisième mandat, pour l’actuel président de la République, signifierait la mise à l’écart d’un des leurs, à savoir le général Ghawzani dont la majorité des Mauritaniens s’accordent à dire qu’il est le mieux indiqué, pour succéder à Ould Abdel Aziz.
D’aucuns suspectent, d’ailleurs, les députés de l’Est de n’avoir pas donné leurs signatures, suite à une entrevue avec le potentiel successeur de l’actuel Président, pendant l’agitation du « bataillon » parlementaire. Les régions de l’Est comptent les plus hauts cadres du pays (trois PM, des généraux et ministres…). Mais l’on assiste, depuis quelque temps, comme à une espèce de « mal être » des ressortissants de cette partie du pays, grosse pourvoyeuse d’électorat.

Répondant à ces allégations, un des députés de l’Est a nié avoir tenu rencontre, ces derniers temps, avec le général Ghazwani. Il n’empêche que c’est au sein de la majorité présidentielle, dont certains seraient embarqués dans une guerre de succession, qu’ont proliféré ces insinuations. Ceux-là ne cacheraient pas leur hostilité envers l’actuel ministre de la Défense qui bénéficierait, laisse-t-on entendre, d’une aura auprès de l’armée, de l’opinion nationale et de quelques chancelleries occidentales.

L’énigmatique général n’accepterait pas de jouer à la Medvedev, redoutent ses détracteurs qui se recruteraient, croient savoir les rumeurs des salons nouakchottois, dans l’entourage proche du locataire du Palais gris : conseillers à la Présidence, ex-PM et quelques ministres du gouvernement Béchir

Face à cette situation qui devenait de plus en plus incertaine, le président de la République a donc ordonné la publication d’un communiqué pour y mettre fin. Un avis publié, dans la foulée, par les organes officiels de l’Etat. Une première dans les annales de l’épisode Ould Abdel Aziz qui jamais, à ce jour, ne rendit pas compte par ce canal.

Preuve de l’urgence ou, du moins, d’un réel cafouillage ? Il fallait rapidement rassurer l’opinion nationale, la Grande Muette et les chancelleries occidentales. Ainsi que les députés proches du pouvoir, curieusement félicités, au passage, par le Président.

Aujourd’hui, la situation semble redevenue « normale ». Mais, selon un analyste, un « ressort s’est cassé », quelque part, dans les arcanes du pouvoir. Croyant bien faire, les députés ont rendu un mauvais service à leur patron. Il a certes repris la main, mais jusqu'à quand ? Le coup est sérieux. Quelles seront les conséquences de ce précédent ? Le Président devra-t-il accélérer la désignation de son dauphin ? Une chose est sûre : des séances d’explications sont attendues, à son retour at home.

DL

Elections en RDC: l’UE prend acte de la victoire de Félix Tshisekedi

  • PDF

Elections en RDC: l’UE prend acte de la victoire de Félix TshisekediRFI - Que pense l'Union européenne de la victoire de Félix Tshisekedi ? Le sujet était au cœur ce mardi d'une réunion du Conseil européen à Bruxelles.

Un rendez-vous prévu de longue date et très attendu aussi par tous ceux qui scrutent les réactions de la communauté internationale. Il y avait beaucoup d’attente évidemment avant cette réunion. D’autant plus que c’était un rendez-vous commun Union européenne – Union africaine avec des questions à l’ordre du jour sur la politique et la gouvernance.

Si, à Bruxelles, on attendait une éventuelle position commune sur la RDC, c’est désormais la prudence qui domine. On prend note, on prend acte.

Un rétropédalage ?

La proclamation officielle par la Cour constitutionnelle à Kinshasa et la reconnaissance de ce résultat par des poids lourds de la scène diplomatique africaine, comme l’Afrique du Sud, voilà les deux éléments qui ont changé la donne. Certains accuseront les Européens de rétropédalage, mais la crainte d’être accusé d’ingérence dans les affaires intérieures du Congo semble dorénavant dominer.

Etat de fait

La proclamation de Félix Tshisekedi à la présidence de la République démocratique du Congo a créé un état de fait qui pousse les Européens à se démarquer de leur déclaration de la semaine dernière. Quant à leurs doutes ou à leurs demandes de publication de résultats plus cohérents avec les attentes, le ministre belge se borne à regretter un manque de transparence dans le processus.

Dans l’ensemble, pour les Européens, l’heure est plutôt à la formulation d’un espoir de consensus national en République démocratique du Congo. Dans leur déclaration commune, les participants à cette réunion commune de l’Union européenne et de l’Union africaine insistent sur les défis à relever pour le nouveau président congolais en termes de société, de gouvernance, de sécurité et d’économie.

Source : RFI

 

 

FRIM AWARDS : Les nominés connus

  • PDF

FFRIM AWARDS : Les nominés connusRIM Sport - La commission d’organisation des FFRIM Awards a entamé, lundi 21 janvier 2019 , la publication de la liste des nominés par catégorie, par une annonce sur la page face book officielle de l'instance du football mauritanien.

Dans la catégorie révélation se retrouvent trois pensionnaires des Mourabitoune junior : Mohamed Khay Lejouade (ASC Tidjikja), Abdallahi Mahmoud (Armée, FC Ndb/D.Alav7s) et le portier du FC Nouadhibou, Mamadou M’Bodj. Au sein de la catégorie du meilleur joueur local, sont en confrontation Sidi Abdoulah Touda, l’artificier de Nouakchott King’s, Hemeya Tanjy (FC Nouadhibou) et Abdoulaye Silèye Guèye.

Pour le trophée du meilleur joueur expatrié, Ismaël Diakité est en lice avec deux autres de ses coéquipiers en sélection, Bakary N’Diaye et Khassa Camara.

Au sein des entraîneurs, Pape Seck est en course avec Modou Amadou N’Diaye (AS Kedia) et Njoya Mauril Mesack (FC Nouadhibou).

Pour Rappel, les FFRIM Awards récompensent chaque année les acteurs qui se sont le plus et/ou le mieux distingués,au cours de la saison écoulée.

Enfin, les résultats de la cinquième édition, seront divulgués, le samedi 26 janvier, lors d’une soirée de gala.

Source : RIM Sport (Mauritanie)

 

Déclaration portant proclamation des résultats de l'élection des députés représentant les Mauritaniens établis à l'étranger

  • PDF

Déclaration portant proclamation des résultats de l'élection des députés représentant les Mauritaniens établis à l'étranger A l’issue de l’élection des députés représentant les mauritaniens à l’étranger, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a rendu publique, lundi soir à Nouakchott, une déclaration dans laquelle elle proclamait les résultats de ce scrutin. Voici le texte intégral de cette déclaration qui a été lue par le président de la CENI, M. Mohamed Vall Ould Bellal :
« Chers concitoyens;

Au nom du Comité directeur de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), j'ai l'honneur de vous présenter les résultats de l'élection des députés représentant des Mauritaniens établis à l'étranger, organisée le 21 janvier 2019 au siège de l'Assemblée nationale:

En application des dispositions de la loi organique n02018-007 du 2 février 2018 relative à l'élection des députés représentant les Mauritaniens établis à l'Etranger et du décret n0177 bis 2018 du 20 décembre 2018 portant convocation du collège électoral pour l'élection de ces députés, la CENI a procédé, le 21 janvier 2019 au siège de l'Assemblée nationale, à l'organisation de ce scrutin sur la base des données suivantes:


• Collège électoral: les députés de l'Assemblée nationale.

• Quatre Circonscriptions électorales: établies en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique.

• Nombre de sièges parlementaires a pourvoir: quatre (4), un siège pour chaque circonscription.

• Nombre de partis en compétition: trois (3) partis, l'Union pour la République (UPR), Parti El Islah et le Parti de la civilisation et du développement (PCD).

• Les trois partis se sont disputés le siège de la Circonscription Afrique.

• Les Partis El Islah et l'UPR se sont porté candidats pour le siège de l'Amérique,

• Pour les circonscriptions Asie et Europe, l'UPR était le seul candidat en lice.

Les résultats du dépouillement des procès-verbaux de vote dans les quatre circonscriptions électorales se présentent comme suit:

1 La répartition des voix:

• Circonscription Asie

• Nombre d'inscrits: 153

• Nombre de votants: 115

• Bulletins nuls: 3

• Suffrages exprimés: 112

• Bulletins neutres: 6

• Union Pour la République: 106

• Circonscription Europe:

• Nombre d'inscrits: 153

• Nombre de votants: 114

• Bulletins nuls: 1

• Suffrages exprimés: 113

• Bulletins neutres: 6

• Union Pour la République: 107

• Circonscription Afrique:

• Nombre d'inscrits: 153

• Nombre de votants: 115

• Bulletins nuls: 0

• Suffrages exprimés: 115

• Bulletins neutres: 01

• Union Pour la République: 103

• Parti El Isslah : 09

• Pati Civilisation et Développement: 02

• Circonscription Amérique:

• Nombre d'inscrits: 153

• Nombre de votants: 116

• Bulletins nuls: 01

• Suffrages exprimés:115

• Bulletins neutres: 02

• Union Pour la République: 107

• Parti El Isslah : 06

2° Les listes gagnantes:

• L'UPR a remporté les quatre sièges des circonscriptions Asie, Europe, Afrique et Amérique.

Je vous remercie ».


Source : Agence Mauritanienne d'Information

Nouadhibou : pose de la première pierre de la station de dessalement par le président Aziz

  • PDF

Nouadhibou : pose de la première pierre de la station de dessalement par le président Aziz

Le président mauritanien Mohamed O. Abdel Aziz a inauguré ce lundi à Nouadhibou la première phase du projet de la station de dessalement de la ville.

Cette étape, selon les responsables du projet, permettra de doter la ville quotidiennement de 5000 mètres cubes d’eau supplémentaires, une production qui sera portée à 15.000 m3 à la fin des trois phases du projet, réalisé pour un coût total de 630 millions de nouvelles ouguiyas (MRU) sur le budget de l’état.

Les travaux prévus dans le cadre de l’actuelle phase portent sur le forage, l’équipement, la liaison et l’extension de 9 ouvrages dont la production de chacun varie entre 60 et 70 m3 par heure et la construction et l’équipement d’une station de dessalage de l’eau de mer et la réalisation d’un réseau de branchement de 24km de tuyaux de 400 mm de diamètre, chacun, pour drainer l’eau.

Il est prévu également dans le cadre de ces travaux, la construction des réservoirs en béton et deux stations de pompage dont la première avec une capacité de 210 m3 par heure et la seconde 350m3 par heure. La station sera liée avec le réseau électrique par des générateurs dont la capacité globale est de 3 mégawats et la construction des locaux pour l’exploitation de la station.

Le président O. Abdel Aziz a rencontré le conseil supérieur de l’orientation stratégique de la zone franche de Nouadhibou.

Il est prévu, lors de cette réunion, la première à se tenir à Nouadhibou et la quatrième depuis la création de la zone franche en 2013, la présentation d’un exposé qui résume l’ensemble des activités réalisées cette année dans le cadre des investissements et les projets prévus.

Le président Mohamed O. Abdel Aziz a par ailleurs visité l’hôpital de la SNIM, dans la cité de Cansado, où il a été accueilli par l’administrateur, directeur général de la société Hassena O. Ely entouré de certains de ses collaborateurs.

Il a visité les différents services hospitaliers et s’est informé sur les prestations offertes par cette unité et son rôle dans la résolution des problèmes de santé de la ville et l’allégement de la pression sur les autres structures de santé à Nouadhibou.

Cet hôpital compte un certain nombre de spécialités notamment chirurgicales, gynécologiques et pédiatriques en plus d’un pavillon pour les urgences.

Le président O. Abdel Aziz était arrivé dimanche à Nouadhibou en provenance du Liban où il avait assisté à l’ouverture d’un sommet arabe pour le développement économique.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

Avant-garde progressiste : Le changement du nom de la rue Gamal Abdel Nasser est un acte honteux (Communiqué)

  • PDF

Avant-garde progressiste : Le changement du nom de la rue Gamal Abdel Nasser est un acte honteux (Communiqué)Dans un acte surprenant et soudain, les autorités mauritaniennes prennent actuellement des mesures pour retirer le nom du dirigeant immortel «Gamal Abdel Nasser» de la rue la plus importante et la plus célèbre de la capitale, Nouakchott, après qu’il ait été connu et entré dans le cœur des Mauritaniens, depuis de longues dates, comme dans celui des peuples arabes et africains.

L’organisation « avant garde progressiste » qui, tout en suivant ces mesures irresponsables:

-exprime son rejet total et sa condamnation de cet acte honteux, qui relève de la lutte contre la mémoire collective de ce peuple et de cette entité naissante (Mauritanie) depuis sa création, ainsi que du déni d’un grand dirigeant arabe, africain et international qui a joué, pendant le siècle dernier, le plus grand rôle de libération des peuples, au niveau du monde arabe, du continent et du tiers monde …

- demande aux autorités mauritaniennes de revenir immédiatement sur cette décision …

- appelle toutes les organisations politiques et syndicales et les forces de différentes orientations, affiliations politiques et intellectuelles à faire face à cette décision injuste …

Miséricorde et apothéose à l’esprit du leader immortel Gamal Abdel Nasser, symbole de l’unité nationale africaine, arabe et islamique.

Avant garde progressiste

Source : rimtoday.net
Traduit par adrar.info