Fri03222019

Last update07:47:24 PM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers en Mauritanie

Politique en Mauritanie

Ghazwani : un candidat « otage » ?

  • PDF

Ghazwani : un candidat « otage » ?Bien qu’il ait été officiellement désigné – ou obligé… – par son alter ego, le candidat de la majorité présidentielle persévère à garder le silence. Toujours à son poste de ministre de la Défense, au gouvernement, et à son logement, à l’état-major des armées.

Les membres du parti au pouvoir, l’UPR, et autres opportunistes de tout acabit s’égosillent donc seuls sur les qualités et mérites de l’énigmatique dauphin. L’UPR – plus exactement, son président – fut le premier à apporter son soutien au candidat intronisé à la succession de l’actuel président de la République.

Pour maître Sidi Mohamed Ould Maham, également porte-parole du gouvernement, Ghazwani est le meilleur choix pour continuer l’œuvre de son compagnon, Mohamed Ould Abdel Aziz, pour la stabilité et le développement du pays. Il l’a dit devant les députés et maires de la majorité qu’il a rencontrés, leur demandant de soutenir « cet homme de confiance, maîtrisant tous les dossiers de l’Etat.

Ould Maham enchaine les réunions, tressant des lauriers au probable successeur d’Ould Abdel Aziz, proclamant que l’actuel ministre de la Défense est le seul à même de répondre aux aspirations de la population mauritanienne.

Mais, de l’avis de nombre d’observateurs, l’Union Pour la République dont le président s’active tant n’aurait pas été associée au choix du dauphin. Tout s’est passé au sein d‘un cercle restreint de gradés.

C’est dire que le principal parti de la majorité n’a fait que prendre le train en marche et doit, par conséquent, se mettre au pas. La réunion, fin Janvier, avec les députés et les parlementaires, n’avait pour seul objectif que d’entourer la candidature annoncée d’Ould Ghazwani d’un maximum de consensus. Le mot est lâché.

Le communiqué de la présidence mettant fin aux gesticulations des députés réclamant un troisième mandat, alors même que la Constitution l’interdit – un vœu longtemps entretenu par un Ould Abdel Aziz, flouant ses véritables intentions, tout en répétant, à qui voulait l’entendre, qu’il respecterait la loi fondamentale – a surtout révélé une cassure, au sein de la majorité présidentielle.

Un certain nombre de députés s’étaient opposés ouvertement à l’option du troisième mandat. Tandis que, du côté de la Grande Muette, des rumeurs distillées donnaient à croire qu’elle avait arrêté son choix sur son patron, le général Ghazwani.

Une atmosphère quelque peu malsaine, accentuée par d’autres rumeurs sur l’opposition de certains membres du gouvernement et de députés, principalement les partisans du troisième mandat, à la candidature du général. Une rencontre, entre le candidat désigné et les présumés hostiles à sa candidature, est venue clore cette polémique, qualifiée, par certains, de « manipulation ». Peut-être mais, alors, de quel cercle ?

Les mots utilisés, pour présenter le ministre de la Défense en candidat « personnel » du président Ould Abdel Aziz, laissent, de surcroît, les observateurs perplexes. Selon leur lexique, Ould Ghazwani ne se serait pas imposé en incontournable, pour succéder à son alter ego. Il a été choisi, désigné ou obligé, par notre président-fondateur, à la poursuite – pourquoi pas sous contrôle ? – de la « révolution ».

En tournée dans les régions du pays, le ministre de l’Intérieur s’est appliqué à vanter les réalisations du Président, en ne pipant mot – un non-fait troublant unanimement relevé par les observateurs – sur le candidat Ghazwani, lors de l’étape de Tidjikja, capitale du Tagant. Alors, le général Ghazwani qui semblait bénéficier – en tout cas jusque-là – de circonstances favorables, serait-il un candidat otage de son mentor ?

Toutes choses qui ne manquent pas de polluer le processus de succession du Président sortant lequel aurait chargé le président de l’UPR de notifier, aux anciens parlementaires, réunis, voici deux jours, à l’hôtel Mauri-Center, et à tout le microcosme politique de la majorité qu’Ould Ghazwani est seul et unique candidat d’Ould Abdel Aziz et de la majorité et que tous battront campagne pour le faire élire.

A chacun, donc, de s’impliquer en cet objectif. Des propos qui viennent écarter les rumeurs selon lesquelles l’ex-Premier ministre, Moulaye ould Mohamed Laghdaf, briguerait la magistrature suprême. Et quand on sait les rapports que celui-ci entretenait avec Ould Abdel Aziz, le Rubicon est vite franchi, par les détracteurs du tombeur de Sidioca.

Aujourd’hui, les dés sont jetés. Ould Ghazwani est le candidat d’Ould Abdel Aziz et de sa majorité. Son intronisation officielle est attendue dans les jours prochains. Des informations circulent, dans les salons, évoquant d’intenses préparatifs, au niveau du gouvernement et de l’UPR.

Des invitations, à des chefs d’Etat, de gouvernements et d’organisations internationales, seraient en passe d’être lancées. Le président Ould Abdel Aziz voudrait conférer, à cette cérémonie d’investiture, annoncée au 23 Février, un cachet particulier. Un évènement médiatique, à la veille même du congrès de l’UPR, le 2 Mars.

Mais, à en croire certaines rumeurs, divers cercles du pouvoir prôneraient le report du congrès au lendemain de l’élection présidentielle, craignant l’immanquable étalage des divisions, à cette foire d’empoignes, susceptible d’impacter négativement sur le consensus recherché autour du général Ghazwani. Si les dés sont jetés, les jeux sont-ils faits ?

Les apparences sont parfois trompeuses…

DL
Source : Le Calame (Mauritanie)

 

 

Réunion de concertation avec les membres du corps diplomatique sur le règlement de la situation des étrangers résidents en Mauritanie

  • PDF

Réunion de concertation avec les membres du corps diplomatique sur le règlement de la situation des étrangers résidents en MauritanieLa salle des réunions au ministère des affaires étrangères et de la coopération a abrité, mardi matin, une réunion qui a regroupé le ministre des affaires étrangères et de la coopération, M. Ismail Ould Cheikh Ahmed, le ministre de l’intérieur et de la décentralisation, M. Ahmedou Ould Abdallah, le directeur général de l’Agence Nationale pour le registre de la population et les titres sécurisés et les représentants du corps diplomatique en Mauritanie et qui a été centrée sur le règlement de la situation des communautés étrangères établies en Mauritanie.

Ouvrant la réunion, le ministre des affaires étrangères et de la coopération a souhaité la bienvenue aux participants à la réunion, précisant que le but de cette dernière est d’informer les membres du corps diplomatique des mesures prises pour faciliter l’obtention des cartes de séjour et de discuter de cette question avec les intéressés.

Pour sa part, le ministre de l’intérieur et de la décentralisation a indiqué que l’Etat a débuté en 2010-2011 la mise en place d’un système biométrique permettant aux résidents étrangers dans le pays d’obtenir des cartes de séjour ainsi que la création d’un certain nombre de points de passage qui livrent des visas pour les entrants et le lancement d’opérations de sensibilisation sur l’importance de remplir les formalités relatives à la résidence.

Le ministre a précisé que la nature de la résidence en Mauritanie diffère suivant la situation du résident, soulignant qu’elle va de la résidence

à une simple autorisation d’entrée pour les pays non concernés par les visas et insistant sur la nécessité d’éviter les problèmes liés au non respect des mesures d’entrée.

Il a, par ailleurs, insisté sur la nécessité de se conformer aux lois et règlements en vigueur en ce qui concerne l’obtention de la résidence et de sensibiliser les représentants du corps diplomatique à ce sujet, soulignant que des facilités ont été prises dans ce sens.

Pour leur part, les représentants du corps diplomatique ont félicité le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz pour les réformes menées dans le domaine des documents, appelant à la poursuite de cette voie.

Ils ont en outre demandé des éclaircissements sur certaines questions, notamment les mesures de facilitation qui ont été prises, la situation des personnes travaillant dans le secteur informel et les personnes disposant de la double nationalité.

Des réponses claires ont été apportées à ce sujet par les ministres.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

Nouakchott/Trois personnes fauchées mortellement par un véhicule

  • PDF

Nouakchott/Trois personnes fauchées mortellement par un véhiculeLes accidents de la route ne cessent d’endeuiller quotidiennement plusieurs familles à travers le pays, dans ce sillage, un dramatique accident de la circulation a eu lieu avant-hier nuit au niveau de la commune de Tevrag-Zeina.
Le drame s’est produit lorsque les victimes (une jeune fille, son père et un voisin), traversaient la route à hauteur de Mauritanie Aluminium sur la route de la plage. Elles ont mortellement été percutées par un véhicule conduit par un jeune âgé environ de 17 ans, selon une source. Il roulait à une grande vitesse, selon des témoins oculaires.

Après le constat et les formalités de la police routière, les services de la protection civile sont intervenus pour transporter les dépouilles mortelles vers le service de la morgue relevant des services des urgences de l’hôpital, a-t-on ajouté.

Le jeune (fils d’une autorité dans la ville de Boghé) avait fuit en direction de chez lui, non loin de la place, où, s’est produit le drame. Il a été remis à la police par ses parents, indique notre source.

Encore de nouveaux appels de la part des services de la sécurité routière aux citoyens de prendre plus de vigilance au niveau des routes afin d'éviter que de nouveaux drames routiers ne se produisent et alourdissent le bilan de vies humaines et d'endeuiller de nouvelles familles.

Rappelons que les services de la gendarmerie nationale et du GGSR ont mis à la disposition des citoyens des numéros verts afin de signaler n'importe quel incident.

Par A. SIDI
Source : Tawary (Mauritanie)

 

Ould Maouloud lève le coin du voile sur les noms les plus en vue dans la quête de l'opposition d’un candidat unique

  • PDF

Ould Maouloud lève le coin du voile sur les noms les plus en vue dans la quête de l'opposition d’un candidat uniqueLe président de l’UFP, également le président en exercice du Forum National pour la Démocratie et l’Unité (FNDU) d’opposition, en l’occurrence Mohamed Ould Maouloud, a levé le coin du voile sur les noms les plus cités dans le cadre de la quête des forces de l’opposition d’un candidat unique pour les futures élections présidentielles, prévues en juin2019.

Sidi Mohamed Ould Boubacar est le plus en vue, surtout qu’il est le seul à avoir exprimé à des partis opposants, au cours de réunions individuelles, son intention de se constituer candidat à ces consultations et son vœu de bénéficier du soutien des partis de l’opposition, a-t-il dit.

Il y a également l’homme d’affaires Mohamed Ould Bouamatou et l’ex sénateur Dr Cheikh Ould Hanena ainsi que le leader de la Convergence Démocratique Me Mahfoudh Ould Bettah, a-t-il ajouté, affirmant que les dirigeants de l’opposition poursuivent des concertations sérieuses sur le sujet.

Certains partis de l’opposition n’ont pas présenté de candidats à la candidature unique, a-t-il précisé, indiquant que les choix offerts étaient limités, comme c’était d’ailleurs le cas des candidatures, de façon générale.

Le choix du candidat de l’opposition est une affaire d’extrême importance et n’admet pas la précipitation, a-t-il dit, soulignant que les partis de l’opposition ont dépassé l’écueil de candidature en leur sein, afin de trancher le choix en dehors de leurs rangs, que le candidat soit investi par elle ou se porte candidat indépendant, tout en convenant avec lui un programme unifié, a-t-il ajouté.

Ces mises au point ont été faites par Ould Maouloud dans un entretien accordé à Alakhbar, qui sera publié incessamment dans son intégralité

Traduit de l’Arabe par Cridem
Source : Alakhbar (Mauritanie)

Mauritanie : rumeurs sur l'annulation du Congrès National de l’UPR

  • PDF

Mauritanie : rumeurs sur l'annulation du Congrès National de l’UPRL’Union Pour la République (UPR), le parti au pouvoir pourrait ne plus tenir les travaux de son Congrès National initialement fixé au 2 mars prochain, après un premier report.

Ce revirement intervient, selon des sources, à la suite de la décision de la Présidence de la République d’organiser une grande cérémonie exclusivement consacrée à l’annonce officielle du candidat du pouvoir Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed, vraisemblablement à la fin de février courant.

Il s’agit d’un événement de haute portée, auquel seront invités des Présidents et des Chefs de gouvernement des pays voisins, indiquent les sources précitées.

Il est attendu que Ould Abdel Aziz prononce à cette occasion un discours, dans lequel il appellera les mauritaniens à se mobiliser fortement autour de la candidature de Ghazouani afin de poursuivre les acquis réalisés au cours de ses deux précédents mandats

Source : Essahraa (Mauritanie)

 

Président du parti Tawassoul: « Nous avons résolu la question du candidat de l’opposition et sommes prêts pour la nouvelle étape »

  • PDF

Président du parti Tawassoul: Nous avons résolu la question du candidat de l’opposition et sommes prêts pour la nouvelle étapeLe président du parti d’opposition Mohamed Mahmoud Ould Seyidi, président du parti du Rassemblement national pour le développement (Tawassoul) , a déclaré que la question du candidat unifié de l’opposition avait été complètement résolue et que les chefs des partis et des blocs de l’opposition préparent les dernières retouches pour annoncer ce candidat.

Ould Sidi a déclaré dans une interview à la chaîne Al-Mourabitoun: « Vous ne trouverez aucun candidat de Tawassoul, UFP, Adil, Hatem ou Moustaghbel, ces choses ont été complètement dépassées.

Nous avons emprunté une voie réfléchie et nette pour choisir le candidat et nous sommes passés d’un candidat unifié à un candidat principal, afin d’ouvrir la voie à des options qui nous seraient bénéfiques dans le cas d’un second tour avec l’aide de Dieu. »


En réponse à une question sur la probabilité que Tawassoul soutienne le candidat du pouvoir, Ould Seyidi a déclaré que son parti refuse de soutenir un quelconque candidat du régime ou soutenir l’un de ses symboles pour la simple raison qu’il s’oppose à ce régime.

Le chef du parti Tawassoul a souligné que la priorité de son parti est d’abord un candidat de l’opposition, mais qu’il ne ferme pas la porte à un candidat qui ajouterait à l’opposition, soulignant que la priorité reste l’unité de l’opposition.

En tant que principale opposition sur la scène politique, nous donnons la priorité à l’unité du rang et de la parole de l’opposition et son candidat commun, plutôt que d’annoncer un candidat de notre parti ou de le placer sur la scène politique, bien que d’autres l’accepteraient et nous avons nos choix connus.

Il a regretté le départ de l’ancien ambassadeur Mokhtar Ould Mohamed Moussa du parti Tawassoul, affirmant qu’il n’était pas parti en raison d’une faiblesse institutionnelle ou de l’absence d’institutionnalisation, au sein du parti, ou parce qu’il n’est pas apprécié et considéré comme il se doit au sein du parti.

Source : zahraa.mr
Traduit par Adrar.info

 

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 14 Février 2019

  • PDF

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 14 Février 2019Le Conseil des Ministres s'est réuni le Jeudi 14 février 2019, sous la présidence de son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République.

Le Conseil a examiné et approuvé un projet de loi portant règlement des petits litiges, abrogeant et remplaçant la loi n° 2017-019 du 18 juillet 2017, instituant une procédure spéciale pour le règlement des petits litiges.

Le Conseil a également examiné et adopté les projets de décrets suivants :

- Projet de décret modifiant et complétant certaines dispositions du décret n° 2009-061 du 23 février 2009, modifié portant création d’une Agence Nationale Pour les Etudes et le Suivi des Projets (ANESP) et le décret n°2009-180 du 03 juin 2009 portant approbation de son Statut.

- Projet de décret déclarant d’utilité publique la Fondation Youssouf Koita.

- Projet de décret portant création, organisation et fonctionnement d’un Etablissement de l’Enseignement Supérieur dénommé "La Grande Mahadra Chinguittiya".

- Projet de décret Portant autorisation d’exploitation relative au périmètre d’exploitation issu du bloc C8 et faisant partie intégrante du Périmètre de l’Unité découlant de la Zone GTA telle que définie dans l’Accord de Coopération inter-Etat (ACI) portant sur le développement et l’exploitation des réservoirs du Champ Grand Tortue/ Ahmeyim aux compagnies pétrolières BP Mauritania Investment Limited; Kosmos Energy Mauritania et la Société Mauritanienne des Hydrocarbures et du Patrimoine Minier (SMHPM).

-Projet de décret accordant le permis de recherche n°2128 pour les substances du groupe (2) dans la zone de Vararate (Wilayas de l’Assaba et du Gorgol), au profit de la société Minéral Ressources Développement Sa.

-Projet de décret accordant le permis de recherche n°2208 pour les substances du groupe (2) dans la zone de Oua-Oua (Wilayas de l’Assaba et du Gorgol), au profit de la société AYA SARL.

-Projet de décret accordant le permis de recherche n°2259 pour les substances du groupe (2) dans la zone de Granf Jnoun (Wilaya de l’Adrar), au profit de la société Ore Corp Mauritania-Sarl.

- Projet de décret accordant le permis de recherche n°2748 pour les substances du groupe 2 (Sables Noirs) dans la zone de Dara Nord (Wilaya du Trarza), au profit de la société Wafa Mining & Petroleum.

- Projet de décret accordant le permis de recherche n°2749 pour les substances du groupe (2) dans la zone de Mjeihidatt (Wilaya du Tiris Zemmour), au profit de la société BEST WAY METALIC AND OIL SERVICES-LLC-SARL (BWMAOS).

- Projet de décret portant nomination du Président du Conseil d'Administration de la Société Nationale de Transport Public.

Le Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération, a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Le Ministre du Pétrole, de l’Énergie et des Mines a présenté une communication relative à la Révision et la Rénovation du Cadre Réglementaire du Secteur Aval des Hydrocarbures.

Le Ministre de la Santé a présenté les deux communications suivantes :

- Communication relative à l’harmonisation des coûts des actes médicaux au sein des établissements publics de santé.

- Communication relative au Conseil National de Santé.

La Ministre du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme a présenté une communication relative à la mise en place d’un code à barres industriel (Préfixe Pays) en Mauritanie.

La Ministre du Développement Rural a présenté une communication relative à la synthèse du bilan des réalisations pour la période (2009-2018) et aux perspectives.

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et des Technologies de l’Information et de la Communication a présenté une communication relative à la stratégie de promotion du Haut Débit et d’Accès Universel et de son Plan d’Action Opérationnel.

Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes :

Premier Ministère

Etablissements Publics

Agence Nationale Pour les Etudes et le Suivi des Projets

Directeur Général: Sid'Ahmed Ould Ahmed.

Ministère du Pétrole, de l'Energie et des Mines

Administration Centrale

Direction Générale des Hydrocarbures

Direction de l’Exploration Production

Directeur : Ebba Mohamed Ould Mohamed Abdellahi

Direction de l’Electricité et de la Maitrise de l’Energie

Directrice Adjointe : Mbarke Mint Sid Ahmed, précédemment Chef Service à la même direction

Direction du Cadastre Minier et de la Géologie

Directeur : Ibrahime Ba Madine, précédemment Directeur Adjoint du Contrôle et du Suivi des Opérateurs

Direction du Contrôle et du Suivi des Opérateurs

Directeur Adjoint : Mohameden El Hadi précédemment Chef de Service à la Direction du Cadastre Minier et de la Géologie

Etablissements Publics

Société Mauritanienne de l'Electricité

Directrice Générale Adjointe: Oum Kethoum Mint Mohamed Salek

Ministère des Pêches et de l'Economie Maritime

Etablissements Publics

Société Nationale de Distribution de Poisson

Directeur Général Adjoint: Diagne Mamadou Babacar.

Ministère de la Culture, de l'Artisanat et des Relations avec le Parlement

Cabinet du Ministre

Conseiller Technique: Houriya Moulaye Driss, en remplacement de Abdellahi Ould Limam appelé à d'autres fonctions.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

Pouvoir et opposition : Dialogue de sourds

  • PDF

On assiste à une espèce de dialogue de sourds, entre le pouvoir et l’opposition démocratique, quant à la gestion du processus électoral pour la prochaine présidentielle. Ceux qui  espèrent  un consensus autour des conditions de transparence risquent d’être déçus. La majorité présidentielle ou, plus précisément, le pouvoir en place, ne parle manifestement pas le langage de l’Alliance électorale de l’opposition démocratique (AEOD) et vis versa. Illustration éloquente, ces dernières semaines.

Côté  opposition, les dirigeants ont tous appelé à un dialogue en vue de « conditions minimales de consensus », autour  de l’organisation du scrutin, qualifié de « crucial pour le pays ». Ils semblent même en faire comme une urgence  pour ne pas dire un  préalable. Dans une déclaration publiée, il y a quelques jours, le président du RFD, Ahmed  ould Daddah  dit  souhaiter « un dialogue national urgent et global qui bâtisse les fondements de ce que sera le devenir du pays et à travers lequel  se préparent les prochaines élections présidentielles, les mécanismes de consensus, caractérisés par l’intégrité et la transparence et auquel toutes les parties concernées participent ». Et de craindre, a contrario, de voir la présidentielle prochaine « se transformer en une opportunité d’approfondir la division, menacer l’entité du pays et son avenir ».

Tawassoul, le principal parti de l’opposition depuis les dernières élections législatives et municipales, abonde dans le même sens. Au terme de l’Assemblée de la Choura (un de ses organes délibérants), les islamistes ont demandé « l’ouverture d’un dialogue sérieux et inclusif autour la présidentielle » et d’autres questions nationales. Ce dialogue devrait notamment débattre, insiste le parti islamiste, des questions  relatives  aux organes de gestion et de contrôle des élections, en particulier la recomposition de la CENI, la révision du fichier et de la liste électorale, sur lesquels le président du FNDU, Mohamed Mouloud, dit émettre de « sérieux  doutes » qui fâchent, la  présence d’observateurs internationaux, la neutralité de l’administration, l’usage de l’argent public…Pour Tawassoul, ce dialogue devrait débattre également  d’autres questions épineuses, notamment  l’esclavage et les revendications des négro-africains (passif humanitaire et exclusion). Toutes les préoccupations et griefs de  l’opposition démocratique ont été consignés dans une plateforme remise au ministère de l’Intérieur, véritable patron  de la gestion effective des élections.

Maître Sidi Mohamed ould Maham, président de l’UPR, principal parti de la majorité présidentielle, et, par ailleurs, porte-parole du gouvernement, a rapidement réagi. Comme on s’y attendait, il rejette l’offre de dialogue de l’opposition, doutant de sa sincérité. Son parti n’a, dit-il, « nullement l’intention d’ouvrir un dialogue, pour la bonne et simple raison que  les  expériences précédentes ont montré que « l’objectif déclaré par l’opposition  finit toujours par s’estomper, sous la pression des média et de l’opinion publique ». Pour lui, le débat, entre le pouvoir et l’opposition, doit désormais se faire au sein de l’Assemblée nationale. Une Assemblée nationale où ne siègent que peu de partis de l’AEOD… Ce disant, le président de l’UPR  n’enfonce qu’une porte déjà ouverte par son mentor, le président de la République. Ce dernier a répété, à plusieurs reprises, qu’il n’y aura pas de dialogue avec l’opposition. Des contacts préliminaires avaient certes été secrètement organisés, par le passé, mais, toujours dévoilés par l’une ou l’autre partie, ils n’ont jamais abouti.

Espérons que la sagesse finira tout de même par l’emporter et que les acteurs politiques des différents camps acceptent de se parler, il y va de l’intérêt du pays. Ne serait-ce que sur le sort de l’actuelle CENI, désavouée, lors des dernières élections, par le pouvoir lui-même et les autres partis, alors que l’AEOD ne lui reconnaît aucune  indépendance par rapport audit pouvoir. Cela fait tout de même désordre… Un dialogue politique ou de simples concertations pourraient aplanir les divergences et, partant, permettre la tenue d’une présidentielle consensuelle, un tant soit peu crédible et, surtout, sans lendemain de contestations. La démocratie mauritanienne n’en sortira que grandie. Elle en a bien besoin…

DL

Source : le calame.info (Mauritanie)

 

Présidentielle en Mauritanie : remous au sein de l’UPR, des activistes disent non à Aziz

  • PDF

Présidentielle en Mauritanie : remous au sein de l’UPR, des activistes disent non à Aziz À quelques mois du scrutin présidentiel, le champ politique semble électrisé et les manœuvres se poursuivent. Aussi bien du côté de l’opposition que de la mouvance présidentielle, le brouhaha politique se fait sentir.

Ainsi, l’Union pour la République (UPR) est secouée par un problème interne avec une vague de protestations contre la candidature de Mohamed Ould Ghazouani dans la course à l’élection présidentielle. Certains activistes du parti ne sont pas favorables au dernier coup de poker d’Aziz, consistant à confier les rênes du parti à un homme en Kaki.

Ces hommes tapis dans l’ombre sont plus que déterminés à barrer la route au meilleur ami d’Aziz. Une histoire de dire non au chef de guerre et ses gangs, déterminés à pérenniser l’œuvre militaire.

Certains barons du parti ainsi que les faucons, recalés dans leur coup de forcing d’un troisième mandat d’Aziz, sont prêts à la confrontation.

Une attitude qui a fini de semer une atmosphère tendue au sein de la mouvance présidentielle, ayant qu’un seul objectif conquérir le pouvoir. Actuellement, cette protestation interne défraie la chronique .Elle est dans toutes les lèvres à quelques semaines du congrès décisif où le « grand troupeau » sera sans doute remis à l’ordre du général Ghazouani.

Les activistes cèderont-ils à la volonté du chef ? Les faucons vont-ils enterrer la hache de guerre ? Voilà autant de questions qui trouveront sans doute leurs réponses lors des assises de tous les dangers.

De son côté l’opposition qui agit en ordre dispersé, aura du mal à présenter une candidature unique.

D’ailleurs, les prétendants au fauteuil présidentiel se multiplient au fur et à mesure que la date butoir approche. Dans la semaine on a enregistré de nouveaux candidats qui veulent briguer le suffrage des mauritaniens.

En tout cas, ce qui est sûr, l’opposition dans sa grande majorité n’aura pas une candidature unique.

Déjà, certains leaders notamment Biram Dah Abeid ont affiché leur ambition à la conquête du pouvoir. Arrivé deuxième lors de l’élection présidentielle de 2014 avec 8,67 % des votes, le droit-de-l’hommiste croit fermement à ses changes pour sa deuxième tentative.

Des signaux de faiblesse pour l’opposition

Alors que certains esprits avertis les attendent sur des programmes et alternatives à proposer aux mauritaniens, l’opposition s’attardent encore sur des détails.

Les détracteurs d’Aziz ont brandi encore leur vieille doléance à savoir des élections libres et transparentes.

Dans une lettre de correspondance adressée, samedi au gouvernement, l’opposition notamment le parti Tawassoul (islamistes), le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) d’Ahmed Ould Daddah et Sawab exigent la restructuration consensuelle de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et l’élaboration transparente du fichier et de la liste électoraux.

À quelques semaines avant l’ouverture officielle de la campagne électorale, la problématique du leadership des candidats fait débat.

Il appartient désormais à chacun de trouver son candidat !

Ibrahima Junior Dia

Source : Les Mauritanies

 

Politique-Présidentielle: Les maires du Hodh El Gharbi apportent leur soutien à la candidature de Ghazwani

  • PDF

Politique-Présidentielle: Les maires du Hodh El Gharbi apportent leur soutien à la candidature de GhazwaniLes maires des communes du Hodh El Gharbi ont déclaré ce mardi, à l'occasion d'une réunion organisée par l'Union pour la République, parti au pouvoir, leur soutien à la candidature du ministre de la défense, le général Mohamed Ould Ghazwani. Ce dernier est officiellement candidat présenté par ce parti pour briguer le suffrage des électeurs pour la présidentielle 2019.

La cérémonie a été l'occasion pour les maires du Hodh El Gharbi, dans le sillage d'un discours du président de l'UPR, Me Maham, rappelant le bilan de Ould Abdelaziz, d'affirmer leur soutien à la candidature de Ghazwani.

Leur porte-parole, Ahmed Zeidane Ould Mohamed Mahmoud, a réaffirmé, dans une allocution pour la circonstance, le soutien des élus du Hodh El Gharbi au candidat du parti et loué les " diverses réalisations" du président Mohamed Ould Abdelaziz dans les domaines de la sécurité, de l'état-civil, de la diplomatie.

Ahmed Zeidane Ould Mohamed Mahmoud, qui a dressé un bilan des acquis en matière d'infrastructures économiques et sociales sous l'ère Aziz, a encore souligné que ces réalisations vont se consolider et se poursuivre avec l'élection du candidat de l'Upr à la présidentielle, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed.

Notons que cette rencontre, toujours en cours, regroupe également les maires des communes des régions des deux Hodhs, de l'Assaba, du Ghidimagha, du Gorgol et du Tagant.

Source : Mauriweb (Mauritanie)

 

 

Mauritanie : un nouveau chef de l’opposition démocratique

  • PDF

Mauritanie : un nouveau chef de l’opposition démocratiqueLe parti Tewassoul a présenté la candidature de Brahim O. Bekay pour occuper le poste de président de l’institution de l’opposition démocratique.

Le parti rappelle que le peuple mauritanien lui a renouvelé sa confiance au vu des résultats des élections de 2018 et ajoute que la désignation d’ould Bekay est intervenue au terme de débats approfondis au sein des structures du parti.

Celui-ci, désormais membre du bureau exécutif du parti depuis son départ du parti APP, avait brigué la mairie d’Elmina sous la bannière de la coalition de l’opposition.

Il sera la troisième personnalité à occuper ce poste dans l’histoire du pays, après le président du RFD, Ahmed O. Daddah et El Hacen O. Ahmed du parti Tewassoul et maire de la commune d’Arafat.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

 

Tournée conjointe, dans les régions, du président actuel et de son éventuel successeur (exclusif

  • PDF

Tournée conjointe, dans les régions, du président actuel et de son éventuel successeur (exclusif)Des sources politiques ont confié au site de Zahra Chinguit que le président Mohamed Ould Abdel Aziz envisage un voyage conjoint avec le candidat de la majorité, proposé au poste de président de la République.

Les sources ont indiqué que la tournée comprendrait toutes les moughataa du pays et serait similaire au voyage du président entrepris , avant les élections de juillet 2009, afin de rencontrer les personnalités et les dignitaires les plus en vue du pays.

Ould Abdel Aziz s’efforce d’obtenir, pour le ministre de la Défense, Mohamed Ould El Ghazouani, après avoir proposé et annoncé sa candidature pour sa succession , une victoire confortable , aux élections de juin 2019.

Source : zahraa.mr
Traduit par Adrar.info


 

Mauritanie. Présidentielle: l'opposition face au défi d'une candidature unique

  • PDF

Mauritanie. Présidentielle: l'opposition face au défi d'une candidature unique Le360 Afrique - Dernière ligne droite vers une élection présidentielle 2019 inédite en Mauritanie, excluant la participation du chef d’Etat en exercice, Mohamed Ould Abdel Aziz, arrivé au terme de son deuxième mandat, et ne pouvant de fait prétendre à une troisième magistrature suprême successive, selon les termes de la loi fondamentale mauritanienne.

Du côté de la majorité, le porte-étendard de ce scrutin a été déjà désigné, en la personne de Mohamed Cheikh Ahmed dit Ghazouani, actuel ministre de la Défense du gouvernement nommé après les élections législatives de 2018, et dont les membres ont pris leurs fonctions le 30 octobre dernier.

Ghazouani, général à la retraite, est un ancien grand officier de l’armée nationale, il est aussi, depuis à présent près de quatre décennies, le compagnon Mohamed Ould Abdel Aziz.

Dans l'autre bord, du côté de la mouvance de l’opposition, le principe d’un programme commun et d’une candidature unique a été admis par toutes les composantes.

Il s’agit notamment du Forum National pour la Démocratique et l’Unité (partis politiques, organisations de la société civile, centrales syndicales et personnalités indépendantes), du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) et de nombreuses autres formations, lesquelles ont décider de former une alliance en vue du scrutin crucial de cette année 2019 en Mauritanie.

Une commission présidée par Salah Ould Hanana, leader du parti Hatem, a élaboré ce programme commun, qui est actuellement soumis à l’approbation de tous les partis politiques. Cette instance a également défini les différents critères auxquels doit répondre le futur candidat unique de l’opposition, celui qui fera le consensus autour de sa personne.

Mais certains organes de presse mauritaniens sont d'ores et déjà allés au-delà de cet exercice préliminaire, en avançant quelques noms, ceux de certaines figures qui correspondent au profil défini par cette commission.

Ainsi, la version en ligne de l’hebdomadaire Le Calame annonce que l’opposition «a retenu trois noms: Mohamed Ould Bouamatou, un banquier actuellement en exil, Mahfoudh Ould Betta, le leader de la Convergence Nationale Démocratique (CND), qui est un ancien ministre de la Justice et qui fut le bâtonnier de l’Ordre National des Avocats (ONA), et enfin Cheikh Ould Hanana, ex-sénateur, très actif dans la fronde contre la réforme du président Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a abouti à la suppression de la défunte chambre haute du parlement en 2017.

Cette information a suscité une série de démentis dans les rangs de l’opposition, y compris de la part de Salah Ould Hanana, le président de la commission chargée de l’élaboration du programme commun de l'opposition.

Riposte identique de la part de Lô Gourmo, vice-président de l’Union des Forces de Progrès (UFP), qui fait partie de l'opposition. celui-ci a dénoncé avec virulence «du faux, encore du faux. La machine de la désinformation tourne à plein régime. L’opposition finira de plancher sur son programme alternatif, avant de convenir d’un candidat de consensus».

De son côté, le leader anti-esclavagiste, Biram Dah Ould Abeid, a déjà annoncé sa candidature sous la bannière de ses alliés du parti Sawab, alors que plusieurs sources signalent aussi une autre candidature qui se déclarera bientôt au sein de la mouvance nationaliste noire.

D'autres informations font état de tractations, ces dernières semaines, qui aboutiraient à l’annonce d’une candidature de Sidi Mohamed Ould Boubacar. Ce dernier est un haut cadre, qui a occupé à deux reprises le poste de Premier ministre: sous le régime de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya, et pendant la transition militaire, de 2005 à 2007. Fait notable: cet un homme politique n’a jamais publiquement revendiqué un statut d’opposant.

Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya
Source : Le360 Afrique (Maroc)

 

 

L'opposition remet au gouvernement sa plateforme de revendications relative à l'élection présidentielle

  • PDF

L'opposition remet au gouvernement sa plateforme de revendications relative à l'élection présidentielleLes partis de l’opposition principale en Mauritanie ont remis vendredi 8 février courant, une lettre au ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation, renfermant ses exigences relatives à la transparence et à l’équité des prochaines élections présidentielles prévues dans quelques mois.

Ces doléances appellent notamment à entreprendre les mesures permettant d’apaiser la situation et d’instaurer un climat politique normal, en abandonnant la logique des hostilités et de la confrontation ainsi qu’en cessant de diaboliser l'opposition et à réprimer les mouvements pacifiques ainsi qu’à stopper les détentions arbitraires et les poursuites judiciaires contre les opposants.

La plateforme de doléances comporte également la nécessité de respecter la Constitution, les lois et les règles de bonne gouvernance et à mettre l'État au service de tous plutôt que de le mettre à la disposition d’un parti politique.

Le document comprend aussi la nécessité d'organiser des élections consensuelles, libres et démocratiques, à jeter les bases solides du processus électoral, loin de toute fausseté et atteinte, à travers la concertation et la participation et en suscitant l’assurance de tous les protagonistes et leur adoption des résultats qui en découleront.

La plateforme souligne que cela est impossible sans la restructuration consensuelle de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et son pourvoi de toutes les compétences et de toute l’indépendance nécessaire ainsi qu’en la dotant des moyens financiers, technologiques et humains lui permettant de mener à bien sa mission.

Le document porte par ailleurs sur la nécessité d’élaborer de manière transparente le fichier électoral et la liste électorale, de garantir aux mauritaniens de l'étranger leur droit à l’enregistrement et à l’accomplissement de leur devoir électoral, en plus des garanties de la neutralité totale de tous les dispositifs de l’État, le respect de la loi de l’incompatibilité et la non utilisation de l'argent public.

Les partis signataires se sont dits confiants que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour satisfaire ces revendications en temps opportun.

Le document a été signé au nom des partis du Forum National pour l’Unité et de la Démocratie ( Tawassoul, UFP, Hatem, ADIL, MPC, l’Avant-Garde), par Mohamed Ould Maouloud ; pour le RFD par Ould Ematt ; pour la CD par Me Mahfoudh Ould Bettah ; pour Sawab par Abdessalam Ould Horma et pour l’UNAD par Sidi Ould Kory.

Traduit de l’Arabe par Cridem
Source : Alakhbar (Mauritanie)

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 07 Février 2019

  • PDF

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 07 Février 2019AMI - Le Conseil des Ministres s'est réuni le Jeudi 07 février 2019, sous la présidence de son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République.

Le Conseil a examiné et adopté les projets de décrets suivants :

-Projet de décret portant création, attributions, composition et fonctionnement du Conseil Supérieur d’Amélioration du Climat des affaires en Mauritanie.

- -Projet de décret portant nomination du Président et des membres du Conseil d’Administration de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.

-Projet de décret portant création d’une société dénommée : "Société Nationale des Travaux de Dragage".

-Projet de décret portant nomination du Président et des membres du Conseil d’Administration de la Fondation Nationale pour la Sauvegarde des Villes Anciennes.

-Projet de décret portant nomination du Président et des membres du Conseil d’Administration de l’Office National des Musées.

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Le Ministre de l’Economie et des Finances a présenté une communication relative à l’appui budgétaire de la Banque Mondiale.

Le Ministre du Pétrole, de l’Energie et des Mines a présenté une communication relative aux réalisations dans les secteurs du pétrole, de l’énergie et des mines 2009-2018.

Le Ministre de la Santé a présenté une communication relative à l’extension du régime d’assurance maladie géré par la CNAM.

Le Ministre de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement a présenté une communication relative à la création d’une Chaine de Télévision Parlementaire Thématique.

Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes :

Ministères des Affaires Islamiques et de l'Enseignement Originel

Cabinet du Ministre

Chargé de Mission: Mohamed Abdellahi Ould Sidi Ould Mohamed El Haj.

Ministère du Pétrole, de l'Energie et des Mines

Etablissements Publics

Société Mauritanienne des Hydrocarbures et du Patrimoine Minier

Directeur Général: Mohamed Ould Moulay Ould Ely Ould Daf.

Ministère des Pêches et de l'Economie Maritime

Etablissements Publics

Chantiers Navals de Mauritanie

Directrice Générale: Mahjouba Mint Taleb Ould Habib, précédemment Directrice Générale Adjointe de la SNDE.

Ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement

Etablissements Publics

Office National des Services d'Eau en Milieu Rural (ONSER)

Directeur Général: Assane Gaye

Ministère de l'Education Nationale et de la Formation Professionnelle

Cabinet du Ministre

Chargés de Mission

- M’Hamed Ould Mohamed Louleid

- Mariem Mint Sidina

- Mohamed Lemine Ould Mohamed Abdallahi Ould El Bane

- Sidi Mohamed Ould Sidi Habib

- Fatimetou Mint Samba

- El Kahla Mint Sidi


- Zeinebou Mint Abderrahmane, précédemment Directrice Adjointe à la Direction des Stratégies, de la Programmation et de la Coopération

Conseillers

- Conseiller Juridique : Mohamed Ould MahameYaye

- Conseiller chargé de l’Orientation : Mohamed El Moctar Ould Khidi, Inspecteur de l’enseignement secondaire

- Conseiller chargé du Suivi de la Réforme du Système Educatif :Taleb Ahmed Ould Jiddou Ould Cheikh

- Conseiller chargé de la formation Pédagogique : Elemine Ould Khattry

- Conseiller chargé de l’action pédagogique au niveau de l’Enseignement fondamental : Mohamed Ould Cheikhna Ould Khatry, précédemment Conseiller chargé de la Communication

- Conseiller chargé de l’action pédagogique au niveau de l’Enseignement Secondaire : Mahmouden El Ghadi El Adel

- Conseiller chargé de l’Enseignement technique : Soumaré Oumar Seigua, professeur

- Conseiller chargé de la Formation Professionnelle ; Isselmou Rabbah, précédemment Inspecteur chargé du Secteur Agricole

- Conseiller chargé de la Communication: Saad Bouh Cheikh Mohamed, Professeur

- Conseiller chargé du suivi du Patrimoine et des Infrastructures Scolaires: Bechir Ould Kabadi

- Conseiller chargé de la Santé Scolaire : Idoumou Ould Ahmed Mezid

- Conseiller chargé de la Coopération et de la Promotion du Partenariat avec les Syndicats et les Associations des Parents d’Elèves : El Hassen N’Gaidé

- Conseiller chargé de l’Animation Socio-éducative : Cheikh Ahmed O/ El Bane

- Conseiller chargé de la Coopération : Ahmed Abderrahmane Ba, précédemment cadre à la Direction des Stratégies, de la Programmation et de la Coopération

Inspection Générale de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle

Inspecteur Général: Mohamed Mahmoud Ould Siyadi

Inspection chargée de l’Enseignement Fondamental :

Inspecteur : Mohamed Menni Ghoulam, Inspecteur de l’Enseignement Fondamental

Inspection chargée de l’Enseignement Secondaire:

Inspecteur : Mohamed Ould Mohamed Abderrahmane Denebja

Inspection chargée de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle

Inspecteur : Sid’Ahmed Ould Boubacar

Inspection chargée du Contrôle Administratif et de Gestion

Inspecteur : Mohamed Mahmoud Ould Ahmedou

Inspecteurs Technico-Pédagogiques

Inspecteur chargé du secteur industriel : Mohamed Mabrouk

Inspecteur chargé du secteur Bâtiments et Travaux Publics : Mohamed Lemine O/ Aly

Inspecteur chargé du secteur tertiaire : Souleymane O/ Mohamed Abdel Vettah

Inspecteur chargé du secteur agricole : Saleck Ould Jiddou, précédemment Directeur Adjoint de l’ENI de Nouakchott

Inspecteur chargé de l’Enseignement Privé Général et Technique : Mohamed Salem Ould Loughmane, précédemment Directeur Adjoint à la Direction du Développement des Ressources Pédagogiques Didactiques

Administration Centrale

Direction des Stratégies, de la Programmation et de la Coopération

Directeur : Oumou Selemete Mint Cheikh

Directeur Adjoint :Mohamed Moustapha Hamed, précédemment Cadre à la Cellule Nationale d'Evaluation

Direction de l’Enseignement Fondamental

Directeur : Mohamed Ould Sidi Ould Salaye

Directeur Adjoint :Brahim Ould Ahmed Salem Oudeika

Direction de l’Enseignement Secondaire:

Directeur : Issa Ould Beibatt

Directeur Adjoint :Mohamed Ould Lavdhal

Direction de l’Enseignement Privé :

Directeur :Sidi Amar Ould Ahmed Salem Hweiriya, précédemment Directeur Adjoint

Directeur Adjoint :Moulaye El Hacen O/ Izid Bih, précédemment Chef de Service à la Direction du Développement des Ressources Pédagogiques Didactiques

Direction des Ressources Humaines

Directeur : BA Diadié

Directeur Adjoint :Elemine Ould Mohameden

Direction du Patrimoine et de la Maintenance

Directeur : Vally Ould Najem

Directeur Adjoint :Mohamed Aly Ould Mohamed Vall

Direction des Affaires Financières:

Directeur : El Alem Ould Sidaty

Directeur Adjoint :Khadijetou Mint Boba

Direction de la Nutrition et de l’Education Sanitaire:

Directeur : Sidaty Ould Hamoni

Directeur Adjoint : Hawa Yéro Dia

Direction des Examens et des Concours

Directeur : El Yedaly Ould Meguett

Directeur Adjoint :Mohamed Ould Boba

Direction de la Promotion de l’Enseignement des Sciences

Directeur : My Mint Leanaya

Directeur Adjoint :Souleymane Ould Amar

Direction de l’Informatique, des Archives et de la Documentation

Directeur : Mohamed Ould Bediour

Directeur Adjoint :Mohamed Mahmoud Beidi, Professeur

Direction du Développement des Ressources Pédagogiques Didactiques

Directeur : Ahmedou Ould Moctar Salem, précédemment Directeur Adjoint à la Direction de l’Informatique, des Archives et de la Documentation

Directeur Adjoint :El Houssein Ould Mahmoud Ethmane, précédemment cadre à la Direction de l'Animation Socio-éducative

Direction de l’Animation Socio-éducative

Directeur : Limam Ould Hamoud

Directeur Adjoint :Mohamed Laghdaf Ould Dah

Direction de la Formation Technique et Professionnelle

Directeur : Sid’Ahmed Ould Eyoh

Directeur Adjoint :Mohamed Ahmed Ould Rajel

Direction de la Personnalisation des Parcours Scolaires et de l’Orientation

Directeur : Saviya Mint Bomba, précédemment Directrice Régionale de l’Education Nationale de la Wilaya de Dakhlet Nouadhibou

Directeur Adjoint : Fatou Mint Mohamed Ould Meki, précédemment Cadre à l’Inspection chargée du Contrôle et de Gestion

Etablissements Publics

Institut Pédagogique National :

Directeur : Cheikh Ould Ahmedou

Directeur Adjoint :Mohamed Abdou Ould Mohamed Vall

Institut National de Promotion de La Formation Technique et Professionnelle :

Directeur : Mohamed Lemine Ould Seyid

Directeur Adjoint :Valle Mint Seyidna Aly

Ecole Normale des Instituteurs de Nouakchott :

Directeur : Mohamed Ould Boubacar O/ Khattari

Directeur Adjoint :Oum El Khairat Mint Cheikhna, professeur

Ecole Normale des Instituteurs d’Aioun :

Directeur : Abdallahi Sao

Directeur Adjoint :Cheikh El Mehdi Ould Sidina

Ecole Normale des Instituteurs de Kaédi :

Directeur : Sidina Ould Mohamed

Directeur Adjoint : Diallo Mohamedou Amadou

Ecole Normale des Instituteurs d’Akjoujt :

Directeur : Mohamed Ould Krékid

Directeur Adjoint :Mohamed Ould Mamoune

Centre Supérieur de l’Enseignement Technique :

Directeur :Mohamed Lemine Ould Mohamed Mahmoud

Ministre de la Jeunesse et des Sports

Inspecteur chargé de la Jeunesse: Boy Djibril Harouna, Sociologue.

Secrétariat Général du Gouvernement

Direction Générale de la Législation, Traduction et Edition du Journal Officiel

Direction du Contrôle de la Légalité

Directeur : Abderrahmane Mohamed Abdellahi El Mouzdhav précédemment directeur des Etudes, de la Codification et de la Documentation Juridique en remplacement de Aicha Mint Dechagh appelée à d’autres fonctions

Direction des Etudes, de la Codification et de la Documentation Juridique

Directeur :Abdellahi Ould Ahmed Vall précédemment Directeur de la Programmation.

Direction de la Traduction

Directeur :Abdellahi Ould Mohamedou Oud Sidiya précédemment chef Service des Etudes et de la Lexicologie à la même direction.

Direction Générale de la Coordination Gouvernementale

Direction de la Programmation de l’Activité Gouvernementale

Directrice : Senaa Mohamed Babah précédemment chef service au Bureau Organisation et Méthodes.

Direction du Contrôle, du Suivi et d’Evaluation de l’Activité Gouvernementale

Directeur : Abdi Ould Khalifa précédemment Directeur de la Traduction à la Direction Générale de la Législation, Traduction et Edition du Journal Officiel

Contrôle Financier

Contrôleur Financier Adjoint :Ismail Ould Khalef précédemment Directeur du Suivi et Evaluation en remplacement de Moctar Ould Bezbadi admis à faire valoir ses droits à la retraite.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

 

Présidentielle 2019 : Une alternance militarisée ?

  • PDF

Le président Mohamed ould Abdel achève son mandat  et quittera le pouvoir, entre Juin et Juillet prochains. C’est dans cette perspective qu’il a désigné son successeur, le désormais ex- général  Ghazwani dont le nom était évoqué depuis plus d’une année. Un militaire remplacerait donc un autre à la tête du pays. Des kakis qui le régentent depuis 1978 et dont le bilan gestionnaire est loin d’être des meilleurs. L’instauration de la démocratie en Mauritanie, suite au discours de François Mitterrand  au sommet Afrique-France de la Baule, n’aura, jamais à ce jour, réussi à produire une alternance capable de ramener les militaires en leurs casernes. Les urnes ne cessent donc de   bégayer depuis 1992.  La première élection dite démocratique d’Ould Taya, en 1992, ne fit qu’habiller le pouvoir d’un costume civil. Les militaires ont pris le goût du luxe et du pouvoir politique. Ils ont organisé le dévoiement du jeu démocratique afin de continuer à contrôler le pays. De leur point de vue, la démocratie est un luxe, pour les civils, et un outil intéressant, pour les militaires,  afin d’installer une véritable aristocratie à la tête du pays. Tous les hauts gradés ont placé leur progéniture dans les différents corps d’armée et de sécurité. Seuls leurs fils sont admis dans les grandes écoles civiles et militaires. La naïveté et l’opportunisme de certains acteurs politiques civils ont fortement  contribué à cette mainmise des kakis, renforcée par l’instabilité au Sahel. L’élection, en 2007, d’un civil à la tête  du pays, Sidi ould Cheikh Abdallahi, ne fut qu’un accident de parcours, vite rectifié : notre démocratie est piégée, militarisée à outrance.

La preuve est là : le général Ghazwani  a de fortes chances de siéger  au Palais gris. Les militaires et leurs bataillons civils – partis et partillons politiques, hommes d’affaires et autres opportunistes à col ou turban blanc obéiront au doigt et à l’œil. Tout comme les institutions chargées de gérer le processus électoral. Pourtant et comme dit tantôt, la gestion de nos militaires, depuis 41 ans, ne plaide pas en leur faveur. C’est sous leur magistère que le pays a connu la corruption. C’est encore sous leur magistère que le tribalisme, le régionalisme  et le népotisme ont vu le jour et se sont développés. C’est sous  leur magistère  que l’école  et la santé ont  entamé leur descente aux  enfers, plongeant les démunis dans le plus grand calvaire, alors que le fossé, entre les riches et les pauvres, s’élargit  de jour. C’est sous leur  magistère, enfin,  que  l’unité nationale a subi ses plus dangereuses fissures. Qu’à  cela ne tienne ! Les kakis sont déterminés à  poursuivre leur marche forcée. Mais, hélas,  pas à  la Kagamé. Les acteurs politiques  du pouvoir et de l’opposition, la société civile et les personnalités indépendantes n’y peuvent rien. D’autant moins, d’ailleurs, que certains y trouvent leurs  propres comptes. Les Mauritaniens iront donc aux élections pour  « élire », c’est le terme consacré, « leur » président de la République, comme la vache va à l’abattoir. Sans grande conviction ni enthousiasme, tant les résultats leur semblent connus d’avance.

L’après-Aziz pas pour demain ?

En effet, aussitôt  annoncée, la candidature du général Ghazwani a suscité le soutien du principal parti de la majorité, l’UPR, qui  voit, en lui, le « meilleur choix pour poursuivre l’œuvre du président Mohamed ould Abdel Aziz ». Mais, chose grave, au cours de la rencontre du président dudit parti et les députés de ladite majorité, le général a été présenté comme le candidat « personnel » de son prédécesseur. En cette vassalité, que pèsera Ghazwani, une fois élu à la présidence ? L’opposition poursuit, de son côté, sa laborieuse quête d’un candidat unique pour la présidentielle. La commission mise sur pied à cet effet poursuit ses travaux, elle a listé les critères de l’oiseau rare. Si rare, remarque un des leaders de cette opposition, qu’il en soit introuvable ? Mises bout à bout les deux dernières questions résument l’incertitude de l’après-Juin 2019 qui ne sera, très certainement pas, l’après-Aziz…

DL

Source : lecalame.info

 

 

Invité en Egypte pour le sommet euro-arabe le président Aziz se rend au Burkina Faso

  • PDF

Invité en Egypte pour le sommet euro-arabe le président Aziz se rend au Burkina FasoLe président mauritanien Mohamed O. Abdel Aziz a reçu une invitation du président égyptien Abdel Fetah Sissi pour assister au sommet arabo-européen prévu ce mois de février en Egypte.

Cette invitation a été transmise au chef de l’état mauritanien par le nouvel ambassadeur égyptien, Ahmed Selama qui a présenté lundi ses lettres de créances.

Dans une déclaration faite à l’issue de la cérémonie de présentation des lettres de créances le diplomate égyptien a dit que le chef de l’état mauritanien lui a réaffirmé un intérêt particulier à la coopération entre les deux pays et la nécessité de la développer dans tous les domaines.

Le président Mohamed O. Abdel Aziz a quitté Nouakchott lundi après-midi à destination de Ouagadougou où il prendra part à la 5ème session ordinaire des chefs d’état des pays du G5.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

Pour ces raisons, les partis de l’opposition ont rejeté la proposition de candidature de Ould Bouhoubeini (source privée)

  • PDF

Pour ces raisons, les partis de l’opposition ont rejeté la proposition de candidature de Ould Bouhoubeini (privé)Des sources de l’opposition mauritanienne ont déclaré au site de Zahra Chinguit que les dirigeants des partis politiques d’opposition ont unanimement rejeté la proposition de candidature de M. Ould Bouhoubeini aux prochaines élections présidentielles. Ils l’ont informé de la décision, par la voie de ceux qui ont émis la proposition de sa candidature.

Les sources ont déclaré que les leaders des partis politiques éprouvent un ressentiment croissant à l’égard du comportement de l’ homme, qui a consacré plusieurs articles de presse décriant l’opposition et ses symboles,parce que ces derniers ont émis des réserves concernant sa nomination à la tète du Forum de l’opposition et de la commission devant négocier avec l’Autorité à la veille du dialogue, d’avant les élections législatives et municipales passées.

Les personnalités de l’opposition affirment que Bouhoubeiny considère l’opposition comme un levier politique plutôt que comme un bloc politique doté d’une vision et d’un projet commun.

Source : zahraa.mr
Traduit par Adrar.info


Aisha Sid Ahmed raconte sa rencontre fortuite avec l’ex Président Maouya Ould Sid’Ahmed Taya

  • PDF

Aisha Sid Ahmed raconte sa  rencontre fortuite avec l’ex Président Maouya Ould Sid’Ahmed Taya La journaliste et blogueuse Aisha Mint Sid Ahmed dit avoir aperçu l’ancien Président mauritanien Maouya Ould Sid’Ahmed Taya en sortant de chez un spécialise ORL dans une clinique appelée Clinique Doha. Selon elle, l’ex Président était accompagné de deux individus qui paraissaient être ses gardes du corps et dont l'un était habillé en tenue de sport et l’autre en tenue traditionnelle du Golfe.

“Au début, je n’ai pas failli le connaître. Il était faible. Il marchait l’air épuisé. Il entrait chez le spécialiste d’où je venais de sortir avec ma fille. J’ai avancé vers lui pour des salutations. L’un des gardes du corps m’a fait signe de m’arrêter. Il est intervenu en me demandant si j’étais mauritanienne. Après quoi nous avons échangé les salutations d’usage. Je lui ai demandé l’état de sa santé sans aborder les questions sur les détails. Il m’a assuré qu’il était en bonne santé. Je ne lui ai pas demandé pourquoi il se rendait à la clinique. Nous avons eu une discussion simple, sans aucun rapport avec la politique.” A-t-elle dit avant de poursuivre :

« Il m’a demandé si je résidais à Doha. Notre entrevue était assez simple. C’était clair qu’il avait vieilli. Il avait l’air fatigué. Je ne sais franchement pas grand-chose sur son état de santé. Le temps ne permettait pas de lui poser beaucoup de questions. La rencontre a duré une minute ou une minute et demie. Je lui ai demandé si nous pouvions prendre une photo ensemble. Réponse affirmative et j’ai pris deux photos. “

Parlant de la réaction des internautes, Aisha Sid Ahmed a dit avoir constaté que certains ont douté de l’authenticité de la photo. Parmi ces internautes, elle a cité le Président de la CENI, Mohamed Vall Bellal qui, selon elle, a prétendu que la photo serait montée.

« Après avoir vu le message d’Ould Bellal, je lui ai envoyé un message auquel il n’a pas répondu. » A-t-elle dit avant de poursuivre ; « Je ne suis pas de ceux qui montent des images. »

A propos des commentaires de certains qui ont douté qu’Ould Taya se soit rendu dans une clinique ordinaire, Mint Sidi Ahmed a déclaré : “Dans cette clinique se traite depuis un certain temps Ould Taya. Il n’y est pas venu une personne ordinaire. Il avait un garde du corps à ses côtés et accompagnés d’autre personnes qui se sont occupés de toutes les formalités, ce après quoi il est entré directement voir le médecin".

En conclusion, Aisha Sid’Ahmed a déploré ces réactions et a souligné : «C’est un homme qui a dirigé longtemps le pays (21 ans). Il ne peut pas retourner dans son pays. Je pense que le problème avec Ould Taya est lié aux injustices commises durant la période où il a dirigé, en particulier les torts liés aux négro-africains. Ceci, explique, à mon avis, son choix de rester en exil. Et il ne jouit pas de ce dont ont joui les précédents présidents de la Mauritanie. »

Info source : www.alakhbar.info


 

 

O Abdel Aziz reçoit les lettres de créance des ambassadeurs d’Égypte et d'Oman

  • PDF

O Abdel Aziz reçoit les lettres de créance des ambassadeurs d’Égypte et d'Oman Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, a reçu, lundi les lettres de créance des nouveaux ambassadeurs d’Égypte Ahmed Ahmed Rachad Salama et d'Oman Saif bin Hilal bin Ali Al Ma'amari.

« L’entrevue (avec le président mauritanien) était l’occasion de passer en revue les différents aspects de la coopération liant la Mauritanie et l’Égypte », a déclaré le diplomate égyptien à l'occasion.

L’amasseur d'Oman a, lui, déclaré : « J’implore Allah de m’aider à réussir dans ma mission visant à raffermir les liens de coopération entre les deux pays dans l’intérêt des deux peuples frères ».

Source : Alakhbar (Mauritanie)

 

 

Une journaliste rencontre Ould Taya et publie sa première photo, depuis son éviction

  • PDF

Une journaliste rencontre Ould Taya et publie sa première photo, depuis son évictionL’écrivaine mauritanienne et journaliste médiatique à Doha, Aicha Sid’ Ahmed, a déclaré avoir rencontré dimanche, l’ex-président mauritanien Maaouya Ould Taya. Mint Sid’Ahmed a publié la photo prise en selfie avec Ould Taya et a écrit un commentaire sous la photo qu’elle a publiée sur sa page Facebook:

« Il y a quelques instants à peine, j’ai rencontré l’ex-président mauritanien Maaouya Ould Sid Ahmed Taya à la clinique de Doha et, au cours de la brève discussion avec son excellence le président, que le temps a permis, mon esprit est resté hanté par le poème d‘Ibn Abad:

Quiconque après toi ,du pouvoir ,en est satisfait ?

Restera bercé de rêves vaniteux! « Il s’agit de la première photo de Ould Taya,  diffusée publiquement , depuis son éviction, lors d’un coup d’État militaire en 2005 et son exil au Qatar depuis lors.

Source : www.alakhbar.info
Traduit par Adrar.info