Mon07152019

Last update02:53:35 PM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers en Mauritanie

Politique en Mauritanie

Nomination du Président du Conseil Economique, Social et environnemental et son vice-président

  • PDF

Nomination du Président du Conseil Economique, Social et environnemental et son vice-présidentAMI - La Présidence de la République communique :

Par décret en date de ce jour sont nommées :

Président du Conseil Economique, Social et Environnemental : Messoud Ould Belkheir ;

Vice- président du Conseil Economique, Social et Environnemental : Mohamed Abdallahi Ould Siyam.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

 

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 04 Juillet 2019

  • PDF

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 04 Juillet 2019AMI - Le Conseil des Ministres s'est réuni le Jeudi 4 juillet 2019 sous la Présidence de son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République.

Le Conseil a examiné et adopté les projets de décrets suivants :

- Projet de décret portant composition du Conseil Economique, Social et Environnemental.

- Projet de décret déclarant d’utilité publique l’ «Association Nationale pour la Commémoration des Œuvres Héroïques de la Résistance Nationale (ANCORN) ».

- Projet de décret portant approbation d’un avenant à la Convention d’Etablissement entre le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie et la Société OMIC-SA.

- Projet de décret portant nomination du Président du Conseil d’Administration de la Centrale d’Achat de Médicaments, Equipement et Consommables Médicaux. (CAMEC).

- Projet de décret relatif à la Commission consultative d’agrément aux conditions d’exercice et d’agrément des professions maritimes.

- Projet de décret portant concession provisoire d’un terrain à Nouakchott, au profit du Groupe Chinguitty Pharma pour la Pharmacie et Matériel Médical.

- Projet de décret portant concession provisoire d’un terrain à Nouakchott, au profit de la Mauritanienne de Gestion Immobilière (MGI-SA).

- Projet de décret portant concession définitive d’un terrain à Nouakchott, au profit de la Société Mauritanienne pour le Béton et Briques.

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

La Ministre du Développement Rural a présenté une communication relative au bilan de la Campagne agricole 2018-2019 et le programme de la Campagne 2019-2020.

Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes :

Ministère du Commerce de l’Industrie et du Tourisme

Administration Centrale

Direction de l’Informatique et de l’Archivage

Directeur : Yacoub Hamza, titulaire d’un Master 2 en Informatique des Systèmes et Technologie.

Directrice Adjointe : Khadijettou Abed, titulaire d’un Master en Informatique de gestion d’entreprise.

Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement

Cabinet de la Ministre

Chargé de Mission : Moudo BA, Docteur en Chimie.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

 

Mauritanie: le général Ghazouani se proclame vainqueur de la présidentielle

  • PDF

Selon la Ceni, la Commission électorale indépendante, le taux de participation de ce premier tour de l'élection présidentielle devrait être élevé. Ce dimanche matin le candidat du pouvoir, le général Ghazouani, s’est proclamé vainqueur du scrutin alors que les résultats n'étaient pas attendus avant le début de la semaine.

C'est une sortie qui jette le trouble. Le général à la retraite, Mohamed Ould Ghazouani, a fait cette déclaration du Palais des congrès de Nouakchott, en présence du chef de l’État sortant Mohamed Ould Abdel Aziz, son principal soutien.

Ghazouani se fonde sur 80 % des résultats dépouillés par la Commission électorale nationale indépendante, qui lui donneraient plus de 50 % des suffrages.

Mais cette déclaration de Ghazouani jette le trouble d’autant que la Céni n’a pas encore communiqué les résultats officiels. Les résultats qui n’ont toujours pas été annoncés, ni à la radio, ni à la télévision. Les chaînes publiques ont installé leur studio au siège de la Céni.

Biram dah Abeid dénonce un « coup d'Etat »

Samedi, en fin d’après-midi, les quatre candidats de l’opposition ont dénoncé des fraudes recensées dans le pays, notamment dans la localité de Barkeol, à l’extrême-est du pays, où des éléments d’une unité de l’armée auraient voté dans plusieurs bureaux de vote, alors qu’ils n’étaient même pas inscrits dans ces bureaux. De même leurs observateurs, censés surveiller le bon déroulement des opérations, on été explusés des bureaux de vote. Ce que la Céni a démenti dans la soirée.

Tous les regards sont tournés vers la Céni, qui n'a pas encore réagi et vers les candidats d'opposition. Biram dah Abeid, candidat de l'opposition, a ainsi annoncé une conférence de presse dans la matinée. Après l’annonce du général Ghazouani, Biram dah Abeid s’est rendu, tôt ce dimanche matin, à la Commission électorale où il s’est entretenu avec le président de l’institution qui l’a rassuré sur le fait que la compilation des résultats se poursuivait. Il a ensuite faire une déclaration à la presse estimant que le parti au pouvoir était en train de faire « un coup d’Etat ».

Source : RFI

 

Près de 50% de taux de participation avant la clôture du vote

  • PDF

Près de 50% de taux de participation avant la clôture du voteMauriweb - La mobilisation a été grande pour l’élection présidentielle du 22 juin 2019 avec près de 50% de participation des électeurs dont le nombre est de plus d’un1.500.000 électeurs.

Les résultats encore partiels et surtout officieux continuent d’être livrés au compte-goutte. Les candidats en course contre celui présenté par le régime réaliseraient de bons scores dans les grandes villes frondeuses comme Nouakchott, Nouadhibou, Zouérate, Rosso, Kaédi et Seilibaby.

Le candidat du régime quant à lui aurait bénéficié d'un vote favorable notamment dans les régions de l'est du pays dont il est originaire.

Toutefois aucun résultat officiel n’est confirmé pour cette première phase dont l’enjeu pour les principaux candidats est d’acculer le candidat du régime à un second tour.

A la mi-journée déjà, les 4 candidats avaient alerté sur des présomptions d'irrégularités du vote en faveur du candidat du régime, rappelle-t-on.

Depuis l’après-midi des rondes mobiles sont organisées par les forces de sécurité dans les quartiers dits «chauds» fiefs des candidats de l’Opposition pour la tenir en respect.

Les opérations de dépouillement devraient durer jusqu’à lundi avant une déclaration définitive par le conseil constitutionnel des résultats officiels.

Source : Mauriweb (Mauritanie)

 

 

Présidentielle 2019- Vote : Les électeurs prennent d’assaut les bureaux de vote

  • PDF

Présidentielle 2019- Vote : Les électeurs prennent d’assaut les bureaux de voteMauriweb - Plus d’un million et demi d’électeurs mauritaniens dont vingt milles établis à l’étranger se rendent aujourd’hui dans les urnes, à la faveur du premier tour, pour élire un président de la République pour un premier mandat de 5 ans.

Les mauritaniens, en général, et ceux de la capitale politique où votent les 6 candidats en lice se sont rendus en masse très tôt ce matin dans les bureaux de vote, peut-on constater. La particularité de cette élection est qu'elle semble ouverte malgré les craintes sur la transparence du scrutin exprimées par plusieurs candidats.

Le président sortant, après deux mandats à la tête de l’Etat, a également accompli son devoir d’électeur.

Les principaux candidats pour le remplacer, Sidi Mohamed Ould Boubacar, Biram Dah Abeid, Kane Hamidou Babab, Mohamed Ould Maouloud, en course contre le candidat du régime, Mohamed Ould Ghazouani, ont aussi voté et révélé quelques craintes sur la transparence du scrutin. Ils ont demandé à leurs électeurs d’être vigilants et de s’opposer à toute volonté de biaiser leurs choix.

La même ferveur électorale est signalée à l'intérieur du pays.

La Commission électorale nationale indépendante, attaquée sur sa composition faite exclusivement des partis soutenant le candidat du régime, Ould Ghazouani, avait été également critiquée pour le choix d’une imprimerie pour la confection des bulletins de vote, propriété d’un homme d’affaire, Zein Al Abidine, connu pour être du sérail du président sortant.

A l'issue de cette élection, rappelle-t-on, un 9ième président en 59 ans d'indépendance du pays devrait être choisi par ses compatriotes.

Source : Mauriweb (Mauritanie)

 

Présidentielle en Mauritanie: Journée de vote

  • PDF

C’est le jour J pour l’élection présidentielle en Mauritanie. Le premier tour se tient ce samedi 22 juin. Quelque 1,5 million d’électeurs appelés aux urnes vont devoir départager six candidats. Cinq sont issus de l’opposition, ils affrontent le dauphin du président sortant, Mohamed Ould Abdel Aziz, empêché par la Constitution de se représenter.

Grosse ambiance à 10h30 devant le bureau de vote du collège du Ksar, dans l'ouest de la capitale. Ils sont plusieurs jeunes envoyés par les équipes de campagne pour motiver les électeurs. Fatimata est là pour soutenir la candidature de Mohamed Ould Ghazouani. A ses côtés Mohamed roule pour Sidi Mohamed Ould Boubacar. Il précise bien être là bénévolement, pour le changement.

Tous les candidats espèrent mobiliser un maximum de votants d’ici la fin de la matinée, avant la grosse chaleur, qui risque peut-être de décourager les derniers électeurs.

Dans ce quartier, on a pu observer quelques couacs, des électeurs ne parvenant pas à trouver leur bureaux de vote. Un système de code envoyé par téléphone portable mis en place par la Céni doit normalement les aider. Mis à part cela, tout semble se dérouler normalement. Il n'y a ni retard, ni absence de matériel.

 

La matinée avance et les électeurs continuent de se présenter à leurs bureaux de vote respectifs, même si certains ont des difficultés à le trouver. Écoutez ces électrices et électeurs rencontrés par notre envoyée spéciale dans un bureau de vote du 5è arrondissement de Nouakchott :

C'est très important. Il faut que tout le monde vote, que les gens sortent massivement faire leur devoir de citoyens. On doit changer, c'est le régime qui doit changer, parce qu'on a le droit d'être vivre nous aussi, on a le droit d'être libres.... C'est notre pays encore.

Mohamed Ould Abdel Aziz a voté vers 8h avec le Premier ministre, Mohamed Salem Ould Béchir, dans un bureau de vote près du palais présidentiel. Le président sortant a ensuite fait une longue déclaration à la presse. « Ce qui m'intéresse est que les choses se passent dans l’ordre, la discipline, et la responsabilité », a-t-il affirmé. Avant d'assurer que l'éventualité d'un second tour lui était « égale », tant que « la cohésion du pays » était assurée. Son souhait est « qu’on arrive aujourd’hui le 22 juin à élire un président pour ce pays qui puisse continuer l’œuvre que nous avons commencée ensemble » a précisé celui qui fut l'auteur de deux coups d’Etat, en 2005 et en 2008, avant d'organiser et de gagner la présidentielle de 2009.

Dans un bureau de vote au centre de la capitale, à 9h45, nous retrouvons trois observateurs - un représentant de Mohamed Ould Ghazouani, un de Sidi Mohamed Ould Boubacar et un de Mohamed Ould Maouloud -, fidèles à leur poste. Si aucune mission d'observation internationale n'a été déployée pour cette élection, les candidats ont déployés des observateurs dans les 500 bureaux de vote du pays. Sont aussi présents les scrutateurs de l'organisation de la société civile, le Forum national des associations de défense des droits de l’homme (Fonadh). Ce sont les seuls observateurs indépendants.

Croisé à 9h, Dicko, responsable de l'Union des forces du progrès (UFP), parti du candidat Mohamed Ould Maouloud, raconte comment il accompagne les gens pour aller voter. Il explique qu'avec d'autres militants, ils ont prévu des moyens de transport pour conduire les électeurs dans leurs bureaux de vote respectifs. Il dit conduire pas moins de 200 personnes rien que dans le bureau de vote à Sebkha, quartier de Nouakchott où notre envoyée spéciale l'a retrouvé.

A 8h15, au lycée d’excellence 4 de Tevragh Zeina, quartier de Nouakchott, les électeurs votent. Gabriel est venu faire son « devoir électoral », il nous montre sa carte d'électeur tamponnée et son doigt encré, preuves de sa participation au vote (photo principale). Son ami Tomi, lui, n'a pas encore pu voter, alors qu'il est là depuis 7h du matin, faute de trouver son nom sur les listes. Il va « s'accrocher », car pour lui, « pas question de ne pas voter ».

8h, devant un bureau de vote à Nouakchott, des jeunes en chasubles bleues affirment être là pour aider à voter. Militants en faveur de Mohamed Ould Ghazouani, ils ont découpé des spécimens de bulletins - qu'ils ont avec eux - pour n'en garder que la partie dédiée au candidat du pouvoir. Et ils donnent ce document aux gens qui viennent leur demander des conseils, afin de les pousser à voter pour le dauphin du président.

Peu avant 7h TU et l'ouverture du scrutin, le fond de l'air est encore frais à Nouakchott, tandis que les premiers électeurs se pressent devant les bureaux. Devant la maison de la commune de Tevragh Zeina, une localité de Nouakchott, quartier plutôt chic du côté des ambassades, une vingtaine de personnes attendent devant les grilles pour aller glisser leur bulletin dans l’urne, rapporte notre envoyée spéciale à Nouakchott, Paulina Zidi.

À 7h TU, c'est l'ouverture du scrutin. Dans le 5e arrondissement de Nouakchott, un quartier plutôt proche de l’opposition, des Mauritaniens font déjà la queue pour voter dans ce bureau situé dans une école. Quelques policiers assurent la sécurité. Adam a été des premiers à voter ce matin. Tout s’est bien passé pour lui. Le bureau a ouvert à l’heure. Il y a même récupéré sa carte d’électeur. Au Stade olympique de Nouakchott, des files d'attente se sont également constituées dès l'ouverture, scène inhabituelle dans ce quartier chic.

7h30, alors que des électeurs continuent d'arriver, certains affirment être bien décidés à exercer leurs droits, rapporte notre envoyée spéciale Gaëlle Laleix. Un soutien de Mohamed Ould Ghazouani, candidat du parti au pouvoir, espère qu'un « maximum de personnes se déplacent avant midi ». Et pour cela, des militants vont jusqu'à payer du carburant ou des places de bus à des électeurs de province, afin qu'ils se rendent dans leurs bureaux de vote.

En tout, près de 5 000 bureaux de vote sont déployés à travers le pays ce samedi. Six candidats sont en lice pour succéder à Mohamed Ould Abdel Aziz, le président sortant. Ce scrutin doit marquer la première transition entre un président sortant et son successeur élu dans ce pays secoué par de nombreux coups d'État de 1978 à 2008. Les bureaux de vote sont ouverts de 7h à 19h TU. Les premiers résultats sont attendus en début de semaine prochaine.

Source : RFI

Élection Présidentielle en Mauritanie : Le SG de l’ONU appelle à un scrutin pacifique et la résolution des litiges éventuels

  • PDF

Élection Présidentielle en Mauritanie : Le SG de l’ONU appelle à un scrutin pacifique et la résolution des litiges éventuelsDakaractu - Le Secrétaire général de l’ONU a exhorté le peuple mauritanien à exercer son droit de vote alors que ce pays organise ce Samedi l’élection présidentielle.

Dans une note brève signée par Stéphane Dujarric, Porte-parole du Secrétaire général António Manuel de Oliveira Guterres, ce dernier de rappeler que cette élection constitue une étape importante dans le processus démocratique du pays et appelle ainsi toutes les parties prenantes à veiller à ce que le scrutin se déroule de manière pacifique et crédible.

Il les exhorte aussi à résoudre tout litige éventuel par les canaux légaux établis.

Source : Dakar Actu (Sénégal)

 

 

Présidentielle en Mauritanie : comment Mohamed Ould Abdelaziz veut garder la main

  • PDF

Présidentielle en Mauritanie : comment Mohamed Ould Abdelaziz veut garder la main Jeune Afrique - À quelques heures de la fin de la campagne présidentielle mauritanienne, le président sortant Mohamed Ould Abdelaziz a déclaré que rien, dans la Constitution, ne l'interdisait de se représenter à de futures élections. Cette annonce fait suite aux propos tenus par le porte-parole du « dauphin » Mohamed Ould Ghazouani, qui soutenait le contraire.

L’heure n’était pas au discours de fin de règne. Dans la soirée du 20 juin, à quelques heures de la fin de la campagne présidentielle mauritanienne, Mohamed Ould Abdelaziz n’a pas fait ses adieux, pas plus qu’il n’a dit au revoir.

« Je sais que rien ne m’interdit de pouvoir me représenter, a déclaré le chef de l’État mauritanien lors d’une conférence de presse. La Constitution est claire (…) Il est interdit à un président de se représenter une deuxième fois. Mais quand je quitterai la présidence, je ne serai plus président.

Et en ce qui me concerne, je ne sais pas ce qui va advenir de l’avenir. » L’article 28 de la Constitution, qui avait été amendée en 2006, stipule que « le président de la République est rééligible une seule fois », sans plus de précisions.

De retour en 2024 ?

Ce n’est pas la première fois qu’« Aziz » n’exclut pas de revenir au pouvoir en 2024. Sauf que cette fois, ce message très ferme ne s’adressait pas aux Mauritaniens, mais à son propre camp. Les propos tenus le 19 juin sur RFI par Sidi Ould Domane, porte-parole du « dauphin » Mohamed Ould Ghazouani, dans lesquels il assurait qu’Aziz ne pouvait pas « revenir au pouvoir, point à la ligne », ont ulcéré le président. Lequel a convoqué une conférence de presse dans la foulée.

« Pour nous, il n’y a aucun doute qu’il puisse revenir mais s’il doit y avoir discussion, elle doit être tranchée par le Conseil constitutionnel ! réagit un de ses proches. De plus, il est très surprenant que ces propos viennent du porte-parole du candidat, qui reprend les thèses de l’opposition la plus radicale. Dans un état d’esprit de courtisans, ils veulent l’enterrer le plus vite possible. »

L’opposition, quant à elle, est indignée mais qu’à moitié surprise. « Cela prouve que les entourages respectifs des uns et des autres ne se font pas confiance, réagit Lo Gourmo, premier vice-président de l’Union des forces de progrès (UFP), dirigé par le candidat Mohamed Ould Maouloud. Aziz a du mal à accepter son sort constitutionnel, à savoir un départ définitif.

Cette posture de chef suprême est extrêmement maladroite. Si demain Ghazouani arrive au pouvoir, il donnera l’impression d’avoir été parrainé. »

L’ombre d’Aziz

Durant la campagne, Mohamed Ould Abdelaziz n’a jamais cessé d’être présent, bien que les affiches le plaçant aux côtés de Mohamed Ould Ghazouani ont peu à peu disparu de Nouakchott, pour laisser le candidat en pleine lumière.

Lors du lancement de la campagne, le 7 juin, le président a rejoint son ami à Nouadhibou (Nord-Ouest). L’ex-chef d’état-major a fait un discours à son image, poli et réservé, dans lequel il l’a remercié. Aziz a ensuite repris la parole. « Je vais vous dire, ce qu’il ne peut pas vous dire ! », a-t-il lancé, avant de vilipender ceux qui ont « pillé le pays » et qui sont « encore là, en campagne ».

« Le tout premier discours de Ghazouani, prononcé lors de son investiture, marquait une rupture, réagit le candidat Kane Hamidou Baba, à la tête de la coalition « Vivre ensemble ». Aziz a ensuite repris en main la campagne. Si l’un coule, l’autre coule, ça en dit long sur le destin des deux hommes. »

Puis, Aziz est intervenu dans la nomination des membres de l’équipe de campagne, dirigée par Niang Djibril Hamadi, le patron du port de Nouakchott. Parmi les ministres qui l’ont rejoint, deux sont très puissants et proches du « chef » : Mohamed Abdel Vetah (Pétrole), à la tête de la commission financière et Moctar Ould Diay (Économie et Finances), qui dirige la logistique. Mise en place très tardivement, cette équipe serait en proie à des luttes d’influence.

« Certains souhaitent créer les conditions d’une brouille entre Ghazouani et Aziz, considérant qu’il faut absolument se séparer de ce dernier, glisse-t-on dans le premier cercle présidentiel. Mais il ne se passera rien ! » Le 19 juin, Aziz a profité d’un déplacement à Rosso pour dire aux Mauritaniens de voter Ghazouani au scrutin du 22 juin. Une demande reformulée de ses vœux jeudi soir.

Par Justine Spiegel - envoyée spéciale à Nouakchott
Source : Jeune Afrique

 

 

Présidentielle en Mauritanie : guerre des chiffres pour un enjeu économique

  • PDF

Présidentielle en Mauritanie : guerre des chiffres pour un enjeu économiqueLes Mauritanies - Pendant cette campagne électorale qui s’achemine tout droit vers la fin (d’ici 3 jours), les 6 candidats n’ont pas manqué de brandir des chiffres pour gagner sans doute la « guerre économique », constituant un enjeu de taille vue les urgences économiques et sociales du pays .

Si le leader de l’UFP, Ould Maouloud a avancé un montant d’un milliard d’ouguiyas pour lutter contre le chômage des jeunes, le candidat, Mohamed Ould Ghazouani, a mis sur la table 200 milliards d’ouguiyas à travers une agence nationale pour éradiquer la pauvreté.

Une guerre des chiffres, au grand bénéfice des citoyens mauritaniens dont la majorité peine à avoir un revenu supérieur à 1500 dollars. Le constat est là, les fruits de la croissance sont inégalement répartis entre les populations où les revenus des ménages ruraux est largement inférieurs à ceux des villes.

Raison pour laquelle, le candidat, Ould Cheikh El Ghazwani a promis de mener une politique équitable et juste qui permettra de réduire cet écart de revenu, devenu une véritable injustice sociale.

De l’avis de certains observateurs, l’Etat doit veiller à accroitre le revenu des ménages qui vivent au fin fond du pays.

C’est dommage, soutiennent-ils que le gouvernement est plus sensible aux intérêts des citadins, qui bénéficient généralement de toutes les subventions parce que c’est eux qui barrent la route et exercent des pressions sur les autorités.

Situation économique du pays

Même si tout le monde n’est pas d’accord, en émettant des réserves sur les rapports de la banque mondiale (BM) et du Fonds Monétaire International (FMI).Force est de constater que ce sont les seuls documents fiables auxquels on peut appréhender l’économie mauritanienne.

Si l’on se fie au dernier rapport de la BM sur la situation économique de la Mauritanie, le pays a connu des avancées sur les indicateurs macroéconomiques.

Ainsi, le taux de croissance a progressé de 0,6 %, passant de 3 % en 2017 contre 3,6 en 2018.

L’institution de Bretton Woods, annonce de bonnes perspectives avec un taux de croissance attendu de 6,2% sur la période 2019/2022.

Ces performances seront dues à la future exploitation commune du gaz offshore entre la Mauritanie et le Sénégal, du dynamisme du secteur de la pêche et de l’augmentation de la production minière d’or et de fer.

Néanmoins, la BM précise que ces progrès ne suffisent pas à réduire la pauvreté et les inégalités qui touchent surtout les femmes et les jeunes.

La banque indique également qu’ils ne sont pas suffisants non plus pour permettre au secteur privé de se développer.

Le climat des affaires a beaucoup évolué

Selon le classement du Doing Business de la BM (mesure la qualité du climat des affaires dans le monde), de 2015 à 2019, la Mauritanie est passé de la 176e place au 148e rang, soit une progression de 28 places en 4 ans.

Malgré, ces progrès, la BM a constaté des failles sur l’évolution de l’activité économique du pays à savoir l’omniprésence de l’état et la corruption qui empêchent une progression plus importante.

Ainsi, la BM recommande à la Mauritanie de dynamiser le secteur privé, de faciliter l’emprunte pour les entreprises, de développer l’enseignement et de rendre la bureaucratie plus efficace.

Ibrahima Junior Dia
Source : Les Mauritanies

 

 

Mauritanie : Le président Aziz promet de poursuivre ses chantiers

  • PDF

Mauritanie : Le président Aziz promet de poursuivre ses chantiersAl-akhbar - Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, qui termine dans quelques jours son second et dernier mandat à la tête du pays, promet de "poursuivre, au sein et en dehors du pouvoir", les chantiers engagés par son régime. Il était en visite à Rosso dans le sud du pays.

Dans le même contexte, le chef de l’Etat mauritanien a retiré son appel à voter aux élections présidentielles de samedi prochain - qui marquent la fin de son règne - en faveur du candidat du pouvoir, à savoir l’ex-chef d’Etat major des Armées Mohamed Ould Ghazouani qui, selon lui, va garantir le « suivi de tous les projets en cours d'exécution ».

Interrogé auparavant par Sputnik France sur la question, l’analyste politique mauritanien, Sneiba Mohamed, avait dit :

« Ce qui est sûr, c’est qu’Aziz ne quittera pas la vie politique. Il restera dans le système qu’il a mis dix longues années à faire –et à parfaire. À quel niveau de la sphère du pouvoir ? Tout indique qu’il prendra la direction de l’Union pour la République (UPR), le parti au pouvoir qu’il a pris soin de déstructurer, juste à la veille de la présidentielle, pour le doter d’une commission de gestion provisoire (donc sans réel pouvoir)».

Source : Al-akhbar (Mauritanie)

 

 

Ghazwani : Le programme électoral que je présente aux mauritaniens répond à leurs aspirations

  • PDF

Ghazwani : Le programme électoral que je présente aux mauritaniens répond à leurs aspirationsAMI - Le candidat aux élections présidentielles de juin 2019, M. Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Cheikh Ghazwani a déclaré au cours d’un meeting électoral, qu’il a présidé lundi à Akjoujt, que le programme électoral qu’il présente aux mauritaniens, qui a été élaboré à partir d’une connaissance parfaite des différents défis du pays dans tous les domaines, répond aux aspirations des citoyens et aux exigences de développement du pays.

Le candidat, qui a remercié les habitants d’Akjoujt pour l’accueil qu’ils lui ont réservé, a précisé que son programme, objectif et ambitieux, visent à réaliser plusieurs objectifs dont la stabilité du pays, le renforcement de sa sécurité, de son unité, l’éradication de la pauvreté, du chômage et des différents formes d’iniquité.

Il a aussi ajouté que la création d’institutions fortes, l’offrent d’enseignement, de soins et de services essentiels de qualité aux citoyens où ils se trouvent auxquels s’ajoutent la lutte contre les disparités et l’extrémisme, la construction d’un État moderne respectueux des valeurs islamiques, des libertés et des droits du peuple comptent parmi les volet du programme.

Il a affirmé, qu’il insistera sur l’orientation des ressources de l’État au financement de projets structurants pour préserver les équilibres macro-économiques et une croissance en net amélioration en vue d’assurer un développement durable avant d’assurer, s’il est élu, de travailler pour l’instaurer de l’égalité pour tous devant la loi et l’ancrage d’un État de droit respectueux des libertés des citoyens qu’il exhorte à contribuer à l’instauration d’un pays riche par sa diversité.

Le candidat a rappelé le rôle central que joue l’enseignement dans la construction d’un pays et le renforcement de son unité nationale avant de signaler que des réformes seront entreprises au niveau des systèmes éducatif et de santé pour permettre à chaque enfant en âge de scolarisation de fréquenter des écoles publiques modernes et aux citoyens de bénéficier de soins de qualité. Parmi les mesures qui seront prises, il cite l’amélioration des conditions des personnels de l’enseignement et de la santé et la mise en place d’équipements nécessaires à la bonne marche de ces deux secteurs.

M. Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Cheikh Ghazwani a affirmé qu’il va accorder un intérêt particulier à l’Inchiri, cette wilaya minière, qui contribue de manière efficace à la construction du pays avant d’annoncer qu’elle va bénéficier, au cours de son mandat, s’il est élu, de la création de conditions favorables au développement d’activités minières, de l’ouverture à Akjoujt d’ un centre de formation industrielle, de la poursuite de la construction du port de Tanite et de financements d’activités génératrices de revenus.

le candidat a enfin demandé aux populations de l’Inchiri de voter en sa faveur le jour du scrutin.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

 

Présidentielle en Mauritanie : Ghazouani peut-il être poussé à un second tour ?

  • PDF

Alors que le dauphin du président Aziz, Mohamed Ould Ghazouani, fait figure de favori pour le scrutin présidentiel de samedi, les cinq candidats de l'opposition battent aussi campagne, Sidi Mohamed Ould Boubacar et Biram Dah Abeid en tête, pour le pousser à un second tour.

Il se passe quelque chose d’inhabituel à Nouakchott. La circulation est fluide et la ville, d’ordinaire cacophonique, semble retrouver sa quiétude. Les candidats à l’élection présidentielle de samedi sont en tournée « à l’intérieur », et avec eux nombre de leurs militants. Ce n’est qu’à la nuit tombée, lorsque la musique et les chants retentissent sous les khaïma, ces grandes tentes traditionnelles, que la capitale mauritanienne semble retrouver une effervescence pré-électorale.

En 2014, la campagne n’avait pas eu lieu. La réélection de Mohamed Ould Abdelaziz était acquise et le scrutin avait été boycotté par la majorité de l’opposition – laquelle avait appelé les électeurs à ne pas aller voter, cristallisant les tensions autour du taux de participation. Cette fois, la donne a changé. Le président sortant, respectant la Constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat, a décidé de soutenir son ancien chef d’état-major, qui est aussi et surtout un de ses très proches amis : Mohamed Ould Ghazouani.

Propulsé loin des casernes, seul face aux Mauritaniens, ce général à la retraite qui n’avait jamais pris la parole publiquement peine à combattre sa discrétion naturelle. « Il s’excuse presque d’être là, glisse un membre de son premier cercle. L’usure du pouvoir, on ne la ressent pas chez Aziz, mais chez lui. »

Co-artisan de la lutte anti-terroriste, cet éphémère ministre de la Défense – de novembre 2018 à mars dernier – promet aux Mauritaniens de faire, s’il est élu, de l’éducation et de la justice sociale ses priorités. Issu de la tribu des Ideiboussat, il est assuré du soutien du réservoir de voix très important que constitue l’est du pays, dont il est originaire – il a grandi dans l’Adrar et y a conservé de solides relations. La conquête du Trarza (Sud-Ouest) sera par ailleurs décisive.

Alliances et dynamiques

Cinq candidats sont bien décidés à pousser Ghazouani à un second tour. Parmi eux, Sidi Mohamed Ould Boubacar est celui que l’on n’attendait pas. Ambassadeur à la retraite, cet ancien Premier ministre qui a occupé de nombreuses fonctions sous le régime autoritaire de Maaouiya Ould Taya s’était fait oublier des Mauritaniens, à qui il assure aujourd’hui que l’économie sera au centre de ses préoccupations.

À ses côtés s’activent les islamistes « modérés » de Tawassoul, omniprésents. Ce soutien de la première force d’opposition est crucial, mais ne serait-il pas aussi encombrant ? Le candidat rappelle volontiers qu’ « une vingtaine » de formations, dont Hatem de l’ex-putschiste Saleh Ould Hanena, l’appuient également. S’il n’est pas élu samedi, et qu’il ravit la seconde place, il pourrait rebondir en tant que chef de l’opposition.

Ould Boubacar prend grand soin de commencer à rassembler, en ne faisant pas de Biram une cible

« Il prend grand soin de commencer à rassembler, en ne faisant pas de Biram une cible », commente un ex-ministre. Tant du côté du pouvoir que de l’opposition, les avis sont en effet unanimes : Biram Dah Abeid fait une très bonne campagne. Le militant antiesclavagiste, leader d’IRA-Mauritanie, allié au parti nationaliste arabe Sawab, n’a rien perdu de sa verve et déplace les foules. Très populaire auprès des jeunes et proche de son électorat traditionnel, les Halpulaar et une partie des Haratines, il s’est construit en opposition aux militants historiques Boydiel Ould Houmeid, Samory Ould Beye, Boubacar Ould Messaoud ou encore Messaoud Ould Boulkheir.

Le soutien de ce dernier à Ghazouani peut-il lui voler des voix ? « Ce ralliement est surtout symbolique pour Biram, explique Moussa Ould Hamed, ancien patron de l’Agence mauritanienne d’information. Ceci dit, il est difficile en Mauritanie de parler d’électorat politique traditionnel. On ne peut pas savoir pour qui les électeurs votent. »

Les défis de Biram

Kane Hamidou Baba, qui a annoncé sa candidature en pulaar, s’affiche comme le principal rival de « Biram » – lequel n’a pas participé aux discussions sur une candidature unique de l’opposition, ayant été le premier à annoncer la sienne. « KHB » a été choisi par la coalition « Vivre ensemble », dont font notamment partie l’AJD/MR d’Ibrahima Sarr ou les FPC de Samba Thiam, pour la représenter.

Autre défi pour Biram : devancer Mohamed Ould Maouloud, figure de l’opposition et patron de l’Union des forces de progrès (UFP), qui espère lui aussi incarner le changement. Ce militant de la première heure, cofondateur de l’ex-Parti des Kahidines de Mauritanie (PKM, composé d’étudiants maoïstes), mise sur l’absence d’Ahmed Ould Daddah – frappé par la limite d’âge fixée à 75 ans – dont il a le soutien. Enfin, la candidature indépendante de Mohamed Lemine El-Mourteji El-Wavi, haut fonctionnaire au Trésor jusqu’ici totalement inconnu des Mauritaniens, est considérée par certains comme anecdotique.

Source : jeuneafrique.com

 

 

Ould Boulkheir: Aziz peut provoquer la sédition et nuire au pays si son compagnon n’est pas élu

  • PDF

Ould Boulkheir: Aziz peut provoquer la sédition et nuire au pays si son compagnon n’est pas élu [Video]Le président du Parti Alliance Populaire Progressiste (APP), Messoud Ould Boulkheir, a déclaré que le président Mohamed Ould Abdel Aziz pourrait créer des conflits et nuire à la Mauritanie si son désir de faire remporter par son compagnon Mohamed Ould El Ghazouani, la victoire à l’élection présidentielle, n’était pas satisfait.

Messaoud a déclaré, dans une vidéo publiée par le blogueur Yarba Salem, que l’armée resserre toujours son emprise sur le pouvoir du pays, depuis 1978 jusqu’à aujourd’hui, et que toute tentative visant à les en déposséder, exposerait la Mauritanie au risque similaire à ce qui s’est passé en République du Soudan.

Ould Boulkheir a ajouté que tout le monde a encore peur du président Mohamed Ould Abdel Aziz. Ould Boulkheir a averti contre ce qui entraînerait une confrontation de l’armée avec les citoyens Mauritaniens, dans le cas où Ould Ghazouani ne remporterait les élections présidentielles en cours.

Source : zahraa.mr
Traduit par adrar.info

 

 

Présidentielle mauritanienne : Ould Maouloud promet de régler le passif humanitaire

  • PDF

Présidentielle mauritanienne : Ould Maouloud promet de régler le passif humanitaireApanews - Le candidat à l’élection présidentielle de samedi prochain en Mauritanie, Mohamed Ould Maouloud a promis de régler le passif humanitaire et de rendre justice à ses victimes, dans un discours lors d’un meeting à Sélibaby (500 kilomètres au sud-est de Nouakchott).

Il a considéré que le régime du président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz n’a pas réglé les problèmes des mauritaniens rapatriés du Sénégal depuis 1989. Ould Maouloud a également exprimé son intention, s’il est élu, d’unifier les différentes couches de la société mauritanienne au sein d’un Etat civil.

Il faut que les fils émigrés de Sélibaby obtiennent leurs documents civils dans leurs lieux de travail, a-t-il prôné, assurant qu’il examinera la question des demandes de double nationalité.

Le candidat a expliqué que l’insouciance manifestée par l’Etat à la situation de ces émigrés préjudicie leurs investissements qui représentent une ressource économique et une source de devises pour le pays.

Ma candidature vise à rendre justice aux citoyens défavorisés, aux agriculteurs, aux éleveurs et aux pauvres qui ont tant souffert pendant la dernière décennie, a-t-il aussi dit.

Selon lui, cette catégorie de citoyens n’est plus capable aujourd’hui de satisfaire ses besoins par le revenu de son travail à cause des politiques du régime en place.

Ould Maouloud a annoncé un plan d’urgence consistant à baisser les prix, à venir en aide aux éleveurs et agriculteurs, à augmenter les salaires des fonctionnaires et à doubler ceux des enseignants, à réformer l’enseignement, à promouvoir la santé et à créer des emplois pour les jeunes.

MOO/te/APA
Source : Apanews

 

Mauritanie - SNIM : Le candidat Kane H. Baba veut mettre fin au tâcheronnat

  • PDF

Mauritanie - SNIM : Le candidat Kane H. Baba veut mettre fin au tâcheronnatAl-akhbar - Lors d’un meeting lundi à Zoueirat (Nord), Kane Hamidou Baba, candidat à la présidentielle mauritanienne du 22 juin 2019, a promis de mettre fin au tâcheronnat au niveau de la Société Nationale Industrielle et Minière de Mauritanie (SNIM), a rapporté le correspondant d’Alakhbar.

Le candidat s’est aussi engagé en cas de victoire aux élections à réaliser une politique de logement qui ne fera pas de distinction entre travailleurs riches et pauvres de la SNIM et à améliorer les conditions de vie des femmes des travailleurs.

Il préconise également l'organisation d'un dialogue social pour que les travailleurs de la SNIM soient au centre des préoccupations et du développement de l’entreprise.

Kane Hamidou Baba a rappelé à l’occasion que "c’est la SNIM qui a donné à la Mauritanie ce qu’elle a eu pour l’essentiel. C’est grâce à la SNIM, qui s’appelait MIFERMA (Société des mines de fer de Mauritanie), que la Mauritanie a été elle-même créée par le colonisateur" français.

Source : Al-akhbar (Mauritanie)

 

Mauritanie: la résidence que se serait choisie Ould Abdel Aziz pour une retraite dorée

  • PDF

Mauritanie: la résidence que se serait choisie Ould Abdel Aziz pour une retraite dorée Le360 Afrique - Pas candidat à sa propre succession, Mohamed ould Abdel Aziz pourrait s'établir dans une propriété située aux Emirats arabes unis (EAU), après l'élection présidentielle du 22 juin 2019, selon la "Lettre du Continent".

Faux, rétorque l'avocat Jemal ould Taleb. Arrivée au pouvoir le 6 août 2008 à la faveur d’un putsch, Mohamed ould Abdel Aziz a remporté, malgré les accusations de fraude électorale, deux présidentielles, en 2009 et 2014.

Ainsi, du fait des dispositions constitutionnelles donnant une seule possibilité de réélection au président de la République, l’heure de la retraite a sonné pour l’homme qui s’est choisi comme dauphin Mohamed Cheikh Ahmed Mohamed Ghazouani, inséparable compagnon depuis une quarantaine d’années, ex-chef d’état-major général des armées.

La Mauritanie file donc tout droit vers un scrutin présidentiel prévu le 22 juin 2019, soit samedi prochain, avec six prétendants au fauteuil. Face à cette nouvelle donne, on s’interroge sur la résidence future de celui-ci qui deviendra ancien chef de l’Etat dans quelques semaines. Restera-t-il au pays? Se rendra-t-il à l’étranger, notamment dans un émirat du Golfe, où il est présumé avoir ouvert un compte très garni?

Dans sa dernière livraison, sous le titre «Comment Aziz prépare sa retraite», La Lettre du Continent, un organe parisien généralement bien informé de ce qui se mijote dans les lambris dorés des palais présidentiels en Afrique, signale que Mohamed ould Abdel Aziz et sa famille «pourraient se rendre dans leur résidence secondaire construite aux Emirats arabes unis (EAU), dont les dirigeants actuels entretiennent des relations jugées profondes avec le président sortant».

Cette retraite serait envisagée quelle que soit l’issue du scrutin présidentiel du 22 juin prochain, mais précipitée en cas de victoire de l’un des candidats de l’opposition.

Une information démentie par l’avocat Jemal ould Taleb, ambassadeur itinérant et proche du président de Mohamed ould Abdel Aziz.

Celui-ci est formel dans un droit de réponse transmis à la LC: «Il faut vraiment méconnaître le président Mohamed ould Abdel Aziz dont tout le monde s’accorde à dire qu’il a transformé l’image de la Mauritanie à l’intérieur et à l’extérieur, autant du point de vue de son développement que de sa sécurité, pour imaginer que son rêve est d’aller se reposer sous le soleil des Emirats arabes unis (EAU), comme s’il n'y avait pas assez de soleil sur les dunes et les oasis de son pays. Comme s’il craignait le moindre ressentiment de son peuple».

A rappeler que le prédécesseur et ancien patron de Mohamed ould Abdel Aziz, le président Maaouya ould Sid’Ahmed Taya, renversé par une révolution de palais le 3 août 2005, vit en exil forcé à Doha (Qatar) depuis près de 14 ans, soit depuis le jour de son renversement par Ould Abdelaziz.

Par contre, d'ex-chefs d’Etat renversés par un putsch, comme Mohamed Khouna ould Haidalla (1980-1984) et Sidi Mohamed ould Cheikh Abdallahi (2007-2008), vivent au pays. Une chose est sûre: de tous les chefs d'Etat qui se sont succédé en Mauritanie, Ould Abdelaziz est considéré par l'opinion mauritanienne comme le seul à avoir "puisé" dans les caisses de l'Etat, devenant ainsi "le premier homme d'affaires du pays".

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya
Source : Le360 Afrique (Maroc)

 

 

 

Ould Boubacar : Je ne suis pas le candidat d'un parti donné et je ne suis pas soumis à une pression de quiconque

  • PDF

Ould Boubacar : Je ne suis pas le candidat d'un parti donné et je ne suis pas soumis à une pression de quiconqueAMI - Le candidat aux élections présidentielles présidentielles de 2019, M. Sidi Mohamed Ould Boubacar Ould Boussalef a indiqué qu'il n'est pas le candidat d'un parti donné ni d'une région précise et qu'il n'est soumis à aucune pression ou influence de quiconque, mais qu'il est le candidat de tous les mauritaniens.

Le candidat a remercié, au cours d'un meeting électoral, organisé, vendredi soir, par la coordination de sa campagne dans la ville de Kaédi, les populations de la wilaya du Gorgol pour ce rassemblement qui prouve leur rejet de la mauvaise gestion et de la gabegie qui ont conduit le pays à la crise qu'il connait actuellement, selon lui.

Il a ajouté que "les manifestations de cette crise sont visibles à travers la pauvreté, l'absence des services de santé et d'enseignement, la hausse des prix et le chômage dans les rangs des jeunes", précisant que le peuple mauritanien a souffert dans son histoire de l'injustice, et de l'arbitraire et qu'il est désormais temps de régler la question du passif humanitaire, sur la base de la Cheriaa et de notre religion musulmane.

Le candidat s'est engagé en cas de victoire à régler immédiatement les problèmes auxquels font face les citoyens et à créer des opportunités d'emploi pour les jeunes qui bénéficient, a-t-il dit, de la priorité dans son programme électoral, selon lui.

Le candidat a appelé les populations de la wilaya du Gorgol à voter pour lui en masse et de ne pas perdre l'occasion qui ne se répétera pas pour voter en faveur du changement civique pour que prévale la justice sociale et pour que les zones et les villages marginalisés, notamment dans les Adouabas bénéficient d'un intérêt particulier grâce à des politiques qui leur sont destinées particulièrement, et pour l'édification d'une Mauritanie nouvelle suscitant la fierté de tous ses fils.

Auparavant, le candidat avait présidé un meeting électoral vendredi à M'Bout, dans le cadre d'un certain nombre d'arrêts qu'il a effectués sur le chemin de Kaédi en provenance de Sélibabi et qui ont englobé N'Diadbeni et Lexeiba.

Dans un mot qu'il a prononcé pour la circonstance, le candidat a indiqué que les populations de M'Bout souffrent comme les autres citoyens du pays du désintérêt manifeste de l'Etat , soulignant que les pouvoirs publics n'accordent aucun intérêt pour les conditions que vivent les populations et qui sont marquées par la propagation du chômage, et la médiocrité des services de la santé et de l'enseignement, selon lui.

Il a souligné que les populations aspirent aujourd'hui au changement, à la résolution de leurs problèmes, à la participation à la gestion des ressources de leur pays et à tirer profit de ces dernières au lieu de rester oubliées et marginalisées.

Il a ajouté que les foules qui aspirent au changement ont prouvé durant cette campagne à ceux qui disent que les élections seront tranchées dès le premier tour qu'ils se trompent, appelant les citoyens à protéger leur vote de la fraude, permettant ainsi l'avènement du changement et la victoire de ce dernier au premier tour.

Le candidat a, par ailleurs, visité le barrage de Foum Gleita où il s'est informé des problèmes des agriculteurs qui ont souligné qu'ils fondent sur lui beaucoup d'espoirs, en cas de victoire, pour qu'il s'intéresse à ce projet leur permettant de vivre dignement et d'améliorer leurs conditions économiques.

En réponse aux agriculteurs, le candidat s'est engagé, en cas de victoire, d’œuvrer immédiatement pour que les populations tirent le plus grand profit du projet et pour que la ville de M'Bout devienne le grenier de la Mauritanie.

Il a ajouté que les moyens existent pour gérer ce projet qui n'a besoin que d'une vision politique claire et d'une planification, soulignant que c'est la gestion aveugle qui a conduit le pays à la situation dans laquelle il se débat actuellement et que d'importants fonds ont été dépensés dans des projets non étudiés auparavant dépensant ainsi d'énormes sommes d'argent pour rien, a-t-il dit.

Il s'est enfin engagé à régler tous les problèmes qui lui ont été posés pour que le barrage de Foum Gleita qui est parmi les plus grands barrages du pays soit un pilier du développement agricole et contribue efficacement à la sécurité alimentaire du pays.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

Le candidat Kane Hamidou Baba préside un meeting électoral à Tékane

  • PDF

Le candidat Kane Hamidou Baba préside un meeting électoral à N'TekaneAMI - Le candidat aux élections présidentielles de 2019, M. Kane Hamidou Baba a tenu, vendredi soir à N'Tekane un meeting populaire au cours duquel il expliqué son programme électoral qui axe, a-t-il dit, essentiellement sur la réforme de l'enseignement, de la santé et de l'agriculture, notamment dans le domaine du foncier où il accorde la priorité aux propriétaires traditionnels et à la femme qui occupe une place privilégiée dans cette réforme, en lui donnant la possibilité d'être propriétaire au même titre que l'homme.

Il a aussi indiqué que son programme œuvre pour l'exécution de projets agricoles contribuant au développement de l'agriculture escompté et au développement global d'une manière générale, soulignant qu'il accore aussi une place de choix à la disponibilisation de l'eau potable, au désenclavement des zones rurales et à la réalisation des infrastructures.

Le programme prévoit aussi, a-t-il noté, la mise en place de banques destinées à accorder des prêts avantageux aux programmes de développement, à créer des emplois pour les jeunes mauritaniens, à accorder du crédit pour les agriculteurs, soulignant qu'il mettra en place un mécanisme destiné à secourir les éleveurs, en cas de retard ou de déficit des pluies.

Parmi les autres composantes du programme, le candidat a cité l'instauration de la justice et de l'égalité entre les citoyens à travers l'Etat de droit et des institutions et la consolidation du processus démocratique.

Le candidat kane Hamidou Baba a appelé ses sympathisants à être au rendez-vous le 22 juin 2019 pour réaliser le changement historique dans le pays, précisant à ce titre que ces élections sont décisives pour déterminer l'avenir du pays et que les citoyens doivent être vigilants, car il y a possibilité de fraude, selon lui.

Le rassemblement a été une occasion pour d'autres intervenants de prendre la parole, rendant hommage aux qualités du candidat et appelant à voter en masse pour lui, le jour du scrutin.

Le candidat avait présidé auparavant un meeting à Dar El Barka au cours duquel il a appelé les citoyen à voter en masse pour lui, s'engageant à ne pas les décevoir et promouvoir le développement du pays.

Il a ajouté qu'il se présente à ces élections avec un programme clair et qu'il entamera son exécution sans tarder dès son élection, soulignant que son programme axe principalement sur l'agriculture pour atteindre l'objectif de sécurité alimentaire et exporter par la suite l'excédent de la production agricole, selon lui.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

Le candidat Mohamed Sidi Maouloud préside un meeting populaire à Néma

  • PDF

Le candidat Mohamed Sidi Maouloud préside un meeting populaire à NémaAMI - Le candidat Mohamed Sidi Maouloud à l’élection présidentielle de 2019 a présidé, jeudi à Néma, un meeting populaire impliquant de toutes les forces et initiatives politiques l’appuyant au niveau de la wilaya.

Le rassemblement, organisé en perspective du scrutin du 22 juin 2019, a donné lieu à un mot du candidat dans lequel il remercié les habitants de la wilaya d’avoir répondu favorablement à son invitation et assisté massivement, en dépit de la forte canicule, à cette manifestation électorale, ce qui dénote de l’intérêt qu’ils attachent au programme qu’il compte appliquer s’il est élu Président de la République.

Il a ensuite exposé les axes majeurs de son programme électoral, notant que la Mauritanie possède suffisamment de richesses nécessaires pour réaliser un avenir radieux si tout un chacun s’acquitte de son rôle dans la bataille contre les défis auxquels le pays fait face.

"Si je suis élu Président de la République, je combattrai avec détermination et courage toutes les disparités économiques et sociales et toutes le formes de discrimination, indépendamment de leurs origines ou leurs causes. Un intérêt capital sera accordé à l’enseignement par l’affectation des ressources nécessaires à son développement, l’amélioration du rendement des corps enseignants, l’unification des méthodes et programme scolaires et la construction davantage d’infrastructures de base", note le candidat Mohamed Sidi Maouloud.

Au sujet des prochaines échéances électorales, le candidat les a qualifié de "vraie bataille entre ceux qui cherchent une Mauritanie unifiée, prospère et souveraine et ceux qui militent pour un pays qui survie sur le dos des générations futures et fortement endetté".

Il a, par la suite, affirmé sa volonté, en cas de succès, d’assurer l’égalité de tous les mauritaniens devant la loi, d’enraciner l’État de citoyenneté, un État qui respecte les libertés, combatte toutes les formes d’injustice et d’exclusion et renforce l’unité nationale.

Au sujet de la cherté de la vie, le candidat a promis d’apporter le secours aux mauritaniens en mettant la main sur les prix pour les rendre à la portée de tous, de mettre un terme au monopole et de créer des opportunités d’emploi pour les jeunes et de donner de l’impulsion à leur contribution dans l’œuvre de construction nationale par l’élargissement du champ de la productivité, surtout au niveau des secteurs capables d’absorber le chômage.

Le candidat entend, particulièrement, encourager les initiatives individuelles des jeunes désireux de créer leurs propres entreprises en leur facilitant l’accès aux financements à court et moyen termes, tout comme il veillera sur le développement de l’enseignement technique et professionnelle.

Évoquant le secteur agricole, le candidat Mohamed Maouloud a précisé, qu’en cas de sa réussite, des investissements publics considérables seront consacrés au secteur agricole afin de tirer le maximum de profit des potentialités agricoles dont dispose le pays, notant que le Hodh ECharghi, au regard de ses immenses superficies agropastorales, peut jouer un rôle central dans la réalisation de l’autosuffisance alimentaire.

Le candidat a enfin précisé que pour développer l’enseignement, il métrera en œuvre un ambitieux plan d’action garantissant la performance de notre système scolaire et l’adoptant aux exigences du développement et ce par le renforcement des staffs éducatifs, l’amélioration de leurs conditions et l’offre des équipements nécessaires.

Auparavant, le coordinateur régional de la campagne du candidat, M. Abderrahmane Ould Mini, a mis en exergue les compétences du candidat et son habilité à diriger le pays et à le conduire sur le développement et du progrès.

Le coordinateur a également exhorté les habitants du Hodh Echarghi à voter massivement en faveur du candidat Mohamed Sidi Maouloud le 22 juin 2019.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

Le candidat El Wafi se réunit avec ses sympathisants dans la moughataa d'Amourj

  • PDF

Le candidat El Wafi se réunit avec ses sympathisants dans la moughataa d'AmourjAMI - Le candidat aux élections présidentielles de 2019, M. Mohamed Lemine El Mourteji El Wafi, a tenu une réunion avec ses sympathisants dans la moughataa d'Amourj au cours de laquelle il a exposé son programme électoral qui axe, a-t-il dit, sur les problèmes de l'enseignement, de la santé, de l'économie, des affaires sociales et de la sécurité intérieure et extérieure du pays.

Le candidat s'est engagé, en cas de victoire, à assurer la gratuité de l'enseignement, à unifier la tenue scolaire, à accorder un intérêt particulier aux enseignants.

Il s'est en outre engagé à accorder un appui à la santé, à généraliser les services de la caisse nationale d'assurance maladie, à lutter contre la falsification des médicaments, à généraliser la couverture sanitaire, à assurer la sécurité et à construire une armée républicaine forte.

Auparavant le candidat avait visité certains villages dans la commune de Jreif, notamment les villages d'El Ajna, El Ain et la commune de Bengou où il a rencontré les populations pour leur expliquer son programme.

Il s'est engagé, pour la circonstance, en cas de victoire, à résoudre les problèmes qui se posent à ces villages, notamment dans les domaines de l'eau, de l'électricité et de l'enseignement.

Il a aussi effectué un arrêt dans la ville de Timbedra où les populations l'ont accueilli avec un défilé motorisé qui a sillonné les artères de la villes.

Au cours de cette visite, le candidat est accompagné d'une délégation de sa campagne.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

Le candidat Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Ghazwani en meeting à Tidjikja

  • PDF

Le candidat Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Ghazwani en meeting à TidjikjaAMI - Le candidat aux élections présidentielles de juin 2019, M. Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Cheikh Ghazwani a déclaré au cours d’un meeting électoral, qu’il a présidé vendredi après-midi à Tidjikja, que les principaux volets du programme qu’il présente aux mauritaniens portent sur la stabilité du pays, le renforcement de sa sécurité, la solidité de son unité, l’éradication de la pauvreté, du chômage et des différentes disparités ainsi que sur des soins et une éducation de qualité à tous les mauritaniens où ils trouvent.

Le candidat, qui a remercié les populations du Tagant pour l’accueil chaleureux qu’ils lui ont réservé et qui démontre leur attachement à son programme, a ajouté que d’autres volets de son programme abordent l’exagération et l’extrémisme qu’il veut combattre, s’il est élu, avant de préciser qu’il désire aussi édifier un État moderne respectueux des valeurs de l’Islam, des libertés, du droit et de la diversité.

Le candidat a affirmé, que malgré les importants efforts entrepris ces dix dernières années, il reste de grands défis qu’il faut relever par des actions visant l’amélioration des conditions de vie des citoyens, la protection sociale et la lutte contre pauvreté.

"Une agence nationale, sous la tutelle de la Présidence la République, sera créée pour apporter l’appui et l’aide nécessaires aux pauvres en vue d’améliorer leur situation", a-t-il dit.

M. Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Cheikh Ghazwani a assuré qu’il appliquera une politique sectorielle structurante qui vise à diversifier le champ de production surtout dans les secteurs à haute potentialité d’emplois, à encourager les initiatives privées en facilitant l’octroi de prêts à court et moyen terme, à créer un cadre incitatif pour encourager les sociétés à embaucher plus de jeunes et à développer l’enseignement technique et professionnel pour renforcer de rôle de la jeunesse dans le processus de développement du pays.

Il a encore indiqué qu’une stratégie ambitieuse sera mise en œuvre pour permettre au secteur de l’éducation de répondre aux exigences du développement à travers l’amélioration des conditions matérielles et morales des enseignants et le comble des insuffisances constatées dans ce domaine afin d’avoir une école républicaine capable de former des cadres compétents dans les différents domaines.

Le candidat, qui a démontré la relation entre sécurité et développement, a noté que l’approche sécuritaire appliquée par la Mauritanie a écarté le spectre du terrorisme ajoutant qu’il poursuivra cet effort pour mieux assurer la sécurité du pays.

M. Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Cheikh Ghazwani a signalé que les activités dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et du tourisme au Tagant seront activées pour leur permettre de jouer un important rôle dans le développement local de la wilaya, ajoutant que le Tagant bénéficiera de la construction de la routa Tidjikja-Ghoudia-Boumdeid, d’un grand hôpital à Tidjikja et d’infrastructures sportives dans la wilaya.

Il a enfin demandé aux populations du Tagant de voter en sa faveur le jour du scrutin.

Source : Agence Mauritanienne d'Information