Wed03202019

Last update03:24:31 PM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers en Mauritanie

Politique en Mauritanie

La Mauritanie et la CEDEAO examinent à Nouakchott la stratégie de mise en œuvre de leur accord de partenariat

  • PDF

La Mauritanie et la CEDEAO examinent à Nouakchott la stratégie de mise en œuvre de leur accord de partenariatAtlasinfo - La capitale mauritanienne a abrité, mardi, une réunion consacrée à la mise en oeuvre de l'accord de partenariat entre la Mauritanie et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Cette rencontre de deux jours s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord d’association signé en mai 2017 par les Etats respectifs et devra déboucher sur une compréhension partagée des besoins prioritaires liés aux engagements pris par les parties et de proposer une stratégie de mise en œuvre réussie de l’Accord.

Elle regroupe des représentants des départements du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, de l’Economie et des finances, du Développement rural, en plus de certains acteurs du secteur privé.

S’exprimant à cette occasion, le Commissaire au commerce, douane et libre circulation de la CEDEAO, Tei Konzi, a mis en exergue l’importance de la signature de la convention de partenariat entre la Mauritanie et la CEDEAO et l’adoption d’un plan d’action à même d’accélérer la réalisation des objectifs visés.

Les discutions entamées au cours de cette réunion permettrons de rapprocher les points de vue des différentes parties autour des questions relatives au partenariat, a-t-il dit.

Pour sa part, la Secrétaire générale du ministère mauritanien du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, Mme El Alia Mint Menkouss, s’est réjouie de constater que suite à la réunion du Conseil d’association de l’accord, tenue le 27 octobre 2017 à Nouakchott, la Mauritanie est parvenue déjà au démarrage des travaux préparatoires de mise en œuvre effective, en procédant à la ratification de l’Accord d’association en décembre 2017.

"Cette action témoigne de la volonté et de la détermination de notre pays à aller de l’avant pour atteindre les objectifs communs, à savoir la promotion de l’intégration régionale et l’accélération du développement économique de la région", a souligné la responsable mauritanienne.

Une délégation de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest a entamé, lundi, une visite de deux jours dans le pays, au cours de laquelle elle a rencontré plusieurs responsables chargés de la mise en œuvre de l'accord de partenariat.

La délégation a eu des entretiens avec la ministre mauritanienne du Commerce, de l'Industrie et du Tourisme, Khadijetou Mbareck Fall, sur les mesures prises par le gouvernement mauritanien pour accélérer la mise en œuvre de l'accord de partenariat.

Le 5 mai 2017, la Mauritanie et la CEDEAO ont signé à Nouakchott un accord de partenariat portant sur des questions économiques, politiques et de sécurité.

Avec MAP
Source : Atlantico (France)

 

 

La Mauritanie en campagne pour le poste de directeur général de l’ALESCO

  • PDF

La Mauritanie en campagne pour le poste de directeur général de l’ALESCOSahara Médias - Le ministre mauritanien de la culture, de l’artisanat, chargé des relations avec le parlement, porte-parole officiel du gouvernement, Sidi Mohamed O. Maham, envoyé spécial du président Mohamed O. Abdel Aziz, poursuit sa tournée dans les pays arabes, dont la dernière étape a été le Liban.

Ce voyage dans les pays arabes est destiné à obtenir des soutiens pour le candidat mauritanien au poste de directeur général de l’organisation arabe pour l’éducation et la culture (l’ALESCO) lors de l’élection du titulaire à ce poste lors du congrès général extraordinaire prévu à Nouakchott à la fin du mois d’avril prochain.

Le ministre mauritanien était ce lundi à Beyrouth où il a remis un message au président Michel Aoun.

Selon la presse libanaise, le ministre mauritanien a informé le président libanais de la décision de la Mauritanie de présenter le docteur Mohamed O. Amar au poste de directeur général de l’ALESCO lors de l’élection à ce poste lors de la réunion de Nouakchott en avril prochain et que son pays sollicitait l’appui libanais en ce sens.

Des journaux libanais ont révélé que le président Aoun a dit que la demande mauritanienne sera examinée par les autorités libanaises d’autant, ajoutent les journaux, qu’il y a cinq candidats de pays arabes.

Dimanche O. Maham avait remis un message du président mauritanien au souverain jordanien, Abdallah II. Avant la Jordanie le ministre s’était rendu au Soudan, en Libye, au Maroc, en Tunisie et en Algérie.

L’émissaire mauritanien avait été reçu par les chefs d’état soudanais, tunisien, par le chef du conseil présidentiel du gouvernement d’entente libyen par l’Emir Moulaye R’chid au Maroc et par l’ancien premier ministre algérien Ahmed Ouyahya.

Pour sa part le ministre mauritanien des affaires étrangères et de la coopération, Ismael O. Cheikh Ahmed avait effectué des voyages dans certains pays du Golfe, Oman, Koweït, Arabie Saoudite, Bahreïn et les Emirats arabes unis afin d’obtenir leur soutien pour le candidat mauritanien à L’ALESCO.

C’est la deuxième fois que la Mauritanie présente le Dr O. Amar à ce poste, après avoir perdu aux élections face au candidat koweïtien.




Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

 

L’UDP soutient le candidat Ould Ghazouani

  • PDF

L’UDP soutient le candidat Ould GhazouaniAlakhbar - Le parti, Union pour la Démocratie et le Progrès (UDP) a décidé de soutenir Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed Ghazouani, candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2019.

La décision a été prise à l’unanimité lors d’une réunion extraordinaire du Bureau Politique National du parti le Mardi 05 Mars 2019 en son siège à Nouakchott. Le bureau politique de l’UDP a profité de l’occasion pour appeler ses militants à s’investir activement pour le succès de son candidat.

Source : Alakhbar (Mauritanie)

 

Mauritanie: un ex-Premier ministre candidat "indépendant" mais soutenu par le parti islamiste

  • PDF

Mauritanie: un ex-Premier ministre candidat Atlasinfo - Un ancien Premier ministre mauritanien pendant la transition démocratique de 2005-2007, Sidi Mohamed Ould Boubacar, a annoncé samedi sa candidature à la présidentielle de juin "en tant que candidat indépendant", tout en bénéficiant du parti islamiste Tewassoul, première formation de l'opposition.

M. Ould Boubacar, 61 ans, affrontera lors de ce scrutin, dont la date précise n'a pas encore été fixée, le "dauphin" de l'actuel président Mohamed Ould Abdel Aziz, l'ancien général Ould Ghazouani, qui a quitté vendredi son poste de ministre de la Défense après avoir officialisé début mars sa candidature.

Ancien général arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2008 puis élu en 2009 et réélu en 2014, le président Ould Abdel Aziz ne peut se représenter au terme de son second mandat qui s'achève en août.

M. Ould Boubacar affirme dans un communiqué avoir pris sa décision de se présenter aux suffrages des Mauritaniens "en tant que candidat indépendant" après "un examen approfondi de la situation du pays" et des "contacts et discussions élargies avec les divers acteurs politiques et les forces vives du pays", qu'il juge "fructueux".

Premier ministre (1992-1996) sous le président Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya, puis chef du gouvernement lors de la transition démocratique ayant suivi le putsch de 2005, M. Ould Boubacar avait reçu dès jeudi le soutien officiel du parti islamiste Tewassoul (14 députés), bête noire du régime. D'autres plus petite formation de l'opposition dite "radicale" devrait également se ranger derrière cette candidature "indépendante".

Deux formations de l'opposition, le Rassemblement pour la démocratie et l'unité (RDU) et le parti Adil, ont en revanche décidé de soutenir le candidat du pouvoir.

Le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid, déjà candidat au scrutin présidentiel de 2014 et élu député en septembre grâce à une alliance entre son mouvement non reconnu et le parti d'orientation baassiste (nationaliste arabe) Assawab, a déjà exprimé sa volonté de se présenter, tout en estimant "impossible de rivaliser avec l'Etat et son candidat". D'autres personnalités pourraient encore présenter leur candidature dans les prochaines semaines.

Malgré des semaines de pourparlers, l'opposition n'est pas parvenue à s'unir. "Nous avons décidé de laisser à chaque parti la liberté de choisir son candidat, tout en continuant à coordonner nos positions, surtout en cas de second tour", a expliqué Mohamed Ould Moloud, président de la coalition électorale de l'opposition démocratique (CEOD) qui regroupe la plupart des partis de l'opposition dite radicale.

La Mauritanie a par ailleurs décrété samedi un deuil national de trois jours après le décès d'un ancien président, le lieutenant-colonel Mahmoud Ould Ahmed Louly, qui avait dirigé le pays de juin 1979 à janvier 1980 en tant que chef d'un Comité Militaire de Salut National ayant pris le pouvoir quelques semaines plus tôt à la faveur d'un coup d'Etat entre militaires.

afp
Source : Atlasinfo (France)

 

 

Présidentielle 2019: Vers l’inévitable candidature de Ould Maouloud

  • PDF

Présidentielle 2019: Vers l’inévitable candidature de Ould MaouloudKassataya - Après des semaines de conciliabules infructueuses avec l’opposition, l’Union des Forces de Progrès (UFP) à travers son comité permanent, vient de soumettre la candidature de son président Mohamed Ould Maouloud comme le candidat à l’élection présidentielle de 2019.

Cette proposition qui doit être soumise au bureau exécutif ne devrait être qu’une simple formalité. L’alliance de l’opposition démocratique, à laquelle l’UFP était partie prenante, n’a pas pu fédérer une candidature unique.

Et cette alliance qui voulait constituer un bloc d’opposition contre le régime en place a implosé car le parti d’obédience islamiste Tawassoul soutient l’ancien premier ministre du dictateur Ould Taya à savoir Sidi Mohamed Ould Boubacar, tandis que le parti Adil a rejoint Mohamed Ould Ghazouani, candidat de la majorité présidentielle et dauphin du président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz.

Mohamed Ould Maouloud actuellement député à l’assemblée nationale, est considéré comme membre de l’opposition dite radicale.

Selon nos informations, l’UFP sera soutenue par le RFD d’Ahmed Ould Daddah et du CND de maître Mahfoud Ould Bettah entre autres partis.

Cette candidature du Dr Ould Maouloud attendue par beaucoup d’observateurs aurait été accélérée par une demande pressante de blogueurs et influenceurs issus de la société civile, qui voient en lui un challenger sérieux, tant il capitalise un capital sympathie considérable.



Ainsi, le blogueur Abdel Nasser Ould Beibe qui depuis des mois souhaitait la candidature de Ould Maouloud a remis le couvert durant cette journée.

Il a posté un message qui a été repris par beaucoup de blogueurs aussi bien arabophone que francophone dont voici le contenue : « sur la base de l’histoire de son militantisme; à la lumière de sa longue expérience politique, de la constance de ses positions de principe sur la question nationale ou sur les inégalités; de par son souci d’unifier l’opposition, nous souhaitons la désignation du président Mohamed Ould Mouloud comme candidat unifié de l’opposition Mauritanienne.

Résolument engagé à faire évoluer le pays dans la voie de la modernité, du progrés et de la démocratie véritable, Ould Maoloud est notre candidat.

Si vous soutenez l’idée, copiez la publication sur votre page.»




Le jeune Dahaba Djibril Diagana, militant du parti UFP lui a emboité le pas sur les réseaux sociaux. Ce dernier qui a rendu un hommage à son président Mohamed Ould Maouloud. Il dira, parlant de Ould Maouloud avant l’officialisation de sa candidature, qu’ « il y a des hommes qui forcent notre respect et considération de par leurs qualités humaines, intellectuelles et politiques.

Je rends un vibrant hommage à un compatriote mauritanien, rare de son genre, Mohamed Ould Maouloud, dont la #constance de l’engagement au service du peuple n’est plus à démontrer. »


Ce message a été très apprécié par la plupart des internautes qui ont commenté ce posting.



Un ancien étudiant de Dr Ould Maouloud à l’université de Nouakchott, Cheikhna Mohamed WAGUÉ quant à lui soutiendra dans un commentaire : "que Le Dr. Mohamed Ould Maouloud est un grand Homme. Il est très dense intellectuellement et très honnête moralement. Je l’ai eu comme professeur à l’Université de Nouakchott. Il a une profonde connaissance de la société mauritanienne dans sa complexité, et ce de la période médiévale à nos jours. C’est pourquoi, il ne tombe jamais dans certains pièges tribalo-ethnicistes. Il a un profond respect pour toutes les franges de la population mauritanienne. C’est un très bon historien. Je parle sans complaisance et en toute connaissance de cause pour l’avoir connu durant quatre années universitaires."

Le Dr Ould Maouloud aura la lourde tâche de fédérer le reste de l’opposition tout en levant des fonds pour mener à bien sa campagne.

Issue de la mouvance de gauche progressiste, l’UFP s’est illustrée dans sa lutte acharnée contre les différents pouvoirs militaires qui se sont succédé en Mauritanie.

Dr Mohamed Ould Maouloud qui avait participé à l’élection présidentielle de 2007, avait obtenu 4% des suffrages exprimés a préféré soutenir Messaoud Ould Boulkheir à l’élection présidentielle de 2009 (suite au coup d’état mené par Mohamed Ould Abdel Aziz), il a par ailleurs boycotté l’élection présidentielle de 2014.

Les candidats déclarés à cette élection présidentielle de juin 2019 sont Mohamed Ould Ghazouani, Biram Dah Abeid qui seront suivis par le Dr Mohamed Ould Maouloud et probablement par Sidi Mohamed Ould Boubacar.

Source : Kassataya (France)

 

 

Hommage à Ould Ahmed Louly, "un parfait inconnu" dans son propre pays”

  • PDF

Hommage à Ould Ahmed Louly, Initiatives News - Apprendre le décès de quelqu’un est toujours triste. Quand ce quelqu’un a fait partie des gens qu’on a connus à une certaine période, la tristesse en devient plus accentuée.

Ce monsieur est parti tout aussi discrètement qu’il a vécu et ce qui rend cette perte encore plus douloureuse, c’est que personne ne se souvient de lui en tant qu’homme.

Tout au plus, on se rappelle qu’il fut président de la Mauritanie pendant six mois. En dehors de ce fait, il n'y a rien dans les archives qui lui soit consacré.

Comme on dit dans le jargon de la rue, un "parfait inconnu" dans son propre pays. Et pourtant! Et pourtant, ce fut l’un des grands cadres de notre armée qui a eu à gérer des départements très importants qui ont conditionné l’existence même de celle-ci. Toujours discret, il entrait et sortait de l’état-major sans presque attirer l’attention, répondant à peine aux saluts que lui adressaient les sentinelles ou plantons.

…il avait toujours la tête baissée comme pour ne pas déranger ceux qui rectifiaient leurs positions à son approche

De son bureau, il ne sortait que très rarement et on le voyait très peu circuler dans l’enceinte. De temps en temps peut être aller visiter le service de la gestion ou aller à l’infirmerie de garnison. S’il arrivait qu’on le croisait sur cet axe là, on remarquera qu’il a toujours la tête baissée comme pour ne pas déranger ceux qui rectifiaient leurs positions à son approche.

Homme des grands espaces, il préférait passer ses jours de repos à la “Badiya”, au milieu de ses animaux, à respirer le grand air. Musulman pieux, il ne semblait pas s’intéresser à ces choses de la vie qui préoccupaient les cadres de sa génération.

…la république a dû être un véritable cachot pour Louly qui n’a jamais tenu à déranger qui que ce soit

En dépit de son statut d’officier, je ne l’ai jamais entendu crier sur un soldat ou un subordonné, chauffeur ou ordonnance. Je n’ai jamais entendu quiconque se plaindre de lui. Quand Khouna fut affecté à l’état-major, il disait qu’il se sentait en prison, tellement les grands espaces lui faisaient défaut. Cela m’amène à penser que la présidence de la république a dû être un véritable cachot pour Louly, lui qui n’a jamais tenu à déranger qui que ce soit.

Je comprends dès lors, son court séjour à la tête du pays. Ce comportement de discrétion peut expliquer une quasi absence de document relatant sa vie dans les archives. La preuve qui étaye cet état de fait est ce portrait qui semble être le seul qu’il nous a laissé.

Il nous quitte aujourd’hui sans crier gare, comme il a vécu.
A Dieu nous appartenons et à LUI nous retournerons.
Puisse le Tout Puissant l’accueillir en Son Saint Paradis.

Bakry Waiga
Cincinnati (USA)

Source : Initiatives News (Mauritanie)

 

Mauritanie : deuil de 3 jours après le décès d’un ancien président

  • PDF

Mauritanie : deuil de 3 jours après le décès d’un ancien présidentSahara Médias - La Présidence de la République annonce le décès de l’ancien président Mohamed Mahmoud Ould Ahmed Louli et décrète un deuil national de 3 jours.

La présidence de la république mauritanienne a annoncé ce samedi un deuil de trois jours après le décès de l’ancien président Mohamed Mahmoud O. Louly à l’âge de 76 ans.

Le défunt avait présidé aux destinées du pays du 3 juin 1979 au 4 janvier 1980.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

Politique: Sidi Mohamed Ould Boubacar, candidat indépendant à la présidentielle de 2019 (Déclaration)

  • PDF

Politique: Sidi Mohamed Ould Boubacar, candidat indépendant à la présidentielle de 2019 (Déclaration)Initiatives News - Ancien Premier sous Maouya Ould Sid’Ahmed Taya puis durant la transition dirigée par le Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie (CMJD) entre 2005 et 2007, Sidi Mohamed Ould Boubacar vient de faire une déclaration de candidature à la présidentielle de 2019 en Mauritanie.

Pressenti depuis plusieurs moi pour être le candidat unique derrière qui l’opposition allait se ranger pour aller à la conquête du pouvoir en juin prochain, c’est finalement comme indépendant que ce haut cadre va entrer dans la course. Déclaration :

"Mauritaniens, mauritaniennes,

Suite à un examen approfondi de la situation du pays, à la nécessité d’une alternance démocratique pacifique et conformément aux résultats des contacts et discussions élargis que j’ai entrepris avec les divers acteurs politiques et les forces vives du pays, et qui ont été très fructueux, j’ai décidé, en me confiant d’abord à Allah Le Très Haut et Le Tout Puissant, en comptant ensuite sur l’assentiment du peuple mauritanien, de présenter ma candidature, en tant que candidat indépendant, à la prochaine élection présidentielle.


Je présenterai à cet effet , ma vision sur les défis auxquels le pays fait face et les voies et moyens de les relever, lors de la cérémonie de déclaration de candidature , qui sera organisée , dans les prochains jours.

A cette occasion, je m’adresse à tous les mauritaniens, à tous les partis politiques, à tous les regroupements, à toutes les personnalités, à chaque individu, leur demandant de m’accompagner et de m’appuyer pour l’intérêt de la Mauritanie , de sa prospérité et de son avenir.

Sidi Mohamed Ould Boubacar.

Vendredi le 15 mars 2019"

Source : Initiatives News (Mauritanie)

 

Mauritanie : candidat à la présidentielle, un ministre quitte le gouvernement

  • PDF

Mauritanie : candidat à la présidentielle, un ministre quitte le gouvernement Apanews - Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a procédé vendredi à un léger remaniement ministériel marqué par la sortie du ministre de la Défense, Mohamed Ould Ghazouani, candidat de la majorité à l’élection présidentielle de 2019, selon un communiqué de la Présidence de la République reçu à APA.

Le portefeuille de la Défense a été confié à Yahya Ould Hademine, ex Premier ministre et jusque là ministre d'Etat chargé de mission à la Présidence de la République, précise le communiqué.

Deux autres ministres ont changé de portefeuille : Naha Mint Hamdi Ould Mouknass et Isselmou Ould Sid El Moktar Ould Lehbib.

La première a quitté l’Education nationale et la Formation professionnelle pour devenir ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement en remplacement du second qui a, lui, atterri à l’Equipement et Transports.

Enfin, l’ex portefeuille de Mme Mouknass a été attribué à Megboula Mint Limam Ould Bourdid, précédemment directrice de cabinet du Premier ministre.

Source : Agence de Presse Africaine

 

 

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 14 Mars 2019

  • PDF

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 14 Mars 2019AMI - Le Conseil des Ministres s'est réuni le Jeudi 14 Mars 2019, sous la présidence de son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République.

Le Conseil a examiné et adopté les projets de décrets suivants :

- Projet de décret portant création d’un compte d’affectation spéciale dénommé « Fonds pour la Recherche et la Lutte contre le Cancer (FRLC) ».

- Projet de décret portant nomination du Président du Conseil d'administration de l'Ecole de Santé de Rosso

- Projet de décret modifiant le décret n° 2017-027 du 06 mars 2017, relatif à la commercialisation des produits de la Pêche destinés à l’exportation.

- Projet de décret modifiant certaines dispositions du décret n° 2001-61 portant application de l’Ordonnance n° 2001-002 du 19 avril 2001 créant l’Agence de Développement Urbain (ADU) de Nouakchott.

- Projet de décret portant nomination du Président du Conseil d'administration de l'Établissement d'Exécution des Travaux Réalisés en Matériaux Locaux (ETR ML)

- Projet de décret fixant la composition et les modalités de fonctionnement de l’Autorité de Régulation de la Publicité.

- Projet de décret portant concession définitive d’un terrain à Nouakchott au profit de l’Etat de Palestine.

- Projet de décret portant concession définitive d’un terrain agricole au Trarza au profit de Monsieur Ahmed Ould Salem.

- Projet de décret portant concession définitive d’un terrain à Nouakchott Sud au profit de la Société Mauritanienne des Industries des Fibres (MIF).

Le Ministre de la Justice a présenté une communication relative au processus d’élaboration et de mise en œuvre des recommandations acceptées du second cycle de l’Examen Périodique Universel.

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Le Ministre des Pêches et de l’Economie Maritime a présenté une communication relative au bilan des réalisations du département des Pêches et de l’Economie Maritime pour la période 2009-2018, et perspectives.

Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes :

Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation

Cabinet du Ministre:

Chargé de Mission : Abderrahmane Ould Mahfoudh Ould Khattri, Administrateur, précédemment au MIDEC

Conseiller Technique : Mohamed Ould Saleck, précédemment Wali de l'Inchiri

Administration Territoriale

Wilaya du Hodh El Gharbi

Wali : Diallo Oumar Amadou, Administrateur, précédemment Wali du Guidimakha

Wilaya du Tagant:

Wali : Mokhtar Ould Hende, Professeur.

Wilaya du Guidimakha

Wali : Mohamed Ould Mohamed Lemine Ould Bellamech, Administrateur, précédemment Wali du Hodh El Gharbi

Wilaya de l’Inchiri

Wali :Zayed El Adhane Valemou Ould Abdellahi, Administrateur, précédemment Wali de Nouakchott Nord

Wilaya de Nouakchott Nord

Wali : Diallo Amadou Samba, Administrateur, précédemment Wali du Tagant

Ministère de l'Economie et des Finances

Administration Centrale

Direction des Projets Education- Formation

Directrice: Maimouna Mint Taki

Directeur Adjoint: Mohamed Ould Bediour.

Ministère de l'Habita, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du Territoire

Cabinet du Ministre

Charge de Mission :Wele Abdoullahi

Inspecteur Général : Cheikh Youba Ould Zein

Inspecteur : Mohamed Ould Seyidi

Administration Centrale

Direction Générale de l'Habitat et de l'Urbanisme

Directeur Général: Yahya Ould Babana

Direction des Affaires Administratives et Financières

Directeur : Youssouf Ould Hmeity

Commission Nationale de Toponymie

Président: Hameyni Ould Sidi

Ministère Délégué auprès du Ministre de l'Economie et des Finances chargé du Budget

Cabinet du Ministre

Conseiller Juridique : Ba Adama Moussa

Conseiller chargé du Secteur des Assurances: Mohamed Yahya Ould Mohamed Yahya

Administration Centrale

Direction Générale des Domaines et du Patrimoine de l'Etat

Directeur Général: Souleymane Ould Haroune

Direction Générale des Impôts

Direction de l'Information, des Etudes, des Réformes Fiscales et de la Formation

Directeur Adjoint: Moulaye Mohamed Ould Lemrabott.

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

 

Le PNDD-Adil annonce son soutien à la candidature d’Ould Ghazwani

  • PDF

Le PNDD-Adil annonce son soutien à la candidature d’Ould GhazwaniTawary - Le parti Pacte national pour la démocratie et le développement (Adil) que préside, l’ancien premier-ministre mauritanien, Mr Yahya Ould Mohamed El Waghef a rendu public, tôt, ce jeudi 14 mars, un communiqué dans lequel, il annonce son soutien à l’actuel ministre de la défense nationale, Mr Mohamed Ould Ghazwani, qui s’est déclaré , le vendredi 1 mars courant, candidat à la présidentielle de juin prochain.

Selon le communiqué qui sanctionne une réunion à huis-clos, tenue, hier, mercredi 13 mars, dans les locaux du parti Adil, ce soutien est basé sur le contenu du discours du candidat qu’il a prononcé, lors de son gigantesque meeting d'investiture tenu le premier mars courant au stade Cheikh Ould Boidiya de Nouakchott.

Toujours selon les termes du communiqué, Adil précise qu’il a travaillé avec ses compagnons de lutte dans le but de s’entendre sur un candidat unique. A noter que le départ d’Adil est la première défection dans les rangs de l’opposition mauritanienne à quelques mois d’une présidentielle qui s’annonce décisive. Une élection présidentielle sans le président sortant.

Il faut rappeler que le parti PNDD-Adil était jusque-là, l’un des partis du Forum national pour la démocratie et l’Unité et membre de l’Alliance électorale de l’opposition démocratique. Il avait tissé des coalitions avec des partis des deux blocs lors des élections municipales, législatives et régionales de septembre dernier.

Le PNDD-Adil est le principal parti qui avait soutenu la candidature de l’ex-président élu démocratiquement Mr Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi dont Ould Waghef fut son second premier-ministre, après Zeine Ould Zeidane parti avec quelques membres de son équipe à la suite d’une motion de censure votée par les députés de la majorité en 2008 quelques mois avant le coup de force qui a mis fin au pouvoir d'Ould Cheikh Abdallahi.

Synthèse A.S
Source : Tawary (Mauritanie)

 

 

ADIL s’oriente vers l’annonce de son soutien au candidat Ould Ghazouani

  • PDF

ADIL s’oriente vers l’annonce de son soutien au candidat Ould GhazouaniAlakhbar - ADIL, un parti d’opposition, présidé par l’ex Premier ministre Yahya Ould Ahmed Waghef, s’oriente vers la publication imminente d’un communiqué, dans lequel, il annonce son soutien aux élections présidentielles de juin prochain, au candidat du pouvoir, en l’occurrence, le ministre de la Défense Nationale, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed Ould El Ghazouani.

Le parti motive sa décision d’une part par l’échec de l’opposition à trouver un candidat unique à ces présidentielles et d’autre part de ne plus se trouver dans l’embarras de soutenir tout candidat de ce bloc, indiquent des sources.

ADIL qui souhaitait que l’opposition aille en front uni à ces élections affirme ne pouvoir apporter son soutien à l’un de ses partis au détriment de l’autre, rapportent les sources précitées.

Traduit de l’Arabe par Cridem
Source : Alakhbar (Mauritanie)

 

Candidature unique de l’opposition : Piètre spectacle

  • PDF

Regroupant l’essentiel des partis  politiques de l’opposition, l’Alliance Electorale de l’Opposition Démocratique (AEOD) peine toujours à accoucher d’un candidat unique pour la présidentielle prochaine. Elle s’y était pourtant engagée, depuis bien longtemps, mais après des mois et des mois de gestation, ses divers camps n’arrivent toujours pas à s’entendre sur le choix d’un seul candidat. Pathétique  spectacle… Les militants de l’opposition et, même, de certains segments de la majorité escomptaient  une alternative  crédible et une alternance démocratique  qui permette, au pays, de se débarrasser du régime des kakis qui ont mis le pays sous coupe réglée, depuis 1978. Leurs aspirations semblent aujourd’hui s’estomper, à moins que les acteurs politiques de ce pôle politique essentiel à la démocratie mauritanienne, réussissent à se surpasser. Difficile cependant de s’accrocher à ce mince espoir, même si l’AEOD  a réussi, en tout cas jusque ici, à maintenir ce que d’aucuns  considèrent comme une  « unité de façade ». Contre vents et marées,  dirait un autre…

Pour se présenter à la présidentielle de 2019, avec quelque chance de succès, l’opposition avait fait le constat de l’impérieuse nécessité d’une candidature unique. Cela impliquait de s’entendre, tout d’abord, sur un programme de gouvernance. Mais, très vite, la  commission s’est focalisée sur le choix du candidat, reléguant, au second plan, le programme  commun de gouvernement. Une approche qui a semé le doute, chez nombre de leaders de l’AEOD qui se sont mis à ne plus  vendre bien cher le projet de candidature unique. Selon leur analyse, les partis politiques sans candidat possible à la présidentielle  n’accepteraient pas l’émergence de  potentiels concurrents et, traînant les pieds, joueraient sur le pourrissement, en prêchant une candidature externe.

Les faits semblent leur donner raison. Tout paraissait bien  aller, jusqu’à l’entrée en lice de l’ex- PM, Sidi Mohamed ould Boubacar. Particulièrement inattendue –  l’intéressé n’ayant jamais, c’est le moinsqu’on puisse dire, brillé dans l’opposition – cette candidature a beaucoup perturbé les plans de celle-ci et de divers de ses leaders  qui se sont battus, des années durant, contre le pouvoir en place. Ils espéraient, en briguant la magistrature suprême, sortir de l’ombre. Un légitime aboutissement, au demeurant, quelle que soit l’issue de la bataille. L’opposition n’a de sens que si elle aspire au pouvoir,  par la voie des urnes. « Comment donc  s’être si longtemps  battue, en ce sens, pour ne servir, enfin de compte et sur un plateau d’argent, le pouvoir  qu’à un intrus ? », s’est interrogé l’un des  leaders de l’opposition. Ce n’est donc pas peu de dire que l’entrée  en scène  d’Ould Boubacar a dérangé l’AEOD, même s’il a, semble-t-il, séduit certains partis de celle-ci. Dérangement puis carrément blocage des  tractations au sein de l’Alliance, les soutiens à l’ex-PM n’hésitant d’autant moins à déclarer que leur candidat aurait, croient savoir certains, l’appui d’Ould Bouamatou, le célèbre homme d’affaires et opposant d’Ould  Abdel Aziz, très influent auprès de l’opposition mauritanienne.

Père, garde-toi à droite ! Père, garde-toi à gauche !

Autre problématique, la candidature même d’Ould Ghazwani  qui pourrait, à en croire certaines confidences, compter sur le soutien d’une partie de ladite opposition.  On suspecte notamment un des grands partis de celle-cide lorgner de ce côté, avec, à la clé, un deal qui l’amènerait à contribuer à diviser  sa famille politique. Il est en tout cas certain que l’échec de l’AEOD  profiterait à Ghazwani  qui se présente  en « candidat  indépendant ».  Même si l’un des leaders dudit parti suspecté a déclaré qu’aucune rencontre n’a eu lieu avec le candidat déclaré de la majorité, de forts soupçons demeurent. Tout comme, d’ailleurs, sur la sortie du bois de l’ex-PM d’OuldTaya, logé à la même enseigne.

Une chose est certaine : les partis politiques de l’opposition  affichent et étalent leurs divergences sur la place publique, compliquant les chances de compromis  au sein de l’AEOD. Quand le vice-président de Tawassoul déclare que l’AEOD a circonscrit son choix autour de deux candidats : Ould Bettah et Ould Boubacar ; le parti  Sawab rectifie, dans  un communiqué : « Trois choix ont été déposés, lors de la dernière réunion de la coalition des partis de l’opposition ; à savoir, le député Biram Dah Abeid, maître Mahfoudh ould Bettah et, de l’extérieur de la coalition, Sidi Mohamed ould Boubacar ». Gros nuages donc sur l‘unanimité  autour  d’un candidat unique et la déclaration du RFD, affirmant qu’il n’a refusé aucun  des  candidats, révèle combien les divergences  sont profondes.

Mais, au final, le  véritable  problème de l’Alliance semble être le nerf de la guerre. Notre remarque précédente au sujet de Bouamatou le signalait déjà : les partisans de la candidature externe  expliquent  que l’opposition ne dispose pas de moyens financiers pour battre campagne et qu’elle a besoin d’un candidat assuré d’autres forces. Le pouvoir au prix de l’espoir ? Le choix d’Ould Boubacar– ou de tout autre de son acabit – pourrait bien enterrer définitivement l’espérance que l’opposition avait, jusqu’ici, réussi  à susciter. La démocratie mauritanienne ou ce qui en tient lieu en sortirait notablement altérée. Car à quels désespoirs, alors, les militants se verraient-ils abandonnés ?

DL

Source : lecalame.info (Mauritanie)

 

Présidentielle 2019 : Le RFD annoncera sa position dans les prochains jours (Source)

  • PDF

Présidentielle 2019 : Le RFD annoncera sa position dans les prochains jours (Source)Tawary - Le bureau exécutif du parti, le Rassemblement des forces démocratiques (RFD), se réunira dans les prochains jours pour statuer sur sa participation à la prochaine élection présidentielle prévue en juin de l’année en cours, a-t-on appris d’une bonne source.

Notre source a affirmé que le RFD annonce son profond regret sur l’échec des pourparlers entamés par les partis de l’opposition sur le choix d’un candidat unique.

Les interminables rencontres tenues durant les trois derniers mois d'une part entre les membres du comité chargé sur le choix d’un candidat du consensus et d'autre part entre les leaders de l'opposition et de l’Alliance électorale de l'opposition démocratique, se sont soldées par un résultat nul, a-t-il dit.

Et en ce qui concerne la position définitive du RFD à propos du scrutin présidentiel de juin 2019, elle sera annoncée par sa plus haute instance dans les prochains jours.

Source : Tawary (Mauritanie)

 

Présidentielle 2019: L'APP tâte les candidats en lice

  • PDF

Présidentielle 2019: L'APP tâte les candidats en liceMauriweb - L'Alliance populaire progressiste a mis en place un comité chargé de prendre contact avec les candidats en lice pour cette consultation.

La mise en place de ce comité intervient alors que le président du parti, Messaoud Ould Boulkher, atteint par la limite d'âge, ne peut se présenter pour la future élection de 2019. L'objectif de ce comité est rencontrer les différents protagonistes afin d'avoir les meilleures garanties avant d'annoncer le choix porté pour le soutien de l'un des protagonistes.

Pour l'heure, deux candidats seulement ont annoncé briguer le suffrage des électeurs. Il s'agit de Mohamed Ould Ghazwani, actuellement ministre de la défense, et Biram Dah Abeid, député Sawab et président de l'Ira-Mauritanie.

Notons qu'une élection présidentielle est prévue en Mauritanie en juin et pourrait consacrer une alternance pacifique au pouvoir avec l'impossibilité pour le président sortant, Mohamed Ould Abdelaziz, de briguer un troisième mandat de 5 ans.

Source : Mauriweb (Mauritanie)

 

 

Réunion extraordinaire de l’opposition après des révélations d’un dirigeant de Tewassoul

  • PDF

Réunion extraordinaire de l’opposition après des révélations d’un dirigeant de TewassoulSahara Médias - Les directions de l’alliance électorale de l’opposition a appelé vendredi soir à une réunion extraordinaire afin de s’entretenir à propos du communiqué distribué par un dirigeant du parti Tewassoul, Saleck O. Sidi Mahmoud dans lequel il avait évoqué la question du candidat unique.

Des sources propres à Sahara Medias lui ont rapporté la colère de certains dirigeants de l’opposition ayant considéré que le communiqué a été publié sans une concertation préalable avec elle, et trouve par ailleurs qu’il apportait certains détails non indispensables relatifs aux discussions lors du choix du candidat unifié pour les prochaines élections présidentielles.

Dans un communiqué publié vendredi O. Sidi Mahmoud avait révélé les débats de l’opposition sur le choix de son candidat en annonçant que deux personnes restaient en cours, Mahfoud O. Bettah président du parti CD et l’ancien premier ministre Sidi Mohamed O. Boubacar.

Ce communiqué est intervenu quelques heures après que les médias locaux annonçaient l’échec de l’opposition pour le choix d’un candidat unique aux prochaines élections présidentielles.

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

 

 

76 partis rayés de la carte politique

  • PDF

76 partis politiques mauritaniens ont perdu leur récépissé de reconnaissance, et sont  dissous de plein droit, selon un arrêté du ministre de l’intérieur notifié à leurs responsables au cours des dernières heures.

La décision de l’administration rentre dans le cadre de la mise en œuvre  de la loi 2012-024, relative  aux partis politiques.

En son article 20, alinéa 01,05 et 06, le texte cité en référence stipule « qu’un parti qui n’a pas pris à deux (2) consultations électorales locales  successives, ou n’ayant pas totalisé  plus de 1% des suffrages exprimés dans les mêmes circonstances sera, par la force de la loi,  dissous ».

La loi de 2012 a fait l’objet d’un décret d’application pris au cours de l’année 2018.

Ce sont les  élections locales de novembre/décembre 2013 et de septembre 2018 qui ont servi de baromètre à la décision de l’administration.

La démarche « vise  à rationnaliser l’espace politique pour réduire le coût de l’organisation des élections »

Cependant, certains partis politiques de l’opposition touchés par l’arrêté, ayant boycotté les élections municipales de novembre/décembre 2013, dénoncent l’arrêté du ministère de l’intérieur comme une  mesure « arbitraire ».

Sur une centaine de partis politiques ayant présenté des listes aux élections municipales de septembre 2018, une vingtaine seulement  ont réussi à dépasser la barre fatidique des 1% en plaçant des représentants dans les assemblées locales.

Source : lecalame.info (mauritanie)

 

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 07 Mars 2019

  • PDF

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 07 Mars 2019Le Conseil des Ministres s'est réuni le Jeudi 07 Mars 2019, sous la présidence de son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République.

Le Conseil a examiné et adopté les projets de décrets suivants :

- Projet de décret portant nomination du Président et des membres du Conseil d’Administration du Centre Hospitalier d’Akjoujt.

- Projet de décret modifiant et complétant certaines dispositions du décret n° 2006-126 du 04 décembre 2006 portant Statut des enseignants chercheurs universitaires et hospitalo-universitaires.

- Projet de décret portant création et organisation d’un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial dénommé « Office du Complexe Olympique » (OCO).

- Projet de décret portant concession provisoire d’un terrain dans la Wilaya de l'Inchiri au profit de la Société CHAMI BEACH.

- Projet de décret portant concession provisoire d’un terrain à Nouakchott Ouest au profit de la Télévision El Mouritaniya.

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Le Ministre des Affaires Islamiques et de l’Enseignement Originel a présenté une communication relative à l’organisation du Hajj pour l’année 1440 H /2019.

Le Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire a présenté une communication relative au bilan des réalisations du département durant la période 2009-2018.

Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes:

Ministère de la Justice

Cours Suprême

Secrétaire Général: Diallo Amadou

Ministère de l'Economie et des Finances

Administration Centrale

Direction Générale des Etudes, des Réformes et de l'Evaluation

Direction du Suivi –Evaluation

Directeur Adjoint: Mohamed Ould Mohamed Nouh Ould Cheikh Soufi.

Ministère du Pétrole, de l'Energie et des Mines

Cabinet du Ministre

Conseiller chargé du Secteur Amont des Hydrocarbures: Mohamed Lehbib Khroumbaly.

Inspection Interne

Inspecteur Général: Moustapha Salek Ould Abdellahi, Administrateur Civil.

Ministère de l'Equipement et des Transports

Cabinet du Ministre

Chargés de Missions:

- Sydaty Dey Moulay Chrif;

- Babacar Dramane Souleimane;

- Mohamed Lemine Ould Eide.

Conseiller Juridique: Lemraboutt Ould Nehah

Conseiller Technique chargé des Transports Terrestres: Mohamed Lemine Ould Cheikh Abdellahi

Conseiller Technique chargé des Infrastructures de Transport: Malick Fall

Conseiller chargé du Suivi des Stratégies: Ahmedou Saleck Ould Khlil

Inspection Interne

Inspecteur Général: Ahmed Mahmoud Ould Ahmed

Inspectrice: Fatimetou Mint M'bareck

Inspectrice: Mariem Mint Abeidrahmane

Secrétariat Général

Secrétaire Général: Sadfy Ould Sidi Mohamed Samba.

Administration Centrale

Direction Générale des Infrastructures de Transport

Directeur Général: Hamoudi Ould Mohamed Sidi

Direction des Etudes et de la Documentation

Directeur: Mohamed El Moctar Ould Sidi Ahmed

Direction du Contrôle des Travaux

Directeur: Mohamed Ould Zarough

Direction de l'Entretien Routier

Directeur: Hady Ould Senhoury

Direction Générale des Transports Terrestres

Directeur Général: Mohamed Mahmoud Ould Demba.

Directeur Général Adjoint: Mohamed Ould Mahfoudh Ould Aoubeck

Direction des Transports Terrestres

Directeur: Lemhaba Ould Sidi

Direction des Services Techniques

Directeur: Seyni N'daw.

Direction des Etudes, de la Programmation et de la Coopération

Directeur: Mohamed El Moctar Gawad

Directeur Adjoint: Ahmed Jidou Ould Sidi

Direction des Affaires Administratives et Financières

Directeur: Babah Ould Sidi Mohamed

Direction du Garage Administratif

Directeur: Mohamed Ivekou Ould Brahim Vall

Direction des entités Administratives Déconcentrées

Directeur Régional Wilaya de Dakhlet Nouadhibou: Bowba Ould Mohamed

Etablissements Publics

Société des Aéroports de Mauritanie

Directeur Général: Lam Mamadou Amadou

Source : Agence Mauritanienne d'Information

 

 

Mauritanie : dissolution des trois quarts des partis à l’approche de l’élection présidentielle

  • PDF

Le gouvernement mauritanien a fait le ménage dans le paysage politique à moins de quatre mois de la présidentielle en annonçant la dissolution des trois quarts des formations, jugées insuffisamment représentatives, sur la centaine que compte le pays.

« Sont dissous de plein droit les partis politiques ayant présenté des candidats aux élections municipales de 2013 et 2018 et qui ont obtenu moins de 1% des suffrages exprimés au premier tour de ces élections ou qui se sont abstenus de participer à ces deux consultations », indique un arrêté du ministère de l’Intérieur dont l’AFP a obtenu une copie mercredi.

Fondée sur une loi de 2012, complétée en 2018, conçue pour limiter le nombre de partis politiques et permettre un financement adéquats à leurs activités électorales suivant leur poids politique, cette décision de dissolution concerne 76 formations, n’en laissant que 28 en activité, selon la même source.

La mesure ne concerne pas les principaux acteurs de la vie politique, en pleins préparatifs pour la présidentielle qui doit avoir lieu avant le 30 juin mais dont la date n’a pas encore été fixée. Le parti au pouvoir, l’Union pour la République (UPR), a choisi le weekend dernier comme candidat le ministre de la Défense, l’ex-général Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed, dit « Ould Ghazouani », un proche de l’actuel président Mohamed Ould Abdel Aziz.

M. Aziz, qui selon la Constitution n’a pas le droit de briguer un troisième mandat, pourrait continuer à peser sur la vie politique, comme il en exprimé la volonté, en reprenant la direction de l’UPR après le scrutin, a confié samedi à l’AFP un dirigeant du parti majoritaire lors du congrès d’approbation de la candidature de M. Ould Ghazouani.

L’opposition avance pour sa part en ordre dispersé. Alors que le député et militant antiesclavagiste Biram Ould Dah Abeid a déjà affiché sa volonté d’être candidat, les pourparlers en cours au sein du reste de l’opposition pour dégager une candidature « unique » semblent dans l’impasse.

« Nous continuons à travailler sur cette option, même si l’on sait combien ce sera difficile », a confié le weekend dernier un des dirigeants de la plateforme de l’opposition, Moussa Fall. « Il sera pratiquement impossible de désigner un candidat interne aux partis qui la constituent, tant les divergences d’ordre idéologique sont profondes. On peut dans le meilleurs des cas s’entendre sur le soutien d’un candidat indépendant, ou bien chacun fera cavalier seul », a-t-il regretté.

Source : jeuneafrique.com

 

Précampagne en Mauritanie : Ghazouani séduit, l’opposition divisée

  • PDF

Précampagne en Mauritanie : Ghazouani séduit, l’opposition divisée Jeune Afrique - Alors qu'en prononçant un premier discours très consensuel, Mohamed Ould Ghazouani, le dauphin du président Aziz pour l'élection du 23 juin, semble avoir séduit certains membres de l'opposition, cette dernière peine à s'entendre sur les noms de ses candidats.

En annonçant sa candidature devant plusieurs milliers de personnes, le 1er mars au stade Cheikha Ould Boïdya de Nouakchott, sans faire une seule allusion au parti majoritaire de l’Union pour la République (UPR), le général Ghazouani, ministre de la Défense, a donné une tournure inédite à son début de campagne en se présentant au-dessus des partis, des tribus, des castes et des clans qui composent la Mauritanie.

Il l’a confirmé dans son discours, en déclarant que les présidents mauritaniens successifs n’avaient ni vraiment raté ni complètement réussi leur mandat, mais qu’ils avaient tous apporté leur pierre à la construction d’un État fort, car « animés de bonne foi et d’esprit patriotique ». Il n’a pas manqué de rendre un hommage appuyé aux « grandes réalisations » du président sortant, Mohamed Ould Abdelaziz, son frère d’armes qui l’a persuadé de se présenter.

Des chances pour « toutes les composantes »

Affirmant qu’il n’est « pas le meilleur » pour cela, il s’est engagé à « traiter les dysfonctionnements » et à « combler les insuffisances quelles qu’elles soient ». Parmi la liste de ses priorités, on remarquera « la multiplication des chances pour toutes les composantes de notre cher peuple », et l’allusion à une discrimination positive à mettre en place en faveur des Haratines – Maures noirs – et des Négro-Mauritaniens, qui s’estiment marginalisés par les Beidanes – Maures blancs.

La réforme de l’Éducation nationale et la promotion de la femme promises rappellent les mesures prises par Ghazouani pour l’armée


L’essor économique « dans le respect des équilibres macro-économiques » renforcera « davantage la transition vers une économie productive » capable de créer des emplois, a affirmé Ghazouani. L’attention portée, dans son programme, à la réforme de l’Éducation nationale et à la promotion de la femme, rappellent par ailleurs la création par l’ancien chef d’état-major d’écoles militaires d’excellence pour former les futurs officiers, et son souhait que les femmes prennent une plus grande place dans l’armée.

L’homme de « la transition vers l’alternance » ?

Les mots, le ton et l’argumentaire diffèrent de ceux du président Aziz, au point que certains commentateurs y ont vu le germe d’une brouille entre les deux hommes. D’autres estiment que, par tempérament, le général « ratisse » spontanément plus large que le président. « Il nous a tendu la main ; il est moins agressif. Il a marginalisé le parti majoritaire, constate un membre important de l’opposition. J’entends plusieurs de mes amis se demander s’il n’est pas l’homme capable de réussir, sans fragiliser nos institutions, une transition vers l’alternance que nous souhaitons. »

La « transhumance » politique en faveur du général semble avoir commencé. Le Rassemblement pour la démocratie et l’unité (RDU) hostile au président Aziz le soutient. Moctar Ould Mohamed Moussa, un cadre du parti islamiste Tawassoul, et Mohamed Mahmoud Ould Weddady, vice-président du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), ont démissionné pour appuyer la candidature Ghazouani.

Deux camps dans l’opposition radicale, Biram décidé

L’opposition dite radicale, elle, peine à trouver un candidat commun. Deux positions s’y affrontent. Celle qui, avec Tawassoul, souhaite choisir le candidat parmi des personnalités indépendantes. De ce côté, c’est le nom de Sidi Mohamed Ould Boubacar, un ancien Premier ministre du temps du président Taya, qui arrive en tête.

L’autre camp veut que le candidat de l’opposition soit issu d’un des partis qui composent l’Alliance électorale des partis d’opposition. Là, c’est le nom de Mohamed Ould Maouloud, président de l’Union des forces de progrès (UFP), qui émerge.

Tandis que quatre partis discutent d’une candidature de Samba Thiam (FPC), un seul ne tergiverse pas : Biram Dah Abeid


Tandis que quatre partis (MR, AJD/MR, PLEJ et FPC) discutent d’une candidature de Samba Thiam (FPC), un seul ne tergiverse pas : Biram Dah Abeid, le patron de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA). Depuis des mois, il a annoncé sa candidature pour combattre l’esclavage qu’il estime toujours vivace dans son pays, pour défendre la communauté des Haratines et pour chasser la majorité au pouvoir, selon lui « prédatrice ».

Il a réagi à l’annonce de la candidature Ghazouani avec sa pugnacité habituelle : « Voter pour Ghazouani, c’est faire table rase des crimes économiques, crimes d’esclavage et crimes contre l’humanité. C’est voter pour dix années supplémentaires d’une gouvernance de Mohamed Ould Abdelaziz et sa haine viscérale contre ses opposants », a-t-il déclaré.

Source : Jeune Afrique

 

Pantoise, l’opposition cherche un étalon de course

  • PDF

Pantoise, l’opposition cherche un étalon de course Depuis la renonciation par Mohamed Ould Abdel Aziz de briguer un troisième mandat l’opposition est la recherche d’un pur-sang capable de se jeter dans la course à l’élection présidentielle prévue dans le mois de juin prochain.

Mais le casse-tête qui semble laisser cette opposition pantoise vient de la candidature d’un homme de main du président sortant qui puise ses soutiens sur tous les bords politiques. Ould Ghazouani se propose d’être « un candidat rassembleur » qui surfe sur les sensibilités sociales pour réparer les inégalités et régler les passifs.

C’est du moins ce qui apparait dans son discours d’investiture. Le challenge est de taille pour les forces de l’opposition qui tentent racoler les morceaux pour faire un bloc solide contre les manœuvres du système politico-militaire.

Le défi est grand et les moyens à mettre en œuvre énormes pour affaiblir la force de frappe d’un Ghazouani qui ne lésinera pas sur les moyens pour s’imposer comme le prochain locataire du palais gris.

D’ailleurs le Général a aligné son arsenal de guerre `pour conquérir un palais tant convoité. Qui pourrait l’arrêter ? En tout cas la surprise ne viendra pas d’un peuple toujours abonné aux méthodes peu vertueuses pour aspirer à un changement par le peuple et pour peuple. Le temps est loin de jouer en faveur des autres candidats déclarés ou non à moins de quatre mois de l’échéance cruciale. Le coup d’envoi est donc lancé dans le camp du pouvoir qui a déjà lâché son oiseau dans un ciel politique très dégagé.

L’opposition qui n’a pas fini d’abattre ses cartes cherche désespérément son joker. Face à ce défi que constitue le dauphin du président sortant, la candidature de Biram Dah Ould Abeid semble représenter le premier poids porté sur la balance en attendant que d’autres prétendants se manifestent.

Source : Le Rénovateur Quotidien (Mauritanie)