Sun10172021

Last update09:23:53 AM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers en Mauritanie

Politique en Mauritanie

Le président de la république : «Le secteur du BTP est un pilier de la croissance économique»

  • PDF

Le président de la république : «Le secteur du BTP est un pilier de la croissance économique»Sahara Médias - Dans son discours ce lundi à l’ouverture des travaux des états généraux du secteur des bâtiments et des travaux publics a évoqué trois axes essentiels, la situation du secteur, son importance et son avenir, la situation des prix et les mesures prises dans ce domaine et enfin la concertation entre les acteurs politiques du pays.

A propos du premier point le président Mohamed O. Cheikh Ghazouani a dit que ce secteur est l’un des piliers de la croissance économique, car il apporte une contribution significative au produit intérieur brut, à la création d’emplois, à l’attractivité d’investissement, au soutien des capacités de production ainsi qu’à la construction d’infrastructures soutenant les services de base.

Le secteur joue un rôle de premier plan dans la réalisation de notre objectif central, vers lequel nos différentes politiques publiques sont orientées, à savoir l’amélioration des conditions de vie des citoyens et le renforcement de leur résilience face aux différentes crises.

A propos du deuxième point le président Ghazouani a révélé la création d’un mécanisme national d’importation des marchandises et produits de base, et de les fournir au citoyen à des prix abordables, loin de la spéculation, pour être un outil régulateur et un facteur de stabilisation pour le marché. Enfin s’agissant du troisième point, le chef de l’état a appelé à se concerter et profiter des expériences de chacun.

« Une démarche créative, que nous adoptons régulièrement dans notre approche de gestion des affaires publiques, comme en témoignent les prochaines concertations nationales, qui n’excluront personne et n’interdiront pas un sujet afin d’aboutir ensemble aux meilleures solutions possibles face aux divers défis.

Source : Sahara Médias

Le ministre de l'Habitat supervise l'opération de tirage du nouveau plan directeur de Nouakchott

  • PDF

Le ministre de l'Habitat supervise l'opération de tirage du nouveau plan directeur de NouakchottAMI - Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du Territoire, M. Sid'Ahmed Ould Mohamed, a supervisé, lundi à Nouakchott, le lancement du tirage du nouveau plan directeur de Nouakchott.

Le ministre a suivi des présentations faites les responsables concernés sur l'importance de ce nouveau plan qui vise essentiellement à sécuriser la propriété des lots de terrain par les populations.

Dans un mot prononcé pour la circonstance, le ministre a indiqué qu'il a tenu à superviser le lancement des opérations de tirage du nouveau plan directeur de Nouakchott adopté il y a quelques semaines, par le conseil des ministres dans le cadre des efforts pour améliorer constamment les services destinés aux populations.

En effet, il est désormais possible pour quiconque désire une copie légalisée du nouveau plan directeur de l'obtenir après la fourniture de sa carte d'identité et un permis d'occuper.

Il a ajouté que ce plan est de nature à faciliter les choses pour les populations, en soulignant que sa première étape est son tirage et que très prochainement, le cachet et la signature seront disponibles électroniquement.

Il a enfin noté que le plan facilitera l'accès à certains services gouvernementaux , comme le ministère des Finances, et les services techniques comme la SNDE.

Source : AMI

Ramtane Lamamra : « nous préparons un sommet entre les présidents mauritanien et algérien »

  • PDF

Ramtane Lamamra : « nous préparons un sommet entre les présidents mauritanien et algérien »Sahara Médias - Le ministre algérien des affaires étrangères Ramtane Lamamra a révélé mardi qu’un prochain sommet réunira les présidents mauritanien et algérien sans en fixer la date.

Dans une déclaration faite après l’audience que lui a accordé le président Ghazouani, le ministre algérien a déclaré « nous avons bon espoir que ce sommet se tiendra après les préparatifs nécessaires à sa réussite et permet d’ouvrir des perspectives prometteuses pour les deux pays et la sous-région ».

Le chef de la diplomatie algérienne a ajouté qu’il a remis un message du président Teboune à son frère le président Ghazouani, un message qui a trait aux excellentes relations unissant les deux pays frères, soulignant qu’il s’inscrit également dans le cadre des consultations entre les deux Présidents et les deux gouvernements.

Le ministre algérien des affaires étrangères était arrivé mardi pour une visite de deux jours en Mauritanie et également émissaire du président algérien auprès de son homologue mauritanien.

Le chef de la diplomatie algérienne a rencontré le premier ministre Mohamed O. Bilal et le ministre mauritanien des affaires étrangères, Ismael ould Cheikh Ahmed.

Source : Sahara Médias

Ramtane Lamamra, chef de la diplomatie algérienne : les algériens et mauritaniens partagent le même destin

  • PDF

Ramtane Lamamra, chef de la diplomatie algérienne : les algériens et mauritaniens partagent le même destinAMI - Le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a reçu, mardi en audience, au palais présidentiel, le ministre algérien des Affaires étrangères, M. Ramdane Lamamra envoyé spécial de Son Excellence Abdelmajid Tebboune, Président de la République algérienne démocratique et populaire.

A sa sortie d’audience, l’envoyé spécial a déclaré à l’AMI, qu’il a été honoré par l’audience que lui a accordée le Président de la République à qui il a transmis un message de son frère le Président algérien, ses salutations et ses meilleurs vœux.

M. Ramdane Lamamra a précisé que le message a trait aux excellentes relations unissant les deux pays frères, soulignant qu’il s’inscrit également dans le cadre des consultations entre les deux Présidents et les deux gouvernements.

Le ministre algérien des Affaires étrangères a fait remarquer qu’il y a des perspectives dans le domaine du développement d’un partenariat stratégique poussé de l’avant par la ferme conviction des dirigeants des deux pays. Il a ajouté que les peuples algérien et mauritanien, qui partagent un même destin, ont le devoir de déployer tous les efforts pour assurer un développement solidaire et les perspectives d’un avenir prometteur pour les générations présentes et futures.

L’envoyé spécial algérien a noté que le destin commun des deux peuples s’inscrit naturellement dans un cadre régional et international marqué par beaucoup d’énormes défis et dangers qui imposent des convictions et des engagements partagés permettant de faire évoluer une vision d’avenir commune afin de défendre les principes des deux pays, leurs intérêts, ceux des générations futures et de la zone à laquelle ils appartiennent.

"Nous avons des occasions qui vont se répéter dans l’avenir à commencer par ma rencontre avec le respecté ministre des Affaires étrangères et de la coopération suivi d’un sommet qui regroupera les Présidents des deux pays et nous avons bon espoir que ce sommet se tiendra après les préparatifs nécessaires à sa réussite et permettant d’ouvrir des perspectives prometteuses pour les deux pays et la sous-région", a conclu M. Ramdane Lamamra.

L’audience s’est déroulée en présence de MM :

-Ismail Ould Cheikh Ahmed, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur

-Mohamed Ahmed Ould Mohamed Lemine, directeur de cabinet du Président de la Répulique

-Mohamed Lemine Ould Abey Ould Cheikh El Hadrami, chargé de mission à la Présidence de la République

-Nourdine Khandoudi, ambassadeur d’Algérie en Mauritanie

-Boujema Dlimi, ambassadeur, envoyé spécial

-El Arbawi Mohamed Nedhir, ambassadeur, envoyé spécial

Source : AMI

Saadi Kadhafi, fils de l’ex-dirigeant libyen, libéré de prison

  • PDF

Saadi Kadhafi, fils de l’ex-dirigeant libyen, libéré de prisonLe Monde Afrique - Il avait fui au Niger au moment du renversement de son père avant d’être été extradé vers la Libye en 2014. Il était depuis lors en détention à Tripoli.

Libre. Saadi Kadhafi, fils de l’ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, détenu dans la capitale, Tripoli, depuis 2014, est sorti de prison. « Saadi Mouammar Kadhafi a été libéré, en exécution d’une décision de justice » rendue il y a plusieurs années, a affirmé dimanche 5 septembre, à l’Agence France-Presse (AFP) une source du ministère de la justice sans préciser s’il était encore en Libye.

De nombreux médias locaux ont indiqué ce dimanche soir que Saadi Kadhafi avait déjà quitté le territoire libyen sur un vol en direction de la Turquie.

« Libre de rester ou de partir »

Interrogée par l’AFP, une source du bureau du procureur général a affirmé que le fils Kadhafi avait été libéré sur recommandation du procureur. « Le procureur général avait demandé, il y a plusieurs mois, l’exécution de la décision relative à la libération de Saadi Kadhafi dès que toutes les conditions requises auraient été satisfaites », a-t-elle affirmé, rappelant qu’il était « libre de rester ou de partir ».

Saadi Kadhafi, 47 ans, qui avait fui au Niger au moment du renversement de son père, a été extradé vers la Libye le 6 mars 2014. Il a été jugé et acquitté en avril 2018 par la cour d’appel de Tripoli du meurtre, en 2005, d’un ancien entraîneur du club de football Al-Ittihad de Tripoli, Bachir Rayani. Il devait également être jugé pour son implication présumée dans la répression meurtrière de la révolte ayant mis fin au régime de son père Mouammar Kadhafi en 2011.

Depuis, la Libye a sombré dans le chaos, marqué ces dernières années par l’existence de pouvoirs rivaux dans l’Est et l’Ouest sur fond d’ingérences étrangères. Malgré l’arrêt des combats en 2020 et la conclusion d’une trêve, suivis de mois de négociations pour trouver une solution au conflit, les divisions ont rapidement refait surface, et la tenue des élections devient de plus en plus hypothétique en l’absence d’un cadre constitutionnel censé les régir.

Un autre fils de Mouammar Kadhafi, Saïf Al-Islam Kadhafi, a donné en juillet une interview au New York Times après quatre ans de silence. Il y déclare son intention d’être candidat à l’élection présidentielle prévue fin décembre dans son pays.

Le Monde avec AFP et Reuters

Une délégation militaire mauritanienne en visite en Arabie Saoudite

  • PDF

Une délégation militaire mauritanienne en visite en Arabie SaouditeSahara Médias - Le général de division Mohamed Bamba Meguett, chef d’état-major général des armées mauritaniennes s’est rendu en Arabie Saoudite, à la tête d’une importante délégation militaire à l’invitation de son homologue saoudien, selon le site électronique de l’armée.

La même source ajoute que cette visite s’inscrit dans le cadre des relations de coopération militaire bilatérale entre les armées des deux pays frères.

Au cours de ce voyage, le chef d’état-major général des armées est accompagné du directeur du matériel le général Mohamed Vall Takiyoullah Raïss, le chef du troisième bureau le contre-amiral Ahmed Seyid Ben Awf, le directeur de cabinet du chef d’état-major général des armées le colonel Hamoud Mohamed Hamady, le directeur de l’école d’état-major le colonel Sidi Mohamed O. Hamady et le conseiller du chef d’état-major général des armées Mohamed El Moustapha Sekhawi.

Source : Sahara Médias

Une délégation militaire mauritanienne en visite en Arabie Saoudite

  • PDF

Une délégation militaire mauritanienne en visite en Arabie SaouditeSahara Médias - Le général de division Mohamed Bamba Meguett, chef d’état-major général des armées mauritaniennes s’est rendu en Arabie Saoudite, à la tête d’une importante délégation militaire à l’invitation de son homologue saoudien, selon le site électronique de l’armée.

La même source ajoute que cette visite s’inscrit dans le cadre des relations de coopération militaire bilatérale entre les armées des deux pays frères.

Au cours de ce voyage, le chef d’état-major général des armées est accompagné du directeur du matériel le général Mohamed Vall Takiyoullah Raïss, le chef du troisième bureau le contre-amiral Ahmed Seyid Ben Awf, le directeur de cabinet du chef d’état-major général des armées le colonel Hamoud Mohamed Hamady, le directeur de l’école d’état-major le colonel Sidi Mohamed O. Hamady et le conseiller du chef d’état-major général des armées Mohamed El Moustapha Sekhawi.

Source : Sahara Médias

L'armée américaine a quitté l'Afghanistan après 20 ans d'occupation

  • PDF

L'armée américaine a quitté l'Afghanistan après 20 ans d'occupationEuronews - Les derniers soldats américains ont quitté l'Afghanistan, a annoncé le Pentagone ce lundi soir, laissant le pays aux mains des talibans, leurs ennemis de 20 ans, au terme de la plus longue guerre de l'histoire des Etats-Unis.

"Le dernier avion C-17 a décollé de l'aéroport de Kaboul le 30 août" à 19H29 GMT, a déclaré le général Kenneth McKenzie qui dirige le commandement central dont dépend l'Afghanistan lors d'une conférence de presse.

"Si les évacuations militaires sont terminées, la mission diplomatique pour s'assurer que davantage de citoyens américains et d'Afghans éligibles voulant partir, continue", a ajouté le général américain.

Ce chapitre de l'histoire militaire restera probablement dans les mémoires pour ses échecs colossaux, ses promesses non tenues et une sortie finale frénétique qui a coûté la vie à plus de 180 Afghans et 13 membres des services américains.

Les dernières heures de l'évacuation ont été dantesques : les troupes américaines ont dû s'atteler à la tâche colossale de faire monter les derniers évacués dans les avions tout en se débarrassant d'une partie de leur équipement, alors même que les soldats vivaient sous la menace qui s'est concrétisée en deux attaques de la filiale afghane du groupe État islamique.

Depuis le 14 août, sur une période de 18 jours, les avions des Etats-Unis et leurs alliés ont évacué plus de 123 000 civils de l'aéroport international Hami Karzai.

Ce lundi, des roquettes ont été tirées à Kaboul lors d'une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique. Ces roquettes ont été interceptées par le système de défense anti-missile de l'aéroport.

Qu'adviendra-t-il désormais de ceux qui voulaient fuir l'Afghanistan, mais qui n'ont pu trouver de place dans un vol d'évacuation ?

"Nous voulons que les Afghans n'aient pas peur", affirme un porte-parole taliban Les talibans ont promis de laisser partir tous les étrangers et ressortissants afghans disposant d'un permis de s'installer ailleurs, même après mardi.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté ce lundi une résolution gravant dans le marbre les "engagements" des talibans sur le départ "sûr" de ceux qui veulent quitter l'Afghanistan.

Par Olivier Peguy avec AFP, AP

 

La Mauritanie, médiatrice dans la crise Maroc-Algérie

  • PDF

La Mauritanie, médiatrice dans la crise Maroc-AlgérieBladi- - Le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Ismail Ould Cheikh Ahmed, a assuré que son pays « travaille sereinement » pour apaiser les tensions entre l’Algérie et le Maroc après la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays.

« Nous travaillons sereinement selon les exigences de la diplomatie », a déclaré le ministre lors d’un point de presse à Nouakchott, ajoutant que ces questions doivent être traitées avec « un haut niveau de confidentialité si l’on veut réussir ».

« C’est un différend qui dure depuis des années », a expliqué le ministre mauritanien, qui souligne que cette crise affecte également la Mauritanie et tous les pays membres de l’Union du Maghreb arabe (UMA).

« L’organisation de l’UMA est paralysée par le problème » entre Alger et Rabat, a aussi déploré le responsable politique.

L’Algérie a rompu mardi ses relations diplomatiques avec le Maroc en raison d’actes hostiles que le royaume mènerait contre elle. De son côté, le Maroc a pris acte de la décision de l’Algérie.

« Le Maroc privilégie les intérêts supérieurs des peuples du Maghreb en général et des peuples marocain et algérien en particulier », a déclaré le chef du gouvernement marocain, Saâdeddine El Othmani à Maghrebvoices, un média du gouvernement des États-Unis.

A.P.

Crise Algérie-Maroc : Ould Ghazouani joue la carte de la discrétion entre Alger et Rabat

  • PDF

Crise Algérie-Maroc : Ould Ghazouani joue la carte de la discrétion entre Alger et RabatKassataya - Alors que la presse marocaine se déchaîne contre l’Algérie après sa rupture diplomatique avec Rabat, les autorités de Nouakchott se montrent plus discrètes pour tenter de relancer l’Union du Maghreb arabe chère au président Ould Ghazouani.

Incontestablement la Mauritanie est un des maillons importants de l’Union du Maghreb arabe, créée en 89 pour l’intégration des peuples algériens, marocains, tunisiens, libyens et mauritaniens. Mais également pour assainir les relations algéro-marocaines très tendues par le conflit du Sahara occidental depuis 1976.

La Mauritanie qui était partie prenante avec l’ accord de Madrid en 75 qui stipulait le retrait espagnol du Sahara occidental marocain et la partition du territoire ex-Sahara espagnol entre le Maroc et la Mauritanie laquelle s’est retirée en 1978 à la suite du coup d’Etat militaire. Et depuis, Nouakchott mise sur une neutralité entre Alger et Rabat pour ne pas se faire des ennemis.

Une position plus clairement prononcée par Ould Ghazouani qui a réussi après deux ans de gouvernance à établir d’excellentes relations avec l’Algérie et le Maroc au point de faire des jaloux dans l’UMA à laquelle le président mauritanien tient à faire renaître de ses cendres.

Cette nouvelle crise diplomatique entre Alger et Rabat est une occasion pour Nouakchott de faire jouer sa diplomatie discrète pour réconcilier les deux pays amis unis par l’histoire et la géopolitique maghrébine. Le chef de la diplomatie mauritanienne est monté au créneau à Nouakchott pour tracer les contours d’une diplomatie prudente en faveur de l’UMA.

Chérif Kane

 

Froid entre Alger et Rabat : Nouakchott ne restera pas les bras croisés

  • PDF

Froid entre Alger et Rabat : Nouakchott ne restera pas les bras croisésEssahraa - La Mauritanie est préoccupée par le dossier des relations diplomatiques entre le Maroc et l'Algérie, et ne restera pas les bras croisés face à cette situation, a affirmé, le jeudi 26 aout courant, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur Ismail Ould Cheikh Ahmed.

Interagir avec ce type de dossiers sensibles nécessite beaucoup de discrétion, a ajouté le Chef de la Diplomatie mauritanienne.

Le ministre a tenu ces propos au cours d’une conférence de presse, révélant l’ambition de la Mauritanie de reconstruire à nouveau le Maghreb arabe et à mettre fin à la crise diplomatique entre le Maroc et l'Algérie.

L'Algérie avait annoncé, mardi passé, la rupture de ses relations diplomatiques avec le Maroc, rappelle-t-on.

https://essahraa.net

 

Mauritanie : Le Polisario et l’Algérie encourageraient une scission du nord du pays ?

  • PDF

Mauritanie : Le Polisario et l’Algérie encourageraient une scission du nord du pays ? Yabiladi - En Mauritanie, Messaoud Ould Boulkheir, une des voix les plus influentes au pays durant la dernière décennie, a alerté d’un projet ourdit par l’Algérie et le Polisario visant à encourager la scission du nord du pays.

«J'ai fait part au président Ould El Ghazouani de ma préoccupation que la dernière démonstration de force de l'Algérie, ainsi que ce qui s'est passé au passage d’El Guerguerate il y a des mois, puissent pousser certains d'entre eux (de la région du nord, ndlr) à saisir cette opportunité, coopérer avec les Algériens et les Sahraouis et annoncer la scission du nord de la Mauritanie», a indiqué, dans des déclarations à la presse, reprises par le site Anbaa l'homme politique qui assure la présidence de l’Alliance populaire progressiste (APP), gauche panarabiste, et du Conseil économique et social.

«Les gens du nord disent depuis quelque temps qu'ils en ont marre de porter la Mauritanie sur leur dos, et qu'ils veulent être une nation à part entière, et je lui (le président Ghazouani, ndlr) ai assuré que beaucoup de choses ont été dites à ce sujet.»

Des jeunes du nord de la Mauritanie avaient combattu dans les rangs du Polisario

Des groupes de jeunes originaires du nord de la Mauritanie réclament, en effet, de bénéficier des ressources minières de la région, notamment l’or et le fer. Par le passé, le Polisario avait accueilli dans ses rangs des résidents de Zouerate et ses environs. M’hamed Khaddad, décédé en avril 2020, était l’un deux.

Son père était le secrétaire fédéral du Parti du Peuple à la wilaya de Zouerate, parti fondé par le premier président du pays Mokhart Ould Daddah (1960-1978). Néanmoins d’autres n’avaient pas eu pas la même chance. Accusés d’être des «espions» du Maroc, ils ont disparu ou ont passé des années dans les prisons du Polisario.

Ould Boulkheir a révélé qu'il a fait part de ses préoccupations lors d’une récente réunion avec le chef de l’Etat mauritanien, au cours de laquelle il a plaidé pour l’organisation d’un «dialogue national», seule solution à même de permettre à son pays de «faire face aux défis avant qu’il ne soit trop tard», rapporte la même publication.

Une revendication ayant eu l’adhésion de six partis de l’opposition mauritanienne, lors d’une réunion organisée le 16 août à Nouakchott. «En organisant un dialogue politique qui aborde toutes les questions, y compris la question de la disparition de la Mauritanie, j'ai recommandé que tout le monde y participe sans exclusion», a-t-il expliqué.

En décembre 2009, Messaoud Ould Boulkheir, alors président de la Chambre des représentants, tenait d’autres propos. Il avait condamné les éloges de l’ambassadeur de son pays à Rabat, Ould Mohamed Khouna, à la politique marocaine au Sahara.

Il avait mis en garde l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz contre les conséquences de l’abandon «de la neutralité» de son pays sur la question du Sahara occidental, estimant que l'alignement sur la position du royaume «porterait atteinte à l’existence même de l’Etat mauritanien et signifierait l’entrée en confrontation avec le Polisario», soit une éventualité à laquelle la Mauritanie n'était «pas préparée».

Avant de signer les accords d’Alger d’août 1979, l’armée mauritanienne étaient en guerre contre le Polisario.

Mohammed Jaabouk

 

Ministère de l’hydraulique et de l’assainissement : 41 citernes pour évacuer les eaux de pluie

  • PDF

Ministère de l’hydraulique et de l’assainissement : 41 citernes pour évacuer les eaux de pluieSahara Médias - Le ministère mauritanien de l’hydraulique et de l’assainissement a annoncé la mobilisation de 41 citernes pour l’évacuation des eaux de pluie dans toutes les wilayas du pays, dans le cadre du programme d’urgence élaboré pour la période de l’hivernage.


Le ministère a ajouté qu’elle a mis en place un plan prévisionnel de décentralisation qui prévoit la création de quatre nouveaux pôles pour l’intervention des services concernés du ministère.

L’office national chargé de l’assainissement a réparti les wilayas du pays en quatre pôles doté chacun d’eux d’un certain nombre de citernes en fonction du nombre de wilayas.

Pôles des deux Hodh et de l’Assaba : 8 citernes

Pôle du Gorgol, du Guidimakha : 4 citernes

Pôles du Brakna et du Tagant : 4 citernes

Pôles de l’Adrar, de l’Inchiri et du Tiris Zemour : 4 citernes.

Au niveau de Nouakchott le ministère a mis à la disposition des trois wilayas de Nouakchott 7 citernes chacune, tandis que le réseau d’assainissement connaîtra, à la fin de mois d’août une nouvelle extension de 7 kilomètres réparties au niveau des trois wilayas de la capitale.

Pour appuyer ces efforts déployés, le ministère a révélé que ses services ont entamé le curage des réseaux d’assainissement et les canaux d’évacuation des eaux dans plusieurs communes dont les plus récentes sont celles d’Atar et de l’Inchiri alors qu’ont été entamés les travaux de réhabilitation des retenues d’eau au niveau de Kaédi et Aleg.

Au niveau de Rosso le ministère a annoncé avoir mis en place un plan en vertu duquel les quartiers ne disposant pas de réseaux d’assainissement ont été dotés de puissantes motopompes pouvant évacuer entre 150 et 300 M3/heure.

D’ores et déjà 3 parmi les 9 motopompes prévues ont été installées, en plus de l’opération de nettoyage et de curage des canaux destinés à évacuer les eaux qui a déjà commencé.

Source : Sahara Médias

Le gouvernement s’apprête à adopter « l’uniforme scolaire » obligatoire

  • PDF

Le gouvernement s’apprête à adopter « l’uniforme scolaire » obligatoireAdrar Info - Le ministre de l’Éducation, Maa El-ainine Ould Eyih, a déclaré que le secteur s’emploie à adopter une nouvelle gouvernance dans le domaine de l’éducation, qui comprend les uniformes scolaires obligatoires, la rationalisation de la cartographie scolaire, le développement des infrastructures, la fourniture de manuels et le lancement d’un projet visant à valoriser la profession de l’enseignant aux fins de résoudre les problèmes soulevés par les enseignants, notamment le problème des prestataires de services éducatifs, en organisant un concours conforme à la loi sur la fonction publique.

Le ministre a fait cette déclaration mercredi en commentant un projet qu’il a soumis au Conseil des ministres concernant les préparatifs de l’ouverture de l’année scolaire.

Le ministre a énuméré ce qui avait été accompli dans le domaine des infrastructures, indiquant que 2 000 classes scolaires avaient été construites, dont 1 000 avaient été réceptionnées à ce jour, en plus de la modernisation d’un système d’information pour la gestion du secteur.

Il a indiqué que le ministère est en train de lancer une consultation pour un nouveau système d’éducation après son élaboration.

Le ministre a reconnu qu’il existe des lacunes – malgré ce qui a été réalisé – résultant d’accumulations antérieures, telles que l’absence d’une politique scolaire et la nécessité de restaurer et de réhabiliter de nombreuses écoles, soulignant que des travaux sont en cours pour résoudre ces problèmes dès que possible.

Source :https://mourassiloun.com/node/19925

Traduit par adrar info

Mauritanie: création d’un comité préparatoire de consultation avec les partis politiques

  • PDF

Senalioune - En Mauritanie, le ministre de la Culture et porte-parole du gouvernement, Mokhtar Ould Dahi, a annoncé qu’un comité préparatoire à la consultation sera constitué dans un délai maximum de 45 jours.

Le porte-parole du gouvernement a ajouté que les consultations incluront des questions nationales déterminés par les forces politiques.

Il a souligné que le président de la République, Mohamed Ould Ghazwani, salue ce sur quoi la classe politique s’est mise d’accord, notant que les rencontres qu’il a tenue récemment avec les forces politiques s’inscrivent dans le cadre de la préparation de cette consultation.

Ould Dahi a déclaré que le gouvernement était surpris des propos du leader d’APP, Messoud Ould Boulkheir, appelant le président à démissionner mais souligne que Messoud reste une personne sage et que le pays peut compter sur son expérience.

Par Moustapha Sidiya

Arrivée du président Ghazouani à Djeddah

  • PDF

Le président Ghazouani réaffirme son soutien à la concertation et demande à tous d’y participer

Essahraa - Le président Mohamed Ould Cheikh Ghazouani est arrivé le jeudi matin 19 aout courant à Djeddah, d’où il se rendra à La Mecque Al-Mukarramah pour effectuer les rites de la Omra.

Le président Ould Cheikh Ghazouani a été accueilli à son arrivée à l'aéroport international du Roi Abdel Aziz par le prince Badr bin Sultan bin Abdel Aziz, vice-gouverneur de la région de La Mecque, le maire de Djeddah, M. Saleh bin Ali Al-Turki, et le directeur général de la police de La Mecque, Saleh ben Awad Al-Jabri.

Sourcd : Essahraa.net

 

Dialogue: La sortie de certains partis de l'opposition a-t-elle accéléré les choses?

  • PDF

Dialogue: La sortie de certains  partis de l'opposition a-t-elle accéléré  les choses?Le Calame - Au lendemain d'une sortie musclée de coalitions et de partis politiques de l'opposition, le président de la République a convié les partis politiques représentés à l’assemblée nationale à une réunion de concertation au palais.


Ce conclave viserait à préparer les concertations nationales dont le lancement a été annoncé pour imminent. Au cours de leur conférence de presse ce lundi 16 aout, les coalitions et partis politiques de l'opposition ont rejeté le refus du président de tenir un dialogue politique inclusif, préférant plutot parler de "concertations".

Selon diverses sources, cette sortie du nouveau front a agité le palais qui a décidé de booster le processus de concertations.

Selon nos sources, aussitôt après la conférence de presse de l'opposition, le president de l'UPR a pris contact avec le président Messaoud et le président Mohamed Mahmoud Ould Seyidi de Tawassoul pour leur demander de participer à la rencontre des partis représentés à l'assemblee nationale, ce qu'ils ont décliné. Tawassoul et AJD/MR s'étaient d'ailleurs retirés de la coalition des partis représentés à l'assemblee nationale, depuis quelques mois.

Selon nos confrères de Saharamedias, le président a laissé entendre qu'il va rencontrer les autres partis politiques de la place pour débattre de la question. Les semaines à venir seront déterminantes.

Source : Le Calame

Communiqué du Conseil des Ministres du Mercredi 18 Août 2021

  • PDF

Communiqué du Conseil des Ministres du Mercredi 18 Août 2021AMI - Le Conseil des Ministres s'est réuni le Mercredi 18 Août 2021 sous la Présidence de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, Président de la République.


Le Conseil a examiné et approuvé un projet de loi portant règlement définitif du budget 2020.

Le présent projet de loi a pour objet le règlement définitif du budget 2020 et consiste pour le Gouvernement à rendre compte de la gestion de l'exercice de manière transparente, conformément aux dispositions de l'article 44 de la Loi Organique relative aux Lois de Finances(LOLF).

Les résultats de l'exécution budgétaire au titre de l'année 2020 reflètent un taux de réalisation des ressources de l'Etat de 115% des prévisions de la Loi de Finances Rectificative et de 108,26% des prévisions de la Loi de finances Initiale. En dépit du contexte économique particulier marqué par la pandémie du coronavirus et des exonérations fiscales consenties pour alléger les effets de cette crise sans précédent sur les populations, les réalisations des recettes ont excédé toutes les prévisions grâce notamment à la bonne performance des secteurs des mines et des télécoms.

Le Conseil a également examiné et adopté les projets de décrets suivants :

- Projet de décret portant concession définitive d’un terrain à Nouakchott-Ouest au profit de Monsieur Ghanem Sultan Houdeivy AL KUWARI.

La concession définitive objet du présent projet de décret intervient suite au constat de mise en valeur effectué par les services compétents qui confirme l'achèvement dans les délais impartis d'un important investissement immobilier à usage d'habitation, conformément au cahier des charges.

- Projet de décret portant modification de certaines dispositions du décret n°2016-076 du 11 avril 2016, relatif à la composition du Comité de Surveillance du Marché et son mode de fonctionnement.

-Projet de décret fixant les conditions d’organisation d’apprentissage et des quotas d’apprentis par employeur.

Le présent projet de décret a pour objet de définir les concepts de l'apprenti, de l'apprentissage et de son mode d'organisation, les rôles des différents intervenants en la matière, les mesures d'encouragement aux entreprises d'accueil, les conditions auxquelles doit satisfaire le contrat d'apprentissage, et enfin les sanctions et les modalités de règlements des litiges pouvant survenir dans le cadre de l'organisation de l'apprentissage.

-Projet de décret portant approbation du plan de lotissement de la ville de Nouakchott.

Le présent projet de décret traduit la volonté des pouvoirs publics d'assurer le développement, la modernisation et le contrôle de l'espace urbain de la ville de Nouakchott, conformément aux dispositions du Code de l'Urbanisme.

A cet effet, le plan de lotissement objet du présent projet de décret couvre une superficie globale de 42.591 hectares soit 35% de la superficie totale de la ville de Nouakchott. Sa base de données numériques géo- référencées mettra fin, d'une part, à toutes les erreurs relatives aux précédents plans et, d'autre part, aux manipulations non réglementées ou frauduleuses des opérateurs.

Son Excellence le Président de la République a instruit le Gouvernement à l'effet d'œuvrer pour augmenter la capacité d'absorption et accélérer l'exécution des projets et programmes, tout en prenant les mesures nécessaires pour améliorer les conditions de vie des populations. Il a également demandé d'activer le Comité de surveillance des marchés , d'augmenter le nombre des représentants du secteur privé au sein dudit comité et de le doter des moyens qu'il faut pour lui permettre de jouer convenablement son rôle.

Le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Le Ministre de l’Education Nationale et de la Reforme du Secteur Educatif a présenté une Communication relative à la préparation de la rentrée scolaire 2021/2022.

Cette communication fait le point sur l'état de préparation de la rentrée scolaire 2021-2022 et propose un train de mesures tendant à faire de cette année un tournant décisif dans la réforme de notre système éducatif.

Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes:

Ministère de l’Agriculture

Cabinet du Ministre

Chargé de mission : Mohamed Yahya Mohamed Mahmoud, Ingénieur agronome précédemment cadre au Cabinet du Ministre.

Conseiller Technique chargé de l'Aménagement Rural: Mohamed Ould Abdellahi, précédemment même poste

Inspection Générale

Inspecteur Général : Dieh Cheikh Boya, précédemment même poste

Inspecteur : Mohamedi Abdellahi Beddi, précédemment Chef service à la Cellule Foncière

Inspectrice : Naima Mohamedou cheikh El-Alem, Master II en géographie

Cellule Foncière

Coordinateur: Mohamed Abdellahi Miské, précédemment même poste

Administration Centrale

Direction de la Planification, des Statistiques, de la Coopération et du Suivi-évaluation

Directeur Adjoint : Ahmed Brahim Veidar, précédemment Directeur Adjoint des Statistiques Agricoles.

Direction de Développement des Filières Agricoles

Directeur Adjoint :Mohamed Sidi Bolla, Ingénieur agronome, précédemment Chef service à la Direction des Politiques, de la Coopération et du Suivi- Evaluation.

Direction de la Protection des Végétaux

Directeur Adjoint :Nourdine Abdel Vetah, Ingénieur agronome, précédemment inspecteur

Direction de l’Aménagement Rural

Directeur Adjoint :Wade Mamadou, précédemment Délégué Régional de l’Adrar

Direction des Affaires Administratives et Financières

Directeur Adjoint :Ahmedou Yahya Sidi Elemine, précédemment même poste.

Établissements Publics

Centre National des Recherches Agronomiques et de Développement Agricole (CNRADA)

Directeur Adjoint : Abdoul Oumar SOW, Ingénieur Agronome, ancien cadre de la SONADER

École Nationale de Formation et de Vulgarisation Agricoles

Directeur Adjoint :Sidi Ould Mohamed Abdelhay, Ingénieur agronome précédemment Délégué Régional Tiris Zemmour.

Société Toumour Mauritania (STM)

Directeur Général Adjoint :Ahmedou Abderrahim EL-Bah, Ingénieur spécialiste en industrie agroalimentaire.

Source : AMI

Evaluation du bilan de deux années de la réforme de notre système éducatif

  • PDF

Evaluation du bilan de deux années de la réforme de notre système éducatifAMI - « Quel bilan peut-on tirer de deux années de mise en œuvre de la réforme du système éducatif?

Intervenant le premier, le ministre de l’Education nationale et de la Réforme du Système éducatif, M. Mohamed Malaïnine Ould Eyih, a appelé les participants à mettre en exergue les dysfonctionnements de notre système éducatif.

Il s’est appesanti sur certains sujets évoqués, comme l’intégration de tous les instructeurs dans la formation, l’adoption de l’approche de la formation continue, la révision des programmes d'enseignement et l’augmentation des recrutements.

Pour sa part, le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, porte-parole du gouvernement, M. Moctar Ould Dahi, a attiré l’attention sur la nécessité de faire annuellement le bilan de la réforme.

M. Dahi a enfin salué les acquis réalisés au plan éducatif et qui ont permis d'atteindre des résultats probants.

Quant à l’inspecteur général du ministère de l’Education nationale et de la Réforme du Système éducatif, M. Nagi Ould Saïd, il a souligné que les interventions doivent être précises, courtes et pertinentes.

Il a ajouté que tous les aspects du champ de la réforme seront développés par les responsables du ministère, les experts et les acteurs du secteur éducatif.

Source : AMI

Le président Ghazouani réaffirme son soutien à la concertation et demande à tous d’y participer

  • PDF

Le président Ghazouani réaffirme son soutien à la concertation et demande à tous d’y participerSahara Médias - Le président mauritanien Mohamed O. Cheikh Ghazouani, lors d’une réunion mardi avec les dirigeants des partis politiques représentés au parlement, a réaffirmé son soutien à l’initiative de la concertation et a demandé à tous d’y participer.

Oul Ghazouani a encore ajouté que le régime prendra toutes les mesures nécessaires pour appuyer et appliquer les résultats de cette concertation, selon les sources de Sahara Medias.

Les mêmes sources ajoutent que le président de la république a évoqué l’importance de la concertation et la nécessité de l’organiser, réaffirmant sa disponibilité pour cela.

Au cours de cette rencontre qui a duré une heure et trente minutes, le président du rassemblement des forces démocratiques, Ahmed O. Daddah, a pris la parole, tout comme le président de l’union des forces de progrès, Mohamed O. Maouloud, le président du parti Sawab, Abdessalam O. Horma et le président de l’union pour la république, Sidi Mohamed O. Taleb Amar.

Les mêmes sources évoquent davantage de précisons à propos de cette rencontre demain mercredi par le ministre porte-parole officiel du gouvernement, lors du point de presse hebdomadaire du gouvernement.

Source : Sahara Médias

« La gouvernance de Ghazwani est pire que celle de Ould Abdel Aziz », dixit Messaoud Ould Boulkheir

  • PDF

« La gouvernance de Ghazwani est pire que celle de Ould Abdel Aziz », dixit Messaoud Ould BoulkheirLe Calame - Au cours d’une conférence de presse, tenue ce lundi midi, 16 août, à la Case, les coalitions et partis politiques de l’opposition démocratique ont tenu à marquer leur distance par rapport au refus du pouvoir d’organiser un dialogue politique inclusif afin de régler les nombreux problèmes auxquels le pays fait face.

Les responsables du parti Tawassoul, APP, CVE, CVE/VR, El Moustaqbel, le RAG, et du Parti pour la défense de l’environnement ont fustigé l’argument avancé par le président pour justifier ce refus : il n’y pas de crise dans le pays qui justifie la tenue de ce dialogue.

Comme on le sait, le pouvoir parle plutôt de « concertations » alors que les partis de l’opposition réclament un «dialogue politique national inclusif». Une querelle de sémantique ou de contenu ?

Et pour eux, le pays vit la même crise semblable à celle vécue sous Ould Abdel Aziz. Pour Messaoud Ould Boulkheir, la gouvernance de Ould Ghazwani est pire que celle de Ould Abdel Aziz. Pour étayer son accusation, le président d’APP a énuméré la poursuite de la gabegie, avec l’attribution de marchés de complaisance, le tribalisme érigé en mode déc gouvernance et de promotion, l’exclusion, les discriminations dont font l’objet les Haratines, les négro-africains, les forgerons, les Z’nagui, les griots… privés tous de « postes juteux de responsabilité ».

Pourquoi certains postes sont exclusivement réservés à une seule communauté, s’est interrogé Ould Boulkheir ? Pour le leader Haratine, l’Etat est devenu une vache à lait pour une catégorie de citoyens, ce qui est inacceptable et injuste tant est que le pouvoir se soucie de l’avenir de la Mauritanie. Ghazwani n’a rien fait pour redresser ces injustices, déplore-t-il.

Comment peut-on dans ces conditions dire qu’il n’y a pas de crise et que le dialogue est inopportun, s’est offusqué le président Messaoud Ould Boulkheir avant critiquer le tribalisme et le clientélisme érigés en règle. Si le président décide de changer de gouvernance, nos portes sont ouvertes, dans le cas échéant, nous prenons nos distances, car «pour nous, c’est le dialogue ou rien », conclut-il. Le vice-président de Tawassoul, Saleck Sidi Mahmoud s’est demandé si, après deux ans de règne semblable à celui de la décennie précédente on pouvait en dresser un bilan positif, appelant au passage la tenue d’un véritable dialogue inclusif pour panser les plaies du pays.

Prenant la parole, les autres présidents de partis et coalitions ont abondé dans le même sens. Pour eux, le bilan des deux ans de Ghazwani est un échec et il doit en tirer toutes les conséquences. Si pour Moctar Ould Sidi Maouloud, président du parti Moustaqbel, le régime perpétue et accentue la marginalisation des Haratine et des négro-africains, pour Ould Dellahi, président du parti pour la défense de l’environnement, après deux ans d’échec, Ould Ghazwani doit tout simplement démissionner.

Prenant la parole ensuite, le président de la CVE, Kane Hamidou Baba et de la CVE/VR, Dia Alassane, et des FPC, Samba Thiam ont émis le souhait de voir le dialogue politique, objet de tergiversations au niveau du palais de permettre de reconstituer les bases de la cohabitation et du vivre ensemble en Mauritanie.

Source : Le Calame.info