Mon11302020

Last update07:13:49 PM GMT

Back Santé Santé Santé en Mauritanie Le blocage d’El Guerguerate entame sa deuxième semaine

Le blocage d’El Guerguerate entame sa deuxième semaine

Le blocage d’El Guerguerate entame sa deuxième semaine

Yabiladi - Lundi, la MINURSO a tenté une nouvelle fois de convaincre les membres du Polisario de se retirer du corridor mais sans succès. Entre temps, en Mauritanie les prix des fruits et légumes flambent. Et l'alternative d'importation de ces produits via l'Algérie ne porte pas ses fruits.

Sans se référer à la situation qui prévaut à El Guerguerate, le président de l’Organisation nationale des entreprises et de l’artisanat en Algérie, Mustapha Robaïne, s’est plaint de la facture salée du transport des produits vers Nouakchott.

«Plus de 40 camions sont destinés à l'exportation vers la Mauritanie. Mais le coût du transport dépasse celui de la valeur des marchandises», a-t-il confié au quotidien Ennahar.

Une opération non rentable dans le contexte actuel à moins que le gouvernement algérien ne consente à allouer des aides financières directes en faveur des exportateurs.

Pour mémoire, en novembre 2018 déjà des transporteurs algériens avaient bloqué le passage Tindouf-Zouerate, inauguré deux mois auparavant. Ils protestaient contre la cherté du diesel en Mauritanie.

Avec ce nouveau blocage d'El Guerguerate, les Mauritaniens commencent à perdre patience. Des membres de la société civile et des intellectuels comptent solliciter une intervention du président Mohamed Cheikh Ould El Ghazouani pour débloquer la situation. La Mauritanie reconnait la «RASD» depuis 1984.

Cette paralysie de la circulation des personnes et des biens entre le Maroc et son voisin du sud a dû être au centre de l'entretien, ce lundi 26 octobre, entre l’ambassadeur du Maroc à Nouakchott, Hamid Chabar, et le ministre des Affaires étrangères, Ismail Ould Cheikh. C’est, d’ailleurs, leur deuxième rencontre durant ce mois, après celle du 9 octobre.

La Rédaction