Thu09242020

Last update09:27:46 AM GMT

Back Culture Culture Culture en Mauritanie Mauritanie : à Rosso, les inondations interrompent la circulation

Mauritanie : à Rosso, les inondations interrompent la circulation

Mauritanie : à Rosso, les inondations interrompent la circulation

RFI Afrique - Les inondations consécutives aux pluies diluviennes enregistrées les 6 et 9 septembre dans la ville de Rosso au sud de la Mauritanie, sur la rive du fleuve Sénégal, continuent de bloquer la circulation automobile en centre-ville, et rend difficile la desserte de la périphérie. Une situation qui affecte à la fois les populations et les automobilistes.

Les habitants de Rosso n’en ont pas encore fini avec les désagréments. Les maisons construites dans des zones inondables sont toujours submergées. Des quartiers entiers sont isolés. De larges et profondes marres empêchent la circulation automobiliste. Les chauffeurs, malgré leur connaissance de la ville, ne peuvent les esquiver pour récupérer des clients.

« Les voies d’accès menant aux différents quartiers sont inondées, se désole Med Abdall, transporteur. Les eaux ont même endommagé le goudron dans plusieurs endroits de la ville.

Avant le déluge, j’avais l’habitude de sillonner les quartiers en faisant de nombreuses navettes chaque jour avec cette vieille Renault que vous voyez. Mes clients m’appellent souvent pour venir les chercher mais là, tout est bloqué. »

Des ministres envoyés sur place pour rassurer

Un blocage qui cause aussi d’énormes désagréments pour les usagers des transports en commun. C’est le cas de Toutou, qui réside au PK 7 : « Je suis là depuis 10 heures du matin avec mes trois filles à la recherche d’un taxi brousse pour nous amener au PK 7. Nous sommes fatiguées mais nous n’avons pas le choix. Rares sont les véhicules qui circulent avec ces flaques d’eau partout. »

Le président mauritanien a envoyé ce vendredi 11 septembre à Rosso plusieurs membres du gouvernement, dont le ministre de la Défense, pour s’informer de l’ampleur des dégâts et rassurer les populations affectées par les inondations.

Avec notre envoyé spécial à Rosso,
Salem Mejbour Salem