Thu09242020

Last update09:27:46 AM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers en Mauritanie Conférence de presse d’Aziz : Le grand déballage

Conférence de presse d’Aziz : Le grand déballage

  • PDF
Conférence de presse d’Aziz : Le grand déballage

Le Calame - Comme prévu, l'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz a tenu sa conférence de presse entouré d'une poignée de personnes dont les trois ministres ( Isselkou Ould Ahmed Izid Bih, Seyidna Aly Ould Mohamed Khouna et Mohamed Jibril Niang) et du président du parti PUDS redevenu son secrétaire général adjoint.

Prévue pour 21 heures, la conférence, retransmise en direct par les télévisions privées Sahel et de Chinguitt, a commencé avec une bonne quinzaine minutes de retard.

Comme attendu, le président Mohamed Ould Abdel Aziz a commencé par remercier le peuple à qui il a promis d'apporter des éclaircissements sur ce qu'il a appelé la crise actuelle dont l'origine est cette histoire de "référence" qui s'est posée après son retour de l'étranger et sa volonté de rejoindre le parti (UPR) dont il prétend être le fondateur.

Selon lui, il a voulu juste procéder à une certaine refondation mais qu'à cause du grabuge qui s'en est suivi, il a préféré quitter le parti et éviter la confrontation vers laquelle certains voulaient le pousser. Parlant de la commission d'enquête parlementaire, l'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz a tout simplement dit qu'il s'agit d'une véritable machination "fabriquée à la main " pour régler des comptes avec lui à travers un machin instrumentalisé en qui il n'a aucune confiance et composé de personnes qui ne jouissent d'aucune crédibilité et qui sont tous impliqués dans des scandales.

Selon lui, c'est pour tout cela qu'il n'a pas accepté de coopérer avec cette structure qui en plus, a t-il ajouté, n'est pas habilitée à l'entendre en sa qualité d'ancien président de la république jouissant de l'immunité constitutionnelle. Selon Ould Abdel Aziz, "la commission d'enquête parlementaire est un complot entre l'exécutif et le législatif pour diaboliser l'ancien président de la république ".

Quelques fois, l'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz ne s'est pas privé d'envoyer quelques piques à son ancien ami de quarante ans devenu président se demandant qu'est qu'est-ce qui a été fait du budget de l'armée pendant dix ans ? Ou pourquoi ne pas commencer par auditer et enquêter sur cette première année de pouvoir au cours de laquelle, selon lui, "rien n'a été réalisé ".

Ould Abdel Aziz se permettant même de déclarer que maintenant le kilomètre de goudron est facturé 160 millions d'ouguiyas alors que lorsque lui était président, son prix oscillait entre 85 à 115 millions d'ouguiyas. Dans une digression intéressante, Ould Abdel Aziz est revenu sur la fameuse affaire d'Él Yemeni plus connu sous le nom de Ghanagate qui ne serait, selon lui, qu'une affaire d'escroquerie qu'un bandit irakien nommé Abdou El Yemeni a organisée.

Selon Aziz, les 400.000 dollars que l'escroc a restitués appartiendrait à un cousin de l'actuel président de la république Mohamed Ould Cheikh Ghazouani. Sur l'affaire Senoussi, Ould Abdel Aziz a déclaré qu'il n'a été remis qu'après consultation du Haut Conseil Islamique et que l'argent donné en contrepartie qui représente un don du gouvernement libyen à l'État mauritanien est allé dans les caisses de l'État.

En réponse à une question maintes fois réitérée sur l'origine de ses biens, l'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz a tout simplement déclaré qu'il ne donnera aucune explication là dessus mais a quand même confirmé que pendant tout le temps passé au pouvoir il n'a jamais touché à une seule ouguiya de son juteux salaire (près de sept millions MRO/mois) qui était entièrement viré dans son compte de la BMCI et que cela pouvait bien avoir servi à sa femme qui en était la dépositaire pour s'acheter des terrains et de construire des maisons.

Réagissant aux biens de son beau-fils, Ould Abdel Aziz a expliqué que celui-ci était non seulement fils d'un richissime homme d'affaires mais que lui y était depuis 2003 disant qu'on peut bien devenir subitement riche et donnant l'exemple du président du patronnat Zein El Abidine qui, selon lui, n'avait rien en 2010 et est aujourd'hui un homme extrêmement riche.

Comme dans toutes ses conférences de presse, Mohamed Ould Abdel Aziz donnait la parole aux journalistes, la reprenait selon que la question lui convenait ou pas se permettant même sur un ton tantôt insolent tantôt méprisant de donner quelques directives et suggestions souvent déplacées. Dans certaines de ses réponses, il ne se privait pas de faire constater le recul des libertés fondamentales et de la démocratie. Selon lui, il était très impatient de quitter le pouvoir et cette histoire que les généraux l'auraient obligé à renoncer à un troisième mandat est totalement infondée puisque dit - il " personne ne pouvait parler ".

Ould Abdel Aziz a déclaré qu'il va se défendre contre la diabolisation et les attaques dont il est l'objet. Et qu'il fera la politique même s'il n'est encore membre d'aucun parti y compris le PUDS auquel ont adhéré beaucoup de ses proches dont les trois ministres qui lui sont restés fidèles.

Durant trois heures, l'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz a parlé de politique, de gabegie, de la commission d'enquête parlementaire, de la suspension du PUDS qu'il a jugée illégale, de ses biens, de ses rapports avec son successeur et ancien ami et a fini en donneur de leçons de morale à ceux qui hier en faisaient un héros national et qui sont devenus aujourd'hui les principaux promoteurs de son envoi à l'échafaud déclarant non sans en rire qu'il disait alors qu'il était encore président à qui voulait le croire: " Une fois que je ne serai plus président, je n'aurais jamais de gens plus "durs" envers moi que ceux-ci" dont certains ont pleuré le jour où il a déclaré qu'il renonce à briguer un troisième mandat. Visiblement, ce n'était que des larmes de crocodile.

Synthèse Sneiba

Source : Le Calame.info (Mauritanie)