Thu09242020

Last update09:27:46 AM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers dans le Monde Accord Israël-Émirats arabes unis: Pompeo échoue à rallier d'autres pays arabes

Accord Israël-Émirats arabes unis: Pompeo échoue à rallier d'autres pays arabes

  • PDF
Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine, en visite à Jérusalem le 24 août 2020.

Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, est aux Émirats arabes unis mercredi 26 août, pour la dernière étape de sa tournée au Moyen-Orient. Les Émirats arabes unis se sont mis d’accord récemment avec Israël pour normaliser leurs relations. Un accord historique ficelé par les États-Unis. Mike Pompeo espérait durant sa tournée rallier d’autres pays arabes, mais ses espoirs ont été douchés.

À Bahreïn, le roi Hamad ben Issa Al-Khalifa a reçu Mike Pompeo ce mercredi 26 août et a souligné l’importance « de mettre fin au conflit israélo-palestinien sur la base d’une solution à deux États ». Renouveler son attachement à la création d’un État palestinien est une façon pour le royaume de Bahreïn de rejeter implicitement l’appel de Washington à normaliser rapidement ses relations avec Israël.

L'optimisme de Pompeo mis à mal

Mardi 25 août, le Soudan opposait une fin de non-recevoir au chef de la diplomatie américaine. Le gouvernement a affirmé n'avoir aucun « mandat » pour établir ou non des relations normales avec les Israéliens, et ce jusqu'à la fin de la période de transition dans le pays en 2022.

Mike Pompeo, qui s’était dit « optimiste » lundi quant à la possibilité de voir d'autres pays arabes suivre l'exemple des Emirats arabes unis, a donc vu ses espoirs douchés. Le 19 août, l'Arabie saoudite avait également indiqué qu'il n'y aurait pas de normalisation des relations sans paix avec les Palestiniens.

Sa tournée au Moyen Orient s’achève justement par une escale à Abou Dhabi, ce mercredi 26 août. Les Émirats arabes unis ont annoncé le 13 août la normalisation de leurs relations avec Israël. La tournée de Mike Pompeo a été organisée en pleine convention républicaine aux États-Unis. Elle était censée mettre en valeur les succès diplomatiques de Donald Trump. Le résultat est mitigé.

Source : RFI