Tue08112020

Last update10:06:07 AM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers en Mauritanie Adoption de deux projets de loi relatifs à la gestion durable des ressources naturelles et la lutte contre la covid-19

Adoption de deux projets de loi relatifs à la gestion durable des ressources naturelles et la lutte contre la covid-19

  • PDF
Adoption de deux projets de loi relatifs à la gestion durable des ressources naturelles et la lutte contre la covid-19

 

AMI- Les députés ont adopté, mercredi, deux projets de loi dont le premier porte sur de l’accord de prêt destiné à la contribution et au financement du projet de gestion durable des ressources naturelles, de l’équipement des municipalités et de l'organisation de producteurs ruraux (PROGRES). L’accord avait été signé le 23 juin 2020, à Rome, entre la République Islamique de Mauritanie et le Fonds international de développement agricole (FIDA).

Le second projet de loi est relatif à la ratification de l'accord de prêt destiné à contribuer au financement du programme d'urgence de lutte contre les effets de la pandémie de Covid-19, signé le 27 avril 2020, au Koweït, entre le gouvernement de la République Islamique de Mauritanie et le Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES).

La plénière a été présidée par M. Cheikh Ould Baya, président de l’Assemblée ; le gouvernement était représenté par le ministre de l’Economie et de l’Industrie, M. Abdel Aziz Ould Dahi.

Défendant les deux projets de loi, le ministre a précisé que les potentialités nationales sont encore largement non exploitées du fait des changements climatiques. « Pour remédier à cette situation, il faut opérer des transformations rurales profondes ».

Il a ajouté que le projet de gestion durable des ressources naturelles, de l’équipement des municipalités et de l'organisation de producteurs ruraux (PROGRES) s’inscrit dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des populations vulnérables, par l’intensification des activités rurales et pastorales ainsi que la valorisation de l’action agricole et vétérinaire, le renforcement de leur productivité et la promotion de l’emploi en milieu rural.

L’accord de prêt destiné à la contribution et au financement du projet vise la réalisation des objectifs du développement durable (ODD), a dit M. Dahi. «et Le projet couvre les wilaya des deux Hodh, de l’Assaba, du Gorgol, du Brakna et du Guidimakha, et sa durée est de six ans.. Son coût global se chiffre à cinquante millions dollars américains, offerts par le fonds international de l’agriculture (IDA), dont 18 960 000, sous forme d’un don et 4 740 000, sous forme d’un prêt à des conditions concessionnelles. Il sera remboursé sur une durée de quarante ans, dont dix de période de grâce, et avec un taux de frais de service fixes de 1,30% par an ».

Au sujet du second projet de loi, le ministre a indiqué qu’il porte sur un accord de prêt destiné à contribuer au financement du programme d'urgence de lutte contre les effets de la pandémie de Covid-19, signé le 27 avril 2020, au Koweït, entre le gouvernement de la République Islamique de Mauritanie et le Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES).

« Le plan national multisectoriel de riposte au Covid-19 s’articule sur cinq piliers : la santé, la planification, la coordination et le suivi du plan de veille économique, les mesures d’atténuation de l’impact socio-économique du Covid-19, la résilience, la relance économique et l’accès aux services de base, ainsi que les aspects liés à la sécurité et à la prévention ».

Il a ajouté que le plan avait été soumis à tous les donateurs et partenaires techniques et financiers de la Mauritanie, et que le montant de l’accord est de 1 834 000 000 MRU, remboursable sur une période de trente-un ans, dont huit de période de grâce, à un taux d’intérêt de 2% sur les montants retirés du prêt initial et non remboursés.

Les députés ont appelé à la mise sur pied d’un plan national efficace pour la promotion du secteur agricole dans le pays et de lui consacrer les investissements conséquents, afin de parvenir à l’autosuffisance dans les différents produits essentiels.

Ils ont souligné la nécessité d’observer la rigueur dans le contrôle des crédits, et de les orienter vers les bénéficiaires, de manière équitable et transparente. Ils ont rappelé que de nombreux crédits avaient été injectés dans des projets de développement, sans impact palpable sur la vie du citoyen.

Les députés ont salué les mesures adoptées par le gouvernement en matière de lutte contre la pandémie de la covid-19, ainsi que les interventions engagées pour venir au secours des franges démunies.

Source : AMI