Tue11242020

Last update03:11:39 PM GMT

Back Justice Justice Justice en Mauritanie Deux cadavres, autant de fausses alertes

Deux cadavres, autant de fausses alertes

Faits divers… Faits divers… Faits divers…

 

La psychose COVID 19 est générale. Tout le monde craint une éventuelle recrudescence de cette dangereuse épidémie. Chaque jour a son lot de rumeurs. Un décès un tant soit peu mystérieux ? Voilà les réseaux sociaux à spéculer, attisant la frousse des gens.

Le dernier cas déclaré à Riyad a provoqué peur et inquiétude chez tous les Mauritaniens en général et les habitants de Nouakchott en particulier. Vendredi 8 Mai, on découvre à Toujounine le cadavre d’un homme qui vivait seul.

Avec, à ses côtés, des comprimés anti-grippe ! Il n‘en faut pas plus pour déclencher la machine à rumeurs. Avant même que les formalités de routine pour évacuer le cadavre soient achevées par les autorités, l’affolement des langues atteint son apogée. Cet homme, affirme-t-on, est mort du coronavirus ! La nouvelle se répand comme une traînée de poudre…

Rebelote le lendemain samedi, avec la découverte d’un nouveau cadavre ! Les habitants de son quartier commencent à paniquer, « mort certaine par Corona ! »’ s’enflamment les réseaux sociaux. Cependant les deux cadavres, respectivement évacués à la morgue de l’hôpital Cheikh Zayed et à celle de l’hôpital de l’Amitié, sont analysés et les résultats tombent vingt-quatre heures plus tard : aucun des deux hommes n’est mort de corona.

Soulagement général ! Puis les autopsies révèlent que celui de Toujounine est mort suite à un arrêt cardiaque et l’autre se serait suicidé par strangulation.

Un épicier blessé par des malfaiteurs

Le quartier Cité-plage de Tevragh Zeïna n’a cessé d’être, c’est hélas bien connu, un point chaud de la délinquance et du crime. C’est une zone à risques où le taux de la criminalité est élevé. Il y a quelques années, un jeune malfaiteur y fut tué à coup de fusil, alors qu’il tentait de forcer, avec ses complices, la porte d’une concession.

En 2012, deux policiers se bagarraient non loin du marché aux poissons. L’un d’eux tira quatre balles sur son antagoniste qui ne fut heureusement pas touché et qui put le désarmer. Une bande composée de deux maliens tenta de tuer le comptable d’une compagnie de pêche, l’arrivée soudaine d’un groupe de jeunes du quartier fit foirer leur plan. Le fameux Gouggouh a également élu domicile à Cité-plage. Il y circule jour et nuit…

Samedi 9 Mai vers vingt-et-une heures, un épicier seul dans sa boutique audit quartier voit soudain trois djenks faire irruption. Ils le maîtrisent, vident le coffre, s’emparent d’une grosse somme d’argent, de plusieurs cartouches de cigarettes et autres lots de cartes de recharge.

Le pauvre épicier tente de résister, les malfaiteurs lui assènent plusieurs coups de poignard, avant de fuir à bord d’un véhicule sans plaque qui les attendait dehors.

Des voisins accourent et évacuent le blessé à l’hôpital où il a pu être sauvé. La police vient plus tard dresser le constat. Le commissariat de Tevragh Zeïna 3 a ouvert une enquête. Aux dernières nouvelles, aucune piste n’est encore levée.

Une bande de voleurs de chèvres en taule

Le vol de bétail s’est répandu partout chez nous au point d’en devenir banal. Chaque jour en a son lot. Ce sont surtout les chèvres qui intéressent les brigands car elles peuvent être rapidement négociées à bon prix. Les voleurs les vendent en général aux marchands de méchoui et autres dibiteries qui les égorgent aussitôt et grillent leur viande.

Mohamed Ould Sidi, alias « Dhib » (chacal en hassaniya), s’illustra tristement dans le rapt de caprins et ovins. Ce sexagénaire est capable d’en voler, égorger et dépecer un en moins de dix minutes, sans faire de bruit ! Après plusieurs séjours carcéraux, il est depuis très peu à nouveau en liberté…

La semaine passée, une bande de jeunes voleurs de chèvres qui sévissait à Nouakchott a été arrêtée par le commissariat de Dar Naïm 1.

Au cours de leur audition, ils ont reconnu en avoir volé et vendu des dizaines. Après quelques jours de garde à vue, ils ont été déférés au Parquet de la wilaya Nord de Nouakchott. Le juge d’instruction du troisième cabinet les a placés aussitôt sous mandat de dépôt.

Mosy

Source : lecalame.info (Mauritanie)