Tue12102019

Last update09:35:56 PM GMT

Back Economie Economie Economie en Mauritanie De plus en plus isolé, Aziz refuse de rendre les armes…

De plus en plus isolé, Aziz refuse de rendre les armes…

De plus en plus isolé, Aziz refuse de rendre les armes…

Le Rénovateur Quotidien - L’ex- président Mohamed Ould Abdel Aziz est de plus en plus éloigné de l’épicentre de son Parti faute d’avoir réussi à maitriser la situation.

Refusant de se résoudre à l’évidente réalité du jeu politique et de se ranger sans orgueil, en bon perdant, il s’obstine à engager une bataille perdue d’avance et qui risque de précipiter son naufrage politique.

Seul abandonné comme un caïman loin des eaux, il ne doit son salut qu’à la soumission à la sagesse qui commande aux hommes de raison convaincus que le pouvoir est périssable et qu’une fois qu’on le quitte, on doit tourner la page et s’occuper d’autres affaires plus personnelles.

Autrement c’est courir à sa perte. Quand le virus politique hante un président qui vient de quitter fraichement le palais, soit il a des remords prématurés, soit il se croit toujours dépositaire de « l’ordre national du changement ». L’histoire ne bégaiera pas cette fois au sommet.

Les deux hommes qui se sont fait passer le flambeau se connaissent bien. Ils ont ensemble échafaudé des plans réussis pour présider aux destinées du pays. Le deal a marché jusqu’au jour où l’un ne trouva pas meilleur successeur que l’autre. Ce tandem allait-il rompre les amarres quelques mois seulement après la passation du pouvoir fêtée en grande pompe comme pour immortaliser une fidélité réciproque. Qui a semé les germes de la discorde ?

Quand un homme décide de quitter paisiblement le pouvoir même avec amertume, il doit éviter de tomber dans les travers de la tentation d’y revenir sans moyens pour ne pas s’exposer au ridicule. Mieux serait alors de s’y agripper fatalement pendant qu’il régnait en seigneur sachant bien que la chute n’était pas loin que de se cabrer sur une scène politique où les laudateurs d’hier deviennent les snipeurs impitoyables.

Le dernier carré des fidèles de l’ancien président n’a que quelques jours pour se rendre armes et bagages chez Ghazouani devenu maitre de la situation. Aziz est-il aussi impertinent pour croire qu’il a toujours la même autorité sur les cercles du pouvoir qu’il a laissés à son successeur ? C’est tout comme…

Source : Le Rénovateur Quotidien (Mauritanie)