Tue12102019

Last update09:35:56 PM GMT

Back Culture Culture Culture en Mauritanie La Route de l’Espoir ou du Désespoir !

La Route de l’Espoir ou du Désespoir !

La Route de l’Espoir ou du Désespoir !

Le Calame - Des milliers de mauritaniens et d’étrangers, qui empruntent la route de l’espoir, souffrent, comme les mécaniques qui les transportent, en franchissant surtout les quelques 100 Km qui séparent Boutilimit d’Aleg.

Les dunes du tronçon Nouakchott - Boutilimit sont devenues de loin plus douces que ce tronçon complètement couvert de nids de poules qu'il est pratiquement impossible d'éviter. Les petits pansements réalisés sur ce tronçon n'ont fait qu’accentuer les risques pour les conducteurs.

Seules les grosses cylindrées y passent sans trop de dégâts. Les autres y laissent facilement leurs organes (rotules, maillons, et autre échappement…), en plus du temps qu’on y perd.. Et dans ces conditions, il faut se rabattre sur Boutilimit ou sur Aleg.

Que de désagréments ! On se demande pourquoi le gouvernement d’Ould Abdel Aziz a négligé ce tronçon, pendant longtemps, comme du reste celui de Nouakchott –Rosso, alors même que ces axes sont les plus importants dans le trafic routier mauritanien.

Pendant que les usagers se plaignent et que les accidents se multiplient, avec morts d’hommes, presque chaque jour que Dieu fait, le gouvernement a préféré construire des routes, d’une importance relative, évidement, du point de vue trafic en tout genre. Aussi bien à Nouakchott qu’à l’intérieur de certaines régions, en particulier celles du nord du pays.

Pendant ce temps, le tronçon Boutilimit-Aleg sombre dans l’oubli des pouvoirs publics, il est devenu un danger alors que près de 9 régions du pays sont desservies ou servies par la route de l’espoir, en train de se transformer une route du désespoir.

Elle profite également aux pays voisins que sont le Maroc, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Benin et le Ghana. Diverses compagnies de transports empruntent cette route en transportant des passagers et des milliers de tonnes de marchandises.

On connaît les lenteurs que les travaux de réhabilitation de la route de Rosso, l’une des première du pays, a accusées. Les marchés sont attribués dans des conditions opaques et le contrôle et le suivi également. Les uns et les autres n'ont fait qu'enrichir une catégorie d'hommes d'affaires sans scrupules.

Rappelons qu’il y a quelques mois, le gouvernement a dégagé une enveloppe très importante pour la construction des routes. Espérons qu’elle profitera au tronçon en souffrance, parce que c’est une urgence urgente.

Source : Le Calame (Mauritanie)