Sun09222019

Last update04:23:29 PM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers en Mauritanie Mécontente du nouveau gouvernement : L’UPR joue-t-elle son va-tout ?

Mécontente du nouveau gouvernement : L’UPR joue-t-elle son va-tout ?

  • PDF

L’Union Pour la République (UPR), principal parti de l’(ex ?)majorité présidentielle, fait les yeux doux au nouveau Président, Ghazwani.  Une séduction fort remarquée des observateurs, depuis la formation du premier gouvernement d’Ismael ould Boddé ould Cheikh Sidiya au sein duquel  le parti fondé par Ould Abdel Aziz  fait assez pâle figure. Les déclarations intempestives de divers  responsables de l’UPR, guère appréciées par le nouveau président de la République,  cachent  mal l’agacement du parti. D’où les espèces de recadrages observés ces derniers temps, rencontres avec le successeur d’Ould Abdel Aziz  et réunions de la commission de suivi  de l’UPR.

L’Union pour la République semble presque jouer son va-tout et doit se battre sur deux fronts. D’abord, tout  faire pour entrer dans les bonnes grâces du nouveau prince qui, on se le rappelle, avait décliné le parrainage de ce parti lors de la campagne présidentielle de Mai et Juin dernier. Ould Ghazwani avait choisi de se présenter presque en candidat rassembleur de toutes les forces  politiques du pays ; l’UPR n’aura joué  qu’un rôle  analogue aux nombreuses initiatives soutenant l’ex-chef d’état des armées. Revendiquer un rôle plus important, comme s’y sont employés certains responsables de l’UPR, paraît très prétentieux. D’autant plus qu’avec Ould Abdel Aziz déjà, le parti n’en jouait que les seconds. Serait-il, aujourd’hui, le dindon de la farce ? On se rappelle que lors de sa dernière campagne de restructuration  ou d’implantation, ce sont des personnalités venues d’ailleurs  qui pilotèrent l’essentiel des opérations. Les généraux  ont toujours eu la prééminence au sein de l’UPR dont les rapports avec le nouveau Raïs sont déjà jalonnés de couacs.

Aujourd’hui, le parti peine à organiser son congrès d’après réimplantation, reconnaît, avec fracas, Khalil ouldTeyib, un de ses principaux barons. Quand ce transfuge de l’APP annonce que le parti d’Ould Abdel Aziz est miné par les divisions, ce n’est, au demeurant, un secret pour personne. Si   aujourd’hui, l’actuel président du parti n’a pas compté dans le gouvernement, cela ne peut ou ne doit surprendre donc personne à l’UPR, un parti que d’aucuns s’apprêtent à quitter,  avec armes et bagages. Ils l’ont toujours fait, du PRDS d’Ould Taya à ce jour, en passant par l’ADIL de Sidi ould Cheikh Abdallah. Qu’ils sont nombreux, aujourd’hui, les responsables de ce parti, à vous avouer, en off,  qu’ils ne se reconnaissent plus  en leur formation ! Certains tentent de la maintenir, contre vents et marées, d’autres sont pressés  de la voir disparaître de l’arène politique. Dirigée par Moutha mint El Hadj, chargée de mission à la Primature,la commission nationale des femmes est  sur tous les fronts,  en particulier celui des réseaux sociaux,  pour maintenir  la visibilité du parti. Le challenge est de taille : l’UPR croulerait sous une dette énorme auprès des banques, sa dernière campagne de réimplantation n’aurait pas permis  de renflouer les caisses.

La déception est  visiblement  très grande parmi ses cadres. Les récompenses  escomptées  au lendemain de la  présidentielle ne sont pas arrivées. Beaucoup se demandent  pourquoi le nouveau Président n’a pas donné un premier coup de balai dans l’administration. Ghazwani ne semble pas pressé de faire place à ceux qui l’ont accompagné. Du moins pour le moment. D’où cette impression, notable dans l’opinion, d’immobilisme.

L’autre défi à relever, pour l’UPR, c’est  la  tenue de son congrès. On en parle,  mais, comme l’Arlésienne, on ne voit rien venir. Et la récente rencontre, entre le secrétaire général par intérim du parti et les fédéraux, n’a pas levé  le voile sur la date du rassemblement. Fin d’année, comme spéculent les rumeurs ? Quoiqu’il en soit, l’attitude du parti sera scrutée à la loupe, lors de deux évènements majeurs. D’abord, la déclaration de politique générale du Premier ministre, le 5 Septembre, devant l’Assemblée nationale. L’UPR a déjà annoncé la couleur. Selon  le  président de son groupe parlementaire, elle votera tous les textes présentés par le gouvernement d’Ould Ghazwani. Une position qui met fin aux rumeurs sur l’hypothétique refus des députés de voter la DPG, pour marquer leur mécontentement.  Secondement, le dîner organisé, la veille, par le parti,  en l’honneur de ses parlementaires. A quelques heures, donc,  de la déclaration de politique générale du Premier ministre. Histoire de  préparer les députés au vote ? C’est dire donc que l’UPR est quasiment à la croisée des chemins.  Vers Ghazwani ou vers l’opposition ? En rangs serrés ou dispersés, voire éclatés ? Wait and see, incha Allah !

DL

Source : lecalame.info (Mauritanie)