Mon12172018

Last update10:48:43 AM GMT

Back Santé Santé Santé en Mauritanie Mauritanie : La SAM dessaisie d’Oumtounsy et menacée de faillite

Mauritanie : La SAM dessaisie d’Oumtounsy et menacée de faillite

Mauritanie : La SAM dessaisie d’Oumtounsy et menacée de faillite

Jeudi, dans sa déclaration de politique générale, le nouveau premier mauritanien, Mohamed Salem Ould Bechir, a dit que la gestion de l’Aéroport International d’Oum Tounsy sera confiée, dès 2019, à un opérateur international spécialisé.

L’opérateur international spécialisé est la Société des aéroports d’Abou Dhabi qui, à son tour, a créé une nouvelle société (AFROPORT Airport Service) pour lui confier la gestion directe d’Oumtounsy, durant les 25 ans que va durer le contrat avec la partie mauritanienne..

Selon l’accord, la Société des Aéroports de Mauritanie est dessaisie d’Oumtounsy. Désormais, le SAM ne peut gérer que les aéroports de l’intérieur du pays, ce qui va engendrer de grosses pertes. Cela pourrait provoquer sa faillite.

De même que la compagnie Mauritanian Airlines sera sommée de verser 10 millions d'Ouguiyas (MRU). Une facture annuelle qui lui a été gommée en échange du Handling.

Les deux parties mauritanienne et émiratie ont tenu plusieurs réunions secrètes dont Alakhbar a obtenu les détails et durant lesquelles les Emiratis se sont vus accordés de nombreuses faveurs.

L’on se rappelle, le 08 mars 2018, le directeur des la Société des Aéroports de Mauritanie était remplacé sans précision des raisons. Après 12 jours de service, le nouveau directeur a été invité au Palais de congrès de Nouakchott pour la signature d’un accord dont il ne connaissait pas les contours. En plus, le document était rédigé en Arabe, une langue qu’il ne maîtrise pas. C’était pour la concession de la gestion d’Oumtounsy aux Emiratis.

Les choses ont été planifiées loin de l’œil des medias et à l’insu du Ministère de tutelle, celui de l’Equipement et des Transports ainsi que des experts de la SAM.



En août 2018, une délégation émiratie est arrivée discrètement à Nouakchott à bord d’un vol spécial pour rencontrer plusieurs personnalités mauritaniennes. L’Agence Mauritanienne d’Information a couvert les rencontres. Cependant, l'AMI n’a révélé aucun nom des participants, ni Mauritaniens ni Emiratis. L’agence de presse officielle s’est contentée de rapporter des échanges sur les perspectives de renforcement de la coopération économique entre les deux pays frères.

Le 6 juin 2018, une autre délégation de la société des Aéroports d’Abu Dhabi a visité Nouakchott, cette fois, pour la réception de l’aéroport Oumtounsy. Elle était composée de hauts responsables d’AFROPORT Airport Service, la filiale des Aéroports d’Abu Dhabi, qui a été nouvellement créée pour gérer Oumtounsy.

La délégation comprenait le nouveau directeur général d’AFROPORT, un jeune Emirati du nom de Mohammed, son directeur régional, Vincent Denhi (Indien), son responsable financier, Zarq Aslam (Pakistanais) et ses directeurs des Ressources humaines et celui de l’Informatique.

La délégation émiratie, se déplaçait à bord de véhicules de l’Armée mauritanienne entre sa résidence à l'hôtel T’feila et l'Aéroport International de Nouakchott.

Durant une rencontre, le patron d’AFROPORT a demandé aux participants de garder le silence jusqu’à aboutissement officiel de la procédure.

Ces rencontres ont permis de savoir que le taux d'exploitation actuel de l’aéroport Oumtounsy ne représentait qu'un sixième de sa capacité : 330 000 voyageurs contre les 2 millions qui étaient prévus.

Il a été aussi noté que le coût de l'énergie consommée est trop élevé à Oumtounsy. A ce propos, les Emiratis ont promis de nouer un contrat avec la société émiratie "Masdar" pour la fourniture d’énergie moins chère à l’aéroport.

Et sur son site Internet, l’AFROPORT a annoncé une rencontre avec 25 employés de la SAM en présence de son responsable du Bureau des études, Haroun Moustapha Sidati, aussi expert en ressources humaines. Alakhbar a contacté ce dernier qui a reconnu avoir assisté à cette rencontre « de recrutement » mais ajoutant qu’il n’était pas autorisé à en dire plus.

Finalement, 40 employés de la SAM ont assisté à la rencontre. Les Emiratis ont promis de leur accorder la priorité tout en leur précisant qu'ils n’étaient pas tenus des les recruter.

Plus tard, une source au sein d’Afroport va préciser à Alakhbar que la société émiratie va seulement opérer à Nouakchott. Elle a ajouté que la société n’accordait cette priorité qu’aux seuls employés de la SAM au niveau de la capitale afin de bénéficier de leur prestation de service sans les recruter.

L’AFROPORT a promis aussi des emplois à 100% mauritaniens à l’exception de quelques postes stratégiques qui seront confiés, provisoirement, à des experts étrangers.

Dans cette affaire, Alakhbar a tenté, en vain, de contacter plusieurs responsables de l’Etat mauritanien dont le Ministre de l’Economie et des Finances et les conseillers en communication et à l’aéronautique du Ministre de l’Equipement et des Transports.

Source : Alakhbar (Mauritanie)