Mon12172018

Last update10:48:43 AM GMT

Back Santé Santé Santé en Mauritanie La SNIM a mauvaise mine

La SNIM a mauvaise mine

La SNIM a mauvaise mine

Un sale temps souffle sur le fleuron de notre industrie minière, la Snim, qui selon des sources internes à l’entreprise, aurait été amendé par l’un de ses clients étrangers à la suite dit-on d’une livraison de produits dont la teneur en fer serait jugée non conforme aux spécifications convenues.

Cette nouvelle tombe mal, au moment où notre géant minier plombé par la mauvaise conjoncture se trouve confronté à de nombreux défis dont on peut citer entre autres la pression des coûts de base dus à une diminution de la qualité et une augmentation des coûts d’investissement et l’optimisation des mines existantes.

On le savait déjà. Depuis 2015, la snim a mauvaise mine et essuie le plus discrètement possible les plâtres d’une conjoncture beaucoup moins resplendissante qu’elle paraissait dans les projections financières de ses dirigeants lors du lancement du projet guelb2 et du fameux programme baptisé Nouhoud.

En effet, faute d’avoir été en mesure de tenir les calendriers des travaux de construction du guelb2, ni d’ailleurs de définir les orientations stratégiques propices à la gestion durable de la ressource minière qui devait profiter à l’entreprise avant un retournement de conjoncture, la snim se trouve actuellement engluée dans d’inextricables problèmes d’endettement.

Selon certaines indiscrétions, la production annuelle du projet guelb 2 plafonne à présent à 2 millions de tonnes par an, au lieu des 4 millions de tonnes initialement projetées et avec un coût de production du reste élevé 39 dollars la tonne et des prix à l’export relativement bas, l’entreprise est dans une mauvaise posture financière et si la crise du fer perdurait, la survie du projet serait dangereusement compromise. Conçu pour être financé à hauteur de 400 millions.

Le projet Guelb 2 a été exécuté à plus de 115% de son coût initial soit 930 millions de dollars et avec plus de 2 ans de retard par rapport au calendrier initial. Or, il est admis que lorsque les délais de réalisation ne sont pas respectés, les coûts d’investissement augmentent inévitablement et comme le cours du fer a plongé, alors la société s’est retrouvée avec un retour minoré sur investissement.

Le constat est donc sans appel: les projets de la snim ont été exécutés tardivement et la déprime du marche minier depuis 2015 fait que l’entreprise peine toujours à résorber ses pertes abyssales. En donnant son aval à l’équipe aux manettes de financer le projet guelb2, jamais le conseil d’administration de la snim n’aurait pu prévoir un tel scénario. Au bout du compte, l’entreprise est encore loin, des retombées économiques de ce grand projet inauguré en grande pompe et qui sent encore les parfums enivrants de l’autosatisfaction et du triomphalisme de son ex ADG.

En débarquant à la SNIM, l’ADG sortant, Monsieur Ahmed salem Bechir a trouvé que la Société affichait une structure de coût ne lui permettant plus de générer des profits durant les années à venir et sa production tournait au ralenti. Il s’est employé rapidement à la sanctuariser, en commençant d’abord par renégocier sa dette avec sa banque conseil, Lazard frères, après que l’assureur français à l’export, Coface, ait décidé de ne plus couvrir ses nouveaux contrats, suite au transfert de cette dernière de ses comptes ouverts dans les banques étrangères vers la Banque Centrale (BCM).

Ensuite, il s’est attelé a raboter les coûts et booster la production pour résorber les pertes accumulées au cours des exercices antérieurs. Globalement, on peut dire sans exagérer que n’eut été la déprime du marché, l’entreprise serait actuellement sur de bons rails.

Déjà en 2017, l’on se souvient aussi, que les délégués du personnel qui menaçaient de procéder à un débrayage si leur plate-forme de revendication n’est pas satisfaite ont dit se rétracter quand ils se sont rendus à l’évidence que l’entreprise n’a pas affiché de bénéfice à la clôture de l’exercice. Aussi, les analystes estiment que l’année 2018 serait marquée par une performance mitigée pour l’industrie minière mauritanienne, avec le prix des matières premières en vrac qui a continué de grimper, après avoir connu des cours bas en 2016 et 2017, alors que la diminution des coûts et les difficultés liées à la production ont provoqué un affaiblissement des résultats opérationnels.

Le problème, c’est que quand la Snim est malade, les finances publiques de l’État souffrent aussi. Certes, l’entreprise peine depuis mai dernier a payé ses redevances fiscales à l’Etat. D’ailleurs, les autorités publiques tendent à faire amende honorable tant au niveau des recettes fiscales que des dividendes en exemptant la snim du paiement des redevances fiscales au cours de l’exercice 2019, tandis que son personnel ne sait plus à quel saint se vouer.

Une chose est sûre, la SNIM paie aujourd’hui chère ses erreurs de gestion et sa frénésie dépensière au cours des années fastes 2009- 2014.

Fall Mohamed

Source : Rimeco (Mauritanie)