Tue10162018

Last update11:28:00 AM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers en Mauritanie 15 ans après le 3 août 2005 : Mission accomplie pour Ould Abdel Aziz

15 ans après le 3 août 2005 : Mission accomplie pour Ould Abdel Aziz

  • PDF
15 ans après le 3 août 2005 :  Mission accomplie pour Ould Abdel Aziz

On est loin aujourd’hui du pays en proie à toutes les crises (politique, économique, social, culturelle et morale) en août 2005. Un grand chemin a été parcouru.

Dans un an autre président entamera un nouveau mandat à la tête du pays. Tandis que Mohamed Ould Abdel Aziz profitera tranquillement de la notoriété acquise tout au long d’un parcours atypique mais entrepreneur…Qui est cet homme qui s’apprête à ouvrir la grande porte de l’Histoire ?

Faire le portrait de Mohamed Ould Abdel Aziz n’est pas chose aisée. Un homme timide et plutôt introverti, difficile à cerner et à faire parler sur (de) lui-même. Mais le courage, voire la témérité – pour ne pas dire le culot – de l’homme permet de suivre son parcours. Un parcours de combattant qui ne manque pas de chance.

On sait cependant que la chance a besoin d’être boostée pour ouvrir les portes de la vie… Rien de mieux que la détermination pour pousser le destin…

Quand, dans la matinée du 3 août 2005, les Nouakchottois se rendent compte que «quelque chose est en train de se passer», le colonel Mohamed Ould Abdel Aziz est peu connu du grand public. Même si l’on a beaucoup parlé de lui lors des deux tentatives de putsch de 2003 et 2004, comme le principal élément ayant fait échouer ces tentatives de renversement. La première en résistant farouchement aux assauts des mutins, la seconde en réussissant à infiltrer les acteurs du complot fomenté depuis l’extérieur.

Né en 1953 en Inchiri, il fait son entrée à l’Armée en mars 1977 alors que le pays est en pleine guerre. Très retiré, il gravit les échelons pour se retrouver à la base de la création du Bataillon de la sécurité présidentielle (BASEP). Timide et prudent, il ne se révèle au public qu’à partir du 3 août 2005.

A l’origine de la transition de 2005

Le 8 août 2005, alors que le Président du CMJD n’avait toujours pas prononcé de discours, ni fait la moindre déclaration, c’est le colonel Mohamed Ould Abdel Aziz qui prit l’initiative dans une interview à la Voix de l’Amérique (reproduite intégralement dans la Tribune N°267 du 10 août 2005) dans laquelle il annonça avec une lucidité et une détermination évidentes les intentions du CMJD.

Après ces premiers moments, les déclarations et apparitions publiques de Ould Abdelaziz se firent très rares. Cependant, l’influence du Général sur l’armée mauritanienne et sur la vie politique du pays n’a cessé de se renforcer au point que certains voient son empreinte partout. Il est à l’origine de la réduction du mandat du CMJD de 24 à 19 mois, d’avoir fait adopter le décret interdisant le comptage des votes blancs lors des présidentiels de 2007, ainsi que le réaménagement de l’armée après les limogeages de quelques Colonels dont Ould Boubacar et feu Ould El Alem. Ce n’est, dit-on, qu’après s’être assuré de son appui, que le candidat Sidi Ould Cheikh Abdallahi se présenta aux élections présidentielles. Secret et peu bavard, Ould Abdel Aziz semble pourtant bénéficier d’un sens tout militaire de l’organisation et d’un courage à toute épreuve. Avec son alter ego, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed (Ghazwani), c’est un duo battant qui va se retrouver sous les feux de la scène après avoir longtemps hésité.

D’ailleurs le fait que les noms des deux amis figurent en troisième et quatrième places sur la liste du Comité militaire pour la justice et la démocratie (CMJD) en 2005, ne trompe personne. Tous les observateurs savaient que les véritables auteurs du changement du 3 août étaient ceux-là. Ils semblaient avoir mûri leur action. La seule chose qu’ils avaient mal appréciée est la force d’inertie de l’Appareil. Ils ont aussi sous-estimé la capacité de nuisance des hommes de cet Appareil. C’est certainement cela qui avait créé le malaise qui avait fini par s’amplifier devenant une crise majeure. Et c’est certainement ce qui a donné à ces officiers une idée qui n’était pas forcément juste. Le 6 août 2008, Mohamed Ould Abdel Aziz et Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed renversent le pouvoir civil pour reprendre le processus enclenché en 2005.

Résistances au changement annoncé

Ils traînent cependant plusieurs handicaps dont le plus grave n’est certainement pas l’absence de reconnaissance internationale. En fait, l’opinion a toujours jugé qu’ils étaient associés étroitement au pouvoir durant ces quinze derniers mois. Leurs détracteurs sont nombreux : caciques du régime Ould Taya qui les rendent responsables de leur fin, les prétendants «naturels» à l’héritage de Ould Taya (politiques du PRDS, Apparatchiks civils et militaires, vieille garde des comités militaires de l’époque d’exception…), les opposants qui trouvent qu’ils leur ont volé leur victoire en soutenant un candidat et leur discours de changement en l’adoptant… Et vite ils sont perçus comme «les méchants».

http://lire aussi: https://initiativesnews.com/1595-2/

Ils ont eu à fournir d’énormes efforts pour inverser l’image que l’opinion avait d’eux. Ils ont été les vrais auteurs du 3 août, alors que la gloire est allée à leurs aînés. Le premier défi pour eux était de refaire l’unité intérieure autour d’eux, de construire un front intérieur capable d’accompagner leurs actions.

Un putsch n’a jamais été une solution durable à une crise politique. La vraie solution est l’ancrage de la démocratie et le renforcement des institutions existantes. Il ne faut pas oublier que la cause première de la situation qui suivra est l’interférence du CMJD dans le jeu politique de la Transition. Un péché originel pour la jeune démocratie mauritanienne. Qui expliquera le reste.

La méconnaissance de l’espace politique et la «trop» grande confiance placée dans le Président élu, véritable «poulain», les amènent à baisser la garde un moment. Le bloc du nouveau pouvoir se fissure. A la présidence se retrouvent quelques rebus du pouvoir civil d’avant juillet 1978, et l’essentiel de la classe politique ayant exercé directement avec Ould Taya. En somme tous les ennemis de ce que Ould Abdel Aziz a fini par incarner : l’Armée et le changement. Raison d’une alliance objective entre les victimes du coup d’Etat de juillet 1978 et celles de celui d’août 2005.

Les manœuvres commencent. Première étape : s’approprier la Présidence et pour ce faire évincer le Premier ministre Zeine Ould Zeidane qui gênait à ce moment-là. Deuxième étape : nommer un chef de gouvernement issu du sérail en constitution et ouvrir ce gouvernement à ceux de l’opposition qui voudrait soutenir l’entreprise de déconstruction en contrepartie de portefeuilles ministériels. Troisième étape : liquider les militaires et s’en libérer définitivement. C’était compter sans le sens de la manœuvre et l’intelligence politique des deux officiers concernés.

La contre-stratégie se basait sur une déstabilisation constitutionnelle. Mobiliser les élus de l’Assemblée d’abord pour voter la défiance d’un gouvernement jugé incarnation du passé. L’aile politique joue et perd. Inspiré par son nouvel entourage politique, le Président Ould Cheikh Abdallahi descend dans l’arène pour défendre «son» gouvernement au lieu de rester le modérateur du jeu d’influence.

L’aile militaire a tout loisir à préparer un moment où ce seront les élus qui viendront en grande majorité devant le Président lui dire : «les élus du peuple vous retirent leur confiance». Ce qui augure d’un scrupule certain. Nous en sommes à attendre l’issue politique d’une crise politique somme toute normale dans une transition mal entamée en 2005.

Survient le 6 août. Au petit matin, le Président Ould Cheikh Abdallahi annonce le limogeage des cinq commandants de corps : Etat Major de la présidence (Général Ould Abdel Aziz), Etat Major national (Général Mohamed Ould Ghazwani), Gendarmerie (colonel Ahmed Ould Bicrine), Garde nationale (colonel Felix Negri) et Sûreté nationale (colonel Mohamed Ould El Hady).

Délégitimer pour construire

C’est le premier coup d’Etat que les Mauritaniens suivront en direct. C’est sans surprise qu’on apprend que le chef de la nouvelle junte n’est autre que le Général Mohamed Abdel Aziz, le plus proche des collaborateurs du Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Nous assistons ainsi aux prolongations d’un match dont le coup d’envoi a été donné le 3 août 2005.

Dans son édition N°408 (23 avril 2007), La Tribune écrivait : «Le symbole, en avril 2007, était fort. Le 10 juillet 1978, Eli Ould Mohamed Val, était un jeune lieutenant en charge d’une unité sous les ordres du commandant Moulaye Ould Boukhreiss. Ce dernier avait fait bouger ses troupes en direction de Nouakchott. Si lui savait pourquoi, ses subordonnés ignoraient tout de l’action.

C’est ce jeune lieutenant qui passera le pouvoir à l’un des plus jeunes ministres du gouvernement civil renversé à l’époque. En effet Sidi Ould Cheikh Abdallahi était, avec Ahmed Ould Daddah (son cadet), les plus jeunes de l’équipe.

Les vrais auteurs de cette orchestration n’ont appartenu ni au CMRN, ni au CMSN. Les colonels Mohamed Ould Abdel Aziz et Mohamed Ould Ghazwani appartiennent à une génération d’officiers qui sont venus à l’Armée pour le métier. Non pour le pouvoir. S’ils sont aux affaires, c’est bien pour sauver une situation qui a failli les entraîner eux-mêmes. 19 mois pour relancer l’espoir d’un ordre nouveau. Malgré les interférences du Conseil militaire».


On découvre l’ampleur de l’incompétence politique de notre encadrement national.

Le Général Ould Abdel Aziz essaye d’abord d’engager avec lui les acteurs politiques majeurs. L’idée d’un «Haut Conseil d’Etat» comprenant cinq civils et cinq militaires, chargés de superviser la constitution d’un gouvernement d’union nationale ayant pour mission de préparer et d’organiser des élections est avancée. Elle est naturellement refusée par les grandes figures politiques. On estime ici que les militaires sont assez faibles, que leurs positions sont indéfendables. Surtout que les condamnations fusent de partout.

Le Front nationale pour la défense de la démocratie (FNDD) est immédiatement constitué. Composé des partis Adil que dirigeait Yahya Ould Ahmed Waghf, l’Alliance populaire progressiste (APP) du président de l’Assemblée nationale Messaoud Ould Boulkheir, l’Union des forces du Progrès (UFP) de Mohamed Ould Maouloud, Tawassoul de Jemil Ould Mansour… En somme ceux qui ont perdu le pouvoir veulent le reconquérir au nom de la restauration de la démocratie. Même s’ils organisent une résistance interne, ils comptent plus sur la pression extérieure. Et y croient plus.

Conquérir par les urnes


Le HCE s’en va à l’intérieur expliquer ses faits. Les missionnaires du FNDD vont à l’extérieur en quête d’une intervention pour déboulonner les militaires. Le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) accompagne le «mouvement de rectification» dans un premier temps. Le nouvel homme fort du pays avait déjà largement recruté dans les rangs du parti de Ould Daddah. Son Premier ministre, la plupart de ses ministres sont issus de l’école du parti.

Il faudra attendre les Etats généraux de la démocratie pour voir la rupture s’opérer. Les desseins du Général Mohamed Ould Abdel Aziz sont de plus en plus clairs. L’exigence de non candidature des militaires ne risque pas d’être adoptée par les EGD. Cela ne dérangera pas pour autant le Général Ould Abdel Aziz qui décide d’accélérer le processus.

Il descend lui-même sur le terrain et va à la conquête du pouvoir par les urnes. Il fait un premier tour dans toutes les capitales régionales.

Le discours est le même : appel à combattre la gabegie et les «moufsidine» (mauvais gestionnaires), à redistribuer les richesses, à rendre au peuple ce qui lui appartient, à investir dans les infrastructures, à faire des réalisations concrètes, à répondre aux attentes des populations… Pour cela rompre les relations avec Israël. Un acte fondateur qui lui vaut le soutien de pans entiers de la société politique. Mais aussi de nombreux pays arabes.

Multipliant ses sorties, le Général Mohamed Ould Abdel Aziz ne manque pas d’occasion pour fustiger ses adversaires auxquels il fait porter la responsabilité des dérives du passé. Selon lui, ceux qui s’opposent sont les mêmes qui ont, par le passé, organisé le sac du pays. Ils ne peuvent prétendre à aucun statut moral leur permettant de s’instituer «défenseurs de la démocratie». Au terme de ses sorties, le Général Ould Abdel Aziz rappellera toujours que “les problèmes de la Mauritanie ne peuvent être résolus qu’entre Mauritaniens, ceux qui vont à l’étranger mentir et prétendre à une quelconque représentativité n’aboutiront à rien du tout“. Il ira jusqu’à dire à l’adresse de ses adversaires en campagne à l’extérieur : “Les Européens ne votent pas en Mauritanie, ils ne s’y portent pas candidat“. En face, Mohamed Ould Maouloud rétorque dans une dépêche de l’AFP : “la junte veut gagner du temps pour asseoir la dictature militaire en utilisant les armes traditionnelles du pouvoir personnel, que sont les intimidations, la répression et la falsification des faits“.

A “Dar el Baydha” (quartier populaire de Nouakchott), le Général Ould Abdel Aziz relèvera cette amère vérité : “il est inconcevable que la tonne d’eau continue d’être vendue dans ces quartiers entre 2.000 et 2.500 UM, alors que son prix à Tevragh Zeina, où vivent les gens aisées, varie entre 180 et 200 UM“. Le Général n’hésitera pas à promettre que la situation va changer dans tous les domaines qui intéressent directement la vie des populations (santé, éducation, infrastructures). En affirmant qu’il a les moyens nécessaires pour honorer ces engagements. Il a jugé que 5% de la population monopolisent les richesses du pays, laissant l’écrasante majorité survivre dans la misère. Avant d’appeler ceux qu’ils considèrent coupables de gabegie de cesser de voler le bien public et de s’opposer à la volonté du peuple qui a accepté de les laisser impunis. “Ils demandent secours à l’extérieur et voyagent sans arrêt mais cela ne résoudra aucun problème pour eux ; ils peuvent faire croire à l’étranger, pendant un certain temps, qu’ils représentent quelque chose en Mauritanie, ils seront démentis ; le temps prouvera qu’ils représentent seulement la gabegie“, répète-t-il. “Eux-mêmes savent cela et tout le monde les connaît par leurs actes ; ils n’ont de liens avec les populations qu’en périodes d’élections“.

Il précise quelque part : «Les contrôles lancés ces derniers mois ont démontré que des centaines de millions ont été détournés». «Nous sommes confus (Ehna Hayriin), nous ne savons pas si on doit envoyer tout ce monde en prison». Le problème de la Mauritanie, affirme-t-il, n’a jamais été un problème de ressources mais plutôt un problème de gestion. “Il est vrai que les espoirs du peuple, fait remarquer le Chef de l’Etat, ont été longtemps déçus par ceux qui avaient eu à gérer ses affaires. C’est pourquoi il est temps que notre peuple prenne conscience de ses véritables intérêts et place sa confiance en ceux qui la méritent. Nous avons le devoir de léguer aux générations futures un Etat fiable fondé sur des bases saines et pérennes “. C’était devant les populations de l’Aftout, le fameux triangle de la pauvreté. La campagne était lancée. Ce que certains appelleront «le populisme du Général» sera payant le moment venu. Le processus d’apaisement aussi…

La difficile normalisation

Les négociations sont ouvertes. Le Sénégal propose sa médiation. Cheikh Tidjane Gadio réussit là où Kadhafi a échoué. Le Général démissionne et fixe une date pour l’élection présidentielle : 6 juin 2009. Pressions sur tous les protagonistes politiques. Accord de Dakar. Rien ne semble perturber les plans du Général. Pas même l’épisode de la panne de son hélicoptère en plein désert. 24 heures sans nouvelles de lui et pourtant rien de son dispositif n’est remis en cause. La cohésion du HCE est forte.

C’est sans doute cette impression de diriger le pays et de tenir les rennes du pouvoir. Autre atout fondamental dans la victoire psychologique du futur candidat. Sa stratégie lui permet d’aller aux élections comme candidat gagnant. A l’avance. Une situation unique. Surtout qu’il accepte de confier les portefeuilles de l’intérieur, des finances, de la communication et de la défense à l’opposition. Il peut prendre ce risque.

Le 18 juillet 2009, c’est la consécration pour Ould Abdel Aziz : il est élu à 52%. Mais les protagonistes politiques refusent de reconnaître les résultats… Le Général devient le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz. Son expérience au cœur du pouvoir, puis à la tête de l’Etat lui apprend à savoir sortir des situations les plus risquées.

Juillet 2010, les grandes figures de son opposition acceptent d’entrer dans un dialogue qui est subitement interrompu suite aux premiers soubresauts des révoltes arabes. Mais ce qui s’annonce comme «un printemps arabe» prend la forme de guerres civiles dans de nombreux pays, pour devenir une entreprise de destruction systématique de ces pays (Libye, Syrie, Yémen…). En Mauritanie, la faiblesse de l’engagement politique, la peur des risques mais aussi l’existence de réelles avancées sur le plan des libertés (expression, politique…) empêchent la révolution annoncée.

Un premier dialogue permet en 2012 de normaliser une situation politique enlisée. La série de dialogues va continuer sans jamais inclure tous les acteurs. Les clivages sont puissants. Le radicalisme des positions pousse les uns et les autres dans leurs derniers retranchements. Une partie de l’opposition choisit le boycott sans réussir à inverser le rapport de force. La stabilisation du pouvoir est effective. Tout comme la sécurisation du pays.

Sur le plan extérieur, les chefs d’Etats africains qui menaçaient en 2009 d’intervenir pour le chasser du pouvoir, sont reçus par le Président Mohamed Ould Abdel Aziz dans des sommets à Nouakchott. Il préside aux destinées du Conseil Paix et Sécurité (CPS) de l’Union Africaine. Il dirige le panel de chefs d’Etats chargés de régler des conflits comme ceux de la Libye et de la Côte d’Ivoire. Il finit par présider l’Union africaine. Avant de recevoir, à Nouakchott, le sommet de la Ligue arabe et celui de l’Union africaine. Il réussit à faire de la Mauritanie un pôle de stabilité dans une région en proie à de graves crises que l’insécurité permanente alimente. Quand il est élu pour un deuxième mandat en 2014, Mohamed Ould Abdel Aziz a déjà fait une Grande marche à la mesure de son pays.

Quinze ans après le 3 août 2005, la Mauritanie reprend des couleurs et peut envisager sereinement son avenir. Les élections en cours préparent le tournant qui donne une dimension encore plus porteuse à la démocratie mauritanienne : en 2019, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz est au rendez-vous avec l’Histoire. En refusant de tomber sous la tentation facile de garder le pouvoir, il a tenu à maintenir le cap des changements. Rien ne l’oblige, sauf l’engagement moral de respecter son serment en se conformant au texte fondamental de la Constitution.

Une fois de plus, Mohamed Ould Abdel Aziz arrivera à bout de ses détracteurs qui ne souhaitent qu’une chose : le voir s’accrocher au pouvoir. Sous un prétexte ou un autre.

La détermination de l’homme lui vaudra de forcer encore une fois le Destin pour être célébré comme sauveur et pour entrer dans le panthéon de ceux qui fondent les récits pour marquer l’Histoire.

Ould Oumeir (La Tribune)
Source : Initiatives News (Mauritanie)