Sun07222018

Last update08:54:16 AM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers en Afrique Mali : la candidature de Cheick Modibo Diarra validée par la Cour constitutionnelle

Mali : la candidature de Cheick Modibo Diarra validée par la Cour constitutionnelle

La Cour constitutionnelle a proclamé ce 4 juillet une liste définitive de 24 candidats pour l'élection présidentielle du 29 juillet. L'ex-Premier ministre Cheick Modibo Diarra et les anciens ministres Mountaga Tall et Choguel Kokalla Maïga, qui avaient vu leurs candidatures rejetées la semaine dernière, en font partie.

Ils ont probablement poussé un « ouf » de soulagement en apprenant la nouvelle. L’ex-Premier ministre Cheick Modibo Diarra, les anciens ministres Mountaga Tall et Choguel Kokalla Maïga, le chef religieux Harouna Sangaré ou encore l’ingénieur Hamadoun Touré ont finalement vu leurs candidatures à l’élection présidentielle du 29 juillet validées par la Cour constitutionnelle.

Tous avaient été recalés de la liste provisoire publiée la semaine dernière, en raison de dossiers incomplets. Selon la Cour, ils ont apporté la preuve qu’ils avaient une liste complète d’élus soutenant leur candidature, comme l’exige la loi.

Modibo Diarra en tandem avec Moussa Mara

En tout, 24 candidats figurent sur la liste définitive publiée ce mercredi 4 juillet. Parmi eux se trouvent le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), et le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé. Une seule femme est candidate : Djeneba N’Diaye, une femme d’affaires peu connue du grand public. Plusieurs anciens ministres d’IBK se présentent par ailleurs contre leur ex-patron, comme Tall et Maïga donc, mais aussi Housseini Amion Guindo, Mohamed Ali Bathily, ou encore Mamadou Igor Diarra.

Un temps menacé, Cheick Modibo Diarra pourra finalement tenir sa place dans la course à Koulouba. L’ancien Premier ministre de la transition est considéré comme l’un des principaux outsiders derrière le duo de favoris IBK et Soumaïla Cissé. Déjà candidat en 2013, il dispose cette fois du soutien d’un allié de poids : Moussa Mara. L’ancien Premier ministre d’IBK et président du parti Yelema avait annoncé mi-juin qu’il retirait sa candidature pour se ranger derrière son aîné.

À eux deux, ils forment désormais un tandem qui pourrait perturber le duel annoncé entre IBK et Soumaïla Cissé. Bien que la campagne électorale débute officiellement le 7 juillet, la plupart des candidats ont déjà commencé meetings, tournées et autres activités à Bamako et en régions il y a plusieurs semaines. Malgré les nombreux problèmes sécuritaires – en particulier dans le centre du pays -, les autorités assurent que le premier tour de la présidentielle se tiendra le 29 juillet comme prévu.

Source : jeuneafrique.com