Sun07222018

Last update08:54:16 AM GMT

Back Divers Faits Divers Faits Divers dans le Monde Le Portugais Antonio Vitorino à la tête de l'OIM, un désaveu pour Washington

Le Portugais Antonio Vitorino à la tête de l'OIM, un désaveu pour Washington

  • PDF
media

Coup de tonnerre à l'agence de l'ONU pour les migrations qui se choisissait aujourd'hui son nouveau directeur. Pour la première fois depuis les années 60, l'agence ne sera pas dirigée par un Américain mais par un Portugais. Le candidat de l'administration Trump, Ken Isaacs n'a pas recueilli le nombre de voix nécessaire. Il paye des propos islamophobes et homophobes exhumés de son compte Twitter ainsi que la politique migratoire de tolérance 0 de Washington.

C'est un Européen, l'ex-commissaire portugais à la Justice Antonio Vitorino, qui aura pour tâche de défendre le rôle positif que représentent les migrations dans le monde.

Un rôle que l'Américain Ken Isaacs, proche des milieux évangélistes et qui avait tenu des propos islamophobes, homophobes et climato-sceptiques, n'a pas été jugé apte à tenir par les 172 États membres de l'agence internationale des migrations.

Choisi par Donald Trump lui-même pour représenter les États-Unis à ce poste que les Américains occupaient depuis plus de six décennies, son échec est symbolique.

C'est un désaveu d'abord pour l'administration Trump qui s'est illustrée ces dernières semaines par une politique migratoire qualifiée par certains États membres d'inhumaine en séparant les enfants migrants de leurs parents.

C'est aussi un signal d'indépendance fort alors que Washington fait toujours planer la menace de son retrait- financier ou physique de toute institution refusant de se plier à ses desiderata...

C'est enfin la prise de conscience que la direction de l'OIM représente un enjeu stratégique alors que l'Europe est emportée elle aussi sous la pression des gouvernements populistes, dans une tempête politique pour mieux gérer la question migratoire.

Source : RFI