Sun07222018

Last update08:54:16 AM GMT

Back Culture Culture Culture dans le Monde Le Lifeline a accosté au port de La Valette à Malte

Le Lifeline a accosté au port de La Valette à Malte

media

Le navire humanitaire Lifeline et ses 233 migrants sont arrivés ce mercredi soir dans le port de La Valette, sur l'île méditerranéenne de Malte. C'est un accord entre plusieurs pays européens qui a permis de mettre un terme à l'attente des passagers et de l'équipage.

Les passagers du Lifeline peuvent enfin fouler la terre ferme. Après une semaine d'attente en Méditerranée, le bateau de l'ONG allemande du même nom s'est amarré à l'un des quais du port de La Valette, la capitale maltaise, où il sera autorisé à débarquer les migrants qu'il a secourus au large de la Libye.

La nuit dernière, l'équipage du navire humanitaire avait réitéré sa demande d'entrer à Malte, précisant que des personnes à bord souffraient du mal de mer. Etat membre de l'Union européenne, Malte a finalement autorisé le bateau à accoster, en concertation avec d'autres pays de l'UE.

« Un enfant parmi les 233 passagers débarqués du navire humanitaire Lifeline, à La Valette »

Les migrants du Lifeline devraient être accueillis par huit pays européens : Malte, la France, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas.

Un important dispositif de sécurité entourait le navire à quai ce mercredi soir. Les autorités maltaises vont maintenant pouvoir commencer les examens médicaux et les formalités concernant les migrants.

Ainsi s'achève l'odyssée en mer des passagers du Lifeline, mais peut-être aussi du navire lui-même. Le Premier ministre maltais Joseph Muscat a annoncé que le navire serait placé sous séquestre. Il affirme que le capitaine du bateau a « violé les lois internationales ». Cette critique ressemble à celle formulée par le président français Emmanuel Macron. Selon lui, l'ONG allemande Lifeline est intervenue « en contravention avec toutes les règles » parce qu'elle n'a pas remis les migrants secourus aux gardes-côtes libyens.

Source : RFI