Sat10202018

Last update11:24:11 AM GMT

Back Dossier Dossier Dossier en Mauritanie Aidez-moi à comprendre (Libre Expression) par Adama Ngaide

Aidez-moi à comprendre (Libre Expression) par Adama Ngaide

  • PDF
Aidez-moi à comprendre (Libre Expression) par Adama Ngaide

Adama Ngaide - Avons-nous besoin de dire que nous aimons notre pays. C’est justement tout le soubassement de notre combat contre le système en place. Nous aimons la Mauritanie pour son écosystème fascinant, ses composantes ethniques dont les richesses incommensurables sont certaines.

Notre musique, notre art, nos habitudes culinaires sont autant de choses dont on peut nous vanter. Notre sol et notre sous-sol sur lequel nous n’avons aucune souveraineté est abondamment riche. On a du fer, du pétrole, du gaz, des terres arables et des forêts.

Notre mer, notre Fleuve, nos phosphates, notre désert, cette vallée sont des richesses énormes. Nos langues ! l’arabe, le pulaar, le soninko, le Wolof ; Le Bambara et le berbère (Juste que là non reconnus) font partie de notre patrimoine linguiste. La nature nous a donc bien servie ! Qu’avons-nous fait de toutes ces richesses depuis notre accession à la souveraineté internationale ? Nada….

En effet, je constate médusé, renversé que notre élite, le mauritanien de l’intérieur et de la diaspora veulent trop se sauver la face et se détourner de la réalité quotidienne, qui est la nôtre, réalité qui renseigne éloquemment sur les démons qui nous habitent.

Je suis de ceux qui pensent que la misère que nous vivons (particulièrement la politique), n’est point en incohérence avec nos comportements. Au contraire ! Il y’a une parfaite communion entre les déboires de l’élite et les déboires du citoyen Lamda.

Nos comportements puants sont, grandeur nature, en cohérence avec la façon dont nous sommes gouvernés. Regardons intelligemment et honnêtement comment sont gérées nos associations sociales, culturelles, villageoises, politiques, de droits de l’Homme et même nos associations religieuses ?

La gestion de ces associations rappelle à bien des égards celle de l’état que nous combattons. Cet état géré par les dictateurs successifs est là devant nous avec sa cohorte d’incohérences : culte porté sur la personne, mis en scène et défilé des courtisans, on régente les personnes ; On asservi les personnes au lieu de les servir, la désinformation, la réduction des personnes à des gobeurs d’idées farfelues, tricheries, absence de bilans, fuite en avant, bref toutes choses qui caractérisent l’état dictatorial de Nouakchott.

En Mauritanie, l’élite gouvernante a changé la constitution pour conforter le chef suprême soit confortable dans son fauteuil. Tenez-vous bien, nous avons vu et avons assisté aux même scenarii dans des associations apolitiques où des changements de statuts et de règlements ont été opérés pour régler des comptes ! Et ironie du sort : Ce sont des « opposants » au régime de Nouakchott qui en sont les initiateurs.

Or, quand un chef d’état le fait, c’est INANCEPTABLE et des larmes de crocodiles sont versées. Mais quand un opposant en est l’auteur, et de surcroit dans une association apolitique, l’acte tombe dans l’ordre du normal. Aider moi à comprendre.

Ces bassesses et ces duplicités, pour ne pas dire hypocrisie, sont bien mauritaniennes et se rencontrent dans toutes nos associations dites de la société civile (Un fourre-tout) qui ressemble à un refuge a cartouchards ou à démissionnaires politiques et/ou à tricheurs.

Chers concitoyens, il est incohérent pour des gens qui combattent le désordre d’être eux-mêmes des adeptes du désordre et de l’incohérence. Il y’a des fondamentaux que nous devons embrasser, promouvoir, expérimenter a tous les niveaux pour enfin les mériter.

Comment un opposant peut-il promouvoir le culte de la personne et combattre la dictature ? Comment un opposant peut-il être réfractaire a la culture du bilan et prétendre se battre pour l’avènement de la démocratie et la transparence ? Aider à comprendre !

C’est dans notre pays où, la culture de la transhumance politique est devenue un sport auquel s’adonnent des milliers de mauritaniens. La bassesse, dans notre pays est aussi cette incapacité affectant les intellectuels incapables de se détacher de la masse pour assister un pays, une population laissée à elle-même.

Aider moi à comprendre comment une personne peut-elle se positionner en politique sur la base de la famille, de son appartenance territoriale, tribale, raciale ? Aider moi à comprendre pourquoi nos sommités religieuses et coutumières se détachent du livre pour servir le temporel dans ses injustices contre les pauvres ?

Aider moi a comprendre pourquoi un policier, un douanier, un gendarme devrait accepter des billets de 1000UM pour laisser filer une voiture non assurée ? Aider moi à comprendre pourquoi un charretier, gourdin à la main, arrive assener un coup mortel a un chauffeur et rester impuni ?

Aider moi a comprendre comment un instituteur ou un professeur arrivent à se détourner de l’école publique pour laquelle il a été formé et payé pour s’investir 98% de son temps dans des écoles privées et/ou au volants de sa voiture transformée en taxi urbain ou interurbain ? Quid de cet administrateur formé pour servir les citoyens qui se reconverti en un courtier toujours au bout du fil pour régler ses affaires personnelles ?

Quid de ces ministres, ambassadeurs, généraux, gouverneurs, préfets et chefs coutumiers devenus, tutti quanti, des Hommes d’affaires ? Aider moi à comprendre pourquoi le ministère de l’éducation nationale est devenu une boutique où on achète les diplômes de BAC.

Quid de ce citoyen d’une « bonne famille » déclaré admis dans une école militaire, ou à l’ENA grâce à un coup de fil ? Aider moi à comprendre pourquoi, un « médecin », cigarette a la main, déambulerait pendant qu’un malade gisait dans son lit d’urgence.

Chers concitoyens et concitoyennes, la Mauritanie se trouve dans une impasse. La liste de nos bassesses est longue et ce sont de telles bassesses qui ont conduit des pays à des crises irréparables et notre pays est aujourd’hui bien exposé. Et il n’est point besoin d’être un illuminé pour comprendre les dangers qui guettent ce pays tellement les bassesses sont nombreuses et graves.

Mais nous ne saurons jamais apporter le changement pendant que nous nous amusions à nous faire passer pour ce que nous ne sommes pas ou ce que nous n’essayons même pas d’être......!!!!!!

Adama Ngaide/USA
Source : Adama Ngaide