Sun05272018

Last update04:41:40 PM GMT

Back Justice Justice Justice en Mauritanie Recrudescence de la criminalité : Sebkha de nouveau à la une

Recrudescence de la criminalité : Sebkha de nouveau à la une

Développement de la criminalité à Nouakchott : viols, agressions, vols aggravés et meurtres sadiques y sont devenus monnaie courante, ces dernières années. Le visage aimable de la Mauritanie et, partant, de Nouakchott se défigure peu à peu et, grimaçant, effraie les Mauritaniens, désormais en proie à la psychose. Chaque jour, d’honnêtes citoyens sont attaqués, dans la rue ou, même, chez eux, par des malfrats en quête de gains faciles, semant deuil et humiliation dans les familles, notamment lors de sauvages viols en réunion. La semaine dernière, c’est à Sebkha qu’on semble avoir atteint le pic. En effet, le populeux département de la banlieue Ouest de Nouakchott, qui semblait s’être un peu calmé, après avoir longtemps détenu le triste titre de leader en criminalité, défraie à nouveau la chronique.

Les gangs ont frappé là où personne ne les attendait. Car c’est le centre d‘accueil des populations de Sebkha  qui a été cambriolé, dans la nuit de vendredi à samedi 3 Février, par « une bande de sept individus », renseigne une source policière. Sans doute en quête de magot, ils ont mis à sac plusieurs bureaux. Portes défoncées, documents et archives fouillés, mobiliers de bureaux renversés, avant d’être démolis ou endommagés, pour, au final, aucun butin : il n’y avait pas la moindre ouguiya dans les lieux…

Les trois agents de sécurité qui assuraient la sécurité de cet établissement public auraient été ligotés par les membres du gang. Dans leur fuite, les malfrats  ont abandonné tout un arsenal constitué d’arrache-clous, de démonte-pneus et d’un coupe-coupe. Les limiers de Sebkha 1 ont procédé au constat d’usage. Les trois gardiens, employés d’une société de sécurité de la place, ont été longuement auditionnés. L’enquête semble piétiner. Tout comme celle du cambriolage, le même vendredi, au marché de Sebkha, de trois boutiques de mobilier de maison, délestées de  nombreux tapis de valeur, moquettes, matelas et banquettes. Dans un des magasins, les bandits ont mis la main sur une importante somme d’argent. Avant de défoncer, en toute facilité, les portes, ils avaient ligoté puis poignardé, dans le dos, le vieil et unique gardien qui a survécu, grâce à Dieu, à l’agression.

Lundi 5 février, c’est un jeune homme d’une vingtaine d’années connus des services de police qui est retrouvé, agonisant, dans une mare de sang. Lui aussi poignardé dans le dos, il gît devant un domicile de Sebkha. Alertés par les occupants de ladite demeure, les policiers s’y rendent et évacuent sans tarder le blessé mais celui rend l’âme au cours de son transfert. Les circonstances de son agression ne sont pas encore élucidées. Le corps est toujours à la morgue du centre hospitalier national. Ses proches ne se sont pas manifestés. Crime crapuleux ?

La récurrence de telles actes barbares pose question : les autorités du pays veulent-elles réellement prendre à-bras-le-corps ce phénomène qui angoisse la capitale mauritanienne ? Quoiqu’il en soit, leur responsabilité est mise à rude épreuve. Les patrouilles de la police et de la Garde, censées protéger les populations et faire le nécessaire pour éradiquer le crime, ne sont plus visibles, dès minuit, dans les quartiers.

Source : lecalame.info