Wed09262018

Last update05:32:08 PM GMT

Back Tribune Libre Tribune Libre Tribune Libre dans le Monde L’œil de Glez : le chameau botoxé, nouveau canon de beauté

L’œil de Glez : le chameau botoxé, nouveau canon de beauté

  • PDF

En Arabie saoudite, douze dromadaires ont été exclus d'un concours de beauté pour avoir reçu des injections de botox...

On connaissait, en Floride ou en Californie, les concours de beauté pour caniches roses engoncés dans de vraies redingotes Burberry. On était moins habitué à des compétitions animalières singeant, en Afrique ou au Moyen-orient, les dérives occidentales en matière d’humanisation des animaux de compagnie. Qu’un éleveur saoudien de chameaux vante, dans une foire agricole, les jarrets de ses plus beaux camélidés, voilà qui relève davantage de la harangue commerciale que d’une empathie exagérée pour sa bête. Mais que dire quand les propriétaires font subir à leurs dromadaires des opérations de chirurgie esthétique ?…

Le scandale vient d’éclater près de Riyad, en Arabie Saoudite, à la toute dernière compétition « Miss Camel » du Festival du roi Abdulaziz. Les faciès de douze dromadaires attirèrent l’attention des membres du jury. L’enquête révélera que les maîtres de ces chameaux leur avaient imposé des injections de botox, cette substance que des Occidentales utilisent pour réduire la motricité des muscles à l’origine des rides d’expression. Avec leurs lèvres artificiellement charnues, larges et tombantes – atouts déterminants dans ce genre de concours –, les dromadaires incriminés ont été disqualifiés.

La tendance des concours de beauté

Une attention accrue au bien-être des animaux et à la fierté de leurs maîtres deviendrait donc une tendance universelle. Dans les pays du Nord de la planète, les lignes de vêtements luxueux pour animaux de compagnie n’ont d’équivalent que le soin apporté à leur alimentation. Pour 20 000 francs CFA le kilo, par exemple, votre chien pourra déguster de la « ventrêche d’esturgeon façon Volga, ses œufs de lompes au quinoa et leur caviar de Neuvic ». Une véritable recette de chef étoilé qui mérite une communication publicitaire télévisuelle réalisée en authentique langage animalier, « phrasé » reconstitué par des comportementalistes et linguistes. Si l’on ajoute les contrats d’assurances pour « meilleur ami de l’homme », il n’y avait qu’un pas à franchir entre le toilettage et la chirurgie esthétique. Surtout quand cette dernière apparaît comme une garantie de briller dans des concours lucratifs. C’est plusieurs millions de dollars que les propriétaires de chameaux tricheurs étaient susceptibles de remporter en Arabie Saoudite…

Hélas, les dromadaires « dopés » n’ont plus que leurs lèvres pour pleurer, victimes de la mode de l’esthétique à tous crins. Avec humour, certains dénoncent le phénomène des compétitions de beauté animalière et en prennent le contre-pied. Le 23 juin dernier se tenait, en Californie, le concours du chien le plus laid du monde.

Source : jeuneafrique.com