Mon10222018

Last update11:45:30 AM GMT

Back Economie Economie Economie en Mauritanie Nouvelles d’ailleurs : Défense des femmes vous dites ?

Nouvelles d’ailleurs : Défense des femmes vous dites ?

Nouvelles d’ailleurs : Défense des femmes vous dites ?

Pour un bon projet de loi, c'est un bon projet de loi que celui, présenté par le gouvernement, concernant la pénalisation, enfin, des violences faites aux femmes. Et qui reconnaît que ces violences sont multiformes.

Que l'imagination masculine n'a aucune limite, quand il s'agit de rabaisser une femme, d'en faire une victime, de lui manquer de respect, de lui faire du mal.

Mais, comme de bien entendu, la part la plus rétrograde de nos oulémas est montée au créneau pour dénoncer ce simple bon sens, à savoir la protection de la femme et ses droits face à la justice, inscrivant ainsi dans la durée et face au monde que femmes et hommes sont égaux devant les violences et face à la justice. Partout, on a entendu s'égosiller nos chers penseurs, clamant que ce projet de loi était anti- islamique... Comme si l’islam permet de faire du mal aux femmes et leur refuse le droit à la justice !

Ils s'égosillent tellement qu'ils arriveraient presque à faire croire, à ceux qui veulent bien les écouter, et ils sont nombreux malheureusement (nos parlementaires en font visiblement partie), qu'il est anormal qu'une femme puisse porter plainte pour coups et blessures contre son mari, qu'il est anormal qu'une femme puisse porter plainte contre son conjoint, pour attitudes rabaissantes et violentes.

Qu'il est anormal qu'une femme puisse porter plainte pour harcèlement et pressions diverses. Qu'il est anormal qu'une femme puisse voyager sans autorisation de son mari... Qu'il est anormal qu'une femme puisse porter plainte pour viol.

Dans leur islam fast food, ils ont réponse à tout, osent nous parler, dans le cas des violences physiques, de gradations dans les coups (!!!!), qu'une petite baffe de temps à autre n'est pas violence. J'aimerais leur demander quand commence la violence et quand finit-elle...

Et sur quelle échelle est inscrit le droit à massacrer sa femme ? Un plat trop cuit, une baffe ? Un boubou brûlé par le fer à repasser, deux baffes ? Tenir tête, on lance le poing ? Se refuser sexuellement à son mari, là, bastonnade en règle ?

Et comment conçoivent-ils le viol ? Zina pour la femme ? Toujours le bon vieux poncif meurtrier qui dit : « elle l'a bien cherché » ? Sans compter la graduation des insultes et ce qu'un mari peut se permettre : « salope », c'est un mot d'amour ? « Putain », une tendresse ? « Chienne », un aveu de désir ? Apparemment oui, pour nos savants à la barbe indignée qui sont, vent debout, contre le bon sens et leurs femmes.

Apparemment oui, vu que nos honorables parlementaires sont entrés dans la fronde à leur tour, le courage n'étant pas la première de leur qualité. Et tout le monde de polémiquer sans fin, oubliant les femmes, les sorts de certaines femmes, les droits des femmes, les violences dont elles sont victimes...

Remarquez, dans un pays où l'excision n'est pas pénalisable, où le mariage précoce se pratique à grande échelle, où la polygamie fait partie des meubles, où une victime de viol est, d'abord, accusée de zina, rien de bien étonnant que toute cette agitation sur les femmes.

Violences faites aux femmes ? Concept d'occidentaux dégénérés ! Qu'est-ce que la violence faite aux femmes, dans un pays où la naissance d'un garçon est plus fêtée que la naissance d'une fille... où le corps de la femme concentre tous les fantasmes, ce corps qu'il faut cacher absolument : une mèche de cheveux apparente et c'est la fin du monde !

Car j'aimerais demander, encore, à nos anti projet de loi, qu'est-ce que la violence faite aux femmes, pour eux ? Qu'est-ce que cela signifie ? C'est quoi d'être une femme, à part le réceptacle de toutes les misères, de toutes les barbaries, de tous les sévices ? Et je leur demanderais, aussi, où sont-ils, quand un homme jette sa femme à la porte ? Où sont-ils, quand des gamines se font violer ? Où sont-ils, quand une petite fille est mariée à douze ans ? Oui, où sont-ils, quand une pauvre fille mère célibataire se retrouve à la prison des femmes pour zina ?

Je sais que c'est un vœu pieux, que nos religieux vont gagner la partie, profitant de la lâcheté de nos politiques.

Mais je retiendrai que, pour la première fois, notre gouvernement a fait preuve d'audace, dans un pays qui n'aime rien tant que l'immobilisme, sous couvert de religion. Ce projet de loi sera amendé ad nauseam. Il sera vidé de tout son sens car l’État a toujours abandonné son rôle moteur, face aux religieux.

Nos parlementaires n'iront pas à l'encontre des oulémas, à l'encontre de ceux qui tiennent le pays en coupe, depuis des années, imposant, décrétant, menaçant ; ceux qui ont pris la République en otage, les mêmes qui appellent au meurtre tous les vendredis.

J'aurais aimé, aussi, que le gouvernement aille plus loin et décide de revoir l'amendement concernant l'âge légal du mariage (18 ans), une honte et un scandale, imposé par le prisme des oulémas, celui qui dit « sauf en cas de fille incapable », amendement qui permet les mariages précoces, la pédophilie institutionnalisée...

Interdire, tout simplement, les mariages précoces, oser envoyer en prison les parents qui donnent leurs filles mineures : voilà ce qui serait un geste fort, un geste historique. Ne pas plier devant les menaces et les interprétations. Ne pas céder un pouce de terrain.

Car nous parlons bien du corps de ces gamines-là. Nous parlons bien de sexe. De sang. De violences. Nous parlons de petites filles déflorées de force, déchirées, forcées. Nous parlons bien de grossesses très précoces.

Nous parlons bien de viols. Pas d'autres choses. Ceci n'est pas abstrait. C'est un fait. J'aimerais que nos chers députés aillent faire un tour dans les associations de femmes qui recueillent certaines de ces gamines. Ou à l'hôpital, à la maternité. J'aimerais bien que nos chers députés assistent, puisqu'il leur faut, apparemment, voir pour croire, à la nuit de noces d'une petite fille forcée par un homme plus âgé. Car c'est souvent ainsi, n'est-ce pas : une gamine mariée à un homme beaucoup plus vieux.

J'aimerais que nos chers députés se rappellent leurs cours de science et d'anatomie, si tant est qu'ils en aient eu, et se remémorent l'appareil génital d'une petite fille... et l'appareil génital d'un homme adulte.

Car il faut dire les choses, mettre un nom sur les pratiques, mettre un mot sur ces violences. Sinon, nous ne finirons jamais d'ergoter sur le sexe des anges. Leur rappeler que notre pays a signé toutes les conventions de protection des mineurs. Et que le mariage précoce est un crime contre mineures. Un crime contre les femmes.

Que l'atermoiement et les lâchetés ne sont que complicités de viols et d'actes pédophiles. Que s'ils décident et acceptent qu'une partie de notre citoyenneté passe par la pratique de la pédophilie, c'est que nous ne sommes pas dignes du monde. Qu'ils en profitent, tant qu'ils y seront, pour réfléchir, aussi, à la pénalisation de l'excision.

Au fait d'envoyer, enfin, des parents en prison, pour acte de torture sur humain. Qu'ils se souviennent de celles qui vivent et vont vivre la double peine : l'excision ET le mariage précoce, au nom de principes archaïques, machistes, misogynes.

J'espère qu'un député aura le courage de se lever et de dire que les temps ont changé. Que nous ne sommes plus au VII° siècle. Que les mœurs ont changé. Que le monde évolue. Et que si nous rattachons notre foi juste à la forme – et le mariage précoce en est une – nous avons oublié le fond.

Leur rappeler que les droits des femmes sont des droits inaliénables. Que les femmes demandent plus de protection que les hommes, dans nos sociétés qui se replient sur elles-mêmes, dans nos sociétés où les pétrodollars wahhabites laminent l'intelligence et les droits.

Qu'une nation qui laissent les mauvais instincts s'ériger en vertus est indigne. Devant ses citoyens et devant Dieu. Qu'ils sont là, dans l'hémicycle, pas simplement pour faire caisse de résonance du pouvoir mais, aussi, pour décider ce que nous serons demain. Et que même si une partie des oulémas est vent debout, même si une partie de la population est contre, il faut imposer.

Seule la loi fait force. Seule elle. Le reste les gens s'y plieront. Comme ils se sont pliés à d'autres lois. Alors, j'ose espérer que notre Assemblée va se grandir et décider de protéger, enfin, nos filles, nos femmes, contre tous les archaïques. J'ose espérer. Et je leur dis : courage, seul le premier pas coûte ! Soyez dignes de vos filles et femmes. Salut.

Mariem Mint Derwich
Source : Le Calame (Mauritanie)