Sat01202018

Last update04:53:12 PM GMT

Back Economie Economie Economie en Mauritanie Adieu 2016, bonjour 2017 !

Adieu 2016, bonjour 2017 !

Adieu 2016, bonjour 2017

Vivement 2017. Le monde vient de dire adieu à l’année 2016 qui fut marquée par une crise internationale multiforme : terrorisme ravageur qui a fait des milliers de morts.

Implication sélective des grandes puissances dans les affaires internes des États souverains entrainant des destructions massives comme ce qui se passe en Syrie, en Lybie ou en Iraq sous couvert d’un droit international tronqué qui vaut pour les uns et qui ne veut rien dire pour les autres.

Sommets internationaux sur la très à la mode problématique du réchauffement climatique : COP 21 à Paris puis COP22 à Marrakech. L’année 2016, c’est aussi l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats Unis d’Amérique et le départ de Ban Ki Moon qui sera remplacé par le Portugais Gutierrez aux Nations Unies. Chez nous, pas vraiment de choses particulièrement nouvelles. Le président a voyagé vers beaucoup de pays.

On ne demande pas à un homme combien de temps il a duré, mais qu’est ce qu’il a rapporté ? Allez savoir. Le rapport Forbes qui vient de placer la Mauritanie à la 137ème place/157 en termes de bonnes conditions pour le climat des affaires. Ce qui ne semble pas corroborer les tonitruances d’un certain ministre de l’économie et des finances.

Organisation du Sommet Arabe sous la tente. Pour cela, toujours selon le ministre de l’économie et des finances, la Mauritanie aurait reçu l’équivalent de 14 milliards d’ouguiyas en espèces et beaucoup d’autres dons dont voitures de luxe en nature.

Vous ne m’avez pas vu ça ? C’est passé où ? Dans un pays qui prétend être le chantre de la lutte contre la gabegie, la transparence de la gestion de la chose publique doit être la règle. Puis il y a eu le festival d’Ouadane puis il y a eu les vacances présidentielles.

Il y a eu aussi quelques visitations dont celle d’Atar fut la plus emblématique avec la sortie de Khdeija Mint Kleib devenue entre une soirée et sa matinée une héroïne nationale qui a démasqué les applaudisseurs et jeté le discrédit sur leurs allégations mensongères et démagogiques.

Puis il y a eu un dialogue prétendument national et inclusif auquel tous les partis du Forum National pour la Démocratie et l’Unité et autres comme l’Alliance pour la Justice et la Démocratie n’ont pas participé.

Trois semaines à l’issue desquelles, des amendements constitutionnels, notamment la dissolution de certains institutions nationales comme le Sénat, le changement du drapeau et de l’hymne ont été proposés. Parmi les conclusions du dialogue, il y avait aussi la possibilité d’organisation d’un référendum constitutionnel et d’élections législatives et municipales.

Pendant tout 2016, l’opposition radicale est restée à sa place. L’autre opposition et la majorité sont restées l’autre opposition et la majorité. ‘’Moi pas bouger’’. Vers la fin décembre, il y a eu la malheureuse déclaration de Chabaat du parti de l’Istiqlal marocain.

Les mécanismes de la courtoisie internationale et des traditions diplomatiques se sont mis en branle pour régler l’indélicatesse langagière de Chabaat : Entretien téléphonique entre sa Majesté Mohamed VI et le président Mohamed Ould Abdel Aziz puis déplacement du premier ministre Benkirane à Nouakchott. Ça ne pouvait se passer que comme ça. Contrairement à ce que certains ont essayé de faire croire.

Personne n’a peur de personne ‘’tant que la main atteigne son pied’’. En 2016, l’Afrique est restée l’Afrique avec ses choses vraiment à elle. Un président (Denis Sassou Nguesso) qui est au pouvoir depuis quarante ans et qui compte encore se représenter.

Un autre (Robert Mugabe) de plus de quatre vingt treize ans et qui continue encore à avancer clopin clopan. Un troisième (Joseph Kabila) dont un ultime second mandat finit en décembre et qui refuse de lâcher le pouvoir. Ses manœuvres lui rapportent quand même un bonus d’un an de plus avec un gouvernement dirigé par son principal rival (EtienneTshisekedi) de l’opposition radicale. Ça peut inspirer la Mauritanie.

Sait-on jamais. Puis le comble du ridicule. Un président africain (Jammeh) qui reconnaît sa défaite, félicite son adversaire et après quelques jours, se rétracte, refuse de quitter le pouvoir et exige l’arbitrage d’une cour constitutionnelle.

Juste après le retour de ses congés, le président Ould Abdel Aziz devrait se rendre à Banjul pour convaincre Jammeh de quitter le pouvoir et de le céder au jeune président élu Adama Barrow.

Qu’est ce qu’Ould Abdel Aziz dira à Jammeh ? De respecter la démocratie, d’avoir plus d’égards pour le choix du peuple et de ne pas torpiller ce processus à peine naissant pour ne pas décevoir l’espoir des Gambiens. Souhaitons que Jammeh soit amnésique pour ne pas se rappeler ce qui s’est passé un certain 6 août 2008 en Mauritanie. Amine. Vraiment, l’Afrique à d’incroyables talents. A faire mourir de rire.

El Kory Sneiba
Source : Le Calame (Mauritanie)