Thu04192018

Last update12:18:01 PM GMT

Back Chronique Chronique Chronique en Mauritanie La bande des vingt-trois

La bande des vingt-trois

Faits divers... Faits divers...

Le mois passé, les grands centres commerciaux de Nouakchott ont subi des séries de vols de coffres-forts et d’argent liquide. Le marché Capitale s’est notamment vu délesté de deux grands coffres-forts, lourds de plusieurs millions en devises.

Une bande de malfaiteurs dotés d’armes à feu s’en sont pris aux gardiens du marché, la nuit. Point de victimes, heureusement, mais un butin on ne peut plus conséquent. Même scénario en diverses autres boutiques et magasins du quartier et de Sebkha. Une boutique de la Medina R s’est même vue amputée de huit millions huit cent milles ouguiyas !

Largement de quoi mettre la police sur les dents. Sans grands résultats. Jusqu’à ces derniers jours où des éléments de la fameuse BRB raflent deux récidivistes : Mohamed « Gang » et « Aziz » ; dans le cadre d’une autre enquête. L’audition des deux suspects ouvre une piste.

Le CSPJ transmet, illico, le « tuyau » au commissariat Arafat 4. Et voilà le repaire de la bande aux coffres-forts encerclé, au quartier PK 10 de Riyad. Le chef n’est autre que le fameux récidiviste Saïd Sarr, tout juste sorti de prison. Il est arrêté avec ses vingt-trois comparses. Déférés au Parquet de la wilaya-sud, quinze d’entre eux sont écroués, les autres placés sous contrôle judiciaire.

Duel de deux titans

L’accalmie, au populeux quartier Dar El Beïdha, n’a pas fait long feu. Les habitants ont passé, jeudi dernier, une folle nuit de terreur et d’angoisse. Vers une heure du matin, des tirs d’armes légères y ont, en effet, retenti. Les rares personnes encore dehors se sont hâtées de rejoindre leur domicile pour se barricader. Transis de peur, on écoute…

Les tirs cessent un moment… avant de reprendre, de plus belle, dans une autre rue ! Les protagonistes semblent donc se déplacer à vive allure. Une attaque terroriste ?

Non, ce sont deux bandits de grands chemins qui s’affrontent. Diyah « Stup », fraîchement relâché de prison, se dispute, avec le non moins fameux Ely Lahmar, alias « L’Artiste », le butin de quelque opération effectuée de conserve. Comptant sur sa force physique et son grand gabarit, Ely veut la part du lion.

Mais Diyah vient de se doter, lui, d’un fusil de type G 3 volé, tout dernièrement, chez un particulier d’Arafat ! Sous la menace de l’arme, Ely prend la fuite. Grâce à Dieu, Diyah est piètre tireur et, courant au hasard, canarde à tout va, alors que « L’Artiste » est déjà bien planqué.

L’affaire se clôt vers deux heures du matin : des éléments de la BRB ont réussi à mettre la main sur les deux bandits, saisissant le fusil, au grand soulagement des habitants du quartier. Les deux repris de justice ont regagné, un peu plus tard, les cellules qu’ils venaient tout juste de quitter, à la prison de Dar Naïm.

Deux grands pickpockets coffrés

Le marché Capitale reste, pendant la journée, la destination privilégiée des pickpockets et voyous de Nouakchott. De longues heures aux aguets de la moindre occasion de dérober quelque marchandise ou sac à main, fort d’objets de valeur et/ou d’argent. Postes de police, rondes et patrouilles n’y font rien et le phénomène perdure, prend de l’ampleur.

Tout dernièrement, une commerçante a été sauvagement assassinée, juste avant la tombée de la nuit. Un meurtre qui a obligé les autorités à renforcer la sécurité. Des policiers en tenue et en civil ont commencé à tenir un œil plus conséquent sur les boutiques et leurs clients.

Pendant trois semaines, on n’a plus enregistré le moindre vol ou braquage. Mais, au premier relâchement de la surveillance, braquages et vols à l’arraché ont repris de plus belle. Ces derniers jours, plusieurs clientes et vendeuses ont ainsi été délestées de leur sac à main ou téléphone portable.

Aussitôt, le poste de la BRB dirigé par Hammoudi a repris sa traque au marché. Et, illico presto, voilà deux pickpockets connus des fichiers de la police pris en flagrant délit ! Embarqués au commissariat spécial de la police judiciaire, Hassen « Loujeh » et Salek « Bira » y ont été gardés à vue, avant d’être déférés et écroués.

Mosy
Source : Le Calame (Mauritanie)